Cotation du 22/03/2019 à 18h05 CAC 40 -2,02% 5 269,92
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : le CAC40 plombé par les craintes sur l'économie mondiale

Clôture Paris : le CAC40 plombé par les craintes sur l'économie mondiale
Clôture Paris : le CAC40 plombé par les craintes sur l'économie mondiale
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Le CAC 40, en baisse de 0,70% ce vendredi, à 5.231 points en clôture, vient d'enregistrer une troisième séance consécutive de correction. Les opérateurs, déjà déprimés par les annonces de la BCE hier et les derniers indicateurs économiques inquiétants en provenance de Chine ou encore d'Allemagne, ont pris connaissance aujourd'hui d'un rapport mensuel de l'emploi US déconcertant... Les Etats-Unis ont en effet créé seulement 20.000 emplois en février, soit le plus faible niveau depuis 17 mois ! Du côté des valeurs à Paris, EssilorLuxottica est la lanterne rouge de du CAC 40 ce vendredi, après la publication des résultats 2018. Outre-Atlantique, Wall Street s'oriente actuellement vers une cinquième séance de baisse d'affilée...

ECO ET DEVISES

D'après le rapport du Département américain au travail, les créations d'emplois non-agricoles aux États-Unis pour le mois de février 2019 sont ressorties au nombre de seulement 20.000 (plus faible niveau en 17 mois), contre un consensus de place de 175.000... Le taux de chômage s'affiche désormais à 3,8%, contre 3,9% de consensus et 4% un mois avant. En février, le taux de participation à la force de travail est resté à 63,2%, et le ratio emploi sur population s'est élevé à 60,7%, stable également. Les revenus horaires moyens sont en hausse de 0,4% par rapport au mois précédent (contre 0,3% de consensus), et progressent de 3,4% en glissement annuel (contre 3,3% de consensus). Les créations de postes pour décembre 2018 sont révisées en hausse, à 227.000 (contre 222.000 en première lecture), et celles de janvier 2019 s'affichent désormais à 311.000 (contre 304.000 pour la précédente lecture).

Selon un rapport gouvernemental aux États-Unis, les mises en chantier de logements pour le mois de janvier 2019 sont ressorties au nombre de 1,23 million d'unités, contre 1,17 million de consensus et 1,037 million un mois auparavant. Les permis de construire, quant à eux, se sont établis à 1,345 million, contre 1,287 million de consensus et 1,326 million un mois plus tôt.

L'ambassadeur américain en Chine, Terry Branstad, a expliqué au Wall Street Journal qu'il n'y avait toujours pas de date prévue pour un éventuel sommet entre la Chine et les Etats-Unis pour résoudre le conflit commercial qui oppose les deux pays. Les préparatifs en vue d'une telle réunion ne sont pas non plus encore en cours. Selon l'ambassadeurs, les négociateurs doivent encore réduire davantage l'écart entre leurs positions pour parvenir à un réel accord. "Nous n'y sommes pas encore", a-t-il indiqué au WSJ, laissant entendre tout de même que d'importants progrès avaient été faits...

Confrontée à un ralentissement de son économie sur fond de conflit commercial avec les Etats-Unis, la Chine a enregistré des exportations en recul de plus de 20% sur un an en février (plus forte baisse depuis février 2016). Les importations diminuent également (-5,2%), pour un troisième mois consécutif. L'excédent commercial du pays avec les USA s'est ainsi réduit en février, à près de 15 Mds$, contre un peu plus de 27 Mds$ en janvier. La bourse de Shanghai a plongé de 4,4% cette nuit...

En Europe, les commandes à l'industrie allemandes ont enregistré leur plus fort recul en sept mois en janvier (-2,6%). Le consensus de place anticipait une légère progression... Les données du mois de décembre ont en revanche été revues à la hausse, passant de -1,6% en première lecture, à +0,9% en lecture révisée.

Rebond de la production industrielle en janvier. Selon les données de l'Insee, la production industrielle a progressé de 1,3% au cours du premier mois de l'année après être restée stable au mois précédent. Le consensus tablait sur une hausse limitée à 0,1%. La production accélère également dans l'industrie manufacturière (+1,0% après +0,4%).

Le déficit commercial de la France s'est creusé de 0,6 milliard d'euros en janvier pour s'établir à 4,2 MdsE, sous l'effet conjoint du repli des exportations (-0,4 MdE) et de la légère hausse des importations (+0,2 MdE). Le marché tablait sur un déficit de 4,9 MdsE.

Au Royaume-Uni, Theresa May n'exclut pas un nouveau référendum sur le Brexit si la sortie du pays de l'UE était repoussée... Le Parlement britannique doit à nouveau se prononcer sur l'accord de retrait mardi prochain, 12 mars.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1242$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 55$ et le Brent s'affiche à 64,5$.

VALEURS EN HAUSSE

* Albioma gagne 7,4% alors que le chiffre d'affaires du groupe a progressé de 6% à 428,3 millions d'euros (4% hors effet prix des combustibles) grâce à la hausse des primes fixes liée à l'indexation contractuelle et aux récents avenants aux contrats signés avec EDF, et avec la mise en service de Galion 2. Sous les mêmes effets, l'EBITDA de l'exercice a progressé de 18% à 162,6 millions d'euros et le résultat net part du Groupe est en forte croissance de 18% à 44,2 millions d'euros. Le Conseil d'Administration proposera à l'Assemblée Générale des actionnaires la distribution d'un dividende de 0,65 euro par action, en hausse de 8% par rapport à 2018, avec option pour le paiement de 50% en actions nouvelles. Pour 2019, le Groupe annonce des objectifs d'EBITDA de 168 à 178 millions d'euros et de résultat net part du Groupe de 38 à 44 millions d'euros.

* Amoeba gagne 6,3% après la publication d'une étude montrant de nouveaux progrès de sa substance active dans la protection des plantes.

* Unibail-WFD monte de 1,8% pour sa deuxième séance consécutive de progression.

* Orange gagne encore 1%, après avoir déjà progressé de 1,2% hier.

* Sanofi progresse de 0,2%. La Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a accordé un examen prioritaire à la demande supplémentaire de licence de produit biologique (sBLA, supplemental Biologics License Application) relative à Dupixent (dupilumab) dans le traitement adjuvant d`entretien de la polypose nasosinusienne sévère (PNS), inadéquatement contrôlée, de l'adulte. Les patients souffrant de polypose nasosinusienne sévère présentent souvent des rechutes en dépit d'une chirurgie ou d'une corticothérapie systémique antérieure, ou les deux. La FDA devrait rendre sa décision le 26 juin 2019. Il n'existe pour l'heure aucun médicament biologique approuvé par la FDA pour le traitement de la polypose nasosinusienne sévère, une maladie chronique des voies respiratoires supérieures principalement modulée par une inflammation de type 2 et caractérisée par la présence de polypes obstruant les sinus et les cavités nasales.

VALEURS EN BAISSE

* CGG cède 7,6% après une ouverture en forte baisse. Si le groupe parapétrolier a dégagé un cash-flow net positif de 21 M$ au quatrième trimestre 2018, la perte opérationnelle s'est creusée à 282 M$ et le déficit net s'est élargi à 790 M$. La dette nette est de 733 ME et les liquidités de 434 M$ après un cash-flow net négatif de 124 M$ sur l'année. Le Ratio de levier financier est de 1,3x. Le groupe vise cette année un chiffre d'affaires des activités en croissance à un chiffre en haut de fourchette, en ligne avec la croissance des dépenses E&P. La Marge d'EBITDA des activités sera de l'ordre de 45%, en fonction du mix du chiffre d'affaires. Le Résultat opérationnel des activités s'inscrira à 75-125 M$, après amortissements multi-clients de (365)-(385) M$. Le cash-flow libre des activités sera de l'ordre de 175-200 M$. Sophie Zurquiyah, Directeur Général de CGG, a déclaré : "Nous attendons pour 2019 une croissance en ligne avec le marché. Nous restons concentrés sur la génération de cash et sommes en bonne voie pour atteindre notre plan 2021".

* Les autres valeurs liées au secteur pétrolier reculent aussi : Vallourec reperd 6,5% et TechnipFMC cède 2,9%.

* EssilorLuxottica perd 6,3%. Sur l'exercice 2018, le leader mondial de l'optique enregistre un chiffre d'affaires pro forma de 16,160 milliards d'euros, en croissance de 3,2% à taux de change constants (en recul de 1,2% en publié). Essilor et Luxottica ont tous deux contribué à cette hausse. Le résultat opérationnel pro forma ajusté atteint 2,572 milliards d'euros, en hausse de 1,2% à taux de change constants mais en repli de 4,8% en publié. La marge opérationnelle pro forma ajustée ressort à 15,9%, soit une quasi stabilité à taux de change constants. Le résultat net pro forma ajusté recule de 1,7% à 1,871 MdE. La dette nette au 31 décembre 2018 s'élevait à 1,9 MdE, ce qui reflète la capacité du groupe à générer une importante trésorerie. Le Conseil d'administration proposera à l'Assemblée générale du 16 mai 2019 la distribution d'un dividende de 2,04 euros par action. En 2019, le groupe prévoit les performances suivantes, synergies incluses, et à taux de change constants : une croissance du chiffre d'affaires comprise entre 3,5% et 5%, une hausse du résultat opérationnel ajusté représentant 0,8 à 1,2 fois celle du chiffre d'affaires ; et une croissance du résultat net ajusté comprise entre 1 et 1,5 fois celle du chiffre d'affaires. EssilorLuxottica confirme par ailleurs l'objectif de synergies de 420 à 600 ME de résultat opérationnel dans les cinq ans à venir.

* Iliad chute de 5,3%. Un flux vendeur à relier à une note d'Exane BNP Paribas qui a dégradé le titre de l'opérateur de 'neutre' à 'sous-performer'.

* ArcelorMittal perd aussi 3,1% pour sa quatrième séance consécutive de correction.

* Les bancaires, plombées hier par les annonces de la BCE, reste déprimées, avec Société Générale (-2,5%), BNP Paribas (-1,9%) ou encore Crédit Agricole (-0,5%).

* SpineGuard (-2,3%) a annoncé l'obtention d'un brevet de cartographie des structures osseuses par ultrasons au Japon. Ce brevet décrit une nouvelle façon d'utiliser les ultrasons pour cartographier des structures osseuses et notamment la colonne vertébrale à travers les tissus mous. Il a le potentiel de réduire le recours aux rayons X pour le guidage percutané d'instruments ou d'implants, en association avec des systèmes tels que les robots chirurgicaux, les plateformes de navigation et les instruments de perçage PediGuard. Ce brevet, déjà obtenu en France, vient d'être délivré au Japon, 3ème marché mondial pour la chirurgie de la colonne vertébrale où se situent d'importants industriels spécialisés en imagerie ultrasonore. Il a également été déposé aux États-Unis, où il est en cours d'examen.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com