Cotation du 20/02/2020 à 18h05 CAC 40 -0,80% 6 062,30
  • PX1 - FR0003500008

Mi-séance Paris : dans l'aspiration de Wall Street

Mi-séance Paris : dans l'aspiration de Wall Street
Mi-séance Paris : dans l'aspiration de Wall Street
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Alors que la bourse américaine vole de record en record avec des gains encore Impressionnants hier soir (environ +1% sur le Dow Jones et le Nasdaq), le CAC40 s'en inspire aujourd'hui en grimpant de presque 1% au niveau des 6.100 points. Cette sortie par le haut s'effectue après une dizaine de séances où le CAC40 était resté pratiquement stable. A noter que le Nasdaq progresse déjà de plus de 4% depuis le début de l'année pendant que le CAC40 avance d'un peu moins de 2%.

Plusieurs publications d'entreprises freinent cependant un peu les ardeurs des investisseurs du côté de la distribution (FNAC Darty et Casino corrigent d'environ 8%), le secteur souffrant de l'impact des grèves depuis la fin 2019 en France.

A noter que les opérateurs se préparent à un long week-end outre-Atlantique, puisque la place américaine sera fermée lundi pour la Journée de Martin Luther King Jr.

VALEURS EN HAUSSE

* En tête du CAC40, Airbus gagne 2,5% à 136,8 euros. China Aircraft Leasing Group va acquérir 40 A321neo supplémentaires. Le groupe chinois a également trouvé un accord avec Airbus pour convertir une commande de 15 A320neo en A321neo. En prenant en compte une commande antérieure de 11 A321neo, le carnet de commandes de CALC pour ce type d'appareil atteint désormais 66 unités. A ce jour, sur les 252 appareils de la famille A320 achetés par CALC, 87 ont été livrés, dont un A321neo.

* EDF gagne 6,7% à 10,8 euros. Le gouvernement veut réformer la régulation du parc nucléaire français afin de garantir la couverture des coûts d'EDF tout en préservant les consommateurs de hausses de prix trop importantes, selon un projet présenté jeudi à la presse... Alors que le système actuel permet aux concurrents d'EDF de lui acheter jusqu'à 100 térawatts-heure (TWh) d'électricité d'origine nucléaire à 42 euros par mégawatt-heure (MWh) pour fournir leurs propres clients, la réforme envisagée supprimerait ce plafond et induirait donc que le groupe vende sur les marchés la quasi-totalité de sa production nucléaire (379,5 TWh au total en 2019).

* SES Imagotag grimpe de 7,5% à 35,9 euros après les annonces concernant sa collaboration stratégique avec Qualcomm. Portzamparc n'anticipe pas de déploiement de nouvelles solutions communes avant a minima deux ou trois ans, mais juge que ce nouveau partenariat industriel d'envergure souligne la qualité de la technologie de SES-imagotag. Le groupe est revenu sur l'accord de collaboration conclu avec le géant Qualcomm à la suite de son augmentation de capital de 35 millions d'euros réalisée début décembre dernier afin de renforcer les fonds propres du groupe et de poursuivre le déploiement international. Les deux firmes travailleront ensemble sur le développement de nouvelles solutions IoT ultra-basse consommation, pour répondre aux enjeux de modernisation et digitalisation du secteur retail. Portzamparc affiche un avis acheteur et une cible de 32,8 euros sur SES-imagotag.

* Renault reprend 1,3% à 40 euros. A l'image de PSA Groupe, Renault a vu ses ventes mondiales reculer l'an dernier. Le déclin du groupe au losange est toutefois moins prononcé que pour son concurrent puisque les ventes du Groupe Renault ont atteint 3,8 millions d'unités, en baisse de 3,4%, contre -10% pour la firme sochalienne. Hors Iran, où les ventes se sont taries après que les Etats-Unis sont sortis de l'accord sur le nucléaire, les ventes mondiales limitent leur repli à 0,8%.

* TechnipFMC (+0,2%) a confirmé que la transaction prévue de séparation en deux sociétés, TechnipFMC et Technip Energies, est en bonne voie pour être finalisée au premier semestre 2020. Le groupe anticipe une conclusion de la transaction au deuxième trimestre 2020 et prévoit de tenir à Paris un évènement investisseurs "Capital Markets" pour Technip Energies avant la finalisation de la scission.

VALEURS EN BAISSE

* Fnac Darty chute de 10% autour de 45,5 euros, le groupe ayant publié des revenus inférieurs aux attentes pour l'année 2019, du fait notamment du mouvement social en France. Ainsi, le groupe a annoncé une estimation de ses ventes et de ses résultats pour l'exercice 2019. En 2019, le chiffre d'affaires des activités poursuivies du groupe serait d'environ 7,34 milliards d'euros et afficherait une croissance d'environ +0,7% en données comparables par rapport à 2018, malgré une perte de chiffre d'affaires estimée à environ 70 millions sur les ventes de Noël, du fait des grèves en France en fin d'année qui ont particulièrement touché l'enseigne Fnac et ses magasins de centre-ville. Selon Bloomberg, le consensus se situait plutôt à 7,73 milliards d'euros, avec des anticipations allant de 7,61 à 7,83 milliards...

Le taux de marge brute atteindrait 30,4%, en retrait de 20 pdb en 2019 comparé à 2018, principalement en raison du poids des ventes de Noël, impactées par les mouvements sociaux en France, et de l'effet dilutif technique du développement en franchise. Les effets mix produits/services resteraient légèrement positifs grâce à l'impact favorable de l'intégration de Nature & Découvertes. Par ailleurs, le groupe lance une recherche de partenaire pour les activités aux Pays-Bas.

Grâce à "une bonne maîtrise des coûts", le résultat opérationnel courant des activités poursuivies est estimé à environ 293 millions d'euros. Il intègrerait une contribution des sociétés acquises pour un peu plus de 20 millions d'euros sur l'exercice 2019. La marge opérationnelle courante des activités poursuivies atteindrait ainsi 4%. Par conséquent, en 2020, le groupe viserait une légère croissance du chiffre d'affaires et du résultat opérationnel courant. Les objectifs à moyen terme, qui visent une croissance supérieure aux marchés et une marge opérationnelle courante de 4,5% à 5%, sont confirmés.

* Casino perd 8% à 35,6 euros. Comme redouté, le distributeur a souffert en fin d'année dernière en France, victime d'une forte concurrence mais surtout de la grève des transports, dont l'impact sur le chiffre d'affaires du groupe est évalué à environ 80 ME. Résultat, la société a revu à la baisse son objectif de croissance du résultat opérationnel courant en France à environ 5% en 2019, contre une précédente prévision de 10%. Sur le seul quatrième trimestre, le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 9,2 MdsE en hausse de 3,6% en organique et +1,6% en comparable. Le consensus tablait néanmoins sur un niveau plus élevé, autour des 9,7 MdsE. Dans l'Hexagone, les ventes à magasins comparables sont restées stables (-1,2% en organique) avec un repli de 0,7% pour les hypermarchés Géant alors que les Supermarchés Casino ont enregistré une croissance de +0,4%.

* Virbac (-4,5%) affiche un chiffre d'affaires 2019 de 938,2 millions d'euros, en croissance de +8%. Hors impact favorable des taux de change, notamment le dollar américain, le peso mexicain et la roupie indienne, le chiffre d'affaires est en progression de +6,6%, en ligne avec les dernières prévisions. Le groupe a par ailleurs confirmé viser une hausse d'environ 3 points de sa marge opérationnelle courante 2019 (2,5 points hors exceptionnels).

* Seule baisse significative sur le CAC40, Publicis cède 1% à 42,5 euros.

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com