Cotation du 23/10/2020 à 18h05 CAC 40 +1,20% 4 909,64
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : optimiste, mais prudente

Clôture Paris : optimiste, mais prudente
Clôture Paris : optimiste, mais prudente
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La bourse reprend un peu de hauteur ce jeudi à Paris. Dans les premiers échanges, elle s'était laissée porter par une clôture en nette hausse à Wall Street, avant de se stabiliser au fil des échanges. En clôture, le CAC40 reprend 0,43% à 4.824 points, dans un flot de publications semestrielles d'entreprises.

Les investisseurs ont été rassurés par les avancées du nouveau plan de relance de l'économie aux Etats-Unis. L'administration Trump a en effet proposé aux démocrates de la Chambre des représentants un nouveau programme de 1.500 milliards de dollars incluant le prolongement d'une aide de 20 milliards de dollars au secteur aérien, a déclaré mercredi le secrétaire général de la Maison blanche, Mark Meadows. Les investisseurs américains ont par ailleurs été rassurés par des statistiques américaines supérieures aux attentes, notamment celle de l'enquête ADP sur l'emploi, de bon augure avant la publication, vendredi, du rapport mensuel du département du Travail.

Si en Europe, les indices PMI manufacturiers définitifs pour le mois de septembre ont confirmé un renforcement de la reprise d'activité, en particulier en Allemagne, la crise sanitaire demeure bien ancrée à l'esprit des investisseurs. Au Royaume-Uni, Boris Johnson a confirmé que des restrictions plus importantes pourraient être nécessaires. En Espagne, les autorités régionales de Madrid ont quant à elles rejeté les mesures gouvernementales visant à un bouclage de la capitale. Néanmoins, le décret du ministère local de la Santé devrait s'appliquer selon le gouvernement, interdisant aux habitants d'entrer ou sortir de la ville, sauf pour aller travailler, ou pour des questions scolaires ou de santé.

La cote américaine, bien orientée hier soir (+0,4% sur le DJIA et +0,74% sur le Nasdaq), s'affiche encore dans le vert ce jeudi. Le Dow Jones gagne 0,5% à 27.920 pts et le S&P500 0,6% à 3.383 pts, alors que le Nasdaq s'adjuge 1,08% à 11.287 pts. Le baril de brut WTI retombe de 5,4% à 38,$, alors que le Brent de la mer du Nord cède 2,1% à 40,06$. L'once d'or avance de 1% à 1.909,6$. L'indice dollar recule de 0,1% face à un panier de devises de référence.

L'agenda économique est assez chargé ce jeudi à Wall Street. L'étude Challenger sur les destructions de postes annoncées par les entreprises américaines pour le mois de septembre fait ressortir 118.804 licenciements, contre 115.762 un mois avant.

Selon le Département américain au Travail ce jeudi, les inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis pour la semaine close au 26 septembre sont ressorties au nombre de 837.000, contre un consensus de 850.000 et un niveau révisé à 873.000 pour la semaine antérieure.

Les revenus personnels des ménages pour le mois d'août 2020 sont quant à eux ressortis en forte baisse de 2,7% en comparaison du mois antérieur, contre -2,5% de consensus et +0,5% un mois avant. Les dépenses personnelles de consommation sur le mois d'août ont en revanche augmenté de 1% par rapport au mois de juillet, contre +0,8% de consensus et +1,5% pour la lecture révisée du mois précédent. L'indice des prix core-PCE a progressé de 0,3% par rapport au mois antérieur, en ligne avec les attentes, contre +0,4% un mois avant.

L'indice Markit PMI manufacturier américain final du mois de septembre 2020 est ressorti à 53,2, contre un consensus de 53,5 et une lecture 'flash' initiale de 53,5. L'indice traduit toujours une expansion significative de l'activité manufacturière nationale américaine.

L'ISM manufacturier du mois de septembre, qui vient également d'être publié, est ressorti à 55,4, contre 56,3 de consensus de marché et 56 un mois avant.

Les dépenses de construction aux Etats-Unis pour le mois d'août 2020 ont grimpé de 1,4% en comparaison du mois antérieur, contre +0,7% de consensus de place et +0,1% un mois plus tôt.

VALEURS EN HAUSSE

* En tête du CAC40, STMicroelectronics bondit de 6,85% à 28,06 euros après avoir relevé son objectif de revenus annuels. Fort d'un solide troisième trimestre, le spécialiste des semi-conducteurs vise désormais un chiffre d'affaires 2020 au-dessus de 9,65 milliards de dollars, contre une précédente fourchette comprise entre 9,25 et 9,65 Mds$. Le groupe a par ailleurs dévoilé un chiffre d'affaires net préliminaire du troisième trimestre de 2,67 milliards de dollars, en hausse de 27,8 % en séquentiel et 690 points de base au-dessus du niveau supérieur de la fourchette de prévisions.

* Engie (stable à 11,4 euros) a annoncé mercredi soir qu'il acceptait la nouvelle offre de Veolia (+0,6%) sur sa participation de 29,9% dans Suez (+2,2% à 16,15 euros), et a obtenu de Veolia un délai jusqu'à lundi prochain 5 octobre pour se prononcer formellement. Dans un communiqué, Engie a ainsi annoncé qu'il "accueille favorablement" l'offre de Veolia, relevée mercredi matin à 18 euros par action, contre 15,50 euros initialement, ce qui valorise cette participation environ 3,4 milliards d'euros.

* Airbus reprend 4,56% à 64,9 euros. Berenberg est passé à l''achat' en portant sa cible de 69 à 76 euros.

* Kering gagne 2,6% 582,6 euros. Le Credit Suisse a revalorisé le groupe de luxe de 540 à 585 euros.

* Worldline s'adjuge 2,9% à 72,18 euros au lendemain du feu vert de la Commission européenne à son projet d'acquisition d'Ingenico sans concession significative. L'Autorité des marchés financier vient d'ailleurs d'indiquer que la clôture de l'offre interviendra le 15 octobre.

* Marie Brizard Wine & Spirits s'envole de 35,4% à 1,436 euro, les investisseurs saluant la nette amélioration des résultats intermédiaires. Le groupe de spiritueux a enregistré sur les six premiers mois de l'année un Ebitda de 7 ME, en progression de +14,4 ME sur un an, reflétant à la fois l'amélioration de la marge brute et la baisse de près de 23% des charges externes, liée à la diminution volontaire des dépenses de marketing. La perte nette se limite à 1,4 ME pour un chiffre d'affaires de 135,3 ME, en hausse de 0,4% à périmètre et devises constants.

* Hiolle Industries gagne 4,8% à 3,48 euros. Le spécialiste des services et de l'environnement est porté par sa publication semestrielle et de belles perspectives. Hiolle Industrie a dégagé au 1er semestre 2020 un résultat opérationnel de 559 kE, pourtant impacté par une dépréciation de goodwill de 250 kE. Malgré la baisse de son chiffre d'affaires le groupe est parvenu à maintenir un résultat net équilibré. Surtout, Hiolle Industries a indiqué bénéficier d'une importante visibilité, pour une voilure d'affaires s'étalant jusqu'à 2024. En outre, les consultations et appels à projets d'ampleur ont fortement repris depuis juin . Le 2e semestre devrait bénéficier de cette tendance haussière. Le groupe anticipe une croissance à 2 chiffres sur ses marchés stratégiques pour 2021.

* Baccarat (+3,3% à 124 euros). Le groupe de luxe a montré de la combativité dans le contexte sanitaire. Le groupe assure vouloir poursuivre une politique d'allocation rigoureuse de ressources pour accroître sa performance opérationnelle et augmenter la rentabilité de ses capitaux.

* Cabasse. Egalement porté par sa publication semestrielle, le titre s'envole de +9% à 3,87 euros. Son résultat net part du groupe est en perte de -1,7 ME au 1er semestre 2020, mais Cabasse confirme son ambition d'atteindre une marge d'Ebitda cible de 10% à horizon 2022.

* Genomic Vision poursuit le rallye engagé depuis déjà 4 séances. Après la publication de ses comptes semestriels et l'annonce de l'arrivée d'un nouveau Directeur administratif et financier, hier, le titre gagne encore 7,14% sur la séance.

Plusieurs petits dossiers ont également été recherchés après la publication semestrielle : Delta Drone (+12,5%) Valbiotis (+8,8%), Itesoft (+4%), Artea (+1,8%)

VALEURS EN BAISSE

* Genfit décroche de 20% à 3,9 euros. Le groupe vient de faire état d'une trésorerie de clôture de 226 ME au 30 juin 2020 (contre 277 ME au 31 décembre 2019). Il évoque par ailleurs une nouvelle stratégie centrée sur deux axes prioritaires, le développement d'elafibranor dans la Cholangite Biliaire Primitive (recrutement de la Phase 3 ELATIVE en cours) et la commercialisation de NIS4 pour le diagnostic de la NASH (accord de licence exclusif avec Labcorp). En outre, Genfit fait état d'un projet de filialisation visant la création de deux entités opérationnelles distinctes à l'horizon 2021, dans le périmètre de la Société cotée Genfit pour des arbitrages facilités, un pilotage plus indépendant et une croissance autonome de chaque activité.

*Bio-UV (-7,55% à 5,88 euros) subit des dégagements dans du volume. Le management avait annoncé vouloir lever 7 millions d'euros . Cette augmentation de capital a été parfaitement bien accueilli par les investisseurs, qui finalement ont souscrit pour un montant de 12,7 ME, représentant 21,2% du capital social post-opération. Ces actions nouvelles, d'une valeur nominale unitaire de 1 euro, ont été placées au prix de 5,8 euros l'action.

* AB Science (-5,1%) est sanctionné après une perte semestrielle de 8,8 ME, alors que sa trésorerie au 30 juin est de 10,6 ME. Il convient d'y ajouter 4,1 ME de Crédit d'impôt recherche 2019 à percevoir de l'administration fiscale. AB Science continue à allouer la majeure partie de ses ressources à la poursuite du développement du masitinib, la molécule la plus avancée de la société.

* Trigano (-3%). François Feuillet (Président du Directoire) et Marie-Hélène Feuillet (Directeur Général) ont démissionné de leurs fonctions respectives. Stéphane Gigou a été nommé Président du Directoire et Michel Freiche devient Directeur Général.

* Renault perd 4,6% à 21,17 euros après l'annonce d'une baisse de 2,97% des immatriculations de voitures neuves en France en septembre. 168.291 véhicules ont été immatriculés le mois passé dans l'Hexagone, selon les données du Comité des constructeurs français d'automobiles. Septembre a compté cette année 22 jours ouvrables, contre 21 l'an dernier. Sur les neuf premiers mois de l'année, les ventes de véhicules neufs affichent désormais une baisse de 28,92%. Le groupe Renault (marques Renault, Dacia et Alpine), ébranlé l'an dernier par les difficultés de son partenaire Nissan et par la dégradation de plusieurs marchés émergents qui ont fait son succès, a vu quant à lui ses immatriculations diminuer de 5,84% avec un repli marqué de 16,04% pour la seule marque au losange.

* Bouygues cède 2,1% à 28,97 euros. Jefferies a abaissé son objectif de cours de 34 à 31 euros.

* Biophytis, qui avait déjà perdu -28,25% hier après l'annonce de son augmentation de capital de 10 ME par placement privé, redonne encore 7,6% aujourd'hui, revenant à 0,443 euro, dans un volume très travaillé de capital.

* Balyo (-6,1% à 0,98 euro) Le résultat net du 1er semestre 2020 s'établit à -6,7 ME (-8,1 ME au 1er semestre 2019). Compte tenu de la crise sanitaire, Balyo n'est pas en mesure, à ce jour, d'évaluer précisément ses perspectives pour 2020. Le groupe réaffirme cependant sa confiance quant à la poursuite de l'amélioration de son activité au second semestre.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !