Cotation du 29/09/2020 à 15h08 CAC 40 +0,02% 4 844,27
  • PX1 - FR0003500008

Mi-séance Paris : le CAC40 s'enfonce sur les 4.900 points

Mi-séance Paris : le CAC40 s'enfonce sur les 4.900 points
Mi-séance Paris : le CAC40 s'enfonce sur les 4.900 points
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Le rebond de 0,6% observé hier après 5 séances de baisse laisse déjà la place à un nouveau repli du CAC40. L'indice de la bourse de Paris reperd 1% et s'enfonce sur les 4.900 points, noyé par la pluie de publications semestrielles. Contrairement à hier, les dégagements l'emportent en effet parmi tous les groupes du CAC40 qui viennent de publier.

Wal Street a pourtant fortement progressé hier, le conseil de politique monétaire ayant rassuré les opérateurs. Sans surprise, la banque centrale américaine a maintenu ses taux d'intérêt proches de zéro, mais, surtout, la Fed a réitéré son intention d'utiliser toute la panoplie des instruments financiers en soutien à l'économie. Il n'en fallait pas plus aux marchés qui désormais, regardent déjà la réunion de septembre, qui devrait apporter des éléments précis sur le pilotage de la politique monétaire au quatrième trimestre...

VALEURS EN HAUSSE

* En tête du CAC40, Teleperformance grimpe de 5,5% ce jeudi, à 250 euros, alors que le groupe a annoncé un Chiffre d'affaires au S1 de 2.660 millions d'euros, soit une hausse de 5% à données comparables et +3,7% à données publiées. Le T2 ressort à 1.307 millions d'euros, soit +3,8% à données comparables, +1,1% à données publiées. L'EBITA courant s'est établi à 253 millions d'euros, soit un taux de marge sur CA de 9,5%. Le Résultat net part du groupe est de 63 millions d'euros. Le Cash-flow net disponible s'inscrit à 192 millions d'euros (+11,6%). Sur 2020, la croissance du chiffre d'affaires annuel sera de l'ordre de +6% à données comparables et le taux de marge d'EBITA courant sur chiffre d'affaires d'au moins 12,5%. Portzamparc salue la grande capacité d'adaptation du groupe dans un environnement difficile et revoit son cours cible en hausse de 240 à 265 euros en restant acheteur sur le dossier...

* Elis grimpe de 5% sur les 11 euros ce jeudi après avoir publié un 1er semestre résistant malgré la crise. Le chiffre d'affaires du 1er semestre est ressorti en repli de -15,7% (-14,7% en organique), avec une forte baisse d'activité en Hôtellerie, plus contenue dans les autres secteurs. La marge d'EBITDA est néanmoins en amélioration de +20pb, à 32,5% du chiffre d'affaires. Le résultat net courant est en baisse de -51,2% à 49,7 ME. Le free cash flow est de 56,1 ME (après paiement des loyers), en augmentation de +75 ME par rapport au 1er semestre 2019.

* Le spécialiste des systèmes de confinement à membranes pour le transport maritime et le stockage de gaz liquéfié GTT gagne 5% à 79 euros, après avoir enregistré un chiffre d'affaires consolidé du premier semestre 2020 de 203,8 ME, en hausse de 66,2% par rapport au premier semestre 2019. Le chiffre d'affaires lié aux constructions neuves s'établit à 197,7 ME, en hausse de 70,9%.

* Safran prend 4% à 94,5 euros ce jeudi. Le chiffre d'affaires du 1er semestre 2020 du groupe s'élève à 8.767 ME en données ajustées, en baisse de 27,6%, par rapport à la même période de l'année dernière. La contribution nette de l'effet de périmètre représente -20 ME. L'effet de change net s'élève à 194 ME, traduisant un effet de conversion positif du chiffre d'affaires en devises étrangères, notamment en USD. La baisse du CA atteint 29% sur une base organique et en données ajustées. Le CA consolidé se monte à 8,9 MdsE, pour un résultat opérationnel courant consolidé de 859 ME et un résultat opérationnel consolidé de 715 ME. Le résultat net part du groupe ressort à -340 ME en données consolidées et le cash flow libre est de 901 ME.

