Cotation du 20/09/2018 à 13h36 CAC 40 +0,76% 5 434,86
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : une séance pour rien

Clôture Paris : une séance pour rien
Clôture Paris : une séance pour rien
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Lesté par les profits sur le dollar et l'incertitude sur la formation du gouvernement italien, le marché parisien a évolué sans grande tendance ce mardi. Le CAC40 clôture finalement quasiment stable à 5.640 points (+0,05%), au plus haut depuis la fin 2007. Les opérateurs ont eu les yeux rivés vers l'Italie alors que le président de la République transalpine, Sergio Mattarella a choisi de prendre le temps de la réflexion avant de décider s'il nomme Giuseppe Conte pour diriger un gouvernement populiste que la Commission européenne a d'ores et déjà mis en garde contre les dérapages budgétaires. Giuseppe Conte, un juriste inconnu du grand public, est proposé par la coalition formée par le Mouvement 5 étoiles (M5S) et la Ligue.
L'autre grand fait du jour est à chercher sur le marché des changes : après avoir inscrit des sommets en début de semaine, stimulé notamment par l'apaisement des tensions commerciales sino-américaines, le dollar subit désormais des prises de bénéfices. L'euro revient ainsi au-dessus des 1,18$ après son plancher de la veille. Le pétrole reste quant à lui fermement accroché aux 80$ pour le baril de Brent, en légère hausse. Pas grand-chose à signaler du côté des entreprises si ce n'est le regain de spéculations dans les télécoms après les dernières déclarations du patron de l'Arcep, plutôt favorable à une consolidation du secteur. De l'agenda macro on retiendra surtout la publication de l'indice manufacturier de la Fed de Richmond. L'indicateur ressort à 16 pour le mois de mai 2018, contre 10 de consensus de place et -3 pour sa lecture du mois antérieur, confirmant la vigueur de l'industrie américaine. A Wall Street, les opérateurs se montrent indécis avec des indices qui évoluent légèrement dans le rouge après une ouverture en territoire positif.

VALEURS EN HAUSSE

* Iliad grimpe de plus de 7% à 141,55 euros. Le secteur des télécoms est globalement bien orienté après les propos du patron de l'Arcep dans 'Le Monde'. Sébastien Soriano affirme en effet que "sur la consolidation, l'Arcep a refermé cette porte en avril 2016, car les discussions détournaient les opérateurs de leurs missions d'investissement. Pendant deux ans, je leur ai donc envoyé des signaux négatifs. Là, je vois qu'ils se sont mobilisés. Les circonstances ont évolué et la porte de l'Arcep se rouvre ou du moins s'entrouvre"... "Encore faudrait-il qu'ils aient un projet créateur de valeur pour le pays, et pas simplement pour les actionnaires", souligne toutefois le dirigeant. Des propos qui suffisent à relancer la spéculation dans un secteur où les rumeurs de passage de quatre à trois opérateurs reviennent régulièrement à la surface depuis plusieurs années. Dans le sillage d'Iliad, Bouygues et Orange ont respectivement bondi de 4,5 et 4%.

* Vallourec (+4% à 6,04 euros). Le dossier reste porté par la grande fermeté des cours du brut, au plus haut depuis 3 ans et demi.

* Le Crédit Agricole (+2,75% à 13,36 euros) gagne une manche face à l'administration fiscale française. La Cour administrative d'appel de Versailles a rendu sa décision dans le contentieux opposant la banque aux services fiscaux qui, en 2012, avaient contesté la déductibilité d'une charge de 2,3 milliards d'euros, supportée par Crédit Agricole SA à l'occasion de la cession de la banque grecque Emporiki. La Cour administrative d'appel de Versailles reconnaît le caractère déductible de cette charge et ordonne la restitution à Crédit Agricole SA du trop-payé d'impôt sur les sociétés acquitté au titre de l'exercice 2012. Crédit Agricole SA précise qu'il prendra en compte les conséquences financières de cette décision une fois épuisées toutes les voies de recours.

* Compagnie des Alpes (+5% à 31,35 euros) est recherché à quelques heures de la publication de ses résultats du premier semestre 2017-2018. Déjà connu, le chiffre d'affaires de la période s'est élevé à à 491,2 millions d'euros, faisant ressortir une croissance de +3,2% à périmètre constant. A données publiés, la progression s'est établie à +7,1%, tirée par l'intégration de Travelfactory dans les comptes.

* ESI Group (+2,2% à 41,50 euros). L'éditeur de logiciels fait l'objet d'achats d'anticipation avant le point d'activité du premier trimestre qui sera publié dans une semaine.

VALEURS EN BAISSE

* Airbus (-0,2% à 100,66euros) vient de réagir au dernier jugement de l'Organisation mondiale du Commerce au sujet des aides publiques accordées aux appareils A350 et A380. L'OMC avait estimé que l'Union européenne n'avait pas tenu compte des demandes de suppression de toutes les aides publiques accordé à l'avionneur. Airbus explique que l'UE a procédé aux ajustements nécessaires afin de respecter entièrement les demandes du régulateur. "Les termes de ces amendements, tout comme les termes des contrats initiaux portant sur les avances remboursables, demeurent confidentiels, mais ils ont été ajustés aux conditions actuelles du marché".

* SQLI (-2,1% à 34,85 euros) enchaîne une troisième séance consécutive dans le rouge, toujours plombé par son point trimestriel qui a mis en relief une évolution flat de ses revenus en organique sur le début d'année.

* Total (-0,7% à 54,12 euros) subit des prises de bénéfices légitimes après son rallye des trois derniers mois, période au cours de laquelle il s'est revalorisé de près de 20%. Le pétrolier a évolué en queue de peloton au sein du CAC40 ce mardi, juste derrière Publicis (-1%) et LVMH (-0,9%).

*Cellnovo (-5,4% à 2,44 euros) est toujours déserté par les investisseurs avec à la clé un nouveau plancher historique. Le marché joue la prudence en attendant de constater des signes d'amélioration sur le cash burn sous l'effet de l'optimisation de la production à grande échelle des cartouches d'insuline, après les retards du processus d'industrialisation.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com