Cotation du 26/02/2021 à 11h16 CAC 40 -0,40% 5 760,63
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : le CAC40 refuse de suivre Wall Street

Clôture Paris : le CAC40 refuse de suivre Wall Street
Clôture Paris : le CAC40 refuse de suivre Wall Street
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Le CAC40 a perdu 0,67% à 5.590 pts ce soir en clôture, refusant de suivre les records de Wall Street, alors que la crainte d'un 3e confinement se fait plus précise jour après jour en France... En Europe, les opérateurs ont pris connaissance, sans surprise, du statu quo de la Banque centrale européenne cet après-midi. Comme anticipé, un mois après avoir renforcé son arsenal pour faire face à la crise actuelle, l'Institution d'émission a laissé sa politique monétaire inchangée.

ECO ET DEVISES

La BCE a confirmé que le taux d'intérêt des opérations principales de refinancement ainsi que ceux de la facilité de prêt marginal et de la facilité de dépôt demeureront inchangés, à respectivement 0%, 0,25% et -0,50%. Le Conseil des gouverneurs prévoit que les taux d'intérêt directeurs de la BCE resteront à leurs niveaux actuels ou à des niveaux plus bas jusqu'à ce qu'il ait constaté que les perspectives d'inflation convergent durablement vers un niveau suffisamment proche de, mais inférieur à 2% sur son horizon de projection, et que cette convergence se reflète de manière cohérente dans la dynamique d'inflation sous-jacente.
Le Conseil des gouverneurs poursuivra également ses achats dans le cadre du programme d'achats d'urgence face à la pandémie (pandemic emergency purchase programme, PEPP), dont l'enveloppe totale est maintenue à 1.850 milliards d'euros. Le Conseil effectuera des achats nets d'actifs au titre du PEPP au moins jusqu'à fin mars 2022 et, dans tous les cas, jusqu'à ce qu'il juge que la crise du coronavirus est terminée. Les achats au titre du PEPP seront effectués de sorte à préserver des conditions de financement favorables pendant la pandémie. Si des conditions de financement favorables peuvent être maintenues à travers des flux d'achats d'actifs qui n'épuisent pas l'enveloppe au cours de l'horizon fixé pour les achats nets au titre du PEPP, cette enveloppe ne devra pas être entièrement utilisée. Cependant, l'enveloppe peut aussi être recalibrée si cela s'avère nécessaire au maintien de conditions de financement favorables pour contrebalancer le choc négatif lié à la pandémie sur la trajectoire de l'inflation.

Le Conseil des gouverneurs continuera de réinvestir les remboursements au titre du principal des titres arrivant à échéance acquis dans le cadre du PEPP au moins jusqu'à la fin de 2023. Dans tous les cas, le futur dénouement du portefeuille PEPP sera géré de façon à éviter toute interférence avec l'orientation adéquate de la politique monétaire. Les achats nets effectués dans le cadre du programme d'achats d'actifs (asset purchase programme, APP) se poursuivront à un rythme mensuel de 20 milliards d'euros. Le Conseil des gouverneurs continue de prévoir d'avoir recours aux achats mensuels nets d'actifs au titre de l'APP aussi longtemps que nécessaire pour renforcer les effets accommodants de ses taux directeurs, et d'y mettre fin peu avant de commencer à relever les taux directeurs de la BCE.
L'euro a peu réagi à 1,2140/$. Le pétrole pointe sur les 56$ le brent.

VALEURS EN HAUSSE

Transgene (+20%) a annoncé que pour la première fois en France, TG4050, l'immunothérapie individualisée innovante de la société, a été administrée à un patient atteint d'un cancer de la tête et du cou. Ce nouveau vaccin thérapeutique est issu de la plateforme technologique myvac, qui utilise une technologie d'Intelligence Artificielle (IA) pour personnaliser le traitement de chaque patient.

Balyo : +15% avec Adocia (+8,5%) et Neoen (+5,7%)

SergeFerrari : +5,5% avec Showroomprivé, Fermentalg, Plastic Omnium

Robertet : +4,5% suivi de Ubisoft (+3,5%) et Burelle

Seb : +3% avec Accor, Ekinops

Figeac Aero : +2,5% avec Aubay, Valeo, Remy Cointreau, Stef, Guillemot

Eutelsat s'adjuge 2,3%. Dans une note consacrée à l'opérateur satellites, Morgan Stanley ('surpondérer') note que le secteur des services fixes par satellites est "très défavorisé" étant donné que le marché estime que l'activité principale d'Eutelsat, la radiodiffusion, est confrontée à un déclin à long terme. Mais la banque met en avant plusieurs points positifs pour ETL, dont sont exposition aux marchés émergents qui devrait permettre une relative stabilité des revenus Broadcast ainsi que le renouvellement du contrat avec Sky Italia qui élimine un risque spécifique.

EDF : +2% suivi de Faurecia et Schneider (+1,5%) avec Séché et Dior

Renault gagne 1,2%. Les analystes continuent à revoir leur copie après la présentation du plan 'Renaulution'. Le dernier en date est Jefferies qui a rehaussé sa recommandation sur le constructeur à 'conserver' tout en remontant sa cible de 30 à 37 euros. Le plan de redressement fixe des objectifs qui sont sains et suffisamment bas pour être dépassés, mais qui font preuve d'un manque d'imagination, affirme le broker.

VALEURS EN BAISSE

Carmila : -8% avec Unibail, suivi de Klepierre (-6,5%) et de 2CRSI (-5%)

Mercialys : -4,5% avec Nicox

Pierre et Vacances (-4%) est logiquement sous pression alors que la pandémie continue à sérieusement affecter l'activité du 1er exploitant européen de résidences et de villages touristiques. Sur le premier trimestre de son exercice 2020-2021, le groupe a enregistré un chiffre d'affaires de 167,2 ME, en recul de 55,4%. En raison des mesures sanitaires, les sites Pierre & Vacances et Center Parcs sont fermés en janvier, à l'exception des Domaines Center Parcs aux Pays Bas (avec une offre réduite d'activités), des résidences Pierre & Vacances à la mer et de la moitié des aparthotels Adagio.

Airbus : -3% avec Navya, Medincell, Getlink, Derichebourg et AKKA

FDJ (-2,6%) a mis fin à 6 séances consécutives dans le vert. Le flux vendeur sur l'opérateur de la loterie nationale est à relier à une note de Kepler Cheuvreux qui a abaissé sa recommandation sur le dossier à 'conserver' avec un objectif ajusté de 37 à 39 euros.

Icade : -2,5% avec Safran, Mersen, Air France KLM, Orapi, Thales, Vinci, Veolia, Total

Vallourec : -2% avec JC Decaux et Elior

Danone cède 0,4%. Dans un entretien accordé à 'Challenges', Emmanuel Faber, le patron du géant de l'agroalimentaire, revient sur l'exercice compliqué de la société. Il explique que les variations de changes ont pesé à hauteur de 2 milliards d'euros sur le groupe en 2020. Les ventes de la division 'eau' ont par ailleurs diminué d'un milliard d'euros en raison de la fermeture des restaurants et de l'arrêt des déplacements en dus à la pandémie actuelle. Selon le PDG de Danone, le groupe n'a toutefois pas l'intention de quitter le segment.

©2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !