Cotation du 19/10/2018 à 18h05 CAC 40 -0,63% 5 084,66
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : les 5.500 points dans le viseur !

Clôture Paris : les 5.500 points dans le viseur !
Clôture Paris : les 5.500 points dans le viseur !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Le CAC40 a progressé de 0,54% ce vendredi, à 5.483 pts en clôture. L'actualité est dominée par une avalanche de publications d'entreprises des deux côtés de l'Atlantique. A Paris, les chiffres de Capgemini sont vivement salués. A l'inverse, ceux de Renault sont sanctionnés... Aux Etats-Unis, Wall Street, qui avait nettement rebondi hier, hésite désormais ce vendredi, malgré les chiffres solides de certains poids lourds (Amazon, Microsoft ou encore Intel), un PIB US du T1 au-dessus des attentes, et un taux T-bond à 10 ans que se maintient sous les 3%. La semaine prochaine sera marquée outre-Atlantique par la publication d'Apple (mardi soir), la réunion monétaire de la Fed (mardi et mercredi) et les chiffres de l'emploi d'avril (vendredi).

Le CAC40 enregistre un gain hebdomadaire de 1,3%.

ECO ET DEVISES

Net ralentissement de l'économie française en ce début d'année ! Selon les données provisoires de l'Insee, le PIB a progressé de seulement 0,3% au premier trimestre contre une hausse de 0,7% au cours des trois mois précédents. Il s'agit de la croissance la plus faible depuis le troisième trimestre 2016. Le marché tablait sur une croissance légèrement plus élevée, de 0,4%...

L'inflation annuelle s'est maintenue à 1,6% en avril en France. La nette accélération des prix de l'énergie et dans une moindre mesure des produits alimentaires serait en effet compensée par un ralentissement des prix des services. Selon la première estimation de l'Insee, la hausse des prix à la consommation ralentirait en revanche en séquentiel, à +0,1%. L'indice des prix à la consommation harmonisé aux normes européennes poursuivrait son accélération (+1,8% en avril après +1,7% en mars).

La consommation des ménages en France a fortement ralenti en mars, progressant de seulement 0,1% après +2,5% en février. Le consensus tablait sur une progression de 0,4%. La consommation alimentaire hors tabac progresse fortement, tout comme les achats de biens durables. En revanche, la consommation d'énergie et celle d'habillement-textile sont en baisse. Sur l'ensemble du premier trimestre, la consommation en biens est stable (0,0%), comme au trimestre précédent, précise l'Insee.

D'après un rapport gouvernemental aux Etats-Unis ce vendredi, le PIB américain du premier trimestre 2018, en première lecture, a progressé sur un rythme annualisé de +2,3% en comparaison du trimestre antérieur, contre un consensus de place logé à +2% et une croissance de 2,9% au quatrième trimestre 2017. L'indice des prix rattaché au PIB s'est affiché pour sa part en progression au rythme de +2% sur ce premier trimestre, contre 2,4% de consensus. Les dépenses réelles de consommation aux USA se sont appréciées quant à elles sur un rythme de +1,1% au premier trimestre 2018, en ligne avec le consensus, contre +4% au T4.

L'indice du sentiment des consommateurs américains mesuré par l'Université du Michigan atteint 98,8 en avril 2018 (lecture finale), contre 98 de consensus et 97,8 pour l'estimation antérieure.

L'indice américain du coût de l'emploi pour le premier trimestre 2018 est ressorti en augmentation de +0,8% en comparaison du trimestre antérieur, contre +0,7% de consensus. L'évolution en glissement annuel ressort à +2,7% au T1.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,2104. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 68$ et le Brent s'affiche à 74,7$

VALEURS EN HAUSSE

* SES (+9,8%) a annoncé des résultats trimestriels supérieurs aux attentes du marché. Sur le premier trimestre, le chiffre d'affaires publié ressort à 477,6 millions d'euros, en baisse de 4,9% à taux de change constants, mais supérieur aux 464,7 ME du consensus. L'Ebitda atteint 304,4 ME, en retrait de 8,7% à change constant, contre 290,7 ME attendus. La marge d'EBITDA s'élève à 63,7% contre 66,2% un an plus tôt et à 64,8% en excluant 5 ME de provisions liés à la restructuration en cours. Le résultat net s'établit à 98,2 ME (T1 2017: 128,4 ME).

* Akka Technologies (+8,5%). Les ventes du Groupe ont progressé de +7,8% au premier trimestre 2018 à 353,9 ME. Cette forte croissance consolidée est intégralement réalisée en organique. Retraitée du nombre de jours ouvrés et des effets de change, la croissance économique accélère à +10,2% (8,1% en 2017).

* Manitou (+8,3%) a dévoilé hier soir un chiffre d'affaires trimestriel de 461 ME, en hausse de +21 % et de +23 % en comparable. Le groupe fait état d'une anticipation de progression du chiffre d'affaires 2018 de plus de 15% par rapport à 2017 et d'une anticipation d'une amélioration du résultat opérationnel courant 2018 de l'ordre de 80 points de base par rapport à 2017.

* En tête du CAC40, Capgemini gagne 6,6%. La SSII a dévoilé hier soir au titre de son premier trimestre un chiffre d'affaires de 3,153 milliards d'euros, en hausse de 1,2% sur un an. La croissance à taux de change constants atteint 7,2% et la croissance organique est de 6,1%, là où le consensus était positionné à 4,3%. Capgemini, qui a été soutenue par la dynamique de l'Europe et de l'Amérique du Nord, a confirmé ses objectifs de croissance de chiffre d'affaires, de marge opérationnelle et de free cash-flow pour 2018.) : a réalisé au 1er trimestre 2018 un chiffre d'affaires consolidé de 3 153 millions d'euros, en hausse de 7,2% à taux de change constants par rapport au même trimestre de l'année 2017.

* Spie (+6,3%) a vu sa production s'établir à 1.491,9 millions d'euros au 1er trimestre 2018, en forte hausse de +25,1% par rapport au 1er trimestre 2017. Si cette croissance provient essentiellement des acquisitions réalisées en 2017 (+23,4%), la croissance organique a néanmoins été soutenue au 1er trimestre, conformément à nos prévisions, à +2,6%. L'impact du change a été de -0,9%, reflet du renforcement de l'euro face au dollar américain, à la livre sterling et au franc suisse.

* Kering (+2,9%) termine la semaine au plus haut, grâce à sa publication trimestrielle supérieure aux attentes.

* Saint-Gobain (+2,1%). A données comparables, le chiffre d'affaires a progressé de +1,6% au premier trimestre. Les prix poursuivent leur hausse (+2,1%) sur une base de comparaison plus élevée. Les volumes se replient de -0,5%, affectés par un effet jours ouvrés d'environ -2% et par des conditions climatiques rigoureuses, tout particulièrement en Europe notamment au mois de mars. L'Amérique du Nord, l'Asie et les pays émergents poursuivent leur bonne dynamique de croissance. Le groupe a confirmé ses perspectives pour l'ensemble de l'année 2018.

VALEURS EN BAISSE

* Amoeba (-71,7%). Reprise de cotation douloureuse pour Amoeba en début d'après-midi. Attendue fin mai, l'opinion du Comité des Produits Biocides a finalement été divulguée hier après-midi par Amoeba. Et ce fut une mauvaise nouvelle avec une "non-approbation" de la substance active Willaertia magna C2c Maky.

* Largement la plus forte baisse du CAC40, Renault perd 3,1%. Le constructeur a dévoilé une hausse limitée de son chiffre d'affaires au premier trimestre, victime d'effets de change adverses. Sur la période, le constructeur enregistre des revenus de 13,155 milliards d'euros, en légère progression de 0,2%. A taux de change et périmètre constants, la progression aurait été de 5,4%. Le consensus tablait sur des ventes de 13,8 MdsE. Le groupe, qui a vu ses immatriculations augmenter de 4,8% au premier trimestre, confirme ses objectifs 2018, à savoir augmenter son chiffre d'affaires (à taux de change et périmètre constants), maintenir une marge opérationnelle du Groupe supérieure à 6,0%, et générer un free cash-flow opérationnel de l'Automobile positif.

* Sanofi (-1,7%). Les ventes au T1 2018 reflètent la forte performance de la Médecine de Spécialités, compensée par les pertes d'exclusivité de Lantus et sevelamer aux États-Unis : Le chiffre d'affaires a baissé de 0,4% à 7,898 milliards d'euros à changes constants au cours des trois premiers mois de l'année tandis que le résultat net des activités a progressé de 0,4% à 1,598 MdE. Si les ventes sont moins élevées qu'attendu, le bas de bilan est meilleur grâce à une bonne maîtrise des coûts. Sanofi a confirmé viser cette année une croissance de son bénéfice net par action des activités comprise entre 2% et 5% à taux de change constants. Le groupe estime cependant désormais que l'effet des changes sur le BNPA des activités s'établira cette année à environ -7% en appliquant les taux de change moyens du mois d'avril (contre -3% à -4% précédemment en appliquant les taux de décembre 2017).

* Essilor (-0,6%) a dégagé une croissance trimestrielle de 3,8 % hors effets de change à 1,83 MdsE. L'effet de change (- 9,6 %) traduit principalement l'appréciation de l'euro face au dollar américain. En données publiées, l'activité recule de -5,8%. Essilor confirme et rappelle ses objectifs annuels, à savoir une croissance du chiffre d'affaires en base homogène voisine de 4% et une contribution de l'activité supérieure ou égale à 18,3% du chiffre d'affaires.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com