Cotation du 14/12/2018 à 18h05 CAC 40 -0,88% 4 853,70
  • PX1 - FR0003500008

Mi-séance Paris : en légère baisse malgré la sanction sur le secteur bancaire

Mi-séance Paris : en légère baisse malgré la sanction sur le secteur bancaire
Mi-séance Paris : en légère baisse malgré la sanction sur le secteur bancaire
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

La bourse de Paris évolue en légère baisse en glissant sous les 5.500 points. En repli de 0,2% à 5.490 points vers la mi-journée, la performance peut toutefois sembler honorable au regard de la sanction subie par le secteur bancaire, en particulier la Société Générale après une publication décevante. BNP Paribas évolue aussi en nette baisse après ses chiffres trimestriels. Malgré une chute de près de 1,5% en séance, les indices boursiers américains ont réduit leurs pertes hier soir, le Dow Jones finissant même en légère progression. Les investisseurs digéraient toujours le communiqué de la Réserve fédérale, qui a souligné mercredi que l'inflation approchait de son objectif, ouvrant la voie à une nouvelle hausse des taux en juin.

VALEURS EN HAUSSE

* Maisons du Monde (+6% à 35 euros) a réalisé des ventes de 255,1 millions d'euros, en hausse de 11,5% par rapport au premier trimestre 2017, et de 5,1% à périmètre comparable, en ligne avec les objectifs du Groupe. Une acquisition aux Etats-Unis a également été annoncée.

* Engie gagne 0,8% à 14,7 euros. Morgan Stanley a relevé de "pondération en ligne" à "surpondérer" avec un objectif fixé à 17 euros.

* EDF (+1,5% à 11,73 euros) : via EDF Renewables au Royaume-Uni, détenu par EDF Energy et EDF Energies Nouvelles, a acquis le projet de parc éolien "Neart na Gaoithe" auprès de Mainstream Renewable Power, acteur international de l'éolien et du solaire, au terme d'un processus compétitif. Ce parc éolien en mer générera une puissance de 450 MW, et pourra alimenter plus de 375 000 foyers. Le projet, qui dispose de toutes les autorisations administratives, est situé dans l'estuaire du Forth sur la côte est de l'Écosse. Il bénéficie d'un Contract for Difference (CFD) d'une durée de 15 ans au tarif de 140 Euros (correspondant à l'indexation du tarif de 2012 qui était fixé à 114,39 £), ainsi que des accords de raccordement au réseau.

VALEURS EN BAISSE

* Air France KLM perd 7% à 7,74 euros. Le marché sanctionne les comptes trimestriels dégradés du transporteur aérien, lesquels ressortent en deçà des attentes du consensus. Pour des revenus de 5,806 MdE sur le T1 2018, en hausse de 1,8% en glissement annuel, le groupe a enregistré une perte opérationnelle de 118 ME contre un déficit de 33 ME au T1 2017, alors que le consensus tablait sur un résultat stable. Même constat sur la "bottom line" qui pointe à -232 ME alors que les analystes prévoyaient -98 ME.

* BNP Paribas (-2% à 62,2 euros) : Le résultat net part du Groupe s'élève à 1,567 milliard d'euros, en baisse de 17,3% par rapport au premier trimestre 2017 mais de seulement 3,8% hors exceptionnels et IFRIC 21. La rentabilité des fonds propres hors exceptionnels est ainsi égale à 10,2%. Le produit net bancaire (PNB) de la première banque française par la capitalisation boursière - et deuxième de la zone euro - a ainsi reculé de 4,4% à 10,8 milliards d'euros, un chiffre légèrement inférieur aux attentes du marché.

* Plus forte baisse du CAC40, Société Générale abandonne 6% à 42,2 euros. Le produit net bancaire du premier trimestre a reculé de 2,8% à 6,29 milliards d'euros, sous les attentes du marché. Les analystes attendaient en moyenne un PNB de 6,48 milliards d'euros. La banque affiche un résultat brut d`exploitation de la ressort à 1.565 ME au T1, -14,5%. Le résultat net part du Groupe s'inscrit à 850 millions d'euros. Le résultat net sous-jacent du Groupe est de 1,204 millions d'euros et le ROTE sous-jacent de 10,9% reflètent une performance commerciale solide du Groupe dans les activités de banque de détail et en retrait dans les activités de marché. Pour faire face aux risques d'amendes aux Etats-Unis, notamment pour les dossiers du Libor et de la Libye, la banque française a provisionné dans ses comptes 2,3 milliards d'euros.

* Au lendemain d'une chute de près de 10%, Nexans poursuit sa trajectoire descendante en reculant de 2,3% à 39,1 euros. L'action reste pénalisée par l'onde de choc créée par l'érosion des revenus pour le 1er trimestre 2018, bien en deçà des attentes, et par les ajustements logiques du consensus après ce début d'exercice délicat pour le câblier. Parmi les mouvements significatifs au sein du consensus, on notera l'actualisation du scénario de Crédit Suisse qui, dans une note d'analyse publiée ce jour, coupe de 46 à 42 euros son objectif tout en restant à "neutre" sur le dossier. Pour l'intermédiaire helvétique, la contre-performance du T1 conforte l'idée que 2018 et 2019 constitueront des années de transition pour Nexans, en raison notamment des investissements et du ralentissement de l'activité projets compte tenu du mauvais timing sur les contrats.

* Nicox (-3,8% à 8,7 euros) : Au 31 mars 2018, la trésorerie et les équivalents de trésorerie du s'élevaient à 36,3 millions d'euros comparés à 41,4 millions d'euros au 31 décembre 2017.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com