Cotation du 22/03/2019 à 18h05 CAC 40 -2,02% 5 269,92
  • PX1 - FR0003500008

Mi-séance Paris : le CAC40 fait une pause sous les 5.300 points

Mi-séance Paris : le CAC40 fait une pause sous les 5.300 points
Mi-séance Paris : le CAC40 fait une pause sous les 5.300 points
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Le CAC40 est relativement stable depuis l'ouverture et ne parvient pas à rejoindre les 5.300 points, un niveau brièvement dépassé hier au rythme d'une troisième séance de hausse consécutive. Difficile en effet d'aller plus haut alors que Wall Street est resté hier soir sur une note négative, les investisseurs cherchant visiblement un second souffle. Les nouvelles rumeurs positives en provenance des négociations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine n'ont pas suffi à pousser les marchés plus haut, après leur regain d'environ 20% depuis leurs points bas atteints fin 2018. Donald Trump a il est vrai jeté un froid en critiquant à nouveau la Fed, responsable selon lui "d'un dollar trop fort", qui pénalise les compagnies américaines à l'international.

Soutien du jour, la bourse de Shanghai est remontée de 0,88%, alors que la Chine va accorder cette année des réductions d'impôts de plusieurs milliards de dollars, augmenter les dépenses publiques d'investissement dans les infrastructures et favoriser les prêts aux petites et moyennes entreprises, a déclaré mardi le Premier ministre Li Keqiang... S'exprimant à l'ouverture de la session annuelle de l'Assemblée nationale populaire (ANP), le Parlement chinois, il a ajouté que le gouvernement visait une croissance économique de 6% à 6,5% pour cette année, en baisse par rapport à celui pour 2018.

Le gouvernement a défini un objectif budgétaire de 2,8% du PIB, en légère hausse par rapport à celui de 2,6% fixé pour 2018, objectif qui reflète l'accélération des dépenses en matière d'infrastructures et les baisses d'impôts. Pékin s'est également fixé un objectif d'inflation d'environ 3%, comme l'an dernier, a dit Li Keqiang, malgré le ralentissement de la hausse des prix à la consommation.

VALEURS EN HAUSSE

* Orange gagne 0,8% à 13,42 euros. Barclays a pourtant dégradé Orange de 'surpondérer' à 'pondération en ligne' tout en abaissant sa cible de 18,5 à 16,5 euros.

* DBV Technologies gagne près de 5% à 15,9 euros. La société a annoncé aujourd'hui la nomination de Michel de Rosen en tant que Président non-exécutif. Michel de Rosen succède au Dr Pierre-Henri Benhamou, co-fondateur de DBV Technologies, qui a décidé de prendre sa retraite de son poste de Président non-exécutif. Le Dr Benhamou rejoint le comité scientifique de la société à compter d'aujourd'hui. Michel de Rosen avait auparavant dirigé Eutelsat.

* MBWS, qui s'était déjà envolé de 35% vendredi dernir, grimpe encore de 15% environ à 3,55 euros ce mardi dans un volume épais. Par courrier reçu le 1er mars 2019 par l'AMF, la société anonyme Compagnie Financière Européenne de Prises de Participation (COFEPP) a confirmé voir franchi en hausse, le 1er mars 2019, les seuils de 30% et 1/3 du capital et des droits de vote de la société Marie Brizard Wine & Spirits, et détenir 17.779.967 actions MBWS soit 47,08% du capital et 46,85% des droits de vote de cette société. Ce franchissement de seuils résulte de la souscription à une augmentation de capital de la société Marie Brizard Wine & Spirits réservée au déclarant. La COFEPP a souscrit à 9.428.000 actions MBWS à un prix de 4 euros pièce le 1er mars, ce qui représente une augmentation de capital réservée d'un montant de 37,7 millions d'euros. Le franchissement en hausse, par la COFEPP, des seuils de 30% du capital et des droits de vote de la société Marie Brizard Wine & Spirits a fait l'objet d'une décision de dérogation à l'obligation de déposer un projet d'offre publique.

* IntegraGen (+5%) et la société et Advanced Biological Laboratories SA (ABL), société de diagnostic et d'édition de logiciels, ont annoncé la signature d'un accord global non-exclusif permettant à ABL de distribuer mondialement le test miRpredX. Ce test permet aux cliniciens cancérologues d'identifier, parmi les patients atteints d'un cancer du côlon métastatique, ceux dont la probabilité de réponse positive aux traitements par anti-EGFR est la plus élevée.

VALEURS EN BAISSE

* Eurofins perd 9% à 362 euros après la publication de résultats annuels sans grande surprise mais avec un endettement supérieur aux attentes du marché. Le groupe a dégagé l'an passé un EBITDA ajusté de 720 ME pour un chiffre d'affaires de 3,781 MdsE (+27%). La firme vise en 2019 des revenus de 4,5 MdsE et un Ebitda ajusté de 850 ME. Des prévisions légèrement inférieures au consensus, note Morgan Stanley. Eurofins Scientific prévoit de consacrer moins de 300 ME en M&A chaque année en 2019 et 2020 et pourrait même ne pas atteindre ce niveau après deux lourdes années d'investissements qui ont fait passer le ratio d'endettement du groupe à 3,38 l'Ebitda ajusté, proche du ratio maximum que s'est imposée la société (3,5 fois). La firme a expliqué qu'elle allait désormais davantage se concentrer sur l'optimisation de sa performance opérationnelle, ce qui devrait lui permettre d'améliorer ses marges et sa génération de cash-flow. Suite à cette annonce, Oddo BHF a dégradé le titre à 'neutre' en visant 400 euros.

* Vallourec perd 3,2% à 2,28 euros. Barclays réduit son objectif de 3 à 2,8 euros et réitère son opinion 'sous-pondérer' sur le dossier. L'analyste note que les résultats du quatrième trimestre ont permis de lever certaines des pires craintes qui pèsent sur son bilan et donnent le temps au groupe d'attendre la reprise complète des marchés hors Etats-Unis. L'EBITDA sous-jacent de 62 millions d'euros s'est nettement amélioré et s'il y a une nouvelle progression en 2019, il est peu probable que les covenants, à ce stade, deviennent problématiques l'année prochaine. Tout n'est pas rose pour autant.

* Iliad perd 2% à 91 euros. Le broker Barclays est passé de 'surpondérer' à 'pondération en ligne' avec un cours cible réduit de 145 à 105 euros

* Vilmorin recule de 4% au lendemain de la présentation de ses comptes intermédiaires et de la confirmation de ses objectifs annuels. Le semencier vise toujours une progression du chiffre d'affaires consolidé de 2% à 3% à données comparables et un taux de marge opérationnelle courante en légère progression, estimée entre 0,5 et 1 point par rapport à 2017-2018.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com