Cotation du 24/09/2021 à 18h05 CAC 40 -0,95% 6 638,46
  • PX1 - FR0003500008

Mi-séance Paris : l'abondance de publications réussit encore au CAC40

Mi-séance Paris : l'abondance de publications réussit encore au CAC40
Mi-séance Paris : l'abondance de publications réussit encore au CAC40
Crédit photo © Reuters

LA TENDANCE

(Boursier.com) — Le CAC40 est de nouveau porté par les publications semestrielles avec de nombreux relèvements de perspectives 2021. Ces publications sont très nombreuses depuis hier soir et concernent beaucoup de groupes du CAC40. Un indice parisien qui est monté jusqu'à 6.671 points ce matin, à moins de 20 points de son plus haut annuel datant du 18 juin (6.687,29 points) qui correspondait lui-même à un sommet depuis le 14 septembre 2000. En fin de matinée, la bourse de Paris progresse encore de 0,7% autour de 6.655 points.

Hier, le ton de la Fed n'a pas bouleversé les esprits des investisseurs. La banque centrale américaine a apporté peu d'éléments concernant la trajectoire future de sa politique monétaire. C'était attendu, les investisseurs misant plutôt sur le rendez-vous de fin août à Jackson Hole pour prendre connaissance de plus d'éléments en la matière. Et même au-delà, puisque certains attendent plutôt une annonce concernant le "tapering", réduction de ses achats massifs de titres, lors de la prochaine réunion de politique monétaire, prévue le 22 septembre. Hier, Jerome Powell a indiqué qu'aucune décision n'avait été prise sur le sujet, que ce soit au niveau du calendrier ou de ses modalités.

VALEURS EN HAUSSE

* Airbus (+4% à 120 euros) a annoncé réviser à la hausse ce jeudi matin ses objectifs 2021 de livraisons et de bénéfices dans la foulée de ses comptes du premier semestre. Le groupe compte ainsi livrer 600 appareils commerciaux en 2021, contre 566 auparavant. Il double par ailleurs sa prévision de résultat opérationnel ajusté à 4 milliards d'euros et s'attend a dégager un flux de trésorerie disponible avant fusions et acquisitions et financements-clients de 2 milliards d'euros. Il prévoyait précédemment un résultat opérationnel de 2 milliards d'euros et un flux de trésorerie à l'équilibre...

* Danone gagne 4% ce jeudi à presque 60 euros, alors que le groupe a annoncé le lancement d'un programme de rachat d'actions allant jusqu'à 800 millions d'euros d'ici la fin de l'année. Le géant agroalimentaire a réitéré au passage son objectif de renouer au second semestre avec une croissance rentable après avoir affiché une progression de 6,6% de son activité au deuxième trimestre, supérieure à la croissance de 5,1% attendue par les analystes. Danone a en revanche fait état d'une baisse de 4,2% à données comparables de son résultat opérationnel courant au cours des 6 premiers mois de l'année, à 1,551 MdsE, imputé notamment à la hausse du coût des intrants. La marge opérationnelle du groupe a reculé à 13,1% au premier semestre, contre 14% sur la même période l'an dernier. Danone a néanmoins confirmé viser une marge opérationnelle courante 2021 globalement en ligne avec celle de 2020.

* Beneteau grimpe de plus de 5% sur les 14 euros ce jeudi, alors que le groupe anticipe désormais une croissance de son chiffre d'affaires de plus de 7% en données publiées sur l'exercice 2021 (supérieure à 6% pour la division Bateau et à 15% pour la division Habitat), contre +2% précédemment. Cette croissance bénéficie fortement à la progression du résultat opérationnel courant qui devrait plus que doubler cette année par rapport au ROC pro-forma 2020 de 27,5 ME, "une progression d'autant plus notable qu'elle s'inscrit dans un contexte mondial de tension sur les prix des matières premières, de certains composants et des transports internationaux", souligne le groupe. Le chiffre d'affaires de Bénéteau à fin juin (658,8 ME) est en croissance de +3,4% en données publiées et de +5,1% à taux de change constant. Hors flottes, le chiffre d'affaires de la division Bateau est en croissance de +14,3% en données publiées.

* TotalEnergies grimpe de 2,2% à 37,5 euros ce jeudi après avoir publié des résultats en nette hausse au titre du deuxième trimestre, aidé par le rebond du prix des hydrocarbures. Le groupe a annoncé son intention de procéder à des rachats d'actions grâce à son surplus de trésorerie...TotalEnergies a enregistré au deuxième trimestre un résultat net ajusté de 3,5 Mds$, avec une production de 2,747 millions de barils équivalent pétrole par jour (-3%). Le groupe a souligné que dans un contexte de prix des hydrocarbures qui se maintiendrait sur le second semestre au niveau du premier semestre et de marge de raffinage européenne de 10 à 15 dollars la tonne, il prévoyait de générer plus de 25 milliards de dollars de cash-flow en 2021. Précédemment, il tablait sur une marge brute d'autofinancement hors frais financiers d'environ 24 Milliards de dollars en 2021, contre 17,6 Milliards en 2020. Le groupe compte allouer jusqu'à 40% du cash-flow supplémentaire généré au-dessus de 60 dollars par baril à des rachats d'action, a déclaré la direction qui a confirmé que ses investissements nets devraient s'établir cette année entre 12 et 13 Milliards de dollars, dont la moitié pour le maintien de ses activités et l'autre moitié pour sa croissance, et que près de 50% des investissements de croissance seraient consacrées aux énergies renouvelables et à l'électricité.

* Veolia (+1,8% à 27,6 euros) a relevé sa prévision d'Ebitda pour l'exercice en cours à plus de 4,1 Milliards d'euros, soit une croissance de plus de 12% sur un an, contre un Ebitda supérieur à 4 milliards d'euros (+10%) auparavant.

* Teleperformance monte de 1,8% à 360 euros alors que le groupe a relevé ses objectifs pour l'exercice en cours en tablant désormais sur une croissance du CA de l'ordre de 18% à données comparables, et sur un taux de marge opérationnelle courante supérieur à 14,5%. Le groupe visait initialement une croissance d'au moins 12% de son chiffre d'affaires avec un taux de marge opérationnelle courante d'au moins 14%.

* STM (+5,6% à 35 euros) a annoncé au deuxième trimestre un chiffre d'affaires net de 2,99 Milliards de dollars, une marge brute de 40,5%, une marge d'exploitation de 16,3% et un résultat net de 412 Millions de dollars. Sur le premier semestre 2021, le chiffre d'affaires net grimpe à 6,01 Milliards de dollars, la marge brute pointe à 39,7%, la marge d'exploitation à 15,5% et le résultat net à 776 Millions de dollars.

VALEURS EN BAISSE

* Plus forte baisse du CAC40, Orange perd 3% à 9,33 euros. L'opérateur télécom a accusé une perte d'exploitation de 1,752 milliard d'euros au premier semestre, alors que le groupe a passé une dépréciation d'actifs dans ses comptes de 3,7 Milliards d'euros liée à la situation en Espagne où l'opérateur télécoms a revu à la baisse ses perspectives à court terme. Le résultat net tombe aussi dans le rouge, avec une perte semestrielle de 2,6 milliards d'euros. Malgré les pertes accusées sur le premier semestre, Orange confirme ses perspectives pour 2021 avec un EBITDAaL "stable négatif", un niveau d'eCAPEX compris entre 7,6 milliards et 7,7 milliards d'euros et un cash-flow organique des activités télécoms supérieur à 2,2 milliards.

* Safran cède 2,5% à 114 euros. Le groupe affiche un résultat opérationnel courant semestriel de 659 ME, en baisse de -30,4% par rapport au 1er semestre 2020. La marge opérationnelle courante du Groupe s'établit à 9,6% du chiffre d'affaires, supérieure à la marge sous-jacente de 8,2% du 2e semestre 2020. Le résultat net ajusté (part du Groupe) pour le 1er semestre 2021 ressort à 269 ME (comparé à 501 ME au 1er semestre 2020.

* Air Liquide recule de 2% à 146,8 euros. Pour 2021, Air Liquide s'est de nouveau dit "confiant dans sa capacité à augmenter à nouveau sa marge opérationnelle et à réaliser une croissance du résultat net récurrent, à taux de change constant, dans un contexte de reprise au second semestre".

* EDF rend 5% à 10,3 euros après sa publication financière. Le groupe a fait pourtant état d'une forte progression de l'EBITDA, d'une progression de 10% du portefeuille de projets renouvelables à 66 GW, d'un allongement à 50 ans de la durée d'amortissement des réacteurs 1.300 MW en France et d'un rehaussement des objectifs 2021. La croissance organique de 29,8% de l'EBITDA au premier semestre 2021 (à 10,6 MdsE) par rapport au premier semestre 2020 s'explique essentiellement par une progression de la production nucléaire en France et un climat plus froid dans un contexte de hausse des prix de l'électricité et du gaz. La croissance des activités de raccordement par rapport au premier semestre 2020 contribue également à cette amélioration.

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !