Cotation du 24/11/2020 à 18h05 CAC 40 +1,21% 5 558,42
  • PX1 - FR0003500008

Mi-séance Paris : le CAC40 reprend son souffle sous les 5.500 points

Mi-séance Paris : le CAC40 reprend son souffle sous les 5.500 points
Mi-séance Paris : le CAC40 reprend son souffle sous les 5.500 points
Crédit photo © Reuters

LA TENDANCE

(Boursier.com) — Après 4 séances supplémentaires de hausse, la bourse de Paris reprend son souffle et cède un peu moins de 1% ce jeudi en fin de matinée. Le CAC40 revient autour de 5.460 points après avoir dépassé hier les 5.500 points en clôture pour la première fois depuis la fin février.

Le besoin de souffler se fait donc sentir sur les marchés après la hausse fulgurante et non démentie, débutée lundi 9 novembre avec l'annonce d'un vaccin à succès chez Pfizer et confirmée il y a 3 jours par celle concernant celui de Moderna. Les prises de bénéfices se sont imposées à Wall Street hier soir alors que les Etats-Unis ont franchi mercredi le seuil des 250.000 morts du COVID-19 et que plusieurs Etats du pays ont annoncé de nouvelles mesures pour tenter de freiner l'épidémie. Au Japon, confronté lui aussi à une accélération de la propagation du virus, la municipalité de Tokyo a déclenché l'alerte maximale.

VALEURS EN HAUSSE

* Alstom reste en hausse de 1,2% à 43,8 euros. La période de souscription à l'augmentation de capital débute ce jeudi et sera ouverte jusqu'au 30 novembre 2020 inclus.

* Bouygues (+1,20% à 34,25 Euros) a fait état d'une forte amélioration de ses résultats au troisième trimestre, de quoi revoir à la hausse ses perspectives pour le second semestre. Au troisième trimestre, Bouygues a enregistré un résultat opérationnel courant de 813 millions d'euros, en hausse de 22%, et un chiffre d'affaires en progression de 1% à 10,19 milliards d'euros, ce qui fait ressortir un taux de marge opérationnelle courante de 8%. Le groupe prévoit désormais une marge opérationnelle courante très légèrement supérieure à celle du second semestre 2019 alors qu'il visait une "rentabilité significative" mais inférieure au niveau de l'an dernier. La branche télécoms a révisé à la hausse sa prévision de chiffre d'affaires de l'activité services, attendue en croissance entre 5% et 6%, contre 4% auparavant.

VALEURS EN BAISSE

* Soitec perd du terrain (-3% à 131,9 euros) au lendemain de son point intermédiaire. Le fabricant de plaques de silicium sur isolant a dévoilé des comptes globalement en ligne avec les attentes du marché et a confirmé ses objectifs annuels mais certains investisseurs pointent du doigt la relative faiblesse de la marge brute. Sur le premier semestre de l'exercice 2020/2021, Soitec a dégagé un chiffre d'affaires de 254 ME, stable à périmètre et taux de change constants. Le résultat opérationnel courant est passé sur un an de 51,3 ME à 37,2 ME, conséquence du recul de la marge brute (à 30,4%) et de l'augmentation des efforts de recherche et développement ainsi que de la hausse des effectifs en vue de soutenir la croissance à venir... La marge d'EBITDA de l'Électronique est en légère hausse, à 30,4% du chiffre d'affaires, en ligne avec les objectifs donnés. La direction confirme viser sur l'ensemble de l'exercice un chiffre d'affaires stable à périmètre et taux de change constants et une marge d'EBITDA de l'Électronique autour de 30%. Le chiffre d'affaires 2021-2022 est en revanche désormais attendu à plus de 900 M$, soit plus de 800 ME sur la base d'un taux de change EUR/$ à 1,13 (contre environ 800 ME précédemment).

* Air France (-3,4% à 4,28 euros) continue à perdre environ 10 millions d'euros par jour. Lors d'une visioconférence organisée avec l'association des journalistes économiques et financiers, Anne Rigail a précisé : "nous avons 'variabilisé' beaucoup de nos coûts ce qui permet de rester dans ces zones" (ndlr : des 10 ME). La directrice générale d'Air France a également indiqué que l'activité de la compagnie était à environ 40% de son niveau d'il y a un an en octobre, mais est passée sous la barre des 35% en novembre. Les voyages d'affaires ne reprendront pas avant le premier trimestre ou le milieu de l'année 2021, selon la dirigeante, qui estime plus globalement que le trafic retrouvera son niveau de l'an passé à horizon 2024.

* Sanofi cède 0,8% à 85,4 euros. La Commission européenne a délivré une autorisation de mise sur le marché à Supemtek, vaccin quadrivalent (quatre souches virales) recombinant contre la grippe, pour la prévention de la grippe chez l'adulte à partir de 18 ans. Supemtek est le premier et seul vaccin antigrippal recombinant approuvé dans l'Union européenne à ce jour. Supemtek est produit à l'aide d'une technologie recombinante, qui permet une correspondance exacte avec le composant clé des souches de grippe recommandées par l'Organisation mondiale de la santé, évitant ainsi le risque de mutations virales. Il contient aussi trois fois plus d'antigènes que les vaccins à dose standard produits au moyen de cultures de virus sur oeufs de poule et sur cultures cellulaires1. Cette plus grande quantité d'antigènes et le recours à la technologie recombinante confèrent une meilleure protection contre la grippe, en particulier chez les plus de 50 ans.

* Vallourec reperd 8% à 20,4 euros. Le spécialiste des tubes sans soudure, qui cherche à obtenir un accord avec ses créanciers afin de réduire de moitié son endettement, a dévoilé hier soir une perte trimestrielle de 69 millions d'euros pour un chiffre d'affaires en baisse de 32% (-22% à taux de change constants) à 716 ME, en raison principalement de la baisse globale de la demande du marché Pétrole & Gaz. L'Ebitda a atteint 71 ME (-15,5) contre un consensus de 42 ME. Le groupe est parvenu à générer un flux de trésorerie disponible positif de 35 ME contre 26 ME au trimestre précédent. Malgré de premiers signes récents d'amélioration dans l'onshore nord-américain, la société ne table pas sur un niveau d'activité matériellement différent au cours des prochains trimestres. Dans ce contexte, Vallourec lance un ensemble de mesures structurelles, qui inclut des réductions d'effectifs en France, en Allemagne et au Brésil, ainsi qu'une réduction permanente du temps de travail en Allemagne. Au total, plus de 1.000 postes seront éliminés.

* Engie tente de résister au repli du marché avec un titre qui cède 0,5% à 12,15 euros. Dans une étude consacrée au groupe énergétique, Oddo BHF réitère son avis 'achat' et rehausse son objectif de 14 à 16 euros.

* Plus forte baisse du CAC40, Société Générale rend 2,9% sous les 16 euros.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !