Cotation du 09/04/2021 à 18h05 CAC 40 +0,06% 6 169,41
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : le CAC40 perd 1,39%

Clôture Paris : le CAC40 perd 1,39%
Clôture Paris : le CAC40 perd 1,39%
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Le CAC40 a perdu 1,39% à 5.703 pts ce vendredi sur fond de tensions sur les taux longs et de prises de bénéfices appuyées. La cote américaine reste aussi sous pression sur des craintes liées essentiellement au retour de l'inflation, alors que l'économie US poursuit sa reprise... Le baril de brut WTI retombe un peu de 1,8% sur le Nymex à 62,45$. Le bitcoin cède 6% sur Bitfinex à environ 48.230$.

ECO ET DEVISES

Selon le rapport gouvernemental US du jour, les revenus personnels des ménages américains pour le mois de janvier sont ressortis en augmentation de 10% en comparaison du mois antérieur, contre 9,4% de consensus. Les dépenses personnelles de consommation se sont améliorées quant à elles de 2,4% par rapport au mois précédent, contre 2,2% de consensus. L'indice des prix 'core PCE' a grimpé de 0,3% en comparaison du mois antérieur, contre 0,1% de consensus.
L'indice final du sentiment des consommateurs américains mesuré par l'Université du Michigan pour le mois de février est ressorti à 76,8, contre un consensus de marché de 76,4 et un niveau antérieur de 76,2 (lecture préliminaire de février).
Sur les devises, l'euro revient à 1,2120/$ entre banques.

VALEURS EN HAUSSE

Teleperformance (+6,5%) a fait état d'une très bonne résilience des résultats financiers en 2020. Le chiffre d'affaires s'affiche à 5,732 milliards d'euros, en hausse de 11,6% à données comparables et de 7% à données publiées, avec une accélération à +23,3% à données comparables au 4ème trimestre 2020. L'EBITA courant ressort à 735 millions d'euros, soit un taux de marge sur CA de 12,8%, avec une marge de 15,7% sur le second semestre 2020 identique à celle 'pré-Covid' du 2nd semestre 2019. Le résultat net part du groupe se monte à 324 millions d'euros. Le cash-flow net disponible ressort à 487 millions d'euros, en vive hausse de 52% par rapport à 2019. Le dividende par action proposé est de 2,40 euros, stable en comparaison de 2019.
Le groupe évoque également une forte dynamique commerciale soutenue par une "forte digitalisation de l'environnement" : 26% de l'activité est réalisée auprès de clients acteurs majeurs de l'économie numérique, contre 21% en 2019.
Fort d'un développement commercial dynamique en 2020 et de l'accélération continue de sa transformation, Teleperformance aborde l'année 2021 avec confiance et vise une croissance organique d'au moins 9%, un taux de marge d'EBITA courant sur chiffre d'affaires supérieur à 14% et l'intégration de la société Health Advocate dans le groupe au cours du 2ème trimestre.
L'activité du 1er semestre 2021 bénéficiera en particulier de la très bonne dynamique commerciale enregistrée tout au long de l'année 2020 et d'un effet de base favorable lié au début de la crise sanitaire mondiale en mars 2020.
Teleperformance maintient également ses objectifs financiers 2022, reflet de sa confiance dans l'avenir pour répondre efficacement à l'évolution permanente des besoins de ses clients. Le groupe vise un chiffre d'affaires d'environ 7 milliards d'euros, incluant des acquisitions dans les services à forte valeur ajoutée, pour un taux de marge d'EBITA sur CA voisin de 14,5%.

Technip Energies : +4,8%. Le groupe a communiqué la performance financière de la Société pour l'ensemble de l'exercice 2020 (non audité) qui a été préparée sur la même base que les informations financières historiques publiées dans le prospectus de la Société daté du 9 février 2021.
Les États financiers combinés audités de la Société pour l'exercice clos le 31 décembre 2020 seront disponibles en mars 2021. L'information financière relative à l'exercice 2020 de la Société présentée ci-dessous diffère des informations financières relatives à l'activité de Technip Energies dans le communiqué de presse publié le 24 février 2021 par TechnipFMC plc uniquement en raison de l'application de normes comptables et de base de préparation différentes. TechnipFMC détient à ce jour 49,9% du capital de la Société.
Le Chiffre d'affaires ajusté de 2020 a augmenté de 9% par rapport à l'exercice précédent, ce qui démontre la force du modèle économique de la société et la bonne exécution des projets malgré un environnement difficile. La montée en puissance du projet Arctic LNG 2 et la poursuite de l'exécution d'un portefeuille de projets en phase de procurement et de construction ont plus que compensé la baisse des revenus de Yamal LNG et contribuent à la croissance sur l'exercice. La Marge d'EBIT Récurrent Ajustée a diminué de 120 points de base pour atteindre 5,9% en raison de la baisse attendue de la contribution des projets en phase d'achèvement, y compris du projet Yamal LNG, partiellement compensée par la bonne exécution du reste du portefeuille de projets et des initiatives de réduction des coûts. Ces mêmes facteurs sont à l'origine d'une baisse de 10% de l'EBIT récurrent ajusté par rapport à l'exercice précédent.
Le Résultat net ajusté a augmenté de 78% par rapport à l'exercice précédent pour atteindre 220 millions d'euros, notamment du fait d'un taux d'imposition effectif sensiblement inférieur.
En fin d'exercice 2020, le carnet de commandes s'élevait à 2,1 fois le chiffre d'affaires ajusté.

DMS : +4% avec Nexans (+3,3%)

Saint-Gobain (+3%) Le chiffre d'affaires du Groupe a progressé à données comparables de +4,8% au second semestre (dont un effet volumes de +3,4% et un effet prix de +1,4%), limitant le repli à -3,8% sur l'année.
Le résultat d'exploitation progresse au second semestre de +15,8% en réel à 2,028 MdsE et de +22,4% à structure et taux de change comparables, limitant le repli sur l'année à respectivement -15,8% et -12,3%. La marge d'exploitation du Groupe progresse à 10% du chiffre d'affaires au second semestre 2020 (8,4% au second semestre 2019), soit 7,5% sur l'année (contre 8,0% en 2019). L'EBITDA augmente de +13,3% au second semestre à 2,78 MdsE, limitant le recul à -9,3% sur l'année. La marge d'EBITDA du Groupe progresse à 13,7% au second semestre 2020 (11,7% au second semestre 2019), ainsi que sur l'ensemble de l'année à 11,6% (11,4% en 2019).
Le résultat opérationnel s'établit à 1,432 MdE en 2020 (2,553 MdsE en 2019).
Le résultat net courant (hors plus et moins-values, dépréciations d'actifs et provisions non récurrentes significatives) ressort à 1,470 MdE, en baisse de -23,2%. Sur le second semestre 2020, il atteint un record historique à 1 198 ME, en progression de +23,4% par rapport au second semestre 2019.
Le résultat net part du Groupe s'inscrit à 456 ME (1,406 MdE en 2019). Le cash flow libre s'accroît de +63,9% à un niveau record de 3,044 MdsE, à 8% du chiffre d'affaires (4,4% en 2019), avec un taux de conversion de cash flow libre en hausse à 81% (44% en 2019), notamment grâce à une nette amélioration du Besoin en Fonds de Roulement (BFR), à la baisse des investissements industriels et au recul des charges hors exploitation. Le BFR d'exploitation s'établit à 18 jours de chiffre d'affaires à fin décembre 2020 à un niveau historiquement bas (27 jours à fin décembre 2019, bénéficiant environ pour moitié d'un gain structurel et pour moitié d'un gain exceptionnel).
L'endettement net s'inscrit en forte baisse à 7,2 MdsE fin 2020 (10,5 MdsE fin 2019), principalement grâce à la génération d'un cash flow libre en croissance significative, au classement comptable en passifs destinés à la vente de l'endettement des sociétés en cours de cession pour 0,15 MdE, ainsi qu'au montant des cessions nettes des acquisitions pour environ 1,2 MdE. La cession de la participation de 10,75% du capital de Sika pour un montant de 2,4 MdsE s'est en effet traduite par un gain net en cash de 1,5 MdE. Hors IFRS 16, l'endettement net se replie à 4,1 MdsE fin 2020 (7,3 MdsE fin 2019). L'endettement net s'élève à 39% des fonds propres (capitaux propres de l'ensemble consolidé), contre 53% au 31 décembre 2019.
Le ratio "dette nette sur EBITDA" s'établit à 1,6 (1,1 hors IFRS 16) contre 2,2 (1,8 hors IFRS 16) au 31 décembre 2019.
Au second semestre 2020, le Groupe a réduit le nombre de titres en circulation à 530 millions à fin décembre 2020 (542 millions à fin décembre 2019)
Le Conseil d'administration de la Compagnie a décidé de confirmer sa proposition pour l'Assemblée Générale du 3 juin 2021 de distribuer en espèces un dividende de 1,33 euro par action. Ce dividende représente 48% du résultat net courant, soit un rendement de 3,5% sur la base du cours de clôture au 31 décembre 2020 (37,5 euros). La date de détachement ('ex date') est fixée au 7 juin. La mise en paiement du dividende interviendra le 9 juin 2021.
Le Conseil a confirmé par ailleurs le maintien de sa politique de dividende qui privilégie un paiement en espèces et vise un taux de distribution normalisé de 35% à 40% du résultat net courant, taux dépassé pour le dividende au titre de 2020 dans le contexte de la pandémie.

Beneteau : +2,7% suivi de SES (+2,2%), Groupe Gorgé et IPSOS.

Séché : +1,5% avec Vallourec, Air France KLM, Tarkett, JC Decaux, Michelin

Argan : +1% avec Lectra, Savencia

Bonduelle : +0,5% avec Sanofi, SoiTec, Alten et Suez.

VALEURS EN BAISSE

Lysogène : -5,5% avec Elior et Rallye

Casino : -5% avec Geci et 2CRSI

SopraSteria (-4,5%) a publié des comptes 2020 encore soutenus par la transformation digitale, démontrant avec une forte capacité de résistance dans un contexte 2020 difficile. Le recul organique du chiffre d'affaires consolidé a été contenu à seulement 4,8%, alors que la pandémie de COVID-19 et la cyberattaque d'octobre 2020 ont eu un impact négatif sur l'activité estimé à environ 10 points de croissance. Les mesures d'adaptation prises ont permis de limiter la baisse du taux de marge opérationnelle d'activité à 1 point (7% vs 8% en 2019).
Le résultat net part du Groupe s'est élevé au final à 106,8 ME, contre 160,3 ME en 2019. Le flux net de trésorerie disponible a été très solide à 203,5 ME, contre 229,3 ME en 2019. Le taux de transformation du résultat opérationnel d'activité en cash est stable à 51%. La dette financière nette a diminué de 17,2% à 425,6 ME pour représenter 29% des capitaux propres du Groupe.
Le dividende proposé sur l'exercice 2020 est de 2 euros par action.

Veolia : -4% avec Mersen

Engie (-3,8%) a dévoilé des comptes 2020 en repli mais mise sur une forte amélioration de ses performances financières cette année. L'entreprise, qui annonce également le retour du dividende, a réalisé un résultat opérationnel courant de 4,6 milliards d'euros, en baisse de 21,3% en brut et de 16,4% en organique, pour un chiffre d'affaires de 55,8 MdsE, en recul de 7,2% (-5,7% en organique). Le résultat net est déficitaire à hauteur de 1,5 milliard d'euros, conséquence de dépréciations d'actifs de 2,9 milliards d'euros liées à ses actifs nucléaires en Belgique ainsi que de l'extension de la comptabilité en juste valeur à un contrat de gaz européen et à ses actifs liés (0,5 MdE).
La performance financière globale en 2021 devrait s'améliorer significativement après une année 2020 impactée par la Covid-19, dans l'hypothèse d'absence de nouvelle mesure de confinement majeur et d'un assouplissement progressif des mesures de restriction au cours de 2021. Pour l'exercice en cours, Engie prévoit un résultat net récurrent part du Groupe compris entre 2,3 et 2,5 milliards d'euros. Cet objectif repose sur une fourchette indicative d'EBITDA de 9,9 à 10,3 milliards d'euros et de ROC de 5,2 à 5,6 MdsE.
En ce qui concerne les cessions, le groupe s'attache à les exécuter à un rythme soutenu pour simplifier le Groupe, générer de la valeur et réaffecter les produits de cession vers les priorités stratégiques. L'objectif de RNRpg défini prend en compte des cessions, en plus des transactions signées précédemment telle que la cession d'EVBox, pour environ 2 milliards d'euros ayant un effet dilutif sur le ROC pouvant atteindre 0,1 milliard d'euros.
Au niveau des investissements, Engie prévoit d'investir entre 5,5 et 6 MdsE en investissements de croissance, dont plus de 90% dédiés aux Renouvelables, aux Infrastructures et aux activités Asset-based des Solutions Clients, ainsi que 4 milliards d'euros dans les investissements de maintenance et le financement des provisions nucléaires belges.
Engie continue de viser une notation crédit "strong investment grade" et un ratio dette économique nette sur EBITDA inférieur ou égal à 4,0x sur