Cotation du 26/02/2021 à 20h21 Dow Jones Industrial -1,34% 30 980,80
  • DJIND - US2605661048

Clôture Wall Street : les indices se redressent après Powell

Clôture Wall Street : les indices se redressent après Powell
Clôture Wall Street : les indices se redressent après Powell
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le marché américain qui était sous pression toute la journée, a nettement mieux terminé la séance mardi soir... Le DJIA clôture quasiment stable, à +0,05% à 31.537 pts. Le S&P 500 progresse de +0,12% à 3.881 pts. Le Nasdaq recule, mais limite largement la casse : L'indice phare des valeurs technologiques cède finalement -0,5% à 13.465 pts, après un début de journée au contact des 13.000 pts sur fond de purge des valeurs technologiques et de rotation sectorielle.

Peu sensible au risque inflationniste, le patron de la Fed Jerome Powell a confirmé la posture très souple de la banque centrale, qui communiquera clairement et très en amont avant tout changement dans le rythme des rachats obligataires. Ainsi, le leader de la Fed confirme qu'aucun 'tapering' (réduction des achats obligataires) n'est pour l'heure dans les tuyaux et que les objectifs de la banque en matière économique sont encore éloignés. Mieux encore, la Fed n'entend pas resserrer sa politique monétaire, même en cas d'amélioration significative du marché de l'emploi. "Nous ne resserrerons pas la politique monétaire uniquement en réponse à un marché du travail fort", a asséné Powell.
Le grand timonier de la Fed, qui était très attendu ce mardi à l'occasion de son audition au Sénat, à Washington, a réaffirmé l'engagement durable de la banque centrale à maintenir une politique monétaire ultra-accommodante, aussi longtemps que cela sera nécessaire. Il juge que l'inflation reste contenue et que les perspectives économiques sont quant à elles hautement incertaines, ce qui justifie un maintien de la posture très accommodante. Le chômage est quant à lui toujours élevé et l'amélioration du marché du travail aurait ralenti, selon Powell, qui s'exprimait devant le Comité bancaire du Sénat. Dernier point plus surprenant, Powell a indiqué que la Fed étudiait attentivement la possibilité pour la banque d'émettre un "dollar digital" !

ECO ET DEVISES

Sur le front économique aux USA, l'indice de confiance des consommateurs américains du Conference Board pour le mois de février s'est établi à 91,3, contre un consensus de 90 et un niveau révisé à 88,9 un mois avant.
L'indice manufacturier de la Fed de Richmond pour le mois de février est ressorti en ligne avec les attentes, à 14, stable en comparaison du mois antérieur, indiquant toujours une expansion.
Les indicateurs américains des prix de l'immobilier pour décembre ont été communiqués. L'indice S&P Case-Shiller '20-City' des vingt principales zones métropolitaines pour décembre, ajusté et en comparaison du mois antérieur, a grimpé de 1,3% contre 1% de consensus. L'indice de la Federal Housing Finance Agency (FHFA) est pour sa part ressorti à +1,1% contre +0,8% de consensus.

Sur le front sanitaire, Pfizer, le laboratoire américain associé à l'Allemand BioNTech, se dit en bonne voie pour livrer 120 millions de doses de son vaccin en deux injections contre le covid d'ici fin mars aux USA. John Young, directeur commercial du laboratoire américain, précise dans une déposition préparée pour son audition par le Congrès américain que Pfizer prévoit de livrer plus de 13 millions de doses par semaine de son vaccin aux États-Unis d'ici à la mi-mars, ce qui représente plus du double du volume livré début février. Pfizer est aussi prêt à fournir un total de 300 millions de doses aux États-Unis d'ici fin juillet. Le géant pharmaceutique entend augmenter sa production mondiale pour 2021 à au moins deux milliards de doses...

De son côté, le dirigeant de Moderna, Stephen Hoge, a indiqué que son groupe prévoyait de livrer 100 millions de doses de son vaccin en deux injections d'ici fin mars et 300 millions à fin juillet. Enfin, Johnson & Johnson croit pour sa part être en mesure de livrer au moins 20 millions de doses de son vaccin à dose unique aux États-Unis d'ici fin mars, après le feu vert de la FDA, et 100 millions d'ici mi-2021.

Les États-Unis ont franchi hier lundi la barre des 500.000 décès liés au covid. Selon le dernier bilan de l'Université Johns Hopkins, le nombre de cas confirmés du coronavirus dans le monde depuis le début de l'épidémie ressort désormais à près de 112 millions, dont 28,2 millions aux USA, plus de 11 millions en Inde et 10,2 millions au Brésil. Le nombre de morts dans le monde depuis le début de la pandémie est de près de 2,5 millions, dont 500.585 aux États-Unis.

Le pétrole reste ferme à 65,69$ le brent et 61,89$ le WTI . L'euro pointe à 1,2145/$ entre banques. L'or reprend 0,57% à 1.832$ l'once.

LES VALEURS

AMC Entertainment (18,2%) et Cinemark (-0,17%), les chaînes américaines de cinéma, grimpent en bourse alors que le gouverneur de l'Etat de New York, Andrew Cuomo, a déclaré que les salles de cinéma de la ville de New York pourraient rouvrir le 5 mars avec une jauge maximum de 25% de la capacité et une limite de 50 spectateurs par projection.

Macy's (+3,86%) a livré une guidance de revenus 2021 supérieure aux attentes. Les ventes du 4e trimestre 2020 ont décliné, mais dépassent les prévisions de marché. La chaîne de magasins a réalisé un bénéfice net trimestriel de 160 millions de dollars et 50 cents par action, contre 340 M$ un an auparavant. Le bpa ajusté est ressorti à 80 cents, largement supérieur aux attentes.

Medtronic (+2,5%), le géant américain des technologies médicales, a publié des revenus trimestriels conformes aux attentes et un bénéfice supérieur au consensus. Pour le 3e trimestre fiscal, clos fin janvier, le bénéfice net est ressorti à 1,27 milliard de dollars soit 94 cents par titre, (1,92 Md$ et 1,42$ par action un an plus tôt). Compte tenu de l'incertitude de court terme causée par la pandémie, la compagnie ne fournit pas de guidance formelle annuelle à ce stade.

Estée Lauder (+2,4%), star des cosmétiques, a offert 1 milliard de dollars pour prendre le contrôle de DECIEM Beauty Group, maison-mère de la marque The Ordinary.

Facebook (+2,12%), le réseau social de Menlo Park, va rétablir la diffusion des informations de presse en Australie, alors que le gouvernement local a proposé d'amender un projet de loi destiné à contraindre les géants du numérique à rémunérer les groupes de presse pour leurs contenus.

Carnival (+2,08%), le géant de la croisière, annonce une augmentation de capital d'un peu plus de 1 milliard.

Home Depot (-3,05%) n'est pas en mesure de prévoir l'évolution de la consommation des clients cette année. Le groupe de distribution de produits d'ameublement demeure donc prudent, alors qu'il vient pourtant de dévoiler par ailleurs de solides résultats trimestriels. Sur la période close, les revenus se sont améliorés de 25% à 32,3 Mds$ (30,7 Mds$ de consensus). Le groupe a dégagé un bpa de 2,65$ (2,62$ de consensus). La croissance de l'activité à comparable est ressortie à 24,5%, nettement supérieure aux attentes du consensus.

Tesla (-2,19%) La correction continue et suit celle du bitcoin... C'est l'hypothèse formulée par Daniel Ives, analyste chez Wedbush, selon lequel Elon Musk et Tesla sont désormais étroitement liés à l'histoire du bitcoin. "Même si Tesla a réalisé virtuellement un profit d'un milliard pour son premier mois de détention de l'or digital, cela s'accompagne d'un risque accru, comme on l'a observé cette semaine"... Il est aussi possible que le titre Tesla pâtisse ce jour de l'introduction en bourse programmée du concurrent Lucid Motors.

Occidental Petroleum (-1,36%) a dévoilé une perte trimestrielle plus importante que prévu, la cession d'actifs ayant pesé sur les résultats. La perte ajustée du quatrième trimestre s'est creusée à 731 M$, contre 269 M$ sur la période correspondante de l'an dernier. La perte nette a totalisé 1,3 Md$.

Pfizer (-1,05%) entend livrer plus de 13 millions de doses par semaine de son vaccin contre le covid aux États-Unis d'ici à la mi-mars, plus du double du volume de début février.

Gilead Sciences (-0,67%). L'Agence européenne des médicaments (EMA) prévoit de donner un avis avant l'été concernant l'utilisation possible du traitement remdesivir développé par Gilead pour les patients atteints du covid n'ayant pas besoin d'assistance respiratoire.

Wells Fargo (-0,32%), l'établissement bancaire américain, a annoncé la cession de son activité de gestion d'actifs disposant de 603 milliards de dollars d'encours, aux sociétés GTCR et Reverence Capital Partners pour 2,1 milliards de dollars.

Boeing (-0,35) / Raytheon (-0,37%). Le Bureau national américain de la sécurité des transports a indiqué que les dommages constatés sur une pale creuse du moteur Pratt & Whitney tombé en panne au cours du vol d'un Boeing 777-200 d'United Airlines à Denver semblaient compatibles avec une usure métallique.

©2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !