Cotation du 20/09/2019 à 18h05 CAC 40 +0,56% 5 690,78
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : le CAC40 progresse après les annonces de la BCE

Clôture Paris : le CAC40 progresse après les annonces de la BCE
Clôture Paris : le CAC40 progresse après les annonces de la BCE
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Le CAC40 a finalement progressé de 0,44% à 5.642 pts en clôture après la réunion de la BCE et la conférence de presse de son président, Mario Draghi, qui a sorti l'artillerie lourde : Comme anticipé, la BCE vient de dévoiler un "paquet de mesures" destinées à soutenir l'économie et à "relancer" l'inflation... baisse du taux de dépôt et reprise du QE sont notamment au programme. Le Conseil des gouverneurs de BCE a ainsi décidé de réduire de 10 points de base son taux de dépôt, à -0,5%. Le taux d'intérêt des opérations principales de refinancement et celui de la facilité de prêt marginal restent en revanche inchangés à 0,00% et 0,25%.

ECO ET DEVISES

Le Conseil des gouverneurs s'attend désormais à ce que les taux directeurs de la BCE restent à leur niveau actuel ou à un niveau inférieur jusqu'à ce que les perspectives en matière d'inflation convergent fortement vers un niveau suffisamment proche, mais inférieur, à 2%, dans son horizon de projection, et que cette convergence se reflète de manière constante dans la dynamique sous-jacente de l'inflation... Les achats nets d'actifs seront relancés dans le cadre du programme de rachat d'actifs (APP) à un rythme mensuel de 20 milliards d'euros à compter du 1er novembre. Le Conseil des gouverneurs s'attend à ce qu'ils se prolongent aussi longtemps que nécessaire pour renforcer l'effet accommodant de ses taux directeurs et qu'ils prennent fin peu avant que la BCE ne commence à relever ses taux directeurs.

Afin de soutenir la transmission de la politique monétaire par les banques, un système à deux niveaux de rémunération des réserves sera mis en place (tiering), dans lequel une partie des liquidités excédentaires détenues par les banques sera exonérée du taux négatif de la facilité de dépôt.

Mario Draghi a expliqué que trois éléments ont motivé les décisions du jour : un ralentissement prolongé de l'économie, la persistance de risques à la baisse dans le commerce mondial, et la révision à la baisse des projections en matière d'inflation. La majorité du Conseil était d'accord pour dire que les perspectives s'étaient détériorées. Le dirigeant note par ailleurs que s'il y avait des diversités de points de vue concernant le QE, le consensus était trop large pour qu'un vote ait lieu. Il affirme également avoir "la marge de manoeuvre nécessaire pour continuer longtemps le QE sans soulever la question des limites". Le dirigeant en a remis remet également une couche sur les politiques budgétaire et fiscale attendues de la part des gouvernement européens : "il y a eu unanimité au sein du Conseil pour dire que la politique fiscale doit devenir l'instrument principal..."
Enfin, interrogé sur les attaques de Trump sur Twitter, le patron de l'Institution précise avoir "un mandat. Nous recherchons la stabilité des prix et nous ne visons pas de taux de change. Point final".

La cote américaine grimpe aussi après ces annonces de la BCE et le baril de brut poursuit sa correction sous les 60$ à 59,90$ le Brent. Sur les devises, l'euro campe de son côté à 1,1050/$ entre banques.
Donald Trump, toujours très réactif sur le réseau social média Twitter, vient de livrer quelques commentaires suite aux annonces de la BCE. "La Banque centrale européenne, agissant rapidement, a réduit les Taux de 10 Points de Base. Ils essaient, et réussissent, à déprécier l'Euro face au TRÈS fort Dollar, affectant les exportations américaines... Et la Fed reste assise, et reste assise, et reste assise. Ils sont payés pour emprunter de l'argent, alors que nous payons des intérêts!", s'insurge Trump !

La situation semble par ailleurs se détendre un peu sur le front commercial, entre les Etats-Unis et la Chine... Donald Trump a annoncé hier soir qu'à la demande du vice-Premier ministre et négociateur en chef chinois Liu He, et du fait de la célébration du 70ème anniversaire de la république populaire de Chine le 1er octobre, les USA avaient accepté, "par un geste de bonne volonté", de déplacer la date d'application des tarifs douaniers majorés de 25 à 30% sur 250 milliards de dollars d'importations provenant de Chine du 1er au 15 octobre. A l'instant sur Twitter, le président américain a ajouté "qu'il est attendu que la Chine achète de grandes quantités de nos produits agricoles"...
La Chine avait précédemment contribué à détendre l'atmosphère sur les marchés mondiaux en annonçant qu'elle exonérerait un certain nombre de produits américains des nouveaux droits de douane majorés. Pékin a ainsi publié une liste couvrent seize catégories de produits allant des pesticides aux lubrifiants en passant par certains produits pharmaceutiques. Ces exemptions seront valables à partir du 17 septembre pour une durée d'un an.

VALEURS EN HAUSSE

Chargeurs : +6,7%. Le groupe a publié un premier semestre 2019 "parmi les plus hauts historiques", dans une conjoncture plus volatile et avec des investissements soutenus, marqué par un renforcement significatif du Groupe Familial Fribourg au côté de Chargeurs début 2019. Le chiffre d'affaires s'établit à 326,1 ME en croissance de 13,6%, avec un EBITDA à 32,5 ME en croissance de 6,2%, et une marge brute d'autofinancement à 22,8 ME en hausse de 5,1% au 1er semestre 2019, sur fond de retour de la croissance organique au 2ème trimestre 2019. Le Résultat opérationnel des activités est de 22,7 millions d'euros au 1er semestre 2019, ce qui intègre l'intensification volontariste des investissements et l'impact de la conjoncture sur Chargeurs Protective Films.
Le groupe a souligné la "flexibilité financière inédite du groupe avec la suppression au 1er semestre 2019 du covenant de levier et allongement de la maturité des financements". L'acompte sur dividende est de 0,20 euro au titre de l'exercice 2019, avec option de paiement en actions...

SES : +3,7% avec Eurofins, Imerys, Covivio, AKKA, FNAC Darty, et Neurones après ses comptes (+3%)

Engie : +2,5% avec Teleperformance, ALD

Rubis (+2,3%) a affiché au premier semestre 2019 un chiffre d'affaires de 2,73 milliards d'euros, en baisse de 5% à périmètre constant. Le résultat opérationnel courant augmente de 14% à périmètre constant pour atteindre 238 millions d'euros et le bénéfice net augmente de 13% à 157 ME. Rubis confirme que son activité opérationnelle devrait poursuivre sa progression sur le second semestre et continue à étudier des projets de développement, tant organiques que par acquisitions.

Safran reprend 2% après trois séances précédentes de baisse. Le titre reste ainsi proche des ses récents sommets atteints après le relèvement des prévisions annuelles du groupe.

SES : +2% suivi de Interparfums, Peugeot, Bureau Veritas, Synergie

Orange : +1,5% avec Lagardere, Ingenico, Vinci, Legrand, Getlink, SUEZ

Worldline (+1,1%) a placé son émission obligataire senior à 5 ans d'un montant de 500 millions d'euros. Le coupon est de 0,25%, le rendement de 0,35%.

VALEURS EN BAISSE

Riber : redonne 8,5% avec Haulotte qui rechute de 7,5% après ses comptes.

Groupe Open (-6%) a affiché sur ce premier semestre 2019 des résultats en fort retrait avec un résultat opérationnel courant de -53% à 5,8 ME. Cette contre-performance de l'activité IT s'explique principalement par une baisse de l'effectif productif de 50 collaborateurs, une diminution du recours à la sous-traitance pour une mise en conformité qui se prolongera sur l'année 2019 et un taux d'occupation en baisse. La SSII vise un résultat opérationnel courant du second semestre qui devrait être en progression par rapport au premier, ainsi que celui de l'année 2020 par rapport à 2019.

Alstom perd 5% avec un cours qui s'ajuste sur le prix de sortie partielle de Bouygues.

Solocal : -4% avec Derichebourg

AccorHotels perd 3% alors que JP Morgan est repassé à 'souspondérer' sur le groupe hôtelier avec un cours cible ajusté en baisse à 35,50 euros.

Lectra : -3% suivi de Manitou, Europacorp

Eramet : -1,7% avec Esso après ses comptes et Trigano

Total : -1% suivi de SQLI, ESI et Argan

Bouygues (-0,6%) a fait vite... Le conglomérat, qui a annoncé hier soir son intention de céder 13% du capital d'Alstom, a fait part ce matin du succès de l'opération. Le groupe a vendu 29.150.000 titres au prix unitaire de 37 euros dans le cadre d'un placement accéléré auprès d'investisseurs institutionnels. La cession rapporte à Bouygues 1,079 milliard d'euros. A l'issue de cette opération, Bouygues reste le premier actionnaire d'Alstom avec 14,7% du capital social. Olivier Bouygues et la société Bouygues S.A. conservent leurs mandats d'administrateurs. Bouygues s'est engagé envers les banques en charge du placement à conserver pendant une période de 180 jours le solde de sa participation dans Alstom, sous réserve des exceptions d'usage.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com