Cotation du 14/06/2021 à 14h29 CAC 40 +0,08% 6 606,15
  • PX1 - FR0003500008

Mi-séance Paris : en légère baisse avant la BCE

Mi-séance Paris : en légère baisse avant la BCE
Mi-séance Paris : en légère baisse avant la BCE
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Le CAC40 se cale à nouveau autour de 6.550 points ce jeudi midi (-0,2%) après avoir quand même atteint un nouveau plus haut annuel de 6.575 points dans la matinée. L'orientation de la séance pourrait être influencée dans l'après-midi par les annonces de la BCE et par les chiffres de l'inflation aux Etats-Unis...

Rien de bien nouveau n'est attendu dans l'immédiat au niveau des orientation de la BCE mais les interrogations autour de la hausse des prix restent toujours inscrites en toile de fond, sans n'empêcher pour le moment les investisseurs de conserver un biais optimiste en pariant sur le scénario de la poursuite d'une reprise économique soutenue. Le CAC40 affiche ainsi un gain de plus de 18% depuis le 1er janvier.

La Bourse de New York a perdu du terrain dans la dernière heure de cotation, mercredi, les investisseurs affichant donc une certaine prudence avant la publication, ce jeudi, des chiffres de l'inflation en mai aux Etats-Unis.

VALEURS EN HAUSSE

* Soitec (+4% à 182 euros) a revu hier soir ses objectifs 2021-2022 et organise aujourd'hui un 'Capital Markets Day' au cours duquel le groupe présentera sa vision stratégique 2026 et son ambition de tripler son chiffre d'affaires. Après avoir multiplié son chiffre d'affaires par 2,5 au cours des cinq dernières années, Soitec aborde les cinq prochaines années en bénéficiant d'un positionnement de leader reconnu dans le domaine des matériaux semi-conducteurs innovants et en ayant jeté les bases de sa future croissance, étant étroitement associé au déploiement massif de la plateforme 5G ainsi qu'à l'adoption accélérée de tendances majeures telles que l'électrification des véhicules et l'intelligence artificielle. Soitec ambitionne ainsi de multiplier par trois son chiffre d'affaires, qui représenterait environ 2 milliards de dollars pour l'année fiscale 2025-2026. Le groupe envisage de porter sa marge d'EBITDA de 30,7% fin 2021 à environ 35% en 2026 grâce à l'effet de levier opérationnel mais également grâce à des produits à toujours plus forte valeur ajoutée.

* SII (+5% à 28,8 euros) anticipe une croissance organique de 10% et une amélioration de sa marge opérationnelle sur l'exercice 2021-2022. Ainsi, à fin mars 2022, le chiffre d'affaires attendu se situerait en nette hausse organique par rapport au chiffre d'affaires pré-crise sanitaire.

* En tête du CAC40, Crédit Agricole gagne 2,2% à 12,37 euros. Le groupe a annoncé le lancement d'un programme de rachat d'actions pour un montant maximum de 558,6 millions d'euros. Le programme débutera le 10 juin et se terminera au plus tard le 30 septembre. Les actions acquises dans le cadre du programme seront annulées.

VALEURS EN BAISSE

* Believe aurait pu rêver meilleurs débuts pour ses premiers pas sur le marché parisien. Le titre de la société spécialisée dans l'accompagnement numérique d'artistes et de labels musicaux indépendants trébuche de plus de 12% à 17 euros par rapport à un prix d'introduction de 19,5 euros, soit en bas de la fourchette qui avait été fixée entre 19,50 euros et 22,50 euros. La firme a finalement levé 300 ME dans le cadre de cette IPO qui la valorisait près de 2 MdsE (avant exercice de l'option de surallocation).

* Orange abandonne 2,5% à 10,32 euros. Un flux vendeur sur l'opérateur télécoms à relier à une note de Barclays qui a dégradé le titre à 'sous-pondérer' avec une cible ramenée de 11,5 à 9,5 euros. Après deux années de 'réparation' du marché, le broker britannique pense désormais que l'environnement concurrentiel pourrait se détériorer à nouveau en France. Bouygues et maintenant Iliad ont signalé leur volonté de se développer plus rapidement dans le mobile et le B2B. Avec Orange qui a l'intention de protéger sa part de marché et SFR qui vise la croissance, le courtier craint que les prix finissent par souffrir et que la croissance en volume ne s'accélère pas. Selon l'analyste, Orange est le plus exposé à ce phénomène et, combiné à des vents contraires dans les revenus de gros, il voit désormais les revenus/EBITDA d'Orange France décliner pour les trois à cinq prochaines années.

* Stellantis corrige de 3% à 16,70 euros, alors que le groupe automobile a déclaré qu'un tribunal français avait inculpé Peugeot pour "fraude à la consommation dans le cadre d'une vaste enquête sur les émissions de diesel", ordonnant à l'entreprise de fournir 30 millions d'euros de garantie bancaire pour les indemnisations éventuelles. Le tribunal de Paris a également ordonné à Citroën et à FCA Italie, deux autres unités de Stellantis, de comparaître devant le tribunal dans les semaines à venir dans le cadre de la même enquête... L'enquête sur Peugeot se concentre sur les véhicules diesel vendus en France entre 2009 et 2015 et découle d'une enquête plus large lancée par les autorités françaises en 2017 sur les émissions polluantes des moteurs de certains de ses véhicules diesel d'anciennes générations. Stellantis a annoncé dans un communiqué que Peugeot "évaluait ses options de défense dans cette affaire"..."Nos filiales sont fermement convaincues que leurs systèmes de contrôle des émissions répondaient à toutes les exigences applicables à l'époque et continuent aujourd'hui de les respecter, et elles attendent avec impatience l'occasion de le démontrer", a expliqué Stellantis.

©2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !