Cotation du 27/10/2020 à 18h05 CAC 40 -1,77% 4 730,66
  • PX1 - FR0003500008

Mi-séance Paris : le CAC40 parvient à peine à stopper son hémorragie

Mi-séance Paris : le CAC40 parvient à peine à stopper son hémorragie
Mi-séance Paris : le CAC40 parvient à peine à stopper son hémorragie
Crédit photo © Reuters

LA TENDANCE

(Boursier.com) — Difficile de parler de rebond puisque le CAC40 parvient à peine à stopper son hémorragie. L'indice parisien grappille 0,2% ce mardi à 4.801 points en fin de matinée après avoir enregistré lundi sa plus forte baisse depuis le 11 juin (-3,74%). Les prises de risques restent ainsi limitées alors que l'incertitude sur le plan sanitaire et ses conséquences au niveau économique restent fortes. Les craintes d'un reconfinement généralisé alimentent ainsi l'aversion au risque tout comme les nouvelles tensions au Congrès américain liées à la nomination d'un juge à la Cour suprême, un facteur qui menace de freiner les nouvelles mesures de relance. Wall Street a quand même limité la casse hier soir.

Boris Johnson, Premier ministre britannique, doit annoncer ce mardi devant le Parlement un reconfinement partiel du Royaume-Uni, sans doute pas aussi rude cependant que celui de mars. Des mesures restrictives nouvelles viendront s'ajouter à celles déjà imposées en Angleterre, en Écosse, au Pays de Galles et en Irlande du Nord. Les pubs, bars et restaurants devraient fermer à 22 heures à partir de jeudi. Boris Johnson encourage par ailleurs désormais le télétravail, rompant avec son discours antérieur.

VALEURS EN HAUSSE

* Ubisoft gagne 2,9% à 74,9 euros. L'éditeur de jeux-vidéo est porté par le mouvement de consolidation sectoriel après l'annonce par Microsoft du rachat de ZeniMax Media pour 7,5 milliards de dollars. Un montant qui en fait la plus importante opération de l'histoire du jeux-vidéo.

* Iliad remonte de 3% à 169 euros en matinée. L'actualité autour de l'opérateur télécoms reste marquée par l'annonce d'une OPA sur le groupe polonais Play, pour un montant en numéraire de 39 zlotys par action (soit environ 2,2 milliards d'euros pour 100% du capital, et 3,5 milliards d'euros en valeur d'entreprise).

* Suez (+0,9% à 14,96 euros) continue à vanter les mérites de son busines-modèle face à la tentative de rachat de Veolia. En avance sur son plan de marche Suez 2030, le management se dit en mesure de donner de la visibilité sur une trajectoire financière d'ici 2022 et annonce les perspectives suivantes : un chiffre d'affaires supérieur à 16 MdsE en 2021 et à 17MdsE en 2022; un EBIT estimé entre environ 1,35 et 1,50MdE en 2021 et à environ 1,7MdE en 2022 ; et un résultat net récurent par action visé entre 0,75 et 0,80 euro en 2021 et 0,90 et 1 euro en 2022. Ces résultats tangibles de SUEZ 2030 permettront au Groupe de redéployer son capital pour renforcer sa croissance et donner un retour à ses actionnaires d'une manière équilibrée. Les actionnaires ne sont pas oubliés puisque Suez souhaite reverser au moins 2 MdsE d'ici à fin 2022, dont : environ 1 MdE au titre du dividende ordinaire, à 0,65 euro par action en 2021 et en augmentation à 0,70 euro en 2022 et au moins 1 MdE de distribution extraordinaire en 2021.

* AST Groupe bondit de 13% à 3,66 euros, dopé par de solides résultats intermédiaires. Malgré un chiffre d'affaires en baisse de 25%, le 3ème constructeur de maisons individuelles en France a vu son Ebitda s'apprécier de 23% sur les six premiers mois de l'année. Le résultat opérationnel enregistre une progression plus significative de 36% pour s'inscrire à 2 ME et porter la marge opérationnelle à 2,5% contre 1,4% au premier semestre 2019.

VALEURS EN BAISSE

* Plus forte baisse du CAC40, Airbus recule de 3,3% à 62 euros. Dans un environnement toujours très compliqué pour l'industrie aéronautique, Guillaume Faury s'est encore une fois montré très prudent sur le front social. Confronté à une baisse d'activité sans précédent, le président exécutif de l'avionneur n'a pas exclu de recourir à des licenciements secs. "Personne ne peut garantir qu'il n'y aura pas de licenciements secs pour pouvoir s'adapter à la situation", a dit le dirigeant sur 'RTL'. "La situation s'est dégradée, les compagnies aériennes sont dans une situation plus difficile après les vacances que ce qu'on espérait... Il faut qu'on exécute notre plan de réductions de coûts pour s'adapter au nouvel environnement en particulier sur le volet social".

* Les valeurs liées au tourisme continuent de souffrir, Accor reste en baisse de 2,5% à 22 euros tout comme Compagnie des Alpes (-2%).

* Air France KLM abandonne encore près de 4% à 3,25 euros.

* CGG (-1,8% à 0,6 euro) a annoncé la disponibilité au quatrième trimestre 2020 des images préliminaires de son étude sismique 3D multi-clients réalisée dans le bassin du Gippsland, au sud-est de l'Australie. Ces données à très large bande de fréquences permettront aux opérateurs en place et aux nouveaux venus de prendre les meilleures décisions en amont des enchères de blocs miniers proposés dans le bassin sédimentaire prolifique et producteur d'hydrocarbures du Gippsland.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !