Cotation du 14/01/2022 à 18h05 CAC 40 -0,81% 7 143,00
  • PX1 - FR0003500008

Mi-séance Paris : le CAC40 décroche !

Mi-séance Paris : le CAC40 décroche !
Mi-séance Paris : le CAC40 décroche !
Crédit photo © Reuters

LA TENDANCE

(Boursier.com) — Cette fin de semaine devait s'apparenter à un long fleuve tranquille. Les investisseurs américains sont pour la plupart en week-end prolongé (Wall Street était fermée hier et ne rouvrira que pour une demi-journée ce vendredi en raison de Thanksgiving), l'actualité macro et micro est limitée et les indices se maintenaient jusqu'à hier sur leurs plus hauts historiques. Las, c'était sans compter sur l'émergence d'un nouveau variant du coronavirus détecté notamment en Afrique du Sud. Ce désormais fameux B.1.1.529 a provoqué un véritable vent de panique ce matin dans les salles de marché, d'abord en Asie puis sur les places européennes, les investisseurs redoutant qu'il ne vienne entraver une croissance déjà mise à mal par le variant Delta dans plusieurs régions. En Europe, divers pays, dont la France, ont renforcé leurs mesures sanitaires et accéléré le déploiement de la campagne de vaccination de rappel.

Dans ce contexte, les 'valeurs Covid' sont à nouveau plébiscitées à l'image d'Eurofins Scientific et de bioMerieux. A l'inverse, les acteurs du tourisme, du transport et des loisirs sont fortement chahutés. Quant au CAC40, il cède 3,78% à la mi-journée, à 6.808 points, bien loin de ses récents records à près de 7.200 points.

VALEURS EN HAUSSE

* Novacyt s'envole de 20% à 4,74 euros. À la suite de l'annonce du 2 novembre, le test PCR en temps réel genesig COVID-19 de la société a été approuvé au Royaume-Uni. Le test est le premier test de Novacyt à être ajouté au registre CTDA et la société va maintenant travailler à la reprise de la vente du produit au Royaume-Uni. Le test de Novacyt a été lancé le 31 janvier 2020 et a été l'un des premiers tests au monde disponibles sur le marché pour le COVID-19. À ce jour, le test genesig COVID-19, qui cible le gène ORF1ab, continue de pouvoir détecter tous les variants et mutations connus de COVID 19, avec plus de 4,5 millions de séquences analysées, comme le documente le dernier rapport hebdomadaire de surveillance bioinformatique de Novacyt.

* Safe Orthopaedics bondit de 11,4% à 0,36 euro en cette fin de semaine. Le spécialiste des dispositifs médicaux dédiés à la chirurgie du rachis a annoncé hier avoir franchi avec succès le cap important des 20.000 kits d'instruments vendus dans le monde. D'autre part, grâce à une collaboration étroite avec des chirurgiens en France et en Allemagne, Safe Orthopaedics arrive à la fin d'une phase d'évaluation réussie pour son nouveau traitement des fractures par compression vertébrale (VCF), Sycamore. Avec l'achèvement de cette phase, Sycamore est prêt à être lancé début 2022 sur certains marchés. Pour Midcap Partners, cette annonce confirme sa prévision d'une forte croissance des revenus sur les deux prochaines années. Le broker est à 'conserver' sur le titre avec une cible de 0,4 euro.

* Eurofins Scientific (+6,6%), bioMerieux (+5,7%) et Sartorius Stedim (+5,8%) occupent les trois premières places du SRD. Les 'valeurs Covid', soit les groupes actifs dans la fabrication de tests et/ou liés à la production de vaccins, sont à nouveau recherchées.

* Laurent Perrier résiste à la baisse du marché en fin de matin avec un titre stable à 99 euros. La firme a dévoilé des résultats semestriels en forte amélioration avec un bénéfice net part du Groupe multiplié par plus de 3 à 23,3 millions d'euros pour un chiffre d'affaires consolidé de 128,5 ME (+80,5%). Dans un contexte d'activité demeurant toujours incertain du fait de la persistance du risque sanitaire dans le monde, et du caractère en partie exceptionnel de la reprise enregistrée ces derniers mois, le Groupe a précisé que les résultats publiés du premier semestre ne peuvent être extrapolés à l'ensemble de son exercice fiscal 2021-2022. A 'surperformer' sur l'action, Oddo BHF évoque des résultats impressionnants mais exceptionnels, le groupe, à l'instar de ses pairs, ayant profité de la reprise du marché du champagne et sans doute des reconstitutions de stocks. L'incertitude sur l'évolution du contexte sanitaire pourrait ralentir cette embellie à court terme.

VALEURS EN BAISSE

* Air France KLM (-9,8%), Accor (-7%), Airbus (-10,2%), Safran (-9,8%), Klepierre (-6,6%) ou encore Groupe ADP (-7,8%) chutent lourdement. On prend les mêmes et on recommence. La découverte d'un nouveau variant du coronavirus, dont les mutations "très inhabituelles" selon les scientifiques pourraient lui permettre d'échapper à la réponse immunitaire déclenchée par une vaccination, provoque de lourds dégagements sur les valeurs du tourisme, du transport et des loisirs, sans oublier les foncières. La Commission européenne va proposer d'activer une procédure d'urgence afin de bloquer les liaisons aériennes avec la région du sud de l'Afrique, a annoncé la présidente de l'exécutif européen, Ursula von der Leyen.

* Vivendi (2,2% à 11,2 euros). Le feuilleton Telecom Italia se poursuit. Après avoir appris hier que Luigi Gubitosi, l'administrateur délégué de l'opérateur transalpin, était prêt à se retirer si cela pouvait aider à accélérer la prise de décision sur l'offre de rachat de KKR, 'Bloomberg' croit savoir que CVC Capital pourrait collaborer avec le fonds américain. Les deux sociétés d'investissement ont eu des discussions exploratoires sur la possibilité d'une offre conjointe, affirment les sources de l'agence. Selon ces dernières, CVC étudie depuis plusieurs mois déjà une éventuelle acquisition de Telecom Italia. Les deux sociétés discutent encore des avantages d'une association et il n'est pas certain qu'elles présenteront une offre conjointe. Advent International, qui était en pourparlers pour un partenariat avec CVC, aurait fait marche arrière en raison de la complexité de la transaction et du soutien perçu du gouvernement italien à l'offre de KKR.

* TotalEnergies (-5% à 40,9 euros). Le marché pétrolier n'échappe pas au fort regain d'aversion au risque dans les salles de marché. Quasi stables hier, le baril de brut léger américain (WTI) pour livraison janvier chute de 5,3% à 74,3 dollars sur le Nymex alors que le baril de Brent de la mer du nord perd 4,4% à 78,2$ à Londres. La détection en Afrique du Sud - mais aussi au Botswana et à Hong Kong - d'un nouveau variant du coronavirus dont les mutations "très inhabituelles", selon les scientifiques, pourraient lui permettre d'échapper à la réponse immunitaire déclenchée par une vaccination ou une infection antérieure et le rendre ainsi plus contagieux laisse craindre une baisse de la demande d'or noir. Alors que l'Organisation mondiale de la santé se réunit en urgence ce vendredi, plusieurs pays ont déjà pris des mesures en annonçant des restrictions de voyages vers le sud de l'Afrique.

©2021-2022

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !