Cotation du 14/08/2020 à 18h05 CAC 40 -1,58% 4 962,93
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : le CAC40 perd encore 1,43%

Clôture Paris : le CAC40 perd encore 1,43%
Clôture Paris : le CAC40 perd encore 1,43%
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

La bourse de Paris qui a tenté de se reprendre en matinée a finalement replongé pour terminer en recul de 1,43% à 4.783 pts, affichant un retard de 3,5% sur la semaine. Les publications semestrielles ont encore rythmé la séance avec des sanctions sévères à noter chez Lagardere, Legrand ou Vinci, sans oublier Renault qui poursuit sa chute après l'annonce de pertes historiques hier...

ECO ET DEVISES

En Europe, les opérateurs ont pris connaissance ce jour d'une chute record du PIB français pour le deuxième trimestre. Le PIB, corrigé des variations saisonnières, a diminué pour sa part de 12,1% dans la zone euro au deuxième trimestre, période toujours marquée par les mesures de confinement liées au Covid-19 dans la plupart des États membres. Il s'agit de loin du recul le plus important depuis le début de la création de la série statistique en 1995, note Eurostat. Cette évolution, provisoire, est toutefois conforme aux attentes du marché. Au cours du premier trimestre, le PIB avait diminué de 3,6% dans la zone euro.

L'inflation accélère par ailleurs dans la zone euro. En juillet, un mois au cours duquel des mesures de confinement du COVID-19 ont continué d'être levées, le taux d'inflation annuel de la zone euro est estimé à 0,4%, contre 0,3% en juin, selon une estimation rapide publiée par Eurostat. Le marché attendait un niveau de +0,2%. L'inflation annuelle 'core' est de son côté estimée à 1,2% après +0,8% le mois précédent, et contre un consensus de +0,8%.

Sur le front épidémique, selon l'Université Johns Hopkins qui fait référence en la matière, 17,335 millions de cas confirmés ont été recensés dans le monde depuis le début de l'épidémie, dont près de 4,5 millions aux USA, 2,61 millions au Brésil, 1,64 million en Inde et 838.461 en Russie. La pandémie a fait 673.936 victimes dans le monde, dont 152.075 morts aux Etats-Unis, 91.263 au Brésil, et plus de 46.000 au Royaume-Uni ou au Mexique. L'Inde recense 35.745 morts.
Sur les devises, l'euro culmine à 1,1825/$. Le brent stagne à 43$.

VALEURS EN HAUSSE

Nokia : +11%. L'équipementier télécoms a dévoilé des résultats trimestriels supérieurs aux attentes des analystes et a relevé sa guidance annuelle après avoir réduit ses coûts et révisé ses produits afin de rattraper son retard dans la course à la 5G. Le groupe scandinave a réalisé au deuxième trimestre un profit net de 170 millions d'euros contre une perte de 57 ME un an auparavant pour un chiffre d'affaires net en repli de 11% à 5,09 MdsE. "Au deuxième trimestre 2020, nous estimons que le Covid-19 a eu un impact net négatif d'environ 300 millions d'euros sur notre chiffre d'affaires net", précise le groupe. "Nous prévoyons que la majorité des ventes manquées au cours du trimestre en raison de Covid-19 se reporteront sur les périodes futures". La marge opérationnelle ajustée s'est améliorée de 40 points de base à 8,3%.
Sur l'ensemble de l'exercice, la société prévoit désormais un bpa dilué de 0,25 euro, plus ou moins 5 centimes, contre une prévision précédente de 0,23 euro. Sa marge opérationnelle est anticipée à environ 9,5% (contre 9% auparavant), plus ou moins 1,5 point. Le free cash-flow récurrent est attendu clairement positif.

Mersen grimpe de 10% ce vendredi après avoir publié son chiffre d'affaires du deuxième trimestre et ses résultats semestriels pour la période clôturée au 30 juin 2020. Mersen a réalisé au 2ème trimestre 2020 un chiffre d'affaires consolidé de 205 millions d'euros, en repli de 18% à périmètre et changes constants par rapport au 2ème trimestre 2019. En tenant compte de la contribution des sociétés acquises en 2019 ou début 2020, le chiffre d'affaires est en retrait de près de 16%. Mersen a réalisé au premier semestre 2020 un chiffre d'affaires consolidé de 430 millions d'euros, en repli organique de 13,4% par rapport à la même période de l'année dernière. En tenant compte des effets de change et de l'intégration des sociétés acquises en 2019 ou début 2020, la décroissance est contenue à 11,1%.

Suez : +8,5%, dopé par le retour de la spéculation concernant la participation de 32% d'Engie au tour de table. Jean-Pierre Clamadieu, le président du conseil d'administration de l'énergéticien, a déclaré ce matin que son groupe envisageait toutes les possibilités : "concernant Suez, je dirais que tout est ouvert tout comme pour d'autres positions similaires que nous détenons dans d'autres entités cotées". Des déclarations qui interviennent alors qu'Engie s'apprête à accélérer son développement sur ses priorités stratégique en multipliant les cessions d'actifs...
Les rumeurs autour de la participation d'Engie au capital de Suez sont récurrentes depuis que le groupe a laissé expirer un pacte d'actionnaires sur le contrôle de la société en 2013.

DBV : +8% après les comptes avec Verallia qui réagit aussi favorablement à ses publications (+7%)

Genfit : +6,% avec Vallourec, Tarkett, Vetoquinol

Korian bondit de 5,5% en cette fin de semaine, dopé par son optimisme pour la fin d'année. Le spécialiste des maisons des retraites et gérant de nombreux Ehpad en France a dit s'attendre 'à une activité soutenue au 2ème semestre 2020'. Au premier semestre, le groupe a réalisé un résultat opérationnel courant de 121,2 millions d'euros, soit 6,5% du chiffre d'affaires, contre 9,2% sur la même période de l'exercice précédent. Le résultat net a atteint 20,3 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 941,6 ME, en hausse de 8% et en croissance organique de 3,7%, incluant les premiers effets défavorables liés à la pandémie de Covid-19 à compter du mois de mars en Italie.

Covivio : +5% avec EOS, Casino

Atari : +4% suivi de Innate

Engie (+4%) a vu son résultat net récurrent être divisé par plus de deux à 0,7 milliard d'euros pour un chiffre d'affaires en repli de 9,3% à 27,4 MdsE (-8,8% en organique). Le résultat opérationnel courant a reculé de 30,8% à 2,2 milliards d'euros, pénalisé par les effets du coronavirus à hauteur de 850 ME. Le Groupe prévoit un résultat net récurrent part du groupe pour 2020 entre 1,7 et 1,9 milliard d'euros. Cet objectif repose sur une fourchette indicative d'EBITDA de 9,0 à 9,2 milliards d'euros et un ROC entre 4,2 et 4,4 milliards d'euros. La firme anticipe également un ratio dette nette / EBITDA économique supérieur à 4,0x pour 2020 et inférieur ou égal à 4,0x sur le long terme. Avant la crise sanitaire, fin février, Engie visait pour 2020 un résultat net récurrent part du groupe compris entre 2,7 et 2,9 MdsE, sur la base d'un Ebitda prévisionnel de 10,5 à 10,9 MdsE.

SoiTec : +3% avec Vicat, Aubay, Infotel, Worldline

Euronext : +2% avec Thermador après ses comptes

VALEURS EN BAISSE

Lagardère plonge de 9,5%, sanctionné après l'annonce de résultats déficitaires au premier semestre. Le groupe a essuyé une perte nette de 481 millions d'euros contre un profit de 52 ME un an plus tôt pour un chiffre d'affaires de 2,088 milliards d'euros, en repli de 38% en données comparables. Le résultat opérationnel courant est ressorti à -218 ME contre +88 ME en 2019.

Renault perd encore 8%, sous le coup des énormes pertes semestrielles publiées hier.

CGG : -7,5% avec Geci, Navya et Vinci (-6,5%) après les comptes

Legrand recule de 5,5%. Le résultat opérationnel ajusté ressort sur le premier semestre 2020 à 496,9 ME, soit 17,5% des ventes, en retrait de -25% par rapport au premier semestre 2019. La marge opérationnelle ajustée avant acquisitions (à périmètre 2019) est de 17,1% des ventes. Dans un contexte de recul significatif et soudain des volumes d'activité, la baisse limitée par rapport au premier semestre 2019 traduit la réactivité du Groupe dans la mise en place de mesures d'adaptation à la crise.

Manitou : -5,5% avec Séché, EDF et Safran

Thales : -4% avec Faurecia

FDJ : -3,5% suivi de Saint-Gobain, Publicis, Peugeot, Valeo

Air France KLM cède 2,5% au lendemain de l'annonce d'une perte nette record de 2,612 milliards d'euros au deuxième trimestre. Sur la période, le transporteur a également affiché une perte opérationnelle de 1,55 milliard d'euros, contre un résultat positif de 423 ME l'année dernière pour un chiffre d'affaires en baisse de 83%, à 1,182 MdE. Le consensus fourni par la compagnie aérienne attendait, en moyenne, une perte nette de 1,57 milliard d'euros pour des revenus de 1,09 MdE. La perte opérationnelle était anticipée à 1,71 MdE.

Amundi : -2% avec Michelin, Kering, Airbus, AXA, Total et LVMH

BNP Paribas (-0,7%) a dévoilé des résultats supérieurs aux attentes du marché au deuxième trimestre à la faveur d'un retour à meilleure fortune dans ses activités de marché et grâce à des provisions pour mauvaises créances moins importantes que prévu. La banque de la rue d'Antin a ainsi enregistré sur la période un bénéfice net part du Groupe de 2,299 milliards d'euros, en baisse de 6,8% (-9,9% hors éléments exceptionnels) pour un produit net bancaire de 11,675 milliards d'euros, en hausse de 4,0%. Le consensus 'Bloomberg' attendait un profit net de 1,49 milliard d'euros pour des revenus de 10,85 MdsE, dont 3,22 MdsE pour la banque d'investissement (CIB). Le résultat brut d'exploitation s'établit à 4,337 MdsE (+14,5%). Très surveillées par les opérateurs, les provisions destinées à couvrir les risques de non-remboursement de crédits ont grimpé à 1,447 milliard d'euros contre 621 ME un an plus tôt. Le consensus s'attendait toutefois à un montant plus élevé.

L'Oreal (-0,5%) au lendemain de sa publication intermédiaire. Le numéro un mondial des cosmétiques a vu son chiffre d'affaires reculer de 18,8% à 5,85 milliards d'euros (à données comparables) au deuxième trimestre. La division Cosmétique Active affiche à nouveau une belle performance avec une croissance interne de 4,4%. A l'inverse, les branches 'Produits Professionnels' (-31,7%) et Luxe (-24,7%) ont souffert avec la crise. Le consensus 'Bloomberg' attendait des ventes nettes de 6,16 MdsE, en repli de 14,3% à périmètre comparable. La marge opérationnelle s'est établie à 18% à la fin du premier semestre, en légère baisse par rapport à celle de 18,6% enregistrée fin 2019. Le bénéfice net a atteint 2,14 milliards à fin juin contre 2,47 MdsE un an plus tôt.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !