Cotation du 18/01/2019 à 18h05 CAC 40 +1,70% 4 875,93
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : le CAC40 stoppe son rebond

Clôture Paris : le CAC40 stoppe son rebond
Clôture Paris : le CAC40 stoppe son rebond
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Le CAC 40, qui avait repris plus de 3% sur les deux dernières séances, a cédé 0,26% ce jeudi, à 4.896 pts en clôture. L'indice parisien marque donc une pause aujourd'hui, malgré l'accalmie sur le front commercial entre la Chine et les Etats-Unis, et la victoire de Theresa May au terme d'un vote de défiance sur fond de Brexit. La Première ministre britannique doit maintenant s'exprimer devant ses homologues des pays de l'Union européenne réunis actuellement pour un sommet de deux jours. La BCE n'a, de son côté, pas surpris les marchés cet après-midi, en annonçant un statu quo sur ses taux et en confirmant l'arrêt, à la fin du mois, de son programme de rachats d'actifs. La Banque centrale européenne a par ailleurs revu légèrement à la baisse ses estimations de croissance pour 2018 et 2019.

ECO ET DEVISES

La Première ministre britannique a donc remporté le vote de défiance demandé par les "Brexiters" durs. Avec cette victoire politique, Theresa May conserve une petite chance de faire adopter le projet d'accord avec l'UE sur les conditions du Brexit.

La Banque centrale européenne vient, comme attendu, de laisser ses taux directeurs inchangés au terme de sa réunion de politique monétaire du 13 décembre. Le principal taux directeur, le taux de refinancement reste à 0,00%. Le Conseil des gouverneurs s'attend toujours à ce que les taux directeurs de la BCE restent à leurs niveaux actuels au moins jusqu'à l'été 2019 et, en tout cas, aussi longtemps que nécessaire pour assurer la poursuite de la convergence durable de l'inflation vers des niveaux inférieurs, mais proches de 2% à moyen terme. Comme anticipé, le Conseil indique que son programme de rachats d'actifs se terminera à la fin du mois. Le Conseil des gouverneurs entend procéder au réinvestissement intégral des remboursements au titre du principal des titres arrivant à échéance acquis dans le cadre du programme d'achats d'actifs (asset purchase programme, APP) pendant une période prolongée après la date à laquelle il commencera à rehausser ses taux directeurs et, en tout cas, aussi longtemps que nécessaire pour maintenir des conditions de liquidité favorables et un degré élevé de soutien monétaire.

L'institution a légèrement revu à la baisse ses estimations de croissance (zone euro) pour 2018 et 2019, à respectivement 1,9% et 1,7%, contre 2% et 1,8% attendus précédemment. La hausse du PIB pour 2020 et 2021 est anticipée à 1,7% et 1,5%.Concernant l'évolution des prix, la BCE a revu à 1,8% sa prévision d'inflation pour cette année (1,7% auparavant) et à 1,6% son estimation pour 2019 (contre 1,7%). La BCE table sur une inflation de 1,7% en 2020 et de 1,8% en 2021.

L'inflation a bel et bien ralenti en France en novembre. Selon les données de l'Insee, les prix à la consommation ont augmenté de 1,9% sur un an, après +2,2% en octobre. Cette baisse de l'inflation provient d'un ralentissement, sur un an, des prix de l'énergie, des services, de l'alimentation, et du tabac, à peine atténué par un moindre recul des prix des produits manufacturés. En séquentiel, les prix affichent un repli de 0,2% après une hausse de 0,1% le mois précédent. Harmonisée aux normes européennes, l'inflation annuelle est confirmée à 2,2% après +2,5% fin octobre et fin septembre.

La Chine et les États-Unis poursuivent leurs échanges sur les questions commerciales. Les deux pays demeurent en contact étroit, à en croire un porte-parole du ministère chinois au Commerce cité ce jour par Reuters. Le porte-parole, Gao Feng, affirme que toute délégation commerciale américaine serait la bienvenue. Interrogé à propos des récents échanges téléphoniques entre les responsables chinois et américains, Gao Feng a affirmé que les deux parties échangeaient leurs points de vue sur le calendrier et la feuille de route pour les prochaines étapes. "A l'heure actuelle, les deux parties sont en contact étroit. La Chine invite les États-Unis à se rendre en Chine pour des consultations et est disposée à se rendre aux Etats-Unis pour des entretiens", a encore déclaré Gao.Par ailleurs, la Chine a acheté mercredi au moins 500.000 tonnes de soja américain. Il s'agit du premier achat important depuis la rencontre de Trump et Xi en Argentine le 1er décembre. "Le soja a toujours été un produit d'importation important en provenance des États-Unis", a ajouté Gao, soulignant l'énorme demande sur le marché intérieur.

D'après le Département américain au travail ce jeudi, les inscriptions hebdomadaires américaines au chômage pour la semaine close le 8 décembre 2018 sont ressorties au nombre de 206.000, contre un consensus de place de 228.000 et un niveau révisé (en légère hausse) à 233.000 sur la semaine antérieure. Les inscriptions nouvelles ressortent donc en retrait de 27.000 en comparaison de la semaine antérieure. La moyenne à quatre semaines est également meilleure que prévu, à 224.750 contre 228.500 de consensus de place.

Les prix américains à l'import et à l'export pour le mois de novembre 2018, également publiés ce jeudi, sont ressortis quant à eux en assez forte baisse. Ainsi, les prix à l'import de novembre ont régressé de 1,6% en comparaison du mois précédent, contre -1% de consensus. Les prix à l'export ont décliné de 0,9% par rapport au mois d'octobre 2018, contre +0,1% de consensus. En glissement annuel, en comparaison du mois de novembre 2017, les prix à l'import ont tout de même augmenté de 0,7%, alors que les prix à l'export ont grimpé de 1,8%.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1351$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 51,7$ et le Brent s'affiche à 60,5$.

VALEURS EN HAUSSE

* Plastic Omnium gagne 6,9%. L'équipementier automobile a confirmé sa guidance 2018 et dévoilé des objectifs ambitieux pour la période 2019-2021. Le groupe compte notamment surperformer la production mondiale de cinq points par an. Pour tenir compte du contexte de marché volatil, il intensifiera sur la période ses réductions de coûts et sera vigilant sur le cash-flow, en ramenant son enveloppe d'investissement à 6% du CA consolidé, contre 7-8% sur la période 2016-18. La firme compte également accélérer sa génération de trésorerie avec au moins 200 millions d'euros de free cash-flow par an.

* Cast (+3,8%) a enregistré un premier contrat majeur avec une des "big four", le club des grandes banques américaines. La plateforme de Software intelligence du groupe a été retenue après plusieurs mois d'étude technique afin d'accélérer la modernisation des anciens systèmes et de renforcer la sécurité et la résilience des nouveaux systèmes numériques. Ce contrat est annoncé "à sept chiffres en US$ (logiciels et services)", et ne couvre que quelques-uns des systèmes critiques de la banque.

* Hermes International monte encore de 1,9% pour sa troisième séance de rebond.

* Renault (+1,3%). Nissan envisage de rapatrier plus d'un milliard de dollars des bénéfices de sa filiale chinoise, signe que le groupe cherche à renforcer sa puissance financière face à son partenaire, affirme Bloomberg. Citant des sources au fait de la situation, l'agence précise que ce transfert de 1,1 milliard de dollars (7,5 milliards de yuans) pourrait être finalisé d'ici la fin de l'année. "Nissan n'envisage, ni n'entreprend, aucun transfert, à l'exception de ceux qui seraient communément effectués dans le cadre de ses activités", a indiqué le constructeur nippon.

* Engie (+1%) et Arval, spécialiste de la location de véhicules d'entreprise, annoncent le lancement d'une nouvelle offre de mobilité verte qui vise à simplifier l'accès aux véhicules électriques pour les entreprises, les collectivités et également les particuliers. Sur la base d'un loyer mensuel, cette offre intégrée comprend la location de véhicules électriques, assurée par Arval, et l'installation et la maintenance, par Engie, de points de recharge situés soit au sein d'entreprises ou encore au coeur des villes, soit au domicile des conducteurs.

* Bolloré gagne 0,7% après l'annonce de la mise en examen de la holding dans le cadre d'une enquête sur des soupçons de corruption concernant l'attribution de concessions portuaires en Afrique. Dans cette même affaire, Vincent Bolloré ainsi que deux dirigeants du groupe avaient été mis en examen en avril dernier. La holding Bolloré SA, "qui n'est en rien concernée par les faits objets de l'investigation", a décidé d'exercer un recours afin d'être mise hors de cause, a indiqué l'entreprise dans un bref communiqué.

VALEURS EN BAISSE

* Technicolor redonne 6,8% après deux séances consécutives de rebond.

* Sur le CAC40, Legrand cède 2,2% avec Atos (-2,3%) ou encore Capgemini (-2,7%).

* TechnipFMC (-1,6%). Le groupe para-pétrolier a présenté mercredi ses prévisions financières pour 2019 et annoncé un nouveau programme de rachats d'actions de 300 millions de dollars (264 ME).

* Pierre et Vacances (-1,4%). Via sa structure patrimoniale SITI, la famille Brémond va reprendre la participation détenue par le chinois HNA dans la Société, soit 980.172 actions ordinaires représentant 10% du capital et 13,50% des droits de vote. Le prix de cession ressort à 15,93 euros par action.

* Pernod Ricard (-0,4%). Alexandre Ricard, PDG de Pernod Ricard, défend dans une interview au Financial Times de jeudi la stratégie de création de valeur sur le long terme du groupe de spiritueux face aux critiques du fonds activiste Elliott, qui s'est invité à son tour de table.

* Groupe ADP (-0,1%). La société a accueilli 7,9 millions de passagers dans ses deux aéroports parisiens en novembre, soit une hausse de 5,4% par rapport à l'année précédente, dont 5,5 millions à Paris-Charles de Gaulle (+6,4%) et 2,4 millions à Paris-Orly (+6,4%).

©2018-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com