Cotation du 14/06/2019 à 18h05 CAC 40 -0,15% 5 367,62
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : le CAC40 plonge de 1,8%, miné par Trump

Clôture Paris : le CAC40 plonge de 1,8%, miné par Trump
Clôture Paris : le CAC40 plonge de 1,8%, miné par Trump
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Coup de bambou ce jeudi à la Bourse de Paris : le CAC40 a rechuté de 1,81% en clôture pour revenir à 5.281 points. L'indice a été pénalisé par la montée des inquiétudes entourant le bras de fer commercial entre les Etats-Unis et la Chine, avec le sentiment de plus en plus répandu chez les investisseurs que cette crise bilatérale est partie pour durer. La Maison Blanche semble en effet décidée à resserrer l'étau sur technologie chinoise, quel qu'en soit le prix à payer et l'impact sur la croissance : après avoir sanctionné Huawei, Donald Trump envisagerait désormais d'inscrire 5 autres entreprises chinoises sur sa fameuse "liste noire". Pour ne rien arranger, l'armée américaine a déclaré avoir envoyé mercredi deux navires dans le détroit de Taïwan, une zone stratégique où la fréquence des mouvements américains a augmenté.
De son côté, Pékin a protesté officiellement auprès des Etats-Unis après les sanctions contre le géant des télécoms chinois, lesquelles empêchent Huawei de se fournir auprès d'industriels américains... Les analystes financiers redoutent à présent de possibles représailles chinoises contre Apple, dont les smartphones seraient vulnérables à un boycott. Goldman Sachs estime d'ailleurs qu'une éventuelle interdiction de la marque à la pomme en Chine amputerait de 29% ses bénéfices. Pour ne rien arranger, les statistiques économiques publiées en zone euro (PMI "flash") et en Allemagne (IFO) apportent de l'eau au moulin des observateurs qui pronostiquent une dégradation de la conjoncture sur le vieux continent. Sans oublier que le Brexit a fait son retour au premier plan : Theresa May est dos au mur et pourrait bien devoir quitter son poste dès vendredi, poussée dehors par les cadres de son propre parti.

ECO ET DEVISES

Pour l'ensemble de la zone euro, les indices PMI "flash" sont peu encourageants : si l'Indice PMI Flash Composite de l'activité globale passe de 51,5 à 51,6, l''Indice PMI Flash de l'activité de services se replie à 52,5 (52,8 en avril), sur un plancher de 4 mois. L'Indice PMI Flash de l'Industrie Manufacturière tombe pour sa part à 47,7 (47,9 en avril), au plus bas depuis deux mois. Les trois indices ressortent ainsi inférieurs aux attentes du marché.

En Allemagne, l'indice de confiance des milieux d'affaires compilé par l'Institut Ifo a atteint 97,9 points en mai, soit un niveau inférieur à celui attendu par le marché (99,1 pour le consensus). En avril, l'indicateur avait atteint 99,2 points. La composante évaluation actuelle ressort à 100,6 points (contre 103,6 au consensus et 103,3 en avril) et la composante des attentes à 95,3 points (vs. 95,2 au consensus et 95,2 le mois précédent).

Aux Etats-Unis, les inscriptions hebdomadaires au chômage, pour la semaine close au 18 mai, ont reculé de 1.000 à 211.000, proche d'un plus bas de cinquante ans. Le consensus tablait sur un niveau de 215.000.

Deuxième séance de forte consolidation sur le marché pétrolier avec un baril de brut léger américain (WTI) pour livraison juillet qui chute de plus de 5% à 58,2$ sur le New York Mercantile Exchange, au plus bas depuis le mois de mars, alors que le baril de Brent de la mer du Nord abandonne un peu plus de 4% à 68,02 $ à Londres.

La parité euro/dollar évolue peu, à 1,115 $.

VALEURS EN HAUSSE

* Sodexo a surnagé (+0,4%) en profitant de son statut de valeur défensive. Il s'agit de la seule valeur du CAC40 dans le vert.

* LDC s'est adjugé 0,5% à 112,5 euros. Sur l'exercice 2018-2019, le volailler a enregistré des performances un chiffre d'affaires en progression de 8% (+3,4% à périmètre et change constants) à 4,12 MdsE, un ROC de 190,1 ME, en hausse de près de 3% et au-dessus des attentes, ainsi qu'un bénéfice net de 148,7 ME, en augmentation sensible de 5,7%.

* Eutelsat a grappillé 0,3% à 16,19 euros. HSBC est passé acheteur en rehaussant sa 'fair value' de 18,5 à 19,5 euros.

* Boiron (+0,9%). Le champion de l'homéopathie a mis fin à sa mauvaise série, après cinq séances consécutives de baisse. Rappelons que la Haute Autorité de Santé (HAS) a recommandé le déremboursement des médicaments homéopathiques dans un avis adopté le 15 mai.

* Air France-KLM a terminé en hausse de 2,1% à 7,96 euros. Le dossier profite de la forte rechute du pétrole, synonyme d'allègement de sa facture carburant.

VALEURS EN BAISSE

* Rallye, qui chutait de plus de 7%, a été suspendu en matinée à Paris, tout comme Casino, qui plongeait également de 6,4. Le distributeur et sa maison-mère n'ont pour le moment pas communiqué sur les raisons de ces suspensions. Les investisseurs évoquent une restructuration de la dette du groupe, attaqué depuis plusieurs années par plusieurs fonds spéculatifs, dont Muddy Waters, qui estiment que Casino et Rallye ont trop de dettes et utilisent une comptabilité opaque pour masquer leur véritable situation financière. Jean-Charles Naouri, le patron de Casino, a toujours réfuté ces accusations.

* Derichebourg a perdu 12,2% à 3,07 euros alors que les investisseurs ont pris connaissance des comptes du 1er semestre 2018-2019, lesquels mettent en évidence une érosion de la profitabilité, du fait principalement de la baisse des volumes dans le pôle Services à l'Environnement. Le groupe a enregistré au final unrésultat net de 31,6 ME, en retrait de 16,3% par rapport au premier semestre de l'an passé, pour un chiffre d'affaires en baisse de 5,7% à 1,38 milliard d'euros.

* Schneider Electric a redonné 1,7% à 71,9 euros. UBS a revalorisé le titre de 79 à 83 euros.

* ECA Group a concédé 1,7% à 23,1 euros malgré la confirmation du contrat historique de fourniture de douze navires de chasse aux mines aux marines belge et néerlandaise, tel qu'annoncé au mois de mars dernier.

* Argan (-0,4%) a annoncé l'acquisition auprès du groupe danois DSV d'une plateforme de messagerie de 8.200 mètres carrés située sur le Port de Gennevilliers, dans les Hauts-de-Seine. Ce bâtiment qui comporte 55 portes de quais, est en partie alimenté par voie fluviale avec des conteneurs en provenance du Havre.

* La chute des cours du brut a pesé logiquement sur le compartiment pétrolier en bourse. Comme souvent, les parapétrolières sont les plus touchées à l'image de CGG qui plonge de près de 8% et de Vallourec et TechnipFMC qui abandonnent environ 5%. Total n'est pas épargné, en repli de 3,3%, alors que Maurel et Prom cède près de 6%. Le WTI a creusé ses pertes après l'ouverture de Wall Street puisque le baril de brut léger américain chutait de plus de 5% à 58,2 dollars.

* Parmi les plus fortes baisses du CAC40, STMicroelectronics a perdu 5,7% à 13,73 euros.

* Vivendi a chuté de 5% à 23,57 euros. L'opération UMG semble traîner en longueur. Neuf mois après avoir annoncé le projet de céder jusqu'à 50% d'Universal Music Group, Vivendi poursuit ses discussions avec diverses parties. Mais selon les informations obtenues par 'Bloomberg', le groupe de médias et de divertissements privilégierait désormais des acteurs industriels alors que certains fonds d'investissement rechignent à se porter candidats face au prix réclamé pour le numéro un mondial de la musique enregistrée et à la lenteur de la procédure. Selon les derniers bruits de couloir, Vivendi chercherait à obtenir une valorisation minimale de 25 à 30 milliards d'euros. Mi-avril, Vivendi avait indiqué que le processus d'ouverture du capital de sa filiale musicale se poursuivait, comme annoncé précédemment. "Vivendi s'est donné pour objectif, en liaison étroite avec les équipes d'UMG, de céder jusqu'à 50% du capital à un ou plusieurs partenaires susceptibles d'accélérer le développement et d'accroître la valorisation d'UMG..."

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com