Cotation du 18/09/2020 à 18h05 CAC 40 -1,22% 4 978,18
  • PX1 - FR0003500008

Mi-séance Paris : le CAC40 refuse toujours les 5.100 points

Mi-séance Paris : le CAC40 refuse toujours les 5.100 points
Mi-séance Paris : le CAC40 refuse toujours les 5.100 points
Crédit photo © Reuters

LA TENDANCE

(Boursier.com) — Après quatre séances de légère progression sans toutefois parvenir à rejoindre les 5.100 points, le CAC40 subit des prises de bénéfices. L'indice parisien est même repassé brièvement sous les 5.000 points ce jeudi matin avant de limiter son repli à 0,7% actuellement autour de 5.040 points.

Aucun catalyseur n'est venu de la Fed hier soir. Son discours apparaît en effet relativement attendu et les investisseurs espéraient davantage que la confirmation de sa politique un peu plus laxiste en termes d'inflation. Elle a en effet a promis de maintenir ses taux d'intérêt au niveau actuel jusqu'à ce que l'inflation remonte "modérément" au-dessus de 2% pendant "un certain temps". "Cela devrait constituer une déclaration très puissante de soutien à l'activité économique" et favoriser un retour plus rapide à 2% d'inflation, a expliqué Jerome Powell.

VALEURS EN HAUSSE

* Virbac gagne plus de 10% à 204 euros après ses comptes semestriels. Le résultat opérationnel courant avant amortissement des actifs issus d'acquisitions s'élève à 85,5 ME en progression par rapport au premier semestre 2019, soit 66,9 ME. Le résultat net - Part du Groupe s'établit à 47,2 ME, soit une forte hausse par rapport au premier semestre de l'année précédente où il était de 26,4 ME. Virbac anticipe un chiffre d'affaires qui pourrait se situer dans le haut de la fourchette, précédemment communiquée, de -3% à 0% sur l'année 2020 à périmètre réel.

* Orapi bondit de plus de 20% à 6,4 euros, dopé par le fort redressement de sa rentabilité au premier semestre. Le spécialiste des solutions et produits techniques d'hygiène et de maintenance a réalisé sur les six premiers mois de l'année un EBITDA de 22,4 ME, soit 16% du chiffre d'affaires, en hausse de 13 ME sur un an, pour des revenus de 140,4 ME, en progression de 9,1% à périmètre courant (+12% à périmètre constant). Le résultat opérationnel courant a atteint 15,2 ME, en hausse de 12,3 ME.

* Pas de hausses vraiment significatives sur le CAC40.

* Airbus grappille 0,4% à 71 euros. Le Credit Suisse a revalorisé Airbus de 78 à 106 euros.

VALEURS EN BAISSE

* Unibail-Rodamco-Westfield (-7,40% à 37 euros) a annoncé mercredi le lancement d'un plan d'au moins 9 milliards d'euros afin de renforcer le bilan de la compagnie foncière spécialisée dans les centres commerciaux, qui ont été durement frappés par la pandémie de coronavirus. Ce plan prévoit notamment une augmentation de capital de 3,5 milliards d'euros, intégralement souscrite par un syndicat bancaire. Hier soir, Moody's a dégradé la note crédit long-terme du groupe de 'A3' à 'Baa1' avec une perspective 'stable'. "Le déclassement de la note à Baa1 reflète les attentes accrues en matière d'endettement et les perspectives d'exploitation plus faibles pour la société et le secteur plus large de l'immobilier de détail", souligne l'agence.

* AXA abandonne 1,4% à 16,9 euros. Oddo BHF a pourtant réitéré son conseil 'achat' sur l'assureur avec un objectif de cours de 24 euros.

* LVMH cède 0,9% à 422 euros. Le joaillier new-yorkais Tiffany n'en démord pas et désire toujours conclure la transaction avec LVMH selon les termes et le calendrier précédemment fixés. L'Américain dénonce les "efforts flagrants" du Français pour éviter de payer le montant convenu pour son acquisition. Tiffany demande au tribunal du Delaware d'organiser un procès dans un calendrier permettant un verdict avant le 24 novembre, date limite de finalisation de l'accord. L'Américain répond ainsi à la demande de LVMH de repousser de six ou sept mois le procès du Delaware. "Les termes de l'accord entre Tiffany et LVMH sont clairs et ont été fortement négociés", s'élève le groupe new-yorkais, face à la volonté du géant français du luxe de se retirer de la transaction. Tiffany assure par ailleurs que son management a "bien géré" l'activité durant la pandémie, ce qui n'est pas l'avis de LVMH...

* L'Oréal abandonne 0,4% à 280 euros. Bryan Garnier est passé de 'neutre' à 'conviction à l'achat' avec un objectif de 313 euros.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !