Cotation du 18/07/2018 à 16h43 CAC 40 +0,37% 5 442,84
  • PX1 - FR0003500008

Mi-séance Paris : deuxième séance de correction

Mi-séance Paris : deuxième séance de correction
Mi-séance Paris : deuxième séance de correction
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Le seuil des 5.400 points n'a pas tenu à l'ouverture en Bourse de Paris où le CAC40 évolue en dessous depuis 9h, reculant de plus de 1% autour de 5.390 points, après déjà près de 1% perdu lors de la séance d'hier. Les inquiétudes sont toujours plus prononcées sur les marchés alors que s'accumulent les décisions et menaces de mesures protectionnistes entre les Etats-Unis et la Chine. Donald Trump a de nouveau menacé, lundi soir, d'imposer des droits de douanes contre des produits chinois pour un total de 200 milliards de dollars, ce qui, comme les fois précédentes, a aussitôt entraîné une nouvelle riposte de Pékin qui a menacé de prendre des mesures "quantitatives" et "qualitatives". Les marchés n'aiment pas ces incertitudes lourdes qui pèsent sur le commerce international et qui ont de grandes chances d'avoir un retentissement sur la croissance mondiale. Au milieu de cette guerre entre les deux premières économies mondiales, l'Europe va tenter de renforcer son union, sous l'oeil inquiet des marchés : le conseil des ministres franco-allemand qui se tient aujourd'hui doit être l'occasion d'avancées attendues sur plusieurs fronts économiques dont l'achèvement de l'union bancaire et la création d'un budget de la zone euro. Une absence de consensus et d'avancée pourrait être mal perçue sur les marchés. Emmanuel Macron va aussi tenter de soutenir la chancelière allemande malmenée dans son pays en raison des questions sur les migrants. Ses alliés de la CSU bavaroise lui ont laissé 15 jours pour résoudre le problème. C'est toute la coalition, qui avait eu tant de mal à se former, qui bat de l'aile et qui inquiète les bourses européennes, déjà échaudées il y a quelques jours par la nouvelle coalition très eurosceptique en Italie...

VALEURS EN HAUSSE

* Nexity gagne 3% à 50 euros. Le groupe immobilier a annoncé ce mardi, à l'occasion d'une journée investisseurs, viser une croissance annuelle moyenne de son chiffre d'affaires et de son excédent brut d'exploitation (Ebitda) de 10% sur la période 2017-2021, grâce notamment à la croissance des métiers de services. Les prévisions pour l'exercice 2018 ont été confirmées.

* Air France KLM reprend 2,2% à 7,35 euros. L'intersyndicale d'Air France a annoncé lundi qu'elle suspendait son préavis de grève du 23 au 26 juin dans l'attente de la nomination d'un nouveau président de la compagnie aérienne.

* Seule hausse significative sur le CAC40, Publicis gagne 0,9% à 59,1 euros.

* Fountaine Pajot (+4,10% à 140 Euros) a dégagé un résultat d'exploitation de 4,6 ME, matérialisant une marge sur chiffre d'affaires de 10,5%, en progression de 95 points de base. Fort de cette entame d'année, Fountaine Pajot a aussi relevé son objectif annuel, tablant à présent sur une forte croissance des ventes de +25% à +30% sur l'exercice en cours.

VALEURS EN BAISSE

* Safran (-2,1% à 99,6 euros) a réalisé avec succès une émission d'obligations à option de conversion et/ou d'échange en actions nouvelles et/ou existantes (Oceane) à échéance 21 juin 2023. Il s'agit d'un placement privé auprès d'investisseurs institutionnels, d'un montant nominal de 700 ME. Le produit net de l'émission sera utilisé pour les besoins généraux de la société.

* PSA Groupe (-1,8% à 21 euros) a annoncé lundi le départ de son directeur financier Jean-Baptiste de Chatillon, l'un des hommes forts du constructeur automobile depuis la crise de 2012 et le redressement spectaculaire qui s'en est suivi, et son remplacement par Philippe de Rovira.

* Des prises de bénéfices sur le lux avec Kering et LVMH en replis de plus de 2%.

* Engie cède 0,7% 13,16 euros. Le titre avait déjà abandonné près de 5% hier après avoir averti d'un impact d'environ 250 ME sur son résultat net récurrent de 2018 en raison de l'arrêt prolongé de certaines centrales nucléaires de sa filiale belge Electrabel.

* STM (-3% à 21,45 euros) est de nouveau sous la pression des menaces de mesures protectionnistes entre les Etats-Unis et la Chine qui pourraient concerner le commerce de produits électroniques.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com