Cotation du 21/10/2019 à 23h05 Dow Jones Industrial +0,21% 26 827,64
  • DJIND - US2605661048

Le rebond se confirme à Wall Street avant les 'Minutes' de la Fed

Le rebond se confirme à Wall Street avant les 'Minutes' de la Fed
Le rebond se confirme à Wall Street avant les 'Minutes' de la Fed
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — L'heure est au rebond pour la bourse américaine. Dans le sillage des places européennes, Wall Street progresse en début de séance, à nouveau portée par les espoirs sur le commerce. Le S&P500 grimpe actuellement de 0,77% à 2.915 pts, alors que le DJIA prend 0,58% à 26.315 pts. Le Nasdaq avance de 0,88% à 7.893 pts. L'indice dollar recule de 0,1% à 99,7. Le baril de pétrole réduit de son côté ses gains après l'annonce d'une hausse plus forte que prévu des stocks de brut hebdomadaire américains la semaine passée.

Selon un officiel chinois, proche des pourparlers, cité par 'Bloomberg', si les négociateurs chinois qui se rendent dans la capitale américaine ne sont pas optimistes quant à la conclusion d'un accord général qui mettrait fin définitivement à la guerre commerciale entre les deux pays, un compromis pourrait être trouvé à condition que le président Donald Trump n'impose pas de droits de douane additionnels sur les importations chinoises. En retour, Pékin offrirait des concessions non essentielles comme l'achat de produits agricoles américains supplémentaires.

Les opérateurs suivent également de près l'évolution de la situation en Syrie alors que la Turquie a lancé une offensive contre les Kurdes. "Les Forces armées turques et l'Armée nationale syrienne (des rebelles syriens soutenus par Ankara, NDLR) ont débuté l'opération +Source de paix+ dans le nord de la Syrie", a annoncé le président Erdogan sur Twitter.

Les investisseurs attendent par ailleurs la publication, à 20 heures, du compte rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale, qui pourrait leur fournir de nouvelles indications sur les positions au sein du FOMC. Hier, Jerome Powell, a répété que la Fed continuerait d'agir de manière "appropriée" pour favoriser la poursuite de la croissance. Le président de la Réserve fédérale a également indiqué que des rachats de bons du Trésor pourrait être effectués pour augmenter les réserves et mettre fin aux tensions sur le marché interbancaire américain.

Un marché de l'emploi moins dynamique?

Le marché du travail américain reste globalement bien orienté. Quelques signes récents attestent malgré tout d'un certain ralentissement. Les ouvertures de postes sont par exemple tombées en août à leur plus bas niveau depuis mars 2018. Selon les données du Département américain au travail, elles ont diminué de 123.000 sur la période, pour s'établir à 7,05 millions. Le consensus était positionné à 7,191 millions.

Des réserves de pétrole qui augmentent plus que prévu

D'après le Département américain à l'énergie, les stocks de brut domestiques, hors réserve stratégique, ont augmenté de 2,9 millions de barils lors de la semaine close le 4 octobre, à 425,6 millions de barils. Le consensus tablait sur une progression de 1,9 mb. Les stocks d'essence ont quant à eux reculé de 1,2 million de barils contre un repli de 0,9 mb attendu, alors que les stocks de produits distillés ont diminué de 3,9 millions de barils contre une baisse de 2 mb anticipée par le marché.

VALEURS A SUIVRE

* American Airlines (+2,6%) s'attend désormais à ce que le 737 MAX demeure cloué au sol jusqu'en janvier 2020. Hors service depuis le mois de mars dernier, l'appareil ne semble toujours pas prêt de retrouver le chemin des airs. Cette immobilisation contraint la première compagnie américaine à annuler environ 140 vols par jour. En juillet, la compagnie estimait l'impact de cette paralysie de l'appareil sur son bénéfice avant impôts à 400 M$.

* ExxonMobil prend 1%. Le groupe pétrolier pourrait poursuivre son programme de cessions de 15 milliards de dollars en se séparant de ses actifs pétroliers et gaziers en Malaisie. Selon 'Bloomberg', le géant texan a mandaté Bank of America Merrill Lynch pour piloter la vente de ces biens, dont le montant pourrait atteindre deux milliards de dollars. Les actifs pourraient notamment attirer des acteurs du secteur présents dans la région, souligne l'agence.

* Apple (+0,8%). Canaccord Genuity a porté son objectif de cours de 240 à 260 dollars sur des anticipations de ventes d'iPhone 11 supérieures aux attentes. La direction d'Apple pourrait soutenir les rachats d'actions et augmenter les dividendes compte tenu des bons résultats attendus au troisième trimestre et de la dette émise récemment à des prix attractifs, selon le broker.

* AT&T (+0,2%) aurait accepté de vendre ses activités porto-ricaines et dans le îles Vierges américaines à Liberty Latin America dans le cadre d'un accord de 1,95 milliard de dollars en numéraire. Selon 'Dow Jones Newswires', l'officialisation de l'opération pourrait intervenir dans les prochaines heures. Cette cession permettrait au géant texan de poursuivre son plan de désendettement.

* Boeing (+0,1%) a annoncé hier soir avoir livré seulement 302 appareils sur la période de janvier à septembre, deux fois moins que l'an dernier, du fait bien évidemment des difficultés du 737 MAX. En comparaison, sur la même période, Airbus a livré 571 unités. Sur le seul mois de septembre, Boeing n'a livré que 26 appareils contre 87 un an plus tôt. Pour le troisième trimestre, l'Américain dénombre 63 livraisons dont 35 appareils 787 Dreamliner.

* Johnson & Johnson perd 1,7% après une décision de justice qui fait parler aux Etats-Unis. Le groupe pharmaceutique a en effet été condamné à verser huit milliards de dollars de dommages et intérêts à un plaignant pour ne pas avoir prévenu des jeunes hommes que son antipsychotique Risperdal était susceptible de faire pousser des seins. La décision, rendue par un tribunal de Philadelphie, a été immédiatement rejetée par le géant américain alors que le dédommagement initial avait été fixé à 680.000 dollars.

"Cette décision est incompatible avec de multiples décisions prises en dehors de Philadelphie concernant la pertinence de l'étiquetage de Risperdal, l'efficacité du médicament et les conclusions internes de l'entreprise", a déclaré un porte-parole de J&J. Si ce verdict ne sera probablement pas confirmé en appel, il sonne néanmoins comme un avertissement pour J&J. La société fait en effet toujours face à plus de 13.000 poursuites liées à son médicament Risperdal et son omission d'avertir les adolescents de ses risques pour la santé, selon les documents déposés par le groupe auprès de la 'Securities and Exchange Commission' américaine.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com