Cotation du 27/11/2020 à 18h05 CAC 40 +0,56% 5 598,18
  • PX1 - FR0003500008

Mi-séance Paris : le CAC40 fait une pause après presque 10% de hausse depuis lundi

Mi-séance Paris : le CAC40 fait une pause après presque 10% de hausse depuis lundi
Mi-séance Paris : le CAC40 fait une pause après presque 10% de hausse depuis lundi
Crédit photo © Reuters

LA TENDANCE

(Boursier.com) — Après presque 10% de hausse pour le CAC40 depuis lundi et l'annonce de l'efficacité du vaccin de Pfizer, une légère consolidation prend le dessus. Le CAC40 cède 0,65% en fin de matinée autour de 5.410 points avec des arbitrages sectoriels qui se poursuivent.

Christine Lagarde a expliqué hier que la Banque centrale européenne va probablement augmenter le montant de ses achats d'actifs lors de sa réunion de décembre afin d'accroître son soutien à l'économie locale. Dans son discours, la présidente de la BCE a mis en garde contre un optimisme excessif lié à la perspective d'un vaccin contre le COVID-19, redoutant des cycles récurrents d'accélération virale et de durcissement des restrictions jusqu'à ce qu'une large immunité soit atteinte...

Un vaccin est d'ailleurs déjà intégré dans les prévisions des stratégistes de Goldman Sachs, particulièrement optimistes pour les marchés d'actions en 2021, s'appuyant justement sur l'espoir d'une vaccination massive des populations contre le coronavirus à partir du 1er semestre de l'an prochain, notamment aux Etats-Unis. La banque d'affaires américaine se montre "bullish" sur les Etats-Unis, où elle voit l'indice S&P 500 atteindre les 4.300 points fin 2021, ce qui constituerait une hausse de 20% par rapport à ses niveaux actuels (environ 3.570 pts).

VALEURS EN HAUSSE

* Renault gagne 1,4% à 27,6 euros en fin de matinée, bénéficiant de bonnes nouvelles en provenance du Japon. Nissan a en effet revu à la baisse sa prévision de perte annuelle alors que le constructeur automobile commence à récolter les fruits de son plan de restructuration et que son activité s'est révélée meilleure que prévu au troisième trimestre.

* Orange se distingue encore (+2,4% à 10,27 euros). La bonne nouvelle sectorielle vient d'Allemagne puisque Deutsche Telekom a revu à la hausse ses objectifs annuels après un solide troisième trimestre. Le groupe allemand a rehaussé d'un milliard d'euros sa prévision d'EBITDAal, son principal indicateur de rentabilité, à 35 milliards d'euros.

* Vivendi gagne aussi 1,1% à 25,8 euros.

* Ubisoft grimpe de 5,8% à 79,8 euros, porté par les très bons débuts d'Assassin's Creed Valhalla. L'éditeur de jeux vidéo a en effet indiqué que le nombre de joueurs actifs le jour du lancement du dernier opus d'Assassin's Creed avait doublé par rapport à celui d'Assassin's Creed Odyssey, " une tendance qui devrait se poursuivre avec l'augmentation des ventes de la nouvelle génération de consoles ". Le jeu a par ailleurs atteint des niveaux élevés d'audience et d'engagement sur Twitch et YouTube, qui surpassent tous les lancements de jeux Ubisoft à ce jour.

VALEURS EN BAISSE

* Airbus (-1,8% à 85,4 euros) a signé un contrat pour la livraison de 38 nouveaux avions de combat Eurofighter à l'armée de l'air allemande. Cela fait de l'Allemagne le pays qui a passé le plus grand nombre de commandes dans le cadre du plus grand programme de défense européen. La commande, également connue sous le nom de projet Quadriga, couvre la livraison de 30 Eurofighters monoplaces et 8 biplaces. Trois des avions seront équipés d'installations d'essai supplémentaires en tant qu'avions d'essai instrumentées pour le développement ultérieur du programme Eurofighter.

* Sur le CAC40, les valeurs bancaires subissent les plus fortes prises de bénéfices : Crédit Agricole et BNP Paribas rendent plus de 3% et Société Générale 2,5%.

* Getlink cède 0,6% à 14,18 euros. HSBC est passé d''acheter' à 'conserver' sur le titre de l'opérateur du tunnel sous la Manche avec une cible ajustée de 14,2 à 14 euros alors que'AlphaValue a abaissé sa recommandation de 'réduire' à 'vendre' avec un objectif remonté de 14,1 à 14,4 euros. Le marché est très partagé sur la valeur puisque, selon le consensus 'Bloomberg', 5 analystes sont à l''achat', 7 à 'conserver' et 4 à 'vendre'. L'objectif moyen à douze mois est fixé à 14,48 euros.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !