Cotation du 29/07/2021 à 14h42 CAC 40 +0,71% 6 656,26
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : stable !

Clôture Paris : stable !
Clôture Paris : stable !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Le CAC40 a terminé la séance du 14 juillet parfaitement stable à 6.558 pts ce mercredi dans un marché très calme en raison de la fête nationale tricolore. La cote américaine affiche encore une certaine résistance ce soir, malgré des chiffres inquiétants des prix à la production US, de quoi donner du fil à retordre à Jerome Powell dans le cadre de son intervention face au Congrès américain ce jour...

ECO ET DEVISES

Le patron de la Fed intervenait donc ce jour devant le Congrès US à l'occasion de son témoignage semi-annuel de politique monétaire... Powell admet une hausse "notable" de l'inflation, qui devrait selon lui rester élevée durant les prochains mois. De quoi répéter que la banque centrale américaine reste prête à ajuster sa politique si l'inflation augmente trop fortement. Néanmoins, il anticipe toujours un retour ultérieur au calme et une stabilisation. D'après son analyse, l'inflation devrait rester élevée cette année puis se modérer...
Le patron de la Fed constate par ailleurs la hausse des valorisations des actifs, mais ne s'alarme pas et évoque "des niveaux généralement solides" de stabilité financière... Les discussions concernant le 'tapering', la réduction des achats d'actifs de la Fed actuellement logés à 120 milliards de dollars par mois, devraient se poursuivre lors des prochaines réunions. Powell souligne que la banque fournira "un préavis" avant d'annoncer toute décision d'apporter des changements. Le timonier de la Fed juge que la croissance américaine devrait atteindre cette année son plus haut niveau depuis des décennies. Powell souligne bien toutefois que le marché américain du travail est loin du niveau requis pour procéder au 'tapering'. La Fed veut donc observer des progrès supplémentaires de ce point de vue avant d'agir et de réduire son soutien à l'économie. Cela semble rassurer les marchés, qui ne 'pricent' pas pour l'heure l'hypothèse d'une inflation durablement haute.
Pour Powell, il reste beaucoup de chemin à faire sur le marché de l'emploi, qui est à 7,5 millions de postes de son niveau pré-pandémique, les difficultés affectant particulièrement les travailleurs à bas salaires et les minorités. Le taux de participation à la force de travail reste en outre déprimé, note Powell.

Notons par ailleurs que Steve Mnuchin, ancien Secrétaire américain au Trésor, a jugé pour sa part que l'inflation n'était pas transitoire et qu'il fallait que la Fed procède au "tapering" sans attendre. Le patron de BlackRock a lui aussi jugé que la hausse des prix allait durer...

Parmi les derniers indicateurs publiés, l'indice des prix à la production pour le mois de juin a progressé de 1% en comparaison du mois antérieur selon le rapport du jour, alors que le consensus des économistes était de 0,5%. En glissement annuel, l'indice des prix à la progression s'est envolé de 7,3% contre 6,8% de consensus. Hors alimentaire et énergie, le PPI américain s'est apprécié de 1% en comparaison du mois de mai, deux fois plus que prévu. Il augmente de 5,6% en comparaison de l'an dernier, contre 5,1% de consensus...
Les chiffres de l'inflation américaine publiés hier sont ressortis également préoccupants : Ainsi, l'indice US des prix à la consommation du mois de juin a grimpé de 0,9% en comparaison du mois antérieur, bien plus que prévu puisque le consensus était de +0,5%. L'indicateur ajusté, hors alimentaire et énergie, a lui aussi progressé de 0,9% par rapport au mois précédent, contre 0,4% de consensus. Le CPI monte donc de 5,4% en glissement annuel, contre 4,9% de consensus. Le CPI ajusté, hors éléments volatils, augmente de 4,5% par rapport à l'an dernier, contre 4% de consensus... Ainsi, les prix à la consommation aux Etats-Unis ont affiché là leur plus forte hausse en 13 ans !

Du côté pétrolier, les Émirats arabes unis auraient trouvé un compromis pour résoudre le conflit qui les oppose aux autres membres de l'OPEP concernant le niveau de la production, selon Bloomberg. De quoi faire revenir le baril de Brent sous les 76$ ce soir. L'euro remonte de son côté sur les 1,18$. Le Bitcoin pointe à 32.800$.

VALEURS EN HAUSSE

AB Science : +21% suivi de DMS (+6%) avec Nanobiotix

Esker (+3,6%) Au deuxième trimestre de l'exercice 2021, le groupe a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 33,4 ME en croissance de 32% à taux de change constant par rapport au même trimestre de l'exercice précédent.
Pour l'ensemble du premier semestre, les ventes s'établissent à 64,4 ME en croissance de 22% à taux de change constant.
La société réalise à nouveau le meilleur trimestre et le meilleur semestre de son histoire. La croissance d'Esker devrait continuer à être soutenue au cours du troisième trimestre en raison des importants succès commerciaux enregistrés depuis le T4 2020, de la forte reprise économique constatée dans le monde et d'un effet de base encore favorable.
Esker relève sa prévision de croissance organique pour l'ensemble de l'année de 16% à 17%, ce qui devrait porter le chiffre d'affaires du Groupe aux alentours de 131 ME si la parité euro/dollar reste inchangée. À ce niveau de croissance, la profitabilité devrait s'établir entre 12% et 15%.

Adocia : +5% avec Balyo, P&V et Ekinops

Vallourec : +3,5%. Jefferies a relevé le curseur sur le dossier de 12,8 à 14,5 euros avec un avis à l'achat.

STM : +2,5% suivi de Cegedim, Catana, Rallye, Orapi

Claranova +2% avec Mersen, M&P

LNA : +1,5% avec CGG, Esi Group, Axway et Navya

VALEURS EN BAISSE

Latécoère (-15%) a annoncé le lancement d'une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription d'environ 193,4 millions d'euros, susceptible d'être portée à environ 222,4 millions d'euros en cas d'exercice intégral de la clause d'extension.
-Prix de souscription : 0,51 euro par action nouvelle
-Parité de souscription : 4 actions nouvelles pour 1 action existante

Devoteam : -4% avec Neoen, OSE Immuno

TFF : -3% suivi de Amplitude

EDF (-2%) a annoncé l'ouverture de son bureau à Varsovie, entièrement dédié à l'accompagnement de la préparation d'une offre nucléaire intégrée, adaptée au marché polonais. La décision d'ancrer l'activité de développement de l'offre d'EDF pour la Pologne à Varsovie confirme l'engagement de long terme d'EDF pour soutenir l'ambition nucléaire polonaise. L'offre portée par EDF concerne notamment la construction de 4 à 6 réacteurs EPR en Pologne.
À la tête du nouveau bureau, EDF a nommé Thierry Deschaux. En 14 ans de carrière en Pologne au sein de différentes filiales d'EDF, et notamment de Dalkia Polska dont il était le Directeur Général, M. Deschaux a acquis une connaissance approfondie du secteur énergétique polonais à toutes les étapes de sa transformation.Thierry Deschaux a également travaillé pendant 15 ans au sein de la branche nucléaire d'EDF en France dans les domaines de l'ingénierie, de l'exploitation et de la maintenance, ainsi que dans la négociation de grands contrats d'achat de combustible nucléaire.
L'activité du bureau d'EDF à Varsovie se concentrera sur l'approfondissement du dialogue qu'EDF a construit au cours des 10 dernières années avec tous les acteurs clés impliqués dans le programme nucléaire polonais. L'une de ses missions principales sera d'intégrer l'industrie polonaise dans la " supply chain " industrielle européenne d'EDF pour les réacteurs EPR, en établissant des partenariats de long terme et en accélérant la qualification des fournisseurs polonais. Le bureau est rattaché à la Direction du Développement du Nouveau Nucléaire d'EDF et bénéficiera pleinement du soutien de ses équipes d'ingénierie.

Air France KLM : -2% avec Manitou

Albioma (-1,6%) a été victime d'une cyberattaque par ransomware sur le réseau informatique du Groupe. Pour rappel, l'attaque n'a eu aucune conséquence sur l'activité industrielle d'exploitation ; toutes les centrales du Groupe continuent de fonctionner normalement.
"Les équipes informatiques d'Albioma ont fait preuve de réactivité pour restaurer le système d'information bureautique du Groupe dans les meilleurs délais. Les investigations menées en profondeur par les experts en cybersécurité que nous avons diligentées ont fait apparaitre qu'une exfiltration de certaines données de l'entreprise a été constatée. Les mesures de vigilance et de protection appropriées à la situation sont prises. L'entreprise a déposé plainte et travaille en concertation étroite avec les autorités compétentes. Les polices d'assurance ad hoc ont été activées".

ADP : -1,5% avec Vinci, Ubisoft, Atari, BigBen, JC Decaux

Renault : -1% suivi de Eiffage et de Coface

Iris Knobloch, Artémis - holding patrimoniale de la famille Pinault représentée par François-Henri Pinault et Alban Gréget - et Combat Holding, annoncent ainsi la création d'I2PO, le premier "SPAC" (Special Purpose Acquisition Company) en Europe, dédié à l'industrie du divertissement et des loisirs.
Le SPAC prenant la forme d'une société anonyme nouvellement constituée et immatriculée en France, lance aujourd'hui une levée de fonds d'un montant de 250 millions d'euros (susceptible d'être porté à 300 millions d'euros en cas d'exercice intégral de la clause d'extension), dans le cadre d'une offre réservée aux investisseurs qualifiés, à l'occasion de son introduction sur le compartiment professionnel du marché réglementé d'Euronext Paris.

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !