Cotation du 24/09/2020 à 18h05 CAC 40 -0,83% 4 762,62
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : le CAC40 rechute de plus de 2%!

Clôture Paris : le CAC40 rechute de plus de 2%!
Clôture Paris : le CAC40 rechute de plus de 2%!
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Le rebond de 0,6% d'hier après 5 séances de baisse consécutives, n'est déjà plus qu'un vieux souvenir ! Le CAC40 a rechuté ce soir de 2,13% à 4.852 pts dans un marché bousculé par de nombreuses publications semestrielles jugées inquiétantes : Parmi les victimes du jour, citons Eramet, Casino, Unibail ou encore Renault...
La cote américaine corrige aussi ce soir, Donald Trump ayant semé le trouble sur Twitter en évoquant un report de l'élection présidentielle. Le leader américain s'inquiète en effet des risques de fraude qui seraient liés à l'épidémie actuelle du nouveau coronavirus. "Avec le vote par correspondance (...), 2020 sera l'Election la plus INEXACTE & FRAUDULEUSE de l'histoire", s'est ému l'actuel locataire de la Maison blanche. "Ce sera une véritable honte pour les Etats-Unis. Reporter l'Election jusqu'à ce que les gens puissent voter normalement, en toute sécurité et de manière sûre???"

ECO ET DEVISES

Les annonces de la Réserve fédérale hier soir n'ont pas vraiment surpris, la Banque ayant comme attendu réaffirmé son engagement à soutenir l'économie face au coronavirus. La Fed a maintenu ses taux proches de zéro et indiqué qu'elle n'allait pas modifier l'objectif de taux des 'fed funds' tant que l'économie ne serait pas stabilisée. Jerome Powell, dirigeant de la Fed, a évoqué des perspectives économiques très incertaines et estimé qu'il faudrait encore un soutien monétaire et budgétaire prolongé.
Par ailleurs, à Washington, les législateurs peinent à s'entendre sur un nouveau plan de relance, alors même que des mesures exceptionnelles d'indemnisation dont bénéficient des millions d'Américains au chômage expirent en fin de semaine.

En attendant, le PIB américain du second trimestre 2020 a chuté d'un tiers... Ainsi, d'après le rapport gouvernemental du jour, l'économie américaine a décroché de 32,9% en rythme annualisé, pour le second trimestre, mais le consensus était encore plus pessimiste, à -35%. Cette lecture avancée (première des trois estimations) est donc meilleure que prévu ! Les dépenses réelles de consommation ont dévissé de 34,6% sur le deuxième trimestre, contre -33% de consensus de marché. La contraction de l'économie américaine était ressortie à 5% sur le premier trimestre, avec une baisse de 6,8% des dépenses de consommation.

En Europe cette fois, le PIB allemand s'est lui contracté de 10,1% au deuxième trimestre, du jamais vu depuis 1970. Le consensus était de -9%. Le taux de chômage européen est ressorti à 7,8% contre 7,7% de consensus. Celui de l'Italie s'est creusé à 8,8% contre 8,5% de consensus.

Le Royaume-Uni reste par ailleurs préoccupé par une seconde vague potentielle de contaminations en Europe, et entend prendre les mesures de quarantaine nécessaires, a prévenu ce jour le ministre de la Santé britannique. "Cette seconde vague m'inquiète", a indiqué Matt Hancock sur Sky News, préoccupé par l'augmentation du nombre de cas, notamment en Espagne. Le ministère espagnol de la Santé a fait état mercredi de 1.153 cas supplémentaires en 24 heures. La France a recensé pour sa part 1.392 nouveaux cas en 24 heures, une hausse inédite en plus d'un mois, a annoncé mercredi Santé publique France...
Sur les devises, l'euro reste haut perché à 1,1780/$, tandis que le pétrole revient sur les 42,50$ le brent.

VALEURS EN HAUSSE

FDJ flambe de 18,8%, les opérateurs se montrant rassurés par le point sur l'activité de la loterie nationale. Si le groupe a vu ses revenus reculer de 15% au premier semestre à 849 millions d'euros, et que son bénéfice net a été divisé par près de deux à 50 ME, il note que la reprise progressive depuis la sortie du confinement mi-mai s'est accélérée avec le retour graduel des compétitions sportives, notamment de la plupart des championnats nationaux de football en Europe, et le redémarrage d'Amigo le 8 juin. Ainsi, sur le semestre, le recul des mises a été limité à -18% par rapport au 1er semestre 2019. Par ailleurs, dès mi-juin, FDJ a retrouvé un niveau d'activité comparable à celui de 2019...

AKKA : remonte de 6,6% avec Coface après ses comptes

Le spécialiste des systèmes de confinement à membranes pour le transport maritime et le stockage de gaz liquéfié GTT gagne 5,6%, après avoir enregistré un chiffre d'affaires consolidé du premier semestre 2020 de 203,8 ME, en hausse de 66,2% par rapport au premier semestre 2019. Le chiffre d'affaires lié aux constructions neuves s'établit à 197,7 ME, en hausse de 70,9%.

Neurones : +5,5% avec TechnipFMC et Ipsen qui ont rassuré

Teleperformance grimpe de 5,5%, alors que le groupe a annoncé un Chiffre d'affaires au S1 de 2.660 millions d'euros, soit une hausse de 5% à données comparables et +3,7% à données publiées. Le T2 ressort à 1.307 millions d'euros, soit +3,8% à données comparables, +1,1% à données publiées. L'EBITA courant s'est établi à 253 millions d'euros, soit un taux de marge sur CA de 9,5%. Le Résultat net part du groupe est de 63 millions d'euros. Le Cash-flow net disponible s'inscrit à 192 millions d'euros (+11,6%). Sur 2020, la croissance du chiffre d'affaires annuel sera de l'ordre de +6% à données comparables et le taux de marge d'EBITA courant sur chiffre d'affaires d'au moins 12,5%. Portzamparc salue la grande capacité d'adaptation du groupe dans un environnement difficile et revoit son cours cible en hausse de 240 à 265 euros en restant acheteur sur le dossier...

Aubay : +4,5% avec Infotel (+3%) et Technicolor

Elis grimpe de 4,5% après avoir publié un 1er semestre résistant malgré la crise. Le chiffre d'affaires du 1er semestre est ressorti en repli de -15,7% (-14,7% en organique), avec une forte baisse d'activité en Hôtellerie, plus contenue dans les autres secteurs. La marge d'EBITDA est néanmoins en amélioration de +20pb, à 32,5% du chiffre d'affaires. Le résultat net courant est en baisse de -51,2% à 49,7 ME. Le free cash flow est de 56,1 ME (après paiement des loyers), en augmentation de +75 ME par rapport au 1er semestre 2019.

Safran prend 4%. Le chiffre d'affaires du 1er semestre 2020 du groupe s'élève à 8.767 ME en données ajustées, en baisse de 27,6%, par rapport à la même période de l'année dernière. La contribution nette de l'effet de périmètre représente -20 ME. L'effet de change net s'élève à 194 ME, traduisant un effet de conversion positif du chiffre d'affaires en devises étrangères, notamment en USD. La baisse du CA atteint 29% sur une base organique et en données ajustées. Le CA consolidé se monte à 8,9 MdsE, pour un résultat opérationnel courant consolidé de 859 ME et un résultat opérationnel consolidé de 715 ME. Le résultat net part du groupe ressort à -340 ME en données consolidées et le cash flow libre est de 901 ME.

Airbus : +2% avec AST et Verallia suivi de Wavestone (+1,5%)

VALEURS EN BAISSE

Eramet chute de 17% après avoir accusé une perte de 623 millions d'euros au titre du premier semestre, contre -37 ME un an plus tôt, reflétant notamment les dépréciations d'actifs liées à la crise. La période a été marquée par la chute des prix du manganèse et du nickel et par la crise du secteur aéronautique liées au coronavirus. Les autres indicateurs du groupe minier sont également en net retrait avec un résultat opérationnel courant de -32 ME (contre +169 ME), un Ebitda de 120 ME (-61%) et un chiffre d'affaires de 1,7 MdE (-7%). Compte tenu de ce niveau d'incertitude, Eramet maintient la suspension de la guidance d'Ebitda pour l'année 2020 au niveau consolidé.
L'activité minière se porte bien, mais la rentabilité est décevante, note Portzamparc, qui reste pour le moment à 'conserver' sur la valeur.

Casino plonge de près de 13%, sur un plancher de 25 ans ! Le titre subit de gros dégagements après que le distributeur eut fait état d'un Ebitda de 1,07 milliard d'euros au premier semestre, en hausse de 4% à taux de changes constants, pour un chiffre d'affaires de 16,1 milliards d'euros, en hausse de 5,9% à données comparables. Le ROC Groupe s'établit à 386 ME, en recul organique de 3,6% et la perte nette atteint 87 ME. Le Résultat Net des activités poursuivies ressort pour sa part à -287 ME, en raison notamment de -249 ME de charges exceptionnelles majoritairement non cash. Outre ces résultats déficitaires, les investisseurs sanctionnent également la faible performance réalisée en France au deuxième trimestre puisque la croissance interne s'est limitée à 3,1% contre +3,5% attendue. Morgan Stanley ('sous-pondérer') évoque ainsi des chiffres 'faibles', avec un profit opérationnel inférieur au consensus et une "mauvaise" génération de FCF sous-jacent.

Renault (-9%). Le constructeur a essuyé un déficit net de 7,39 milliards d'euros sur les six premiers mois de l'année, notamment pénalisé par la contribution négative de Nissan pour 4,8E MdsE. Le résultat opérationnel est négatif à hauteur de 2 MdsE pour un chiffre d'affaires de 18,4 milliards d'euros, en repli de 34,3% et de 32,9% à taux de change et périmètre constants. Le free cash-flow opérationnel de l'Automobile s'élève à -6,375 MdsE, notamment en raison de l'impact de la baisse de l'activité sur le besoin en fonds de roulement.

Unibail-Rodamco-Westfield chute de 8% après avoir accusé une baisse de 14,2% de ses loyers nets à 1,065 milliard d'euros au premier semestre, et de 27,2% de son résultat net récurrent, à 667 ME. La foncière n'a pas annoncé de nouveaux objectifs financiers pour 2020, jugeant la situation sanitaire encore trop incertaine, mais estime que "la fréquentation dans les centres européens montre des signes de reprise encourageants". Au 30 juin 2020, 97% des magasins des centres commerciaux du groupe en Europe étaient ouverts et 77% aux Etats-Unis.

Solocal : -7% avec Figeac

Cegedim : -6,5% avec Rexel, Klepierre et Bureau Veritas

Danone recule de 5%. Le géant de l'agro-alimentaire a réalisé sur les six premiers mois de l'année un résultat opérationnel courant de à 1,7 milliard d'euros, matérialisant une marge opérationnelle courante de 14,0% contre 14,7% l'année dernière et 13,7% attendu par les analystes. Cette baisse inclut l'impact négatif pour 93 points de base des coûts supplémentaires directement liés au COVID-19 qui ont été engagés au cours du semestre pour assurer la sécurité des salariés et le maintien de la chaîne d'approvisionnement. Le bénéfice net ressort à 1,015 MdE pour un chiffre d'affaires de 12,189 MdsE, en repli de 1,1% en données comparables et de 3,6% en données publiées.

Genfit : -5% suivi de Spie, Vallourec, SG et Séché

Orange (-4,5%) a confirmé qu'il ne prévoit pas de déviation significative par rapport à ses objectifs financiers de l'exercice 2020.

Crédit Agricole : -4,5% avec ADP, Peugeot, Valeo, Faurecia, Innate, Air France KLM et Capgemini

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !