Cotation du 20/05/2022 à 18h05 CAC 40 +0,20% 6 285,24
  • PX1 - FR0003500008

Mi-séance Paris : le CAC40 rechute lourdement

Mi-séance Paris : le CAC40 rechute lourdement
Mi-séance Paris : le CAC40 rechute lourdement
Crédit photo © Reuters

LA TENDANCE

(Boursier.com) — Le CAC40 rechute lourdement ce jeudi en suivant la tendance négative de Wall Street et du Nasdaq en particulier (-3,18% hier soir). L'indice parisien perd environ 2,5% en fin de matinée, soit l'intégralité des gains de la veille, pour revenir sur les 6.100 points. Le compartiment du luxe, fortement représenté dans le CAC40, pèse à nouveau sur la tendance même si aucun secteur n'est épargné.

Les investisseurs commencent à toucher du doigt les contours de la nouvelle politique monétaire de la BCE : après les déclarations de plusieurs membres en faveur d'un premier relèvement des taux directeurs en juillet pour lutter contre l'inflation, la présidente de l'institution, Christine Lagarde, a pour la première fois jugé plausible cette hypothèse, qu'elle a longtemps exclue. La Banque centrale européenne pourrait ainsi commencer à relever ses taux d'intérêt dès le mois de juillet, a déclaré mercredi Mme Lagarde, dans un discours prononcé à Ljubljana, pour les trente ans de la banque centrale slovène. La BCE "va mettre fin" dans un premier temps à ses achats nets d'actifs "au début du troisième trimestre", soit juillet, puis "quelque temps après" une première hausse de taux interviendra".

Du côté américain, alors de la Réserve fédérale a entamé un cycle de resserrement monétaire pour juguler la flambée d'inflation, plusieurs anciens responsables de la banque centrale américaine sont montés au créneau ces derniers jours pour appeler leurs ex-collègues à se montrer bien plus offensifs en matière de hausse des taux directeurs pour freiner l'envolée des prix.

VALEURS EN HAUSSE

* A contre-courant, STMicroelectronics se distingue, sur un gain de 3% à 35,4 euros. Les investisseurs apprécient la feuille de route de moyen-terme dévoilée ce matin par le fabricant de puces. STMicro vise notamment un chiffre d'affaires annuel supérieur à 20 milliards de dollars en 2027 au plus tard, grâce à une demande toujours soutenue des secteurs automobile et industriel et des constructeurs de Smartphones.

* Chargeurs grimpe de 5% à 17,2 euros. Le groupe a publié un chiffre d'affaires en hausse de 12,6% à 203,5 ME au premier trimestre. La direction souligne en particulier la poursuite d'une croissance très élevée chez Chargeurs Protective Films et une forte accélération de Chargeurs Fashion Technologies avec une belle capacité à répercuter la hausse des coûts de production.

VALEURS EN BAISSE

* Après deux belles séances de hausse, le secteur du luxe repique du nez ce jeudi. Le compartiment est à nouveau plombé par les craintes de resserrement monétaire agressif des Banques centrales sur fond d'envolée des prix et de ralentissement de la croissance en Chine, un marché clef pour l'industrie. LVMH, Hermès et Kering perdent entre 4% et 5% en matinée à Paris. "La hausse plus forte que prévu de l'inflation (ndlr : aux USA) a renforcé les inquiétudes quant à la nécessité pour la Fed d'accélérer le resserrement de sa politique monétaire", déclare Rodrigo Catril, chez National Australia Bank.

* La cotation de la branche véhicules électriques de Renault (-6% à 21,5 euros) se précise. Après les déclarations récentes de Luca de Meo, le directeur général du constructeur automobile français, le 'Nikkei' affirme que Renault prévoit de coter séparément ses activités électriques l'an prochain, probablement dans le but de lever des fonds. Le groupe au losange va vraisemblablement proposer à ses partenaires Nissan et Mitsubishi Motors de participer à l'opération. En déplacement à Tokyo, Luca de Meo a confirmé au quotidien nippon que des discussions sur la question allaient être engagées entre les trois constructeurs.

* Veolia abandonne 4,2% à 25,5 euros après son point trimestriel. Le géant mondial des prestations de services à l'environnement a pourtant réitéré sa guidance annuelle après avoir fait état d'une croissance organique de 16,7% au premier trimestre. Sur la période, le chiffre d'affaires total est ressorti à 9,94 MdsE, en croissance de 44,3% à change constant, avec un effet périmètre de 1,88 MdE principalement lié à l'intégration des activités de Suez. L'EBIT courant s'est établi à 692 ME, en progression de 18% à périmètre et change constants.

* Ubisoft cède 1% à 41,1 euros. Si le titre bénéficie depuis plusieurs mois d'une vague spéculative, l'éditeur de jeux-vidéo a déçu sur son quatrième trimestre fiscal et ses prévisions sont également jugées décevantes par la communauté financière. L'entreprise de la famille Guillemot vise sur l'exercice 2022-2023 une croissance significative du net bookings et un résultat opérationnel non-IFRS aux alentours de 400 ME.

* Beneteau, qui restait sur quatre séances de progression, trébuche de 15% à 11 euros au lendemain de son point trimestriel. Le plaisancier a réalisé un chiffre d'affaires de 317 millions d'euros sur les trois premiers mois de l'exercice, en croissance de 10,6% en données publiées (+8,9% à taux de change constant). Beneteau explique que l'année 2022 est marquée par la qualité des commandes et la réussite commerciale de ses produits mais avec des tensions sur les approvisionnements qui brident la croissance. Le groupe a néanmoins réitéré ses perspectives de chiffres d'affaires et de résultat opérationnel courant communiquées le 17 mars dernier (chiffre d'affaires 2022 attendu en croissance de 11 à 14% en données publiées avec un résultat opérationnel courant entre 110 et 120 ME).

©2022

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Actualités CAC 40

Aucune actualité disponible.
Plus d'actualités