Cotation du 21/09/2018 à 18h05 CAC 40 +0,78% 5 494,17
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : le CAC40 plonge sous les 5.300 points

Clôture Paris : le CAC40 plonge sous les 5.300 points
Clôture Paris : le CAC40 plonge sous les 5.300 points
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Lestées par la perspective d'une guerre commerciale entre les Etats-Unis et ses partenaires, les principales places boursières mondiales ont broyé du noir ce lundi. A Paris, le CAC40 a totalement effacé ses gains de vendredi pour revenir à 5.283 points, en baisse de 1,92%, affichant un huitième recul en l'espace de 10 séances. En cause, encore et toujours, le protectionnisme de l'Amérique. Après avoir menacé,en fin de semaine dernière l'Europe de prélèvements de 20% sur toutes les voitures importées aux États-Unis, Donald Trump a enfoncé le clou ce week-end avec un tweet incendiaire. "Les Etats-Unis insistent sur le fait que tous les pays ayant instauré des barrières douanières artificielles et des taxes sur des biens entrant dans leurs territoires, doivent lever ces barrières et taxes ou être accueillis avec plus que de la réciprocité par les U.S.A. Le Commerce doit être juste et plus une voie à sens unique !", a vociféré le président américain sur les réseaux sociaux.
Le climat reste par ailleurs extrêmement tendu entre Washington et Pékin. Selon le 'Wall Street Journal', qui citait hier dimanche des personnes familières de la question, Trump entendrait interdire à de nombreuses entreprises chinoises d'investir dans les technologies aux Etats-Unis. Plus précisément, les firmes dont plus de 25% du capital serait détenu par des intérêts chinois ne pourraient alors acquérir d'entreprises américaines aux technologies "industriellement significatives". Le Département US au commerce et le Conseil de sécurité nationale proposeraient par ailleurs des contrôles accrus des exports, afin d'empêcher de telles technologies d'être livrées en Chine...
Du coté des valeurs, les technos, les bancaires et le secteur automobile se retrouvent encore une fois malmenés par cette guerre commerciale. Aucune hausse n'est à signaler sur l'indice mis à part Sanofi, qui profite de son statut de valeur défensive.

ECO ET DEVISES

L'actualité était chargée ce lundi outre-Atlantique sur le front macro. Au menu : indice de Chicago, indice manufacturier et ventes de logements neufs...

L'indice d'activité nationale de la Fed de Chicago pour le mois de mai 2018 est ressorti négatif à -0,15, contre un consensus de +0,37 et un niveau de +0,42 un mois auparavant (lecture révisée en hausse sur le mois d'avril). La moyenne à trois mois s'établit à 0,18, contre 0,48 pour la lecture révisée du mois d'avril.

L'indice d'activité manufacturière régionale de la Fed de Dallas pour le mois de juin 2018 est ressorti à 36,5 (indice d'activité générale), contre 27 de consensus de place et 26,8 un mois auparavant. Ainsi, l'indicateur dépasse franchement les attentes et traduit une forte accélération de l'activité manufacturière dans la région considérée.

D'après le Département américain au commerce ce lundi, les ventes de logements neufs du mois de mai 2018 sont ressorties au nombre de 689.000, contre 665.000 de consensus de place et 646.000 un mois auparavant. La lecture du mois d'avril a été révisée en baisse, puisqu'elle se situait auparavant à 662.000.

Du côté des matières premières, le pétrole était secoué, pénalisé par le flou sur la déclaration d'intention de l'OPEP sur l'augmentation de la production. Le Brent reculait de 1,6% à 74,32 dollars en fin d'après-midi.

Peu de mouvement en revanche sur le marché des changes avec une parité euro/dollar qui reprend un peu d'altitude, à 1,1688$, en hausse de 0,2%.

VALEURS EN HAUSSE

* Genkyotex (+4,9% à 1,71 euro) après avoir étendu son accord de licence pour sa plateforme Vaxiclase avec le Serum Institute of India (SIIPL), le plus grand fabricant mondial de vaccins, afin d'inclure des pays industrialisés dans leurs marchés adressables. L'accord initial, signé en 2015, couvrait uniquement les marchés émergents.

* Solocal (+1,8% à 1,08 euro) après avoir annoncé la signature de 4 accords avec les organisations syndicales dédiés à l'accompagnement social de Pages Jaunes dans le cadre du projet de transformation " SoLocal 2020 ", qui prévoit notamment la suppression d'un millier d'emplois. Ces accords, qui ont été conclus avec les organisations syndicales majoritaires (CFDT, CFE-CGC, Autonome et FO), encadreront les aspects sociaux du projet de réorganisation de Pages Jaunes présenté le 13 février 2018.

* McPhy Energy (+3,8% à 7,11 euros) poursuit sur sa lancée de vendredi, profitant du flux de bonnes nouvelles qui caractérise son actualité récente. La semaine dernière, la société a annoncé que Ferguson Marine Engineering Limited, société basée à Port Glasgow, a mené avec succès un consortium européen constitué pour obtenir un financement européen, ouvrant la voie à la construction et au lancement du premier ferry-boat fonctionnant à l'hydrogène et dédié aux passagers et voitures.

* Rexel (quasiment stable à 12,72 euros). Le titre du distributeur de matériel électrique a été par une note de HSBC qui a rehaussé de 'conserver' à 'acheter' sa recommandation sur la valeur tout en ajustant sa cible de 16 à 17 euros.

* Sanofi signe la seule hausse de l'indice avec un gain modeste de 0,3%, sans actualité particulière.

VALEURS EN BAISSE

* Eutelsat plonge de 6,2% à 16,53 euros. L'opérateur de satellites vient de confirmer qu'il étudie une possible offre sur Inmarsat. Eutelsat précise qu'il ne peut pas y avoir de certitudes sur le fait qu'une offre sera formulée, ni sur les modalités d'une éventuelle offre". Selon la loi britannique, Eutelsat devra annoncer avant le 23 juillet s'il a l'intention de déposer une offre formelle.

* Erytech (-30,4% à 10,90 euros), plombé par la décision annoncée avant bourse de recentrer ses activités cliniques sur son produit candidat eryaspase pour le traitement potentiel de certaines indications choisies de tumeurs solides. En clair, Erytech interrompt son programme de développement dans la leucémie aiguë lymphoblastique (LAL), y compris le retrait de la demande d'AMM qui avait été redéposée pour eryaspase dans le traitement de la LAL en rechute ou réfractaire. Jefferies relativise la portée de cette décision sur le dossier Erytech en considérant le recentrage de somme toute "logique" tant d'un point de vue commercial et que stratégique. Le broker, qui demeure acheteur du laboratoire en visant 39 euros, estime à seulement 10% de la valorisation l'impact de l'abandon des développements dans la LAL".

* Worldline (-6,1% à 49,58 euros). Ce repli est repli à mettre en relation avec une note de Kepler Cheuvreux qui a dégradé la valeur d''acheter' à 'conserver' malgré un objectif rehaussé de 51 à 53 euros.

* JCDecaux (-0,6% à 28,84 euros) peut encore espérer mettre la main sur APN Outdoor. Le groupe australien n'a finalement pas réussi à racheter Adshel, la division panneaux publicitaires pour arrêts de bus de HTE, reprise par Ooh!media. Or, JCDecaux avait fait de l'abandon du projet de rachat d'Adshel par APN l'une des conditions indispensable pour aller jusqu'au bout de son offre...

* Air France KLM (-3,4% à 7,44 euros) en ce début de semaine alors que le choix du futur PDG de la compagnie franco-hollandaise fait énormément de bruit en interne mais aussi en externe. Selon les dernières rumeurs relayées par la presse, l'actuel directeur financier de Veolia, Philippe Capron, serait le favori pour prendre la tête du transporteur. Une possibilité guère au goût d'une partie du personnel du groupe mais également des partenaires KLM et Delta Airlines. Selon les informations de 'BFM Business', les deux compagnies souhaitent la nomination d'un connaisseur du secteur mais réclament également une gouvernance à deux têtes avec un directeur général pour la seule compagnie Air France, comme c'est le cas pour KLM, et un PDG pour l'ensemble du groupe.

* TechnipFMC (-5,6% à 26,45 euros). Après avoir flambé vendredi dans le sillage de la décision de l'OPEP de rouvrir les vannes de la production, le groupe d'ingénierie parapétrolière signe la plus mauvaise performance du CAC40, pénalisé par un baril du brut en baisse.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com