Cotation du 07/08/2020 à 11h28 CAC 40 -0,76% 4 848,16
  • PX1 - FR0003500008

Mi-séance Paris : le CAC40 corrige sous les 4.400 points

Mi-séance Paris : le CAC40 corrige sous les 4.400 points
Mi-séance Paris : le CAC40 corrige sous les 4.400 points
Crédit photo © Reuters
(Boursier.com) —

LA TENDANCE

Le CAC40 fait une petite incursion sous les 4.400 points, en baisse de près de 2% en fin de matinée. Les investisseurs font face à un regain d'inquiétude lié à la pandémie de coronavirus qui menace de reprendre de l'élan avec la fin progressive des mesures de confinement.

La Bourse de New York a fini en nette baisse mardi soir après un avertissement du Dr Anthony Fauci, le principal conseiller santé de la Maison Blanche, contre les conséquences "très graves" en cas de déconfinement trop hâtif face au Covid-19. L'immunologue réputé rejoint ainsi de nombreux membres de la Réserve fédérale, qui ont eux aussi multiplié ces derniers jours les messages de prudence face aux risques encourus en cas de 2e vague de pandémie de coronavirus. De son côté, Donald Trump continue de multiplier les encouragements à une réouverture de l'économie américaine.

A suivre tout à l'heure, l'intervention du président de la Réserve fédérale Jerome Powell qui s'exprimera sur les problèmes économiques actuels et pourrait alimenter le débat sur la perspective de taux d'intérêts négatifs aux Etats-Unis.

VALEURS EN HAUSSE

* Aucune hausse sur le CAC40.

* Virbac (+10% à 184 euros) a signé un accord avec MSD Santé Animale, une division de l'Américain Merck & Co., Inc., en vue de la cession de produits vétérinaires, actuellement commercialisés par Virbac aux États-Unis sous la marque Sentinel, pour un prix total de 400 millions de dollars en numéraire.

* Scor s'adjuge 3% à 23,4 euros, à nouveau portée par des espoirs de rachat de Covéa. Le groupe d'assurance mutualiste a en effet averti Exor, la holding de la famille italienne Agnelli, qu'il ne voulait plus acheter le réassureur PartnerRe selon les modalités prévues par l'accord conclu en mars autour de cette opération de 9 milliards de dollars. De quoi relancer la spéculation sur un intérêt de Covéa pour la Scor, dont il est le premier actionnaire avec 8,4% du capital. Covéa, qui regroupe les assureurs GMF, MAAF et MMA, a tenté pendant de longs mois en 2018 de prendre le contrôle du réassureur avant de finalement jeter l'éponge en janvier 2019.

VALEURS EN BAISSE

* Renault résiste (-0,2% à 17,1 euros) : Nissan se prépare à trancher dans le vif. Le partenaire de Renault chercherait à réduire ses coûts fixes de 300 milliards de yens par an, soit environ 2,6 milliards d'euros, dans le cadre d'un plan de restructuration triennal qui devrait être dévoilé le 28 mai. Citant des sources anonymes, 'Bloomberg' précise que les baisses de coûts concerneraient des domaines tels que le marketing et la recherche alors que la marque Datsun, destinée aux économies en développement, devrait être démantelée progressivement. Une ligne de production supplémentaire devrait également être fermée alors que le constructeur nippon souhaiterait se concentrer sur ses principaux marchés que sont les États-Unis, le Japon et la Chine.

* L'Oréal (-1,7% à 249 euros) a décidé de renoncer à la hausse prévue de 10,4 % du dividende, et de proposer en conséquence à l'Assemblée Générale un dividende de 3,85 euros, identique à celui versé en 2019. Le Conseil a également décidé de renoncer sur l'ensemble de l'année 2020 à des opérations de rachat d'actions qui s'étaient élevées à 750 millions d'euros en 2019.

* Société Générale (-3% à 12,3 euros) a finalisé l'acquisition des activités Equity Markets and Commodities (EMC) de Commerzbank, avec l'intégration des solutions d'investissement de flux. Cela regroupe les activités de teneur de marché sur ETF, consistant à assurer la liquidité de marché pour les émetteurs d'ETFs et à exécuter les ordres des investisseurs institutionnels, ainsi que les produits de bourse à destination des investisseurs particuliers avertis, comme les warrants et les certificats.

* Eiffage (-1,6% à 72,8 euros) a réalisé, au 1er trimestre 2020, un chiffre d'affaires consolidé de 3,7 milliards d'euros, en baisse de 4,3% par rapport au 1er trimestre 2019 (-5,3% pcc). La croissance enregistrée au cours des deux premiers mois de l'année a laissé place à "une chute brutale d'activité dès la mi-mars", à la suite des mesures mises en place pour limiter la propagation du virus Covid-19.

* JCDecaux (-3% à 19,4 euros) : Le chiffre d'affaires ajusté du groupe pour le premier trimestre 2020 est en baisse de -13,9 % à 723,6 millions d'euros, comparé à 840 millions d'euros au premier trimestre 2019. "Nous prévoyons désormais que l'impact négatif du Covid-19 sur nos activités augmentera considérablement à court terme, mais il n'est pas possible de quantifier l'amplitude ou la durée de son impact. Par conséquent, nous ne sommes pas en mesure de fournir des indications pour le 2ème trimestre ainsi que pour les 3ème et 4ème trimestres", a averti Jean-François Decaux, Président du Directoire et Co-Directeur Général de la société.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !