Cotation du 25/09/2018 à 16h03 CAC 40 +0,15% 5 484,16
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : Trump fait fuir les 5.400 points...

Clôture Paris : Trump fait fuir les 5.400 points...
Clôture Paris : Trump fait fuir les 5.400 points...
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

La fête est finie... Après six séances consécutives de rebond, pour un gain cumulé de 3%, le CAC 40 a piqué du nez ce mercredi, repassant ainsi sous les 5.400 points, en baisse de 1,48% à 5.353 pts en clôture. Les marchés sont à nouveau plombés par Donald Trump et ses nouvelles menaces commerciales envers la Chine. Washington a en effet publié une liste portant sur 200 Mds$ de produits chinois supplémentaires qui seront soumis à des droits de douane... Wall Street, qui avait aligné hier soir une quatrième séance dans le vert, cède également aux prises de bénéfices en ce milieu de semaine, en attendant une avalanche de publications trimestrielles dans les prochains jours.

ECO ET DEVISES

La nouvelle liste de produits chinois de l'administration américaine comprend de nombreux produits alimentaires, le charbon, le tabac, des produits chimiques ou technologiques (...). Les États-Unis appliqueront à cette liste des prélèvements de 10%. "Durant plus d'un an, l'administration Trump a démontré sa patience en demandant à la Chine d'arrêter ses pratiques inéquitables, d'ouvrir ses marchés et de s'engager dans une véritable concurrence", a affirmé le délégué US au commerce Robert Lighthizer. Ce responsable constate qu'au lieu de répondre aux préoccupations américaines, la Chine a décidé de représailles contre les produits américains. En effet, rappelons que les deux pays se sont infligés en fin de semaine dernière des tarifs douaniers réciproques portant sur environ 34 milliards de dollars de produits importés. Les Etats-Unis infligent depuis vendredi 25% de droits de douane à cette série de produits chinois importés. Pékin a réagi avec des taxes du même ordre. Trump a prévenu qu'à terme, les Etats-Unis pourraient taxer plus de 500 milliards de dollars de produits chinois, ce qui représenterait la quasi-totalité des importations US provenant de Chine. Les nouveaux prélèvements sur 200 Mds$ de produits imposés par les Etats-Unis devraient entrer en vigueur après une consultation publique de deux mois.

L'indice des prix à la production pour le mois de juin 2018 publié ce mercredi par le gouvernement américain est ressorti en croissance de 0,3% en comparaison du mois antérieur, alors que le consensus de place se situait à +0,2%. Par ailleurs, l'indice des prix à la production hors alimentaire et énergie a également grimpé de 0,3%, contre +0,2% de consensus.

L'Opep ne craint pas une pénurie de pétrole. Le cartel estime que la hausse de la production d'or noir des pays n'appartenant pas à l'Organisation permettra de répondre à la demande supplémentaire l'an prochain. Bien que le boom du schiste bitumineux ralentisse en raison des contraintes de pipeline, les États-Unis contribueront encore aux trois quarts de l'expansion de l'offre mondiale, souligne l'Opep, qui table sur une croissance de la production hors-Opep de 2,1 millions de barils par jour. Pour l'Opep, cette augmentation signifie que les membres du cartel produisent déjà suffisamment de brut pour couvrir les besoins de leurs clients. Selon les premières perspectives détaillées du groupe pétrolier pour 2019, la demande mondiale d'or noir progressera en effet de 1,45 million de barils par jour en 2019, soit légèrement moins que le taux de croissance attendu cette année, pour s'établir en moyenne à 100,3 millions de barils par jour. La situation au sein du cartel pourrait toutefois évoluer alors que la production du groupe est menacée par la crise économique actuelle au Venezuela et par le renouvellement des sanctions américaines contre l'Iran.

Le rapport hebdomadaire du Département américain à l'énergie concernant les stocks pétroliers domestiques, pour la semaine close au 6 juillet, a fait ressortir une chute de 12,6 millions de barils des stocks de brut hors réserve stratégique, en comparaison de la semaine antérieure (le consensus était de -4,1 millions de barils pour les stocks de brut). Les stocks d'essence ont décliné de 0,7 MB, alors que les stocks de distillés ont progressé de 4,1 MB.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1719$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 72,6$ et le Brent s'affiche à 76,6$.

VALEURS EN HAUSSE

* Amoeba s'envole de 58,5%, dopé par les résultats positifs d'efficacité du premier test industriel réalisé aux Etats-Unis. Ce test industriel s'est déroulé auprès d'un fabricant mondial d'emballages pour l'industrie agroalimentaire basé en Illinois, en collaboration avec Earthwise, partenaire historique d'Amoéba aux Etats-Unis.

* SuperSonic Imagine gagne encore 6,6% après un bond de 16,8% hier. Le titre profite depuis mardi des rumeurs d'intérêt de Shanghai United Imaging.

* Lagardère gagne 2,5%. La valeur est dopée par une note de Goldman Sachs qui est passé de 'neutre' à 'acheter' tout en relevant son objectif de 27,7 à 28,9 euros.

* Sur le CAC40, AccorHotels monte de 0,3% avec Sodexo (+0,1%) ou encore Veolia (+0,1%).

VALEURS EN BAISSE

* Bénéteau chute de 20,6% après un avertissement sur ses comptes de la saison 2018. Le groupe affiche sur les 9 premiers mois de l'exercice 2017-2018 un chiffre d'affaires consolidé de 885,8 millions d'euros, en hausse de seulement 3,8% par rapport à la même période de l'année précédente et de 6,2% à taux de change constant. Le chiffre d'affaires du troisième trimestre s'élève à 420,9 millions d'euros, en légère croissance de 1,7% à taux de change constant par rapport au trimestre de l'année précédente. Le groupe anticipe une progression de son chiffre d'affaires global de l'ordre de +7% à +8% à taux de change constant. Le résultat opérationnel courant est attendu lui aussi en progression de +7 à +8% à taux de change constant. Des prévisions annuelles qui sont donc légèrement abaissées car le groupe anticipait fin avril une progression de son chiffre d'affaires global de l'ordre de +8% à +10% à taux de change constant avec un résultat opérationnel courant en progression de +10% à +12% à taux de change constant.

* Bourbon (-6,5%) a annoncé avoir signé un waiver général avec ses crédit-bailleurs et créanciers représentant l'essentiel de sa dette. Bourbon précise que cet accord l'autorise à différer le remboursement de ses loyers et le service de sa dette, permettant ainsi au groupe de rester focalisé sur ses priorités opérationnelles et sur la mise en oeuvre de son plan stratégique. Le groupe se déclare confiant dans sa capacité à parvenir avant la fin de l'année à "une solution équilibrée avec l'ensemble de ses créanciers - souvent partenaires de longue date - qui convienne à l'ensemble des parties tout en permettant d'adapter le financement de l'entreprise à son développement".

* Carrefour abandonne 4,8%. Barclays a maintenu son opinion 'pondération en ligne' sur le distributeur tout en réduisant sa cible de 17,3 à 15,6 euros. Le courtier anticipe une nouvelle baisse des marges en France au premier semestre alors que la performance au niveau du chiffre d'affaires devrait encore être faiblarde. Bien que le plan de réduction des coûts soit en bonne voie, le courtier pense que son impact sera visible au plus tôt en 2019. Dans ce contexte, il table sur une baisse de 34% de l'EBIT en France, à 131 ME, ce qui implique une baisse de la marge de 40 points de base, à 0,7%, soit plus faible performance du groupe sur un premier semestre. Carrefour publiera ses comptes semestriels le 26 juillet.

* Kering perd 3,8% avec Hermès International (-2,7%).

* ArcelorMittal chute aussi de 3,4%, avec Renault (-2,3%).

* Les financières dépriment à nouveau, à l'image de BNP Paribas qui perd 1,5% avec Société Générale (-1,3%), Axa (-1,6%) ou encore Crédit Agricole (-1,7%).

* Rémy Cointreau (-0,7%) a perçu un paiement d'un montant de 86,8 millions d'euros par Holding Champagne P&CH au titre du remboursement anticipé total et définitif, en principal et en intérêts capitalisés, du prêt vendeur d'un montant principal de 75 millions d'euros conclu lors de la cession de la branche Champagne du groupe Rémy Cointreau au groupe EPI en juillet 2011. Ce prêt vendeur avait initialement été accordé pour une durée de neuf ans avec faculté de remboursement anticipé.

* TF1 (-0,5%) recule malgré de l'engouement pour ses retransmissions de la Coupe du monde de football, où la France s'est qualifiée mardi pour la finale de dimanche en battant la Belgique 1-0. TF1 a ainsi rassemblé en moyenne 19,1 millions de téléspectateurs hier soir.

* Airbus (-0,2%) bénéficie d'une belle commande de la compagnie JetBlue pour 60 monocouloirs A220-300, première grosse commande pour la CSeries de Bombardier rebaptisée.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com