Cotation du 27/10/2020 à 18h05 CAC 40 -1,77% 4 730,66
  • PX1 - FR0003500008

Mi-séance : la menace sanitaire assomme le CAC40

Mi-séance : la menace sanitaire assomme le CAC40
Mi-séance : la menace sanitaire assomme le CAC40
Crédit photo © Reuters

LA TENDANCE

(Boursier.com) — Le CAC40 ne parvient pas à rebondir et creuse même ses pertes en fin de matinée (-1,2% autour de 4.705 points), revenant sur les plus bas observés début juin alors que les dernières mesures sanitaires créent de nouvelles incertitudes quant à la vigueur de la reprise économique. Sur la semaine, la chute du CAC40 dépasse désormais 5% alors que le passif de la bourse de Paris redevient supérieur à 20% depuis le début de l'année.

Le Premier ministre Jean Castex n'écarte même pas des reconfinements localisés alors que la France a enregistré jeudi plus de 16.000 contaminations en 24 heures, un record. 6.031 personnes sont désormais hospitalisées en raison du virus, ce qui ne s'était plus produit depuis le 22 juillet. 1.048 personnes sont dans un service de réanimation.

Les ministres des finances du G7 devraient dévoiler ce jour leur soutien à l'extension d'un programme d'allègement de la dette visant à aider les pays les plus pauvres à faire face à la pandémie de coronavirus, ont indiqué trois sources à Reuters. Les ministres du Groupe des Sept (USA, Japon, Allemagne, Grande-Bretagne, France, Italie et Canada) doivent se réunir par téléconférence ce jour pour évoquer l'évolution de l'économie et l'impact du virus. Le Fonds monétaire international a plaidé en faveur d'une prolongation d'un an jusqu'en 2021 du programme d'allégement de dette. Les ministres du G7 pourraient opter pour une prolongation initiale de six mois.

VALEURS EN HAUSSE

* Suez gagne 3% à 14,7 euros. Antoine Frérot vient d'indiquer à la presse qu'il allait améliorer le prix proposé à Engie pour acquérir l'essentiel de ses parts dans Suez. La nouvelle offre sera examinée par le conseil d'administration d'Engie, qui se réunit plus tard vendredi, a précisé le PDG du numéro un mondial des prestations de services à l'environnement. Veolia n'envisage par ailleurs pas de céder son activité eau France pour racheter Suez, a précisé Antoine Frérot. Veolia a proposé fin août de racheter l'essentiel de la participation d'Engie dans son rival Suez (29,9% sur un total de 32%) pour 15,50 euros par action avant de lancer une offre sur le reste du capital de son rival et de bâtir avec lui un "grand champion mondial français de la transformation écologique". Suez a rejeté ce projet qualifié d'"hostile et opportuniste" tandis qu'Engie a jugé l'offre insuffisante.

* Veolia et Engie gagnent environ 0,6%, parmi les rares hausses observées sur le CAC40.

* Lagardère flambe de 30% proche de 20 euros. Bernard Arnault a acquis une participation directe de plus de 5% dans le groupe Lagardère et a finalisé son entrée au capital de la holding personnelle d'Arnaud Lagardère, à hauteur de 27%, ont annoncé jeudi les deux familles. Chahuté par plusieurs actionnaires, Arnaud Lagardère peut désormais compter sur un soutien de poids alors que Vivendi et Amber, qui détiennent respectivement 23,5% et 20% du capital, ont noué le mois dernier un pacte d'actionnaires en demandant quatre sièges au conseil de surveillance. Pour tenter d'obtenir gain de cause, ils ont saisi début septembre la justice pour réclamer la convocation d'une assemblée générale, refusée par Arnaud Lagardère. Le tribunal de commerce de Paris rendra sa décision le 14 octobre.

* Akwel, qui restait sur cinq séances de baisse, s'envole de 20% à 15,6 euros au lendemain de la publication de résultats semestriels nettement supérieurs aux attentes du marché. L'équipementier automobile a dégagé sur la première partie de l'année un excédent brut d'exploitation de 60 ME, en repli limité de -9,9 %, pour un chiffre d'affaires consolidé de 387 ME, en baisse de -31,7%. Le résultat net ressort à 20,2 ME, soit une marge nette de 5,2%, en baisse de 1,1 point. La reprise d'activité observée au début de l'été s'est confirmée pour le groupe, avec un chiffre d'affaires cumulé réalisé en juillet et août de 153,5 ME, soit une baisse limitée à -4,6% par rapport aux mois comparables de 2019. La visibilité du marché restant toutefois très limitée pour les mois à venir, Akwel entend toujours donner la priorité à la souplesse et à l'efficacité de son modèle pour s'adapter à la crise.

VALEURS EN BAISSE

* Les banques font à nouveau partie des plus fortes baisses du CAC40, en particulier Société Générale qui recule de 2,8% sous les 11 euros.

* Airbus et Safran perdent plus de 2% à mesure que s'éloignent encore les espoirs de reprise durable du trafic aérien.

* Air France KLM recule aussi de 5% à 2,87 euros.

* Total (-0,5% à 28,2 euros) se donne pour ambition de long terme de faire partie des cinq plus grands producteurs mondiaux d'énergies renouvelables face au déclin anticipé de la consommation de pétrole, déclare son PDG Patrick Pouyanné dans un entretien mis en ligne sur le site internet du Parisien.

* Guerbet flanche de 8% à 24,4 euros au lendemain de son point intermédiaire. Malgré une activité en retrait, le groupe est pourtant parvenu à faire progresser son résultat opérationnel, à 25,4 ME sur le semestre, contre 22,3 ME un an plus tôt. L'EBITDA s'élève à 53,3 ME contre 61,6 ME au 1er semestre 2019. " Il représente toutefois 14,7% du chiffre d'affaires de la période, ce qui constitue une performance satisfaisante pour le Groupe compte tenu de la baisse importante d'activité".

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !