Cotation du 18/01/2019 à 18h05 CAC 40 +1,70% 4 875,93
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : le CAC40 reperd encore du terrain

Clôture Paris : le CAC40 reperd encore du terrain
Clôture Paris : le CAC40 reperd encore du terrain
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Le CAC 40, qui avait déjà cédé 0,26% hier après deux séances consécutives de rebond, a encore perdu 0,88% ce vendredi, à 4.853 pts en clôture. Porté en milieu de semaine par les espoirs autour des négociations commerciales entre la Chine et le Etats-Unis, l'indice parisien est rattrapé aujourd'hui par les craintes grandissantes des investisseurs concernant la santé de l'économie mondiale. Les dernières données macroéconomiques chinoises poussent à la prudence, tout comme le ton, moins optimiste que habitude, adopté hier par la BCE... Wall Street pique également du nez actuellement, alors que les regards se tournent désormais vers la Fed qui tiendra la semaine prochaine sa dernière réunion FOMC de l'année 2018.

Sur l'ensemble de la semaine, le CAC 40 reprend 0,8%.

ECO ET DEVISES

Alors que l'indice IHS Markit PMI flash composite français a reflété en décembre un fort impact du mouvement des gilets jaunes, l'Europe ne se porte guère mieux. Ainsi, la croissance de la zone euro ralentit selon IHS Markit, affichant son plus bas niveau depuis quatre ans. L'indice PMI flash composite de l'activité globale dans la zone euro se tasse à 51,3 en décembre, contre 52,7 en novembre. Il ressort donc au plus bas de 49 mois ! L'indice PMI flash de l'activité de services dans la zone euro recule à 51,4 contre 53,4 en novembre (un plus bas de 49 mois également) et 53 de consensus. L'indice PMI flash de la production manufacturière se redresse à 51, contre 50,7 en novembre. Enfin, l'indice PMI flash de l'industrie manufacturière baisse à 51,4 (51,8 en novembre), au plus bas de 34 mois. Le consensus était de 51,9. "Si les données PMI continuent d'indiquer, pour l'ensemble du quatrième trimestre, une hausse du PIB de près de 0,3%, les résultats du seul mois de décembre sont quant à eux conformes à une croissance de seulement 0,1%", ajoute Chris Williamson, chief business economist d'IHS Markit.

Les faibles statistiques chinoises pèsent probablement ce jour sur la tendance de marché, ravivant les inquiétudes relatives à un potentiel ralentissement global. Les ventes de détail chinoises du mois de novembre ont en particulier affiché leur plus faible progression en 15 ans. En outre, la production industrielle a quant à elle affiché sa plus faible augmentation en trois ans...

Ces statistiques sont particulièrement scrutées, alors que vient de débuter la trêve commerciale (de 90 jours) entre les Etats-Unis et la Chine, qui doit permettre aux deux pays de conclure un accord commercial global. Le Président américain Donald Trump, après avoir menacé de taxer la totalité des importations chinoises, espère désormais parvenir à un accord historique avec son homologue chinois Xi Jinping. La Chine a montré quelques bonnes dispositions, puisqu'elle a procédé mercredi à un achat très important de soja américain d'au moins 500.000 tonnes, et qu'elle envisage une réduction des tarifs douaniers imposés aux voitures importées des États-Unis des 40% actuels à 15%...

Pour l'heure, la Chine a confirmé une suspension au 1er janvier - et pour trois mois - des droits de douane majorés sur les véhicules et pièces détachées importés des Etats-Unis. Cette décision s'applique aux droits de 25% imposés à 144 véhicules et composants et ceux de 5% frappant 67 produits, a indiqué ce vendredi le ministère chinois des Finances, cité par Reuters.

Dans le même temps, les investisseurs "jouent" de plus en plus le scénario d'un ralentissement économique prononcé aux Etats-Unis - ce qui se traduit aussi par de moindres anticipations de hausse des taux. Le risque qu'une récession américaine intervienne dans les deux prochaines années aurait progressé à 40%, d'après un sondage d'économistes réalisé par Reuters. Il s'agit de la plus forte probabilité ressortant du sondage depuis le mois de mai. Avant cela, il faut remonter à janvier 2008 pour retrouver un tel risque de récession...

D'après le rapport gouvernemental du jour aux États-Unis, les ventes de détail du mois de novembre 2018 sont ressorties en croissance de 0,2% en comparaison du mois précédent, contre un consensus de place logé à +0,1% et un gain révisé en hausse à +1,1% pour le mois antérieur (contre +0,8% auparavant estimé). Hors automobile cette fois, les ventes de détail ont augmenté de 0,2% également par rapport au mois d'octobre, contre un consensus de +0,2% et une hausse revue à +1% pour le mois antérieur (+0,7% initialement évalué). Enfin, hors automobile et essence, les ventes de détail du mois de novembre se sont améliorées de 0,5% en comparaison du mois précédent, contre +0,4% de consensus et +0,7% pour la lecture révisée du mois d'octobre 2018. En bref, toutes les mesures de la consommation américaine ont dépassé les attentes de marché.

La Fed a publié ce jour les chiffres de la production industrielle américaine. Elle ressort en croissance de 0,6% en comparaison du mois antérieur, contre +0,3% de consensus de place et +0,1% sur le mois antérieur. En revanche, la production manufacturière demeure quant à elle pratiquement stable, contre +0,2% de consensus et +0,3% un mois auparavant. Le taux d'utilisation des capacités de production, pour finir, s'est établi à 78,5%, en ligne avec le consensus.

L'indice Markit PMI composite américain préliminaire (flash) du mois de décembre 2018 est ressorti inférieur aux attentes, à 53,6 contre 54,4 en novembre. L'indice manufacturier s'établit à 53,9, contre 55,4 un mois plus tôt et 55,1 de consensus. L'indicateur des services ressort pour sa part à 53,4, contre 54,4 un mois avant et 54,7 de consensus de place.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1295$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 51,5$ et le Brent s'affiche à 60,5$.

VALEURS EN HAUSSE

* Sensorion (+5,2%) a annoncé que l'étude de phase 2a SENS-111-202 a satisfait à son critère principal de tolérance de manière statistiquement significative. L'étude confirme le postulat de départ selon lequel le candidat médicament Séliforant (SENS-111) n'affecte ni la vigilance, ni les fonctions cognitives des patients soumis à une stimulation rotatoire.

* Sur le CAC40, Engie monte de 1% avec Publicis (+0,6%) ou encore Total (+0,3%).

* Pernod Ricard reste en hausse de 0,1%. La soudaine irruption du fonds activiste américain Elliott dans le capital de Pernod Ricard n'a pas fini de faire des vagues. Jeudi, la direction du groupe français de spiritueux a reçu le soutien d'un de ses plus gros actionnaires, le Groupe Bruxelles Lambert (GBL), qui détient 7,49% de son capital. GBL a défendu la stratégie et le management de Pernod Ricard, après les attaques du fonds activiste américain Elliott, qui a annoncé mercredi avoir acquis 2,5% du capital, et a critiqué la gouvernance et la stratégie du groupe français. "GBL adhère pleinement aux valeurs familiales de Pernod Ricard, basées sur la création de valeur dans la durée", a ainsi indiqué la holding belge dans une déclaration transmise à l'agence 'Reuters'.

VALEURS EN BAISSE

* Plastic Omnium reperd 7%. Si la confirmation des objectifs 2018 a été logiquement saluée par le marché hier, les inquiétudes sur les perspectives 2019-2021 de l'équipementier automobile, assombries par la dégradation des fondamentaux du marché automobile mondial, reprennent le dessus en cette fin de semaine. Le management de Plastic Omnium prévoit une stabilité des volumes automobiles mondiaux, et ce jusqu'en 2021.

* Dassault Systemes chute encore de 4,1% et retombe sur les 105,1 euros.

* Le secteur automobile souffre à nouveau avec Renault en baisse de 2,5%, Valeo de 4,1% et Michelin de 1,6%.

* Les valeurs bancaires reculent : Société Générale perd 2,1%, avec BNP Paribas (-1,4%) et Crédit Agricole (-1%).

* LVMH (-1,5%) et le groupe Belmond Ltd, qui détient ou exploite 46 hôtels, trains et croisières fluviales, ont conclu un accord définitif en vue de l'acquisition par LVMH de Belmond. LVMH acquerra Belmond pour un prix de 25$ en numéraire par action Class A. La transaction fait ressortir une valeur des fonds propres de 2,6 milliards de dollars et une valeur d'entreprise de 3,2 milliards de dollars. Belmond a enregistré pour les 12 mois à fin septembre 2018, des ventes de 572 millions de dollars et un EBITDA ajusté de 140 millions de dollars. La réalisation de la transaction devrait intervenir au premier semestre 2019 et est soumise à l'approbation des actionnaires de Belmond et de certaines autorités en matière de concurrence. Les actifs emblématiques de Belmond comprennent des hôtels tels que le Cipriani à Venise, le Splendido à Portofino, le Copacabana Palace à Rio de Janeiro, Le Manoir aux Quat'Saisons dans l'Oxfordshire, le Grand Hôtel Europe à Saint-Petersbourg, le Maroma Resort & Spa au Mexique, l'Hôtel das Cataratas dans le Parc National Iguassu au Brésil et le Cap Juluca à Anguilla, détaille LVMH. Des trains mythiques parmi lesquels le Venice Simplon-Orient-Express ou le Belmond Royal Scotsman.

* EuropaCorp (-1,3%) a réalisé un chiffre d'affaires de 80,8 ME, en baisse de -56,8 ME par rapport au 1er semestre de l'exercice précédent (140,2 ME) du fait de la présence de Valérian et la Cité des mille planètes dans les productions d'il y a un an. Cependant, la marge opérationnelle redevient positive. Elle s'établit à 9,4 ME. Les opérations du semestre dégagent une marge opérationnelle de 19,2 ME mais la marge est obérée par la dépréciation d'un film à sortir au 2e semestre pour 9,8 ME. Compte tenu de la comptabilisation de dépréciations exceptionnelles non récurrentes, le semestre se traduit par une perte (net part du groupe) de -88,9 ME (-70,6 ME pour le 1er semestre de l'exercice précédent).

©2018-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com