Cotation du 13/08/2020 à 18h05 CAC 40 -0,61% 5 042,38
  • PX1 - FR0003500008

Mi-séance Paris : la baisse accélère sous les 5.000 points

Mi-séance Paris : la baisse accélère sous les 5.000 points
Mi-séance Paris : la baisse accélère sous les 5.000 points
Crédit photo © Reuters
(Boursier.com) —

LA TENDANCE

Le CAC40 accélère sa baisse ce jeudi et perdait jusqu'à 3% ce matin en repassant sous les 4.900 points. En fin de matinée, l'indice parisien recule encore de 2,4% à 4.930 points. Les investisseurs semblent entrés dans une logique de prises de bénéfices après le rebond le plus rapide et intense de l'histoire et alors que la Réserve fédérale américaine a confirmé hier soir une situation économique compliquée pour la première économie du monde. Le Dow Jones a d'ailleurs cédé plus de 1% mais le Nasdaq est allé chercher un nouveau sommet historique au-dessus de 10.000 points.

Wall Street devrait cependant corriger tout à l'heure, les opérateurs saisissant le prétexte des perspectives économiques déprimées fournies hier soir par la Fed de Jerome Powell pour prendre des bénéfices après le rallye. La Fed a promis hier soir de continuer à soutenir l'économie pendant plusieurs années après la crise du coronavirus, qui pourrait selon la banque se solder par une chute du produit intérieur brut des Etats-Unis de 6,5% cette année et porter le taux de chômage à 9,3% en fin d'année. L'objectif de taux des fonds fédéraux sera maintenu à son niveau (proche de zéro) jusqu'en 2022 au moins.

VALEURS EN HAUSSE

* Une seule hausse peu significative sur le CAC40 : L'Oréal gagne 0,4% à 267,7 euros.

VALEURS EN BAISSE

* Les valeurs cycliques qui avaient profité le plus rapidement de la remontée des marchés sont les premières à accentuer le repli : Renault et PSA Groupe lâchent ainsi 7%.

* La fusion avec Fiat Chrysler (FCA) va faire l'objet d'une enquête approfondie de la Commission européenne, ont affirmé mercredi soir des sources citées par le 'Financial Times' et l'agence 'Reuters'. Selon ces sources, les deux groupes auraient refusé d'offrir des concessions dans le but d'apaiser les inquiétudes du régulateur européen sur leur rapprochement.

* Société Générale et BNP Paribas reperdent aussi 4 à 5%.

* Airbus et Safran reculent de 3,5%.

* Edenred (-3% à 40 euros) a annoncé le succès d'une émission obligataire pour un montant de 600 millions d'euros, d'une durée de 9 ans (échéance : 18 juin 2029), assortie d'un coupon de 1,375%. Cet emprunt obligataire permet au Groupe de renforcer ses ressources financières et d'allonger la maturité moyenne de sa dette dans des conditions favorables. Edenred affectera le produit net de l'émission de cet emprunt obligataire aux besoins généraux de l'entreprise, ainsi qu'au refinancement de l'obligation de 250 millions d'euros (coupon de 2,625%) arrivant à échéance fin octobre 2020.

* Iliad (-1,6% à 161 euros) a placé ce jour avec succès l'émission d'un emprunt obligataire d'un montant de 650 millions d'euros. Avec cette émission, Iliad renforce sa position de premier émetteur non noté sur le marché européen des obligations seniors, avec un encours de plus de 3 milliards d'euros. La dernière émission obligataire d'Iliad datait d'avril 2018. Cet emprunt présente une maturité de 6 ans (soit une échéance au 17 juin 2026) et un coupon annuel de 2,375%. Cette opération a rencontré un vif succès, avec une demande avoisinant les 2 milliards d'euros.

* Soitec (-5% à 90,8 euros) anticipe désormais un chiffre d'affaires 2021-2022 d'environ 800 ME contre environ 900 ME précédemment. Les revenus sur l'exercice en cours sont eux attendus un niveau stable à périmètre et taux de change constants alors que la marge d'EBITDA de l'Électronique est anticipée autour de 30%. Sur l'exercice 2019-2020, le groupe a fait état d'une marge d'EBITDA de l'Électronique de 31% pour un chiffre d'affaires, déjà connu, de 597,5 ME en hausse de 35% (+28% à périmètre et taux de change constants). Le résultat net a augmenté de 22% à 109,7 ME.

* Europcar reperd près de 10% à 2,07 euros. Après S&P, Moody's a, à son tour, dégradé la note crédit du spécialiste de la location de voitures. L'agence a ramené sa notation de 'B2' à 'Caa1' (risque élevé) en l'assortissant d'une perspective 'stable'. Une décision qui reflète "les effets de long terme que la pandémie de coronavirus aura sur la demande de location de voitures, ce qui se traduira par une faiblesse au moins jusqu'en 2021 des mesures de crédit et de cash-flow d'Europcar... Si les liquidités sont suffisantes à ce stade grâce aux prêts garantis par l'État que la société a reçus jusqu'à présent, la marge de manoeuvre est limitée quant à une évolution négative importante par rapport à notre scénario de base".

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !