Cotation du 17/06/2019 à 15h47 CAC 40 +0,25% 5 381,00
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : le CAC40 rebondit, Washington temporise sur Huawei

Clôture Paris : le CAC40 rebondit, Washington temporise sur Huawei
Clôture Paris : le CAC40 rebondit, Washington temporise sur Huawei
Crédit photo © Benoît Tessier / Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

La nervosité des investisseurs est redescendue d'un cran ce mardi sur la place parisienne. Le CAC40, qui avait lourdement trébuché sur le début de semaine, a regagné 0,5% à 5.385 points en clôture, dans un volume de transactions modéré de 3,19 milliards d'euros. Les flux acheteurs ont été galvanisés par la décision des Etats-Unis de lever temporairement une partie des restrictions visant le géant chinois des télécoms Huawei. Le département américain du Commerce est ainsi revenu sur une partie des sanctions qu'il a imposées la semaine dernière à Huawei en l'autorisant temporairement, jusqu'au 19 août, à conserver ses réseaux existants et à fournir des mises à jour logicielles pour ses téléphones.
Ce rebondissement dans l'affaire Huawei est d'autant plus important pour les intervenants que le relations entre l'équipement chinois et l'administration américaine sont devenues un symbole fort sur les marchés, voire même un indicateur de l'état des tensions entre américains et chinois. La décision d'hier soir est dès lors perçue comme un geste d'apaisement de la Maison Blanche à l'égard de Pékin. Mais les investisseurs restent encore circonspects car Huawei demeure sur liste noire, ce qui le contraint à obtenir une autorisation de l'administration américaine pour acheter des pièces et composants électroniques aux sociétés américaines.
Plus globalement, la perspective d'un règlement du conflit économique entre les deux grandes puissances apparaît encore lointain. Les observateurs fondent de grands espoirs dans la rencontre prévue entre Donald Trump et son homologue chinois à la fin du mois prochain, en marge du sommet du G20 à Osaka.

ECO ET DEVISES

En avril, les reventes de logements aux Etats-Unis ont reculé de 0,4% à 5,19 millions d'unités en rythme annualisé, selon les statistiques publiées mardi par la National Association of Realtors (NAR), principale fédération d'agents immobiliers du pays. Cette dégradation a pris de cours les économistes qui prévoyaient en moyenne une augmentation de 2,7% à 5,35 millions d'unités.

La persistance de tensions commerciales a cassé l'élan de la croissance économique mondiale qui devrait rester médiocre cette année, souligne l'OCDE en appelant les gouvernements à mettre en oeuvre d'urgence des politiques plus coopératives.

Côté devises, la parité Euro/dollar est quasiment stable à 1,117$. Sur le front des matières premières, le pétrole se porte bien avec un baril de brut de la Mer du Nord (Brent) qui grappille 0,4% à 72,24$. Enfin, le Bitcoin se reprend à 7.922$, en hausse de 1,9%.

VALEURS EN HAUSSE

* Alstom (+1,5% à 39,63 euros) a bénéficié d'un très beau contrat. Le groupe ferroviaire a remporté auprès de fahma, la filiale de RMV, un appel d'offres pour 27 trains alimentés par une pile à combustible. Un contrat d'environ 500 millions d'euros au global, dont 360 ME pour Alstom. Le groupe français livrera les véhicules de type Coradia iLint selon le calendrier modifié en 2022. Outre les trains, la commande comprend également la fourniture d'hydrogène, la maintenance et la mise à disposition de capacités de réserve pour les 25 prochaines années.

* STMicroelectronics a repris 4,2% à 14,76 euros, porté par le répit accordé par l'administration américaine à Huawei. Réagissant à la chute du fabricant de composants microélectronique lundi, Bryan Garnier a réitéré son conseil d'achat avec un objectif de cours de 19,5 euros.

* BNP Paribas a gagné 0,8% à 45 euros. L'actualité sur la banque tricolore est à chercher du côté d'un coup de pouce de Goldman Sachs qui a revalorisé le dossier de 67 à 70 euros en confirmant au passage sa recommandation " achat ".

* Le compartiment parapétrolier a été recherché avec TechnipFMC qui a grappillé 3,5% à 21,14 euros, CGG qui s'est adjugé 3,4% à 1,62 euros et Vallourec qui a regagné 2,7% à 2,45 euros.

* Engie (+0,2% à 12,83 euros) se renforce dans l'éolien en mer avec la création d'une co-entreprise gérée conjointement à 50/50 avec EDP. La nouvelle entité sera l'instrument d'investissement exclusif d'EDP, via sa filiale EDP Renewables (EDPR), et d'Engie pour le développement de l'éolien en mer dans le monde. Cette entité sera l'un des 5 premiers acteurs mondiaux dans le domaine, et réunira l'expertise industrielle et la capacité de développement des deux entreprises.

* Solutions 30 (+4,7% à 9,57 euros) a rebondi faiblement après sa chute d'hier (-25%), consécutive à l'arrivée en position vendeuse du fonds Muddy Waters. La valeur reste très entourée !

* BioMérieux a gagné 0,9% à 73,15 euros. MainFirst a entamé le suivi avec une opinion 'surperformance' sur le titre avec un cours cible de 82 euros.

VALEURS EN BAISSE

* Airbus Group (-0,7% à 118,26 euros) va limiter la production de son A321 à deux chaînes de montage afin d'éviter que les retards techniques n'entravent la production des autres modèles. Cette décision fait que certains clients de l'A321 recevront leur avion plus tard que prévu, sous réserve de discussions, a souligné un responsable du groupe. Elle ne remet en revanche pas en cause l'objectif de livraisons de l'avionneur, fixé entre 880 et 890 appareils cette année.

* Plastivaloire a plongé logiquement de 6,3% à 7,72 euros. Le groupe a abaissé hier ses projections pour l'ensemble de l'exercice 2018-2019, en même temps qu'il publiait ses chiffres d'activité du 2ème trimestre. Le plasturgiste s'attend désormais à un chiffre d'affaires 2018/2019 de 730 Millions d'Euros au lieu de 745 Millions d'Euros. Pour ce qui est de la marge d'Ebitda, elle devrait finalement se situer autour de 10% plutôt qu'à 11% comme escompté précédemment.

* JC Decaux a aligné une troisième séance consécutive dans le rouge, en retrait de 1,8% à 25,74 euros. Le numéro un mondial de la communication extérieure est pénalisé par une note de Citigroup qui a dégradé la valeur d''acheter' à 'neutre'.

* Boiron a chuté de 4,8% à 39,5 euros mais avait finalement limité son recul à 4% hier après la reprise de cotation consécutive à la crainte d'un déremboursement des médicaments homéopathiques. Le groupe a confirmé hier avoir reçu un premier avis de la Commission de la transparence de la Haute autorité de santé (HAS) émettant une recommandation défavorable au maintien de la prise en charge par l'assurance maladie des traitement homéopathiques, actuellement fixée à 30%.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com