Cotation du 25/09/2020 à 18h05 CAC 40 -0,69% 4 729,66
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : le CAC40 retombe sous les 5.000 points

Clôture Paris : le CAC40 retombe sous les 5.000 points
Clôture Paris : le CAC40 retombe sous les 5.000 points
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Après un début de séance stable, le CAC40 est retombé dans l'après-midi pour terminer sous les 5.000 points en repli de 1,59% à 4.973 points, alors que Wall Street, fermé hier lundi pour célébrer le 'Labor Day', a repris en forte baisse ce mardi suite aux nouvelles attaques de Trump contre la Chine et aux prises de profits sur les technologiques. Le Nasdaq décroche de plus de 2%, les investisseurs se délestant des grands noms technologiques de la cote aussi aveuglément qu'ils les avaient achetés quelques semaines auparavant. Le baril de brut WTI dévisse aussi de près de 10% sur le Nymex à 36$, au plus bas de trois mois, alors que le Brent abandonne 6%, de retour sous les 40$, à 39,45$.

ECO ET DEVISES

L'incertitude persistante autour du Brexit pèse aussi sur les marchés, avec le regain de tension entre Londres et Bruxelles sur les relations post-Brexit et à l'aube d'une nouvelle session de négociations à Londres...
Dans l'actualité économique internationale ce jour, l'économie de la zone euro s'est contractée un peu moins que prévu au deuxième trimestre, selon les chiffres révisés d'Eurostat. Le PIB des 19 pays de la zone a chuté de 11,8% par rapport aux trois mois précédents et de 14,7% sur un an. L'estimation de juillet était de -12,1% d'un trimestre sur l'autre et -15% en rythme annuel. Pour l'ensemble de l'Union européenne, la baisse du PIB ressort à 11,4% par rapport au T1 et 13,9% en glissement annuel.

Donald Trump, en pleine campagne électorale, n'a pas hésité lundi à faire la promotion de ce qu'il appelle un "découplage" entre les économies des Etats-Unis et de la Chine. "Quand on mentionne le mot 'découpler', c'est un mot intéressant", a dit le président américain lundi soir lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche, en assurant que cela ne ferait pas perdre d'argent aux Etats-Unis. Il a aussi promis de relocaliser des emplois de la Chine vers les Etats-Unis, un thème qui figurait déjà au coeur de sa campagne de 2016...
"Nous perdons des milliards de dollars et si nous ne faisions pas d'affaires avec eux (ndlr: les Chinois), nous ne perdrions pas des milliards de dollars... Ça s'appelle le découplage, donc on va commencer à y penser", a-t-il ajouté. "Si Biden gagne, la Chine gagne car la Chine prendra possession de ce pays", a-t-il ajouté, attaquant Joe Biden, son adversaire démocrate pour la présidentielle du 3 novembre prochain.
"Nous allons faire de l'Amérique la superpuissance industrielle du monde et mettre fin à notre dépendance à la Chine une bonne fois pour toutes. Que ce soit par un découplage ou en instaurant des droits de douane massifs comme je l'ai déjà fait, nous allons mettre fin à notre dépendance à la Chine car on ne peut pas se fier à la Chine", a dit le président américain, qui accuse Pékin d'être responsable de la pandémie due au nouveau coronavirus.
"Nous allons rapatrier des emplois de la Chine vers les Etats-Unis et nous allons imposer des tarifs sur les entreprises qui désertent l'Amérique pour créer des emplois en Chine et dans d'autres pays", a-t-il poursuivi...
Après un bras de fer commercial de deux ans, marqué par un relèvement des droits de douane sur des centaines de milliards de dollars de marchandises de part et d'autre, les Etats-Unis et la Chine ont signé le 15 janvier 2020 un accord commercial 'de phase 1', qui prévoit notamment que Pékin accroisse de 200 milliards de dollars ses achats de produits américains sur les deux prochaines années. La crise du coronavirus a cependant contribué à tendre les relations entre les deux pays, même si officiellement, l'accord de janvier reste en vigueur. Mais à la fin juin, moins de la moitié (46%) des achats attendus à ce stade avaient été réalisés par Pékin, selon des données compilées par le Peterson Institute for International Economics (PIIE).

Au-delà de la rivalité commerciale, les deux pays s'affrontent sur le terrain des technologies : Washington, qui soupçonne les entreprises chinoises d'espionner pour le compte de Pékin, tente de forcer la vente aux USA de l'application TikTok, filiale du Chinois Bytedance.
Les Etats-Unis ont aussi banni Huawei, géant chinois des télécoms, de leurs réseaux télécoms et ils cherchent à convaincre leurs alliés d'écarter Huawei des réseaux 5G, la cinquième génération de l'internet mobile...

VALEURS EN HAUSSE

Solocal bondit encore de plus de 20%, une hausse liée au détachement ce matin du droit d'attribution d'actions gratuites à raison de 1 action gratuite pour 1 action existante au bénéfice de tout actionnaire justifiant d'une inscription en compte au 7 septembre 2020 (soit le 9 septembre en position réglée-livrée, record date) après clôture de la séance de Bourse. Ces actions gratuites seront attribuées le 30 septembre. Dans le cadre de l'augmentation de capital, les DPS doivent maintenant être détachés ce vendredi.

Delta Plus Group (+3,7%) a confirmé la dynamique de croissance rentable annoncée à l'occasion de la publication du chiffre d'affaires semestriel en juillet dernier. Les ventes ont progressé de +11,6% sur les 6 premiers mois de 2020 (+6,3% à périmètre et taux de change constants) pour atteindre 137 ME. La marge opérationnelle courante s'élève à 14,7% du chiffre d'affaires contre 13% l'an dernier. Le résultat net grimpe à 13,3 ME (+13,7% par rapport à 2019), en dépit d'effets de change impactant négativement le résultat financier.

Adocia : +2% avec Ramsay et M6

Thermador : +1,5% avec Plastic Omnium, Sword, Lectra, Synergie, Remy Cointreau

FDJ : +1% avec LDC, Valeo, Faurecia, Savencia

GTT : +0,5% avec Somfy, Stef, Crit, TF1, Korian, Peugeot, Carrefour

GTT (+0,5%) a reçu une commande de la part des chantiers coréens Hyundai Heavy Industries (HHI) et Hyundai Samho Heavy Industries (HSHI) portant sur la conception des cuves de six nouveaux méthaniers. Deux de ces méthaniers seront construits par le chantier HSHI pour le compte d'un armateur européen. Les quatre autres méthaniers seront construits par HHI, deux pour le compte d'un armateur asiatique et deux pour un armateur européen. Chacun des navires offrira une capacité de 174.000 mètres cubes et GTT en réalisera le design des cuves, qui intégreront le système de confinement à membrane "Mark III Flex". La livraison des navires interviendra entre le deuxième et le dernier trimestre 2023.

Sanofi gagne 0,2%. De nouveaux résultats relatifs à un essai de prolongation de phase III en ouvert de Dupixent (dupilumab) chez des adultes et adolescents souffrant d'asthme modéré à sévère ont montré que les profils de sécurité et d'efficacité observés dans le cadre des essais antérieurs consacrés à ce médicament se sont maintenus pendant une durée pouvant aller jusqu'à trois ans. Les données de cet essai seront présentées dans le cadre d'une session en direct du Congrès international virtuel 2020 de la Société européenne de pneumologie (European Respiratory Society, ERS).

VALEURS EN BAISSE

Europcar (-39%) a annoncé son intention d'ouvrir des discussions avec ses créanciers en vue de restructurer sa dette face à la lenteur de la reprise des locations de voitures dans un contexte de remontée des cas de coronavirus, notamment en France. Le spécialiste de la location de voitures avait déclaré fin juillet étudier toutes les options concernant sa structure de capital et de liquidités après avoir creusé ses pertes au deuxième trimestre face au plongeon des locations provoqué par les mesures de confinement.

Innate Pharma (-32%) a annoncé une situation de trésorerie, équivalents de trésorerie et actifs financiers s'élevant à 184,6 millions d'euros au 30 juin 2020 (255,9 millions d'euros au 31 décembre 2019).
Les produits opérationnels s'élèvent à 36,7 ME pour le premier semestre 2020 (59,2 ME pour le premier semestre 2019) et comprennent principalement :
Les revenus des accords de collaboration et de licence, qui correspondent principalement à l'étalement comptable des paiements initiaux et de levée d'option reçus par Innate Pharma dans le contexte des accords signés avec AstraZeneca :
(i) Les revenus des accords de collaboration et de licence liés à l'accord signé pour monalizumab ont baissé de 4,7 ME, s'élevant à 19,6 ME au premier semestre 2020 (24,3 ME au premier semestre 2019). Cette baisse s'explique principalement par une diminution non significative du budget de la collaboration, entièrement reconnu au cours de la période; et (ii) Les revenus des accords de collaboration et de licence liés à l'accord signé pour IPH5201 ont baissé de 13,8 ME, s'élevant à 8,7 ME au premier semestre 2020 (22,5 ME au premier semestre 2019), principalement en raison d'une extension de la période de reconnaissance à la suite du renouvellement en novembre 2019 de la collaboration avec AstraZeneca pour 12 mois.
Les revenus des refacturations de coûts de recherche et développement (R&D) pour avdoralimab (IPH5401) et pour IPH5201 s'élevaient à 1,1 ME au premier semestre 2020 (4,4 ME au premier semestre 2019), après le passage d'IPH5201 en Phase 1 réalisée et payée par AstraZeneca.
Le financement public des dépenses de recherche est de 6,9 ME au premier semestre 2020 (7,6 ME au premier semestre 2019).
Les charges opérationnelles sont de 46 ME pour le premier semestre 2020 (45,9 ME pour le premier semestre 2019), dont 68,5% (31,5 ME) consacrés à la 'R&D'.
Les charges de 'R&D' ont baissé de 5,1 ME à 31,5 ME pour le premier semestre 2020 (36,6 ME pour le premier semestre 2019) suite à l'achèvement d'activités réglementaires pour certains programmes, dont le dépôt du dossier de demande d'Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) de Lumoxiti en Europe, et la transition en Phase 1 d'IPH5201 à AstraZeneca.
Les frais commerciaux et généraux ont augmenté de 5,2 ME à 14,5 ME pour le premier semestre 2020 (9,3 ME pour le premier semestre 2019). Cette augmentation résulte principalement de la mise en place de la filiale américaine et la commercialisation de Lumoxiti.
Le contrat de distribution de Lumoxiti a généré un revenu net de 0,9 ME au premier semestre 2020 (une perte de 3,8 ME au premier semestre 2019) principalement en raison du transfert des coûts commerciaux d'AstraZeneca à Innate Pharma.
Le résultat financier présente une perte nette de 2 Millions d'euros pour le premier semestre 2020 (gain de 3,8 ME pour le premier semestre 2019) principalement en raison de la variation de la juste valeur des instruments financiers due à la crise sanitaire COVID sur les marchés financiers.
La perte nette est de 10,3 ME pour le premier semestre 2020 (bénéfice de 13,2 ME pour le premier semestre 2019).

EDF chute de 8%. Il faut dire que l'électricien a annoncé le lancement d'une importante émission d'obligations vertes convertibles d'un montant maximum d'environ 2,4 milliards d'euros. Le groupe a également fait part de son intention d'émettre une nouvelle souche d'obligations hybrides libellées en euros. Par ailleurs, EDF a indiqué hier soir que la production d'électricité nucléaire avait baissé de 17,6% sur un an en août en France, à 22,9 térawatts-heures (TWh), essentiellement en raison des conséquences de l'épidémie due au nouveau coronavirus sur le programme d'entretien des centrales.

TechnipFMC : -8% avec CGG (-6%) et DBV

Natixis : -5,5% suivi de SES, Poxel (-4,5%)

AB Science : -4% avec Nexans, Vallourec, Airbus

Société Générale : -3,5% suivi de ADP, Euronext, Eurazeo, Vinci, Eramet, Accor et Atos

Getlink (-3,3%). Le trafic camions reste plus dynamique que celui des véhicules de tourisme dans le tunnel sous la Manche. Getlink fait ainsi état de 110.327 camions transportés en août par Le Shuttle Freight, en repli de 7%. Depuis le 1er janvier, près de 900.000 camions ont traversé à bord des Navettes (-15%). Les Navettes Passagers ont de leur côté transporté 267.942 véhicules de tourisme le mois passé (-28%) alors que l'été a été marqué par un double impact de la levée de quarantaine le 7 juillet puis de remise de quarantaine le 15 aout, Depuis le 1er janvier, près de 1,056 million de véhicules de tourisme ont traversé la Manche (-42%).

Figeac Aéro (-2,7%) a enregistré au premier trimestre de son exercice 2020-2021 un chiffre d'affaires de 50,2 ME, en retrait de 55% par rapport à la même période de l'exercice précédent. La division Aérostructures, déjà affectée par l'arrêt de production du programme du Boeing 737 Max, affiche une forte contraction de son activité (-60%). Le chiffre d'affaires des autres activités s'inscrit en baisse de 23%. Les discussions avec l'ensemble des partenaires sociaux, notamment à Figeac, se poursuivent en vue de conclure un plan d'ajustement des effectifs pour une mise en oeuvre à partir de janvier 2021. D'autres mesures sont également à l'étude en France et à l'international. Figeac Aéro estime ne pas être en mesure de formuler d'objectifs financiers pour l'exercice 2020-2021 qui devrait être impacté par la baisse brutale d'activité et les charges non courantes de restructuration. Le groupe a quand même remporté un contrat "program life" d'une valeur de 250 MUSD, aux cadences actuelles, relatif à la production de pièces élémentaires et sous-ensembles pour les programmes A320, A321 et B787.

CNP : -2,5% suivi de Safran, Crédit Agricole, Iliad, Thales

LVMH (-1%) a annoncé lundi que son conseil d'administration débattrait en octobre du versement éventuel d'un acompte sur dividende pour l'exercice 2020 en cours. Dans une lettre aux actionnaires, Bernard Arnault, PDG du géant français du luxe, écrit ainsi que "la décision de paiement d'un acompte sur le dividende sera débattue par le conseil d'administration en octobre et annoncée, le cas échéant, à ce moment-là". Le dirigeant affiche par ailleurs sa conviction que "LVMH est en excellente position pour profiter de la reprise qui, nous l'espérons, se confirmera au second semestre, et pour renforcer en 2020 son avance sur le marché mondial du luxe". En juin dernier, l'Assemblée Générale de LVMH avait décidé d'un dividende de 4,80 euros par action au titre de l'exercice 2019, en baisse de 20% par rapport à 2018 (6 euros) dans un contexte de crise du coronavirus. Un acompte sur dividende de 2,20 euros avait été versé le 10 décembre 2019, suivi d'un solde de 2,60 euros versé le 9 juillet 2020.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !