Cotation du 18/04/2019 à 18h05 CAC 40 +0,31% 5 580,38
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : les bancaires se démarquent

Clôture Paris : les bancaires se démarquent
Clôture Paris : les bancaires se démarquent
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

La tendance est restée quasiment stable toute la journée, les investisseurs reprenant leur souffle après la belle semaine passée, conclue par un grand chelem de cinq hausses et un gain cumulé de 3,3% pour le CAC40. Le CAC40 termine ce soir à 5.413 points (+0,14%), affichant un gain de plus de +14% depuis le début d'année. Si la séance de vendredi dernier (+1,04%) avait accouché d'un fort volume de près de 9 milliards d'euros échangés sur le CAC40, un retour à la normale s'est observé aujourd'hui avec un peu moins de 3 milliards. L'attention devrait se tourner cette semaine vers la Fed qui réunit mardi et mercredi son comité de politique monétaire (FOMC). Les récents indicateurs américains, ressortis inférieurs aux attentes, alimentent en effet les anticipations d'un ton encore plus accommodant de la Réserve fédérale (Fed) à l'issue de sa réunion de politique monétaire mercredi.

VALEURS EN HAUSSE

* Le compartiment bancaire a monopolisé les plus fortes hausses du CAC40 : BNP Paribas, Société Générale et Crédit Agricole progressent d'environ 2%. La confirmation de l'entrée en négociations de Deutsche Bank et Commerzbank en vue d'une probable fusion a de quoi rassurer le marché, alors que les deux entités bancaires allemandes font figure de maillons faibles dans le paysage bancaire européen.

* En tête du CAC40, Crédit Agricole (+2,6% à 11,32 euros) a par ailleurs annoncé vendredi la cession d'une participation de 4,9% dans la Banque Saudi Fransi (BSF) pour environ 440 millions d'euros à un consortium emmené par le fonds d'investissement américain Ripplewood. A l'issue de l'opération, attendue "dans les prochaines semaines", Crédit Agricole ne détiendra plus que 10% de la banque saoudienne, dont il est associé depuis sa création en 1977.

* TechnipFMC gagne 1,6% à 20,63 euros. UBS se montre globalement optimiste pour le secteur européen des services pétroliers. Le broker helvète estime que le pipeline d'appels d'offres pour 2019 est prometteur et réitère sa préférence pour les sociétés avec des longs cycles d'investissements. 2019 sera probablement une année de baisse des bénéfices mais avec de meilleures perspectives à mesure que les indicateurs avancés s'amélioreront, souligne UBS, qui continue à privilégier TechnipFMC et Subsea 7 ainsi que Hunting.

* Vallourec (+2% à 2,22 euros) a été sélectionné par la société thaïlandaise PTT Exploration & Production PLC (PTTEP) pour fournir des produits OCTG dans le cadre d'un ambitieux projet offshore au Myanmar.

* Alstom gagne 2,1% à 39,3 euros. Kepler Cheuvreux a remonté son avis de "conserver" à "acheter", en relevant son objectif de 38,5 à 43,5 euros.

VALEURS EN BAISSE

* Plus forte baisse du CAC40, STMicroelectronics rend 2,2% à 14,25 euros après une hausse de 5% vendredi. Le fabricant de semi-conducteurs était soutenu en fin de semaine dernière par les annonces de Bruno Le Maire. Le ministre de l'Economie et des Finance a annoncé le lancement du plan 'Nano 2022'. Un programme représentant 5 milliards d'euros de travaux et d'investissements industriels visant à préparer, pour l'horizon 2022, de nouvelles générations de composants électroniques.

* Sanofi (-0,4% à 79,2 euros) : la Commission européenne a approuvé une nouvelle indication de Praluent (alirocumab), pour réduire le risque cardiovasculaire chez les adultes atteints d'une maladie cardiovasculaire athéroscléreuse établie en réduisant les niveaux de cholestérol à lipoprotéines de basse densité (LDL-C) en adjuvant à des mesures de correction d'autres facteurs de risque.

* Nouvelle séance compliquée pour Bourbon qui trébuche de 7% à 2,5 euros. Et ce n'est pas l'activité en tant que telle qui inquiète les opérateurs cette fois, ni les derniers résultats 2018 peu reluisants, mais le début du procès visant la société pour "corruption d'agents publics étrangers" dans trois pays d'Afrique.

* EDF cède 0,8% à 12,8 euros. HSBC a dégradé sa recommandation sur d'"acheter" à "conserver", en coupant sa cible de 16,4 à 13,8 euros.

* Nanobiotix perd 4% à 11,37 euros : le résultat net consolidé, après charge d'impôts, s'établit à une perte de -30,34 ME au 31 décembre 2018 (-26,14 ME en 2017). Au 31 décembre 2018, la trésorerie s'élevait à 36,2 ME. Cette année, Nanobiotix pourrait recevoir sa première autorisation de mise sur le marché (Marquage CE) pour le produit NBTXR3 pour le traitement des Sarcomes des Tissus Mous, ouvrant ainsi l'accès au produit aux patients atteints de cancer.

* Quatrième séance consécutive dans le rouge pour Casino qui perd encore près de 5% à 39 euros. Les résultats annuels du distributeur continuent à interroger les opérateurs qui doutent de la capacité du groupe stéphanois à réduire sa dette. Rallye, la maison-mère de Casino, est également sous pression, en retrait de 5,2% à 11,2 euros. Mainfirst estime la capacité de désendettement de Rallye très limitée alors que la dette nette de la société est ressortie supérieure aux attentes en 2018. Les résultats de Casino et Rallye, annoncés la semaine dernière, ne montrent "aucun progrès" sur la "contrainte financière serrée" de Rallye et le "problème du cash-flow domestique de Casino". 'Neutre' sur Casino, le broker a réduit sa cible de 44 à 42 euros.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com