Cotation du 18/05/2022 à 18h05 CAC 40 -1,20% 6 352,94
  • PX1 - FR0003500008

Mi-séance Paris : le CAC40 recule, EDF trébuche

Mi-séance Paris : le CAC40 recule, EDF trébuche
Mi-séance Paris : le CAC40 recule, EDF trébuche
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Après avoir ouvert dans le vert, le CAC40 a rapidement abandonné ses gains et cède désormais 0,50% à 6.444 points à la mi-journée. Les investisseurs restent sur la défensive dans l'attente de la décision de politique monétaire de la Fed. S'il ne fait guère de doute quant au fait que la Réserve fédérale va rehausser ses taux d'un demi-point, les commentaires du président de la Fed, Jerome Powell, concernant le calendrier des prochaines hausses de taux et la réduction du bilan de la Banque centrale américaine sont particulièrement attendus.

En Europe, les indices PMI définitifs dans la zone euro ont confirmé l'accélération de l'activité en avril, grâce notamment à la poursuite du rebond de l'activité dans le secteur des services, favorisé par un nouvel allègement des restrictions sanitaires.

La parité euro / dollar atteint 1,052$ ce midi. Le baril de Brent se négocie 108,3$, en hausse de plus de 3%. La Commission européenne a proposé un embargo total sur le pétrole russe dans le cadre d'un sixième train de sanctions du bloc contre la Russie en raison de l'offensive lancée en Ukraine. "Nous cesserons progressivement l'approvisionnement en pétrole brut dans un délai de six mois et celui en produits raffinés d'ici à la fin de l'année", a déclaré la présidente de l'exécutif européen, Ursula von der Leyen, lors d'un discours de présentation de ce nouveau train de sanctions au Parlement européen réuni à Strasbourg. "Il s'agira d'un embargo total sur l'ensemble du pétrole russe, livré par voie maritime ou via des oléoducs, brut ou raffiné", a-t-elle précisé.

Sur le front des entreprises, Solvay et Maisons du Monde se distinguent après leurs résultats. A l'inverse, EDF est chahuté malgré l'envolée de ses revenus.

VALEURS EN HAUSSE

* Solvay grimpe de près de 6% à 94,9 euros, le marché saluant logiquement le relèvement de la guidance annuelle du chimiste. Le groupe vise désormais une hausse de 5 à 9% de son EBITDA sous-jacent 2022 contre environ 5% précédemment et un free cash-flow des activités poursuivies de plus de 650 millions d'euros. Sur les trois premiers mois de l'année, la société a enregistré un EBITDA sous-jacent record de 712 millions d'euros, en croissance organique de 20%, pour un chiffre d'affaires net de plus de 3 milliards d'euros, en hausse organique de 26,1% sur un an, également à un niveau historique. Grâce à la mise en place réussie d'actions sur les prix (+20% ou 475 millions d'euros) et à la croissance des volumes (+6% ou 157 millions d'euros), le groupe affiche une croissance à deux chiffres dans toutes les activités et toutes les régions. Le bénéfice net sous-jacent s'est élevé à 369 millions d'euros, en hausse de 54% sur un an. Des comptes nettement supérieurs aux attentes des analystes.

* Maisons du Monde prend 3,1% à 16,3 euros. Le groupe a fait état de ventes de 313 millions d'euros au premier trimestre, globalement stables en glissement annuel (-1,3% ; -4% APC) par rapport au niveau exceptionnellement élevé du T1 2021 (317 ME, en hausse de 37% par rapport à 2020). Par rapport au premier trimestre 2019 avant la pandémie, les revenus affichent une hausse de 15%. Dans un environnement qui reste complexe et volatil, le Groupe observe un début de semestre au ralenti et considère que la dynamique du deuxième trimestre sera freinée par le contexte inflationniste global et son effet sur la demande, en parallèle de ralentissements liés à la résurgence de la Covid en Asie qui pourraient impacter les programmes de réapprovisionnement. Sans nouvelle dégradation de l'environnement macroéconomique et des conditions d'approvisionnement, le groupe a néanmoins confirmé ses objectifs 2022.

* Thales (+1,7% à 127 euros) a annoncé hier l'acquisition de RUAG Simulation & Training, société de 500 salariés, qui a dégagé en 2021 un chiffre d'affaires avoisinant 90 millions d'euros. La consolidation viendra notamment compléter la présence de Thales sur le marché terrestre, tout en confortant son expertise dans les solutions pour hélicoptères et aéronefs militaires. Cette acquisition constitue pour le groupe une opportunité de renforcer son implantation locale dans des zones géographiques prioritaires (France, Suisse, Allemagne et Royaume-Uni), mais aussi aux Emirats Arabes Unis et en Australie.

* Soitec (+0,4% à 168,4 euros), leader dans la conception et la fabrication de matériaux semi-conducteurs innovants, a sorti son premier substrat de carbure de silicium SmartSiC en 200 mm. Avec cette sortie, Soitec est en mesure d'étendre son portefeuille de produits SiC au-delà du 150 mm, de passer à la vitesse supérieure dans le développement de ses substrats SmartSiC et de répondre à la demande croissante du marché automobile.

VALEURS EN BAISSE

* EDF abandonne 3,1% à 8,3 euros malgré l'annonce d'un chiffre d'affaires de 35,58 MdsE au T1, en hausse de 61%, soutenu par les prix de l'électricité et du gaz. Le chiffre d'affaires bénéficie par ailleurs de la bonne performance d'EDF Trading. Il convient de noter toutefois que l'évolution du chiffre d'affaires n'aura qu'un impact limité sur l'EBITDA. De plus, le recul de la production nucléaire pénalisera l'EBITDA en raison des achats nécessaires sur les marchés de gros dans un contexte de forte hausse des prix, a précisé le groupe. La production nucléaire en France s'est établie à 91,7 TWh, soit 7,5 TWh de moins qu'à la même période en 2021, en raison d'une moindre disponibilité du parc nucléaire due essentiellement à l'impact de la découverte d'indications de corrosion sous contrainte.

* Safran recule de 0,5% à 100 euros après avoir ouvert dans le vert. Jefferies a rehaussé de 'sous-performer' à 'conserver' sa recommandation sur le dossier tout en ajustant sa cible de 95 à 97 euros. Avec ce changement, plus aucun analyste ne suit désormais la valeur avec un avis 'négatif' (consensus 'Bloomberg'). Le broker estime que les pressions à court terme sur le groupe aérospatial et de Défense sont désormais bien reflétées dans le titre. Il note que lors de la publication des comptes trimestriels la semaine dernière, Safran a ajusté ses perspectives pour l'exercice pour tenir compte des vents contraires supplémentaires sur les marges dus à l'inflation des coûts et à l'arrêt des activités en Russie, mais semblait confiant dans sa capacité à les compenser.

* Airbus cède 1% à 105,5 euros, pénalisé par des bruits de couloir autour du futur A321XLR. Selon les sources de 'Bloomberg', les autorités européennes de l'aviation civile envisageraient d'imposer des modifications importantes à la conception des "carénages de soubassement" du futur Airbus. Des changements qui pourraient retarder le lancement de l'avion mais aussi réduire son rayon d'action. Ces modifications ont pour but d'atténuer le risque d'incendie lié au nouveau réservoir central de carburant.

©2022

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Actualités CAC 40

Aucune actualité disponible.
Plus d'actualités