Cotation du 23/07/2019 à 18h05 CAC 40 +0,92% 5 618,16
  • PX1 - FR0003500008

Mi-séance Paris : le CAC40 n'est plus très loin de ses récents plus hauts

Mi-séance Paris : le CAC40 n'est plus très loin de ses récents plus hauts
Mi-séance Paris : le CAC40 n'est plus très loin de ses récents plus hauts
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Le CAC40 évolue à nouveau en nette hausse depuis ce matin. Vers la mi-journée, l'indice parisien progresse de 0,75% autour de 5.560 points et se rapproche de ses récents plus hauts du mois d'avril à 5.601 points. Depuis le début de l'année, la hausse dépasse désormais 17% dans des marchés qui continuent à se laisser porter par le contexte de grande souplesse monétaire, confirmé hier outre-Atlantique par le discours de Jerome Powell. Le changement de ton du patron de la Fed est notable et, pour de nombreux observateurs, il doit se matérialiser par une baisse de taux dès le mois de juillet. Les baisses de taux pourraient atteindre jusqu'à 50 points de base d'ici la fin de l'année. De quoi rassurer les marchés sur la réactivité de la Fed et sa capacité à répondre à tout fléchissement de la croissance, notamment liée au conflit avec la Chine.

VALEURS EN HAUSSE

* Vallourec gagne 4% à 2,38 euros, le Brent est en hausse de 2,5% à plus de 63 dollars le baril. Total s'adjuge 1% à 48,8 euros.

* Sanofi gagne 0,6% à 78,4 euros. Liberum reste à l'achat en visant un cours de 90 euros, ajusté en hausse.

* Lafargeholcim (+1,5% à 44,5 euros) a annoncé le résultat de son offre de rachat portant sur l'obligation 7,125%/2036. A l'issue de la période de l'offre, fixée au mercredi 19 juin, le groupe va récupérer 76.912.000$, conformément aux procédures de livraison garantie décrites dans l'offre d'achat, subordonnées au respect des obligations de livraison des porteurs aux termes de ces procédures. La date de règlement de l'offre devrait être le 24 juin.

* STMicroelectronics poursuit son rebond de 3% à 15,3 euros. Morgan Stanley avait initié hier la couverture de STMicroelectronics avec une recommandation "surpondérer" et un objectif de cours de 18 euros.

* Kering (+2,2% à 519,3 euros) bénéficie de plusieurs notes favorables d'analystes. Citi estime tout d'abord que la récente sous-performance de l'action offre un point d'entrée intéressant, alors que le choix d'investissement est toujours "convaincant" en dépit des préoccupations sur la croissance de sa marque la plus populaire, Gucci.

* Safran gagne 1,1% à 131,60 euros. A l'occasion du salon du Bourget, CFM International, la coentreprise 50/50 entre Safran Aircraft Engines et GE, a annoncé des commandes totales et engagements pour plus de 1.150 moteurs LEAP, accompagnés d'accords de services de long terme, pour une valeur approximative totale de 50,2 milliards de dollars aux prix catalogue ! Gaël Méheust, président et directeur général de CFM International, se félicite, évoquant "une semaine absolument incroyable", avec des commandes de clients de longue date ainsi que de nouveaux opérateurs LEAP, dont IndiGo pour le LEAP-1A et une lettre d'intention récemment annoncée d'IAG pour 200 appareils 737 MAX de Boeing - pour laquelle CFM entend finaliser la 'portion LEAP-1B' de l'accord.

VALEURS EN BAISSE

* EDF (-1,7% à 11,8 euros) a pris connaissance de la décision de l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) dans son courrier daté du 19 juin relatif aux écarts affectant les soudures des tuyauteries vapeur principales en exclusion de rupture de l'EPR de Flamanville. EDF analyse actuellement les conséquences de cette décision sur le planning et le coût de l'EPR de Flamanville, et fera, dans les prochaines semaines, un point précis sur la suite du projet. EDF avait confirmé mardi soir que la reprise de certaines soudures du réacteur nucléaire EPR de la centrale de Flamanville pourrait se traduire par un retard dans la mise en service.

* Casino perd 3% à 31,9 euros, ce qui entraîne sa maison-mère Rallye à la baisse (-5% à 7 euros) après plusieurs séances de forte hausse nourries par des rachats de positions vendeuses.

* Recylex perd 5% à 3,75 euros. Les affaires ne s'arrangent pas pour Recylex et sa filiale allemande. Cette dernière, dont le besoin de refinancement pour 2019 est désormais estimé à 44,4 millions d'euros, a demandé à ses partenaires financiers de reporter au 31 juillet leur droit de résiliation anticipée du financement existant (obtenu en décembre 2016) ainsi que de reporter jusqu'à cette même date les remboursements dus au 31 décembre 2018, au 31 mars 2019 et au 30 juin 2019. Le sous-groupe allemand a également sollicité auprès du consortium bancaire le report au 31 décembre 2019 de la disponibilité d'une tranche du financement existant (à hauteur de 2,4 millions d'euros).

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com