* FDJ flambe de 12% à 30 euros, les opérateurs se montrant rassurés par le point sur l'activité de la loterie nationale. Si le groupe a vu ses revenus reculer de 15% au premier semestre à 849 millions d'euros, et que son bénéfice net a été divisé par près de deux à 50 ME, il note que la reprise progressive depuis la sortie du confinement mi-mai s'est accélérée avec le retour graduel des compétitions sportives, notamment de la plupart des championnats nationaux de football en Europe, et le redémarrage d'Amigo le 8 juin. Ainsi, sur le semestre, le recul des mises a été limité à -18% par rapport au 1er semestre 2019. Par ailleurs, dès mi-juin, FDJ a retrouvé un niveau d'activité comparable à celui de 2019...

VALEURS EN BAISSE

* Unibail-Rodamco-Westfield chute de 7% à 44,8 euros après avoir accusé une baisse de 14,2% de ses loyers nets à 1,065 milliard d'euros au premier semestre, et de 27,2% de son résultat net récurrent, à 667 ME. La foncière n'a pas annoncé de nouveaux objectifs financiers pour 2020, jugeant la situation sanitaire encore trop incertaine, mais estime que "la fréquentation dans les centres européens montre des signes de reprise encourageants". Au 30 juin 2020, 97% des magasins des centres commerciaux du groupe en Europe étaient ouverts et 77% aux Etats-Unis.

* Casino plonge de près de 15% à 22,3 euros, sur un plancher de 25 ans ! Le titre subit de gros dégagements après que le distributeur eut fait état d'un Ebitda de 1,07 milliard d'euros au premier semestre, en hausse de 4% à taux de changes constants, pour un chiffre d'affaires de 16,1 milliards d'euros, en hausse de 5,9% à données comparables. Le ROC Groupe s'établit à 386 ME, en recul organique de 3,6% et la perte nette atteint 87 ME. Le Résultat Net des activités poursuivies ressort pour sa part à -287 ME, en raison notamment de -249 ME de charges exceptionnelles majoritairement non cash. Outre ces résultats déficitaires, les investisseurs sanctionnent également la faible performance réalisée en France au deuxième trimestre puisque la croissance interne s'est limitée à 3,1% contre +3,5% attendue. Morgan Stanley ('sous-pondérer') évoque ainsi des chiffres 'faibles', avec un profit opérationnel inférieur au consensus et une "mauvaise" génération de FCF sous-jacent.

* Perte record pour Renault (-5%). Le constructeur a essuyé un déficit net de 7,39 milliards d'euros sur les six premiers mois de l'année, notamment pénalisé par la contribution négative de Nissan pour 4,8E MdsE. Le résultat opérationnel est négatif à hauteur de 2 MdsE pour un chiffre d'affaires de 18,4 milliards d'euros, en repli de 34,3% et de 32,9% à taux de change et périmètre constants. Le free cash-flow opérationnel de l'Automobile s'élève à -6,375 MdsE, notamment en raison de l'impact de la baisse de l'activité sur le besoin en fonds de roulement.

* Danone recule de 4%. Le géant de l'agro-alimentaire a réalisé sur les six premiers mois de l'année un résultat opérationnel courant de à 1,7 milliard d'euros, matérialisant une marge opérationnelle courante de 14,0% contre 14,7% l'année dernière et 13,7% attendu par les analystes. Cette baisse inclut l'impact négatif pour 93 points de base des coûts supplémentaires directement liés au COVID-19 qui ont été engagés au cours du semestre pour assurer la sécurité des salariés et le maintien de la chaîne d'approvisionnement. Le bénéfice net ressort à 1,015 MdE pour un chiffre d'affaires de 12,189 MdsE, en repli de 1,1% en données comparables et de 3,6% en données publiées.

* Orange (-4%) a confirmé qu'il ne prévoit pas de déviation significative par rapport à ses objectifs financiers de l'exercice 2020.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !