Cotation du 22/10/2018 à 18h05 CAC 40 -0,62% 5 053,31
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : le CAC40 plonge, avec le luxe...

Clôture Paris : le CAC40 plonge, avec le luxe...
Clôture Paris : le CAC40 plonge, avec le luxe...
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Craintes d'un Brexit "dur", risques croissants en Italie, hausse des taux aux Etats-Unis, inquiétudes concernant la croissance chinoise, conflits commerciaux en cours, notamment entre les Etats-Unis et la Chine, révision à la baisse des projections de croissance mondiale du FMI... Autant d'éléments qui plombent le moral des investisseurs en ce mois d'octobre. De quoi faire plonger le CAC 40 de 2,11% ce mercredi, à 5.206 points en clôture... Sur l'indice, les valeurs du luxe sont particulièrement malmenées, avec principalement une chute de près de 10% pour Kering. Outre-Atlantique, Wall Street baisse fortement également en ce milieu de semaine, après les commentaires peu encourageants de Donald Trump sur les relations commerciales avec la Chine, le tout sur fond de hausse des taux de la Fed, en attendant une avalanche de publications trimestrielles d'entreprises US dans les prochaines semaines... A noter que les prix du pétrole s'affichent aussi en net recul pour le moment.

Le CAC 40 perd désormais 2% sur 2018...

ECO ET DEVISES

Donald Trump a balayé hier mardi les espoirs d'un accord commercial à court terme avec la Chine. Ainsi, Trump juge que Pékin n'est toujours pas prêt à conclure un accord. S'exprimant à la Maison Blanche, devant les journalistes, le Président américain a confirmé sa menace antérieure de taxer la quasi-totalité des importations chinoises. Le leader américain envisage donc des taxes douanières additionnelles portant sur 267 milliards de dollars d'importations chinoises ! "La Chine veut conclure un accord, mais je dis qu'ils ne sont pas encore prêts", a lancé Trump, qui dit avoir annulé plusieurs rencontres.

D'après les informations de Reuters, La Banque d'Angleterre (BoE) a demandé aux établissements financiers britanniques de procéder à des vérifications de leur bilan toutes les six heures dans les jours qui suivraient un éventuel Brexit dur, c'est-à-dire sans accord passé avec l'Union européenne, et ce afin d'éviter une brutale raréfaction du crédit...

Après l'OCDE, le Fonds monétaire international a revu à son tour en baisse ses prévisions de croissance pour l'économie mondiale. "Et des nuages s'annoncent à l'horizon. La croissance s'est avérée moins équilibrée qu'on ne l'espérait. Non seulement certains des risques de dégradation que nous avions recensés dans notre dernier rapport sur les Perspectives de l'économie mondiale se sont matérialisés, mais de plus, la probabilité de nouveaux chocs sur notre prévision de croissance a augmenté. Par ailleurs, dans plusieurs grands pays, la croissance est portée par des politiques qui semblent intenables à long terme. Il est donc urgent pour les dirigeants de passer à l'action", souligne l'Institution basée à Washington. Les prévisions pour la Chine, les Etats-Unis et l'Europe sont ainsi revues à la baisse...

L'indice américain des prix à la production pour le mois de septembre 2018 est ressorti en augmentation de 0,2% en comparaison du mois antérieur, contre un consensus de place de +0,2% et une lecture de -0,1% un mois avant. Le 'PPI' s'est apprécié également de 0,2% hors alimentaire et énergie, conformément aux attentes de marché. Les prix producteurs progressent de 2,6% en glissement annuel et de 2,5% hors alimentaire et énergie, en comparaison du mois de septembre 2017.

L'indice des anticipations d'inflation de la Fed d'Atlanta pour le mois d'octobre 2018 s'est établi à +2,3% selon le rapport du jour, contre +2,2% pour sa lecture du mois antérieur. L'indicateur mesure les anticipations d'inflation à un an du point de vue des firmes.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1526$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 73,2$ et le Brent s'affiche à 83,4$.

VALEURS EN HAUSSE

* Iliad se distingue en hausse de 3,9%. Raymond James a réitéré son avis 'surperformer' sur la valeur associé à un objectif de cours de 240 euros. En début de semaine, Macquarie était déjà passé de "sous-performance" à "neutre" sur la maison-mère de Free, en remontant de 80 à 100 euros son objectif.

* Fnac Darty se reprend après 4 séances consécutives de baisse, en progression de 3,7%.

* Sur le CAC40, Carrefour, à contre-sens, progresse de 1,9% avec Orange (+1,8%) ou encore Sanofi (+1,4%).

* Les banques "surperforment" la tendance : Société Générale gagne 1,1% avec BNP Paribas (+0,5%) ou encore Crédit Agricole (+0,3%).

VALEURS EN BAISSE

* Kering chute de 9,6% avec Hermes International (-5%). C'est principalement la confirmation du renforcement des contrôles des autorités douanières chinoises lors du retour au pays de touristes chinois qui pèse sur l'industrie cet après-midi. Lors d'une conférence analystes, Jean-Jacques Guiony, le directeur financier de LVMH, a affirmé: "Les autorités chinoises ont certaines lois qui sont parfois appliquées avec encore plus de force, comme nous le voyons actuellement". Le dirigeant a par ailleurs indiqué être "prudemment confiant" pour le reste de l'année...

* LVMH recule de 7,1% à malgré une croissance organique de 10% au troisième trimestre, en ligne avec les attentes du marché. Très attendue, la division mode-maroquinerie qui loge Dior et Louis Vuitton, principal centre de profits du groupe, a vu sa croissance organique atteindre 14% au lieu des 12% prévus, après une hausse de 15% au premier semestre. L'origine du flux vendeur semble à mettre à l'actif de Morgan Stanley qui a dégradé le secteur du luxe de 'neutre' à 'sous-pondérer'. Morgan Stanley constate une préférence des investisseurs pour les actions 'value' par rapport aux valeurs 'croissance' à un moment où le BPA et le dynamisme des ventes de sociétés telles que Kering ralentit. Les titres des groupes de luxe "sont vulnérables face à une sous-performance générale de la croissance par rapport à la value", estime Morgan Stanley.

* STMicroelectronics (-5,8%) continue de payer un lourd tribut aux inquiétudes des investisseurs sur le cycle économique et le marché automobile. Capgemini plonge aussi de 5,7%.

* Atos (-2,5%) a finalisé l'acquisition de Syntel Inc, société internationale de technologie d'information intégrée et de services de traitement de données basée dans le Michigan. Elle a généré un chiffre d'affaires de 924 millions de dollars en 2017, dont 89% en Amérique du nord, 25% de marge opérationnelle et environ environ 40% de ses activités dans le digital, l'automatisation et la robotisation et l'assurance.

* Eiffage (-1,9% ) a remporté le contrat pour la conception et la construction de l'aménagement d'une centrale hydroélectrique de 44 MW en Côte d'Ivoire pour un montant de près de 110 millions d'euros. Ivoire Hydro Energy, qui vient de signer avec l'État de Côte d'Ivoire le premier avenant à la convention de concession de l'aménagement hydroélectrique de Singrobo-Ahouaty, a confié à Eiffage ce contrat clé en main.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com