Cotation du 21/09/2020 à 15h34 CAC 40 -3,05% 4 826,35
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : le CAC40 poursuit sa correction mais limite la casse

Clôture Paris : le CAC40 poursuit sa correction mais limite la casse
Clôture Paris : le CAC40 poursuit sa correction mais limite la casse
Crédit photo © Reuters

LA TENDANCE

(Boursier.com) — Le CAC40 a finalement limité la casse en terminant en baisse de 1,65% à 4.273 points. Dans l'après-midi, il a perdu jusqu'à 3,5% en repassant même sous les 4.200 points, un plus bas depuis début avril.

Cette forte baisse a été influencée par Wall Street qui a très mal commencé la séance avant de reprendre un peu après sa lourde correction de la veille qui sanctionnait l'intervention de Jerome Powell. Il faut dire que Donald Trump prend le relais avec son tact habituel, s'attaquant une fois encore à la Chine.

La progression du nombre de chômeurs aux États-Unis reste impressionnante. Le Département américain au Travail vient en effet d'annoncer, pour la semaine close au 9 mai, que les inscriptions au chômage ont atteint 2,981 millions, en repli de 195.000 par rapport à la lecture révisée de la semaine antérieure de 3,176 millions. Elles ressortent néanmoins plus élevées qu'anticipé, puisque le consensus était positionné à 2,5 millions. Avant que le coronavirus ne mette à l'arrêt la majeure partie de l'économie américaine, le précédent record datait de 1982 avec 695.000 demandes hebdomadaires. Enfin, le nombre de chômeurs indemnisés sur la semaine close le 2 mai s'établit à 22,83 millions, en progression de 456.000 sur sept jours.

VALEURS EN HAUSSE

* Engie gagne 1,6% à 9,3 euros. Les bruits de couloir relatifs à une éventuelle rationalisation du groupe énergétique reviennent régulièrement sur le devant de la scène alors que de nombreux experts mettent notamment en avant la sous-valorisation boursière de la société. Deux jours après la publication trimestrielle de l'entreprise, Reuters, qui cite plusieurs sources dont la CGT, affirme que le fournisseur de gaz et d'électricité envisage une série de cessions qui concerneraient un peu plus de 15.000 postes et quelques sociétés de taille importante telles que le spécialiste de la maintenance des sites industriels et des centrales nucléaires Enel.

* EDF (+2% à 7,23 euros) a publié un chiffre d'affaires trimestriel globalement stable, révisé à la baisse sa prévision de production nucléaire pour 2020, 2021 et 2022, abandonné l'ensemble des objectifs financiers pour 2020 et 2021 et annoncé le ralentissement des projets en construction depuis la mi-mars. Sur les trois premiers mois de l'exercice, le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 20,695 milliards d'euros, en repli organique d'1%.

* Maisons du Monde (+1,8% à 8,25 euros) a réalisé des ventes totales trimestrielles de 243,7 ME, en baisse de 13,1% par rapport à l'année précédente à taux de change courants en incluant Modani et en baisse de 18,8% à périmètre comparable, reflétant le fort impact des grèves du début de l'année puis de la pandémie de Covid-19 à partir de la mi-mars. Bien que la visibilité pour le reste du mois de mai et du mois de juin soit très limitée, les ventes du deuxième trimestre 2020 sont attendues significativement en baisse par rapport au même trimestre de l'an dernier. La société attend un EBITDA du premier semestre 2020 positif, même si en baisse importante par rapport à la même période l'an dernier, avec une contraction plus forte que celle des ventes.

* Euronext (+2,6% à 84 euros) a publié pour son premier trimestre un chiffre d'affaires de 236,8 millions d'euros, contre 152,6 millions un an auparavant. L'Ebitda du premier trimestre s'est établi quant à lui à 150 millions d'euros, contre 89,3 millions un an plus tôt. Le groupe a dégagé sur le trimestre clos un bénéfice ajusté par action de 1,44 euro, contre 0,87 euro un an avant, sur la période comparable. Le résultat net part du groupe de ce premier trimestre se monte à 96,1 millions d'euros, contre 56,1 millions un an auparavant. Sur le trimestre écoulé, le groupe a généré un cash flow net des activités opérationnelles de 51 millions d'euros, contre 59,5 millions un an plus tôt.

* Abivax bondit de 23% à 21 euros. La biotech a annoncé aujourd'hui que les autorités règlementaires françaises (ANSM) et le Comité d'Ethique français (CPP) ont donné leur autorisation au lancement d'une étude clinique de Phase 2b/3 avec ABX464 pour prévenir l'inflammation sévère qui mène au syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) chez 1 034 patients âgés ou à risque élevé atteints du COVID-19. Cet essai sera conduit de manière randomisée, en double aveugle et contrôlée contre placebo. La société explique au final qu'ABX464 serait le seul candidat médicament dans l'arsenal actuel anti-COVID-19 présentant un triple effet bénéfique au traitement des patients atteints du COVID-19 : un effet anti-inflammatoire, un effet anti-viral et un effet sur la réparation tissulaire, et ceci grâce à la surexpression de miR-124. Enfin, sa simplicité d'administration par voie orale (une gélule par jour) permet un traitement précoce des patients hospitalisés ou non-hospitalisés.

VALEURS EN BAISSE

* PSA Groupe perd 5% à 11,42 euros : La crise liée au Covid-19 n'aura, pour le moment du moins, pas eu raison du mariage entre le Groupe PSA et Fiat Chrysler Automobiles. Elle a en revanche conduit les deux constructeurs automobiles à renoncer à verser un dividende ordinaire de 1,1 milliard d'euros à leurs actionnaires respectifs.

* Vallourec (-2,5% à 0,97 euro) a fait état d'un chiffre d'affaires trimestriel de 853 ME, en baisse de 17% par rapport au T1 2019, reflétant principalement la baisse des revenus dans le Pétrole & Gaz. Le Résultat brut d'exploitation est stable à 68 ME, contre 67 ME au T1 2019, avec une marge en hausse de +1,5 pt à 8%. Le résultat net, part du Groupe, s'est établi à -74 ME contre -90 ME au premier trimestre 2019.

* Bouygues (-4,6% à 24,75 euros) a dévoilé des résultats trimestriels en retrait, marqués par les premiers effets de la pandémie de Covid-19 sur le Groupe ainsi que l'impact de la saisonnalité chez Colas. Le résultat opérationnel courant s'établit à -242 millions d'euros, en recul de 184 ME sur un an, pour un chiffre d'affaires de 7,2 milliards d'euros, en baisse de 9% et de 8% à périmètre et change constant. Le résultat net part de groupe est négatif à hauteur de 204 ME contre un déficit de 59 ME un an auparavant.

* TechnipFMC perd 6% à 6,05 euros. Jefferies a dégradé sa recommandation à 'sous-performer' avec un objectif réduit de 7 à 6 euros.

* Valeo chute de 7% à 16,9 euros, portant ses pertes sur quatre séances à près de 20%. L'équipementier automobile ne profite ainsi guère d'une note d'AlphaValue qui est passé de 'réduire' à 'accumuler' sur le dossier avec un objectif ajusté de 21,3 à 20,8 euros. Les analystes sont partagés sur le dossier puisque, selon le consensus 'Bloomberg', 5 sont à l''achat', 10 à 'conserver' et 7 à 'vendre'. L'objectif à douze mois est fixé à 18,3 euros.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !