Cotation du 15/01/2021 à 18h05 CAC 40 -1,22% 5 611,69
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : le CAC40 proche de l'équilibre après la BCE

Clôture Paris : le CAC40 proche de l'équilibre après la BCE
Clôture Paris : le CAC40 proche de l'équilibre après la BCE
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Le CAC40 a repris modestement 0,05% à 5.550 points ce jeudi après trois séances de légère baisse. La BCE était particulièrement attendue cet après-midi : L'enveloppe du PEPP (programme d'achats d'urgence face la pandémie) a été relevée de 500 MdsE à 1.850 MdsE. Elle pourrait cependant ne pas être utilisée dans sa totalité : "si des conditions de financement favorables peuvent être maintenues avec des flux d'achat qui n'épuisent pas l'enveloppe sur l'horizon d'achat net du PEPP, il n'est pas nécessaire d'utiliser l'enveloppe dans sa totalité... De même, l'enveloppe peut être recalibrée si nécessaire pour maintenir des conditions de financement favorables afin d'aider à contrer le choc négatif de la pandémie sur la trajectoire de l'inflation" a expliqué Christine Lagarde.
La dirigeante de la BCE a noté également que la prolongation de 9 mois du PEPP reflétait le fait que les retombées de la crise persisteront pendant une longue période et permet une présence continue sur le marché et un soutien plus durable... Cela devrait contribuer à réduire l'incertitude et à renforcer la confiance. La BCE continue par ailleurs à surveiller de près l'évolution sur le marché des changes, alors que l'euro se négocie au plus haut depuis deux ans et demi face au dollar.
Le mois de décembre exceptionnel en matière d'IPO se poursuit ce jeudi à Wall Street avec Airbnb. 24 heures après les débuts euphoriques de DoorDash, dont le titre s'est envolé hier de 85%, les premiers pas de la plateforme de location touristique entre particuliers se traduisent par une envolée de près de 100% ! Les investisseurs sont séduits par le plan de développement de la firme californienne, qui a vendu environ 52 millions d'actions à 68$ alors que la fourchette indicative, déjà revue à la hausse, allait de 56 à 60$. Airbnb, qui est donc parvenu à lever près de 3,5 Mds$. Les investisseurs actuels d'Airbnb, ainsi que les dirigeants, conserveront le contrôle grâce à des actions de classe B, qui donneront 20 droits de vote pour chaque titre détenu, contre une voix pour chaque action de classe A vendue lors de la mise sur le marché. Parmi les investisseurs d'Airbnb disposant d'actions de classe B figurent la société de capital-risque Sequoia ainsi que Founders Fund et DST Global. L'action cote sur le Nasdaq sous le mnémo 'ABNB'.

ECO ET DEVISES

Alors que la seconde vague de coronavirus va provoquer une contraction importante de l'activité au quatrième trimestre, bien que moins sévère que celle observée au deuxième trimestre, la BCE a dévoilé ses dernières projetions économiques : Sur 2020, la Banque table désormais sur une contraction de l'économie de la zone euro de 7,3% contre un repli de 8% anticipé jusqu'ici. La croissance pour l'an prochain est en revanche revue à la baisse, à 3,9% contre 5% précédemment. Le PIB devrait ensuite progresser de 4,2% en 2022 contre 3,2% estimé auparavant.
"Dans l'ensemble, les risques entourant les perspectives de croissance de la zone euro restent orientés à la baisse, mais ils sont devenus moins prononcés. Si les nouvelles concernant les perspectives de lancement de vaccins dans un avenir proche sont encourageantes, les risques de baisse restent liés aux implications de la pandémie sur les conditions économiques et financières". Du côté de l'évolution des prix, l'inflation est désormais estimée à 0,2% en 2020 contre +0,3% précédemment. L'inflation devrait ensuite accélérer à 1% l'an prochain et 1,1% en 2022. Selon Christine Lagarde, l'inflation devrait rester en territoire négatif jusqu'au début de l'année prochaine.

Alors que l'incertitude demeure concernant le Brexit, avec des négociations qui se poursuivront jusqu'à la fin du week-end, aucun consensus n'a par ailleurs été trouvé au Congrès américain sur le tant espéré nouveau plan de relance de l'activité. Une proposition bipartisane de stimulus fiscal et une autre de la Maison blanche sont pourtant sur la table. Un groupe bipartisan a pourtant détaillé un package de plus de 900 milliards de dollars. Les questions de la protection des responsabilités et de l'aide aux Etats et gouvernements locaux demeurent. L'euro reste ferme sur les 1,21/$ et le pétrole franchit les 50$ le brent à 50,90$ à Londres.

VALEURS EN HAUSSE

Jacquet Metal : +7% suivi de SES Imagotag, Navya (+5,5%)

Maurel & Prom : +5% avec Colas (+4%) et TechnipFMC

Haulotte : +3% avec Ateme, Abivax, Hexaom

Vallourec : +2,5% avec Eurofins, Altarea, CGG, Virbac

Total profite de la remontée des cours du brut pour reprendre 2% et fait ainsi fi d'une note d'UBS qui a dégradé la valeur à 'neutre' avec une cible ajustée de 41 à 40 euros. La banque helvète explique sa décision par la surperformance de l'action par rapport à ses pairs en 2020, même si Total reste sa super-major européenne la mieux cotée. Total s'est en effet imposé comme la référence dans le secteur européen pour faire face aux risques inhérents au compartiment qui ont été très évidents cette année. A cet égard, il est similaire à Chevron dans le secteur américain...

M6 : +1,5% suivi de Alstom, FFP, Amundi, Cegedim, Plastivaloire, Linedata

Remy Cointreau : +1% avec Ipsen, Pernod Ricard, Mersen, Vilmorin, Air Liquide, GTT, Nexans

L'Oréal (stable). L'actualité autour du numéro un mondial des cosmétiques est marqué par une note de la Deutsche Bank qui a rehaussé sa recommandation sur la valeur à 'achat' avec un objectif remonté de 275 à 340 euros. Le broker explique que l'entreprise est bien équilibrée tant en termes géographique que de produit, mais sa croissance est de plus en plus orientée vers la Chine, le commerce électronique et les soins de la peau.

VALEURS EN BAISSE

Solutions 30 recule encore de 9%. Le groupe a catégoriquement démenti les accusations d'un rapport anonyme cherchant à démontrer des liens troubles entre l'entreprise et le crime organisé en Italie alors que le titre avait déjà décroché hier de 18,7% dans un volume de plus de 3% du capital. Solutions 30 nie donc catégoriquement les accusations, estimant ces dernières sans fondement et jugeant des faits mal interprétés. Ce rapport, ajoute le groupe, formule de sérieuses accusations pouvant créer une suspicion infondée autour du groupe, de son management et de ses valeurs. Le groupe souligne aussi l'intégrité de son management et assure à ses actionnaires qu'il est confiant dans la véracité de ses états financiers.

Gl Events : -6% avec SMCP, SII, Covivio

Abivax : -5% avec Erytech

Geci : -3% avec Mauna Kea, Elis, X-Fab, Lagardere, SG, Spie

Transgene : -2,5% suivi de EDF, Bic, Elior, BNP Paribas

Getlink : -2% avec Air France KLM, Vivendi, Korian

STMicroelectronics (-1,6%) ne parvient pas à relever la tête après avoir violement chuté de 11,8% hier à la suite de la révision de certains de ses objectifs de moyen terme en raison des tensions commerciales persistantes entre les États-Unis et la Chine. Après avoir tenté de rassuré en déclarant que les résultats des 1er et 2e trimestres devraient être "bons", la société donnera ses prévisions pour l'ensemble de l'année 2021 en avril. Le dirigeant a néanmoins précisé que la reprise attendue par la firme en 2021 et 2022 "ne pourra malheureusement pas compenser entièrement l'héritage négatif de 2020". Malgré cette sortie de route, Liberum et Morgan Stanley ont confirmé leur avis positif sur la valeur ce matin, la banque américaine relevant même son objectif de 32,5 à 34,3 euros. Oddo BHF reste également 'acheteur' du titre avec une cible ajustée de 40 à 36 euros.

Groupe ADP (-1%) a annoncé que son nouveau projet d'accord de rupture conventionnelle collective qui a été soumis au cours des deux dernières semaines à la négociation avec les organisations syndicales représentatives a recueilli leurs signatures à l'unanimité. L'accord, qui doit désormais être validé par la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi, fixe à 1.150 le nombre maximum de départs volontaires dont 700 ne seront pas remplacés. Dans ce cadre, la direction s'engage à ce qu'aucun départ contraint pour motif économique n'ait lieu jusqu'au 1er janvier 2022.

©2020-2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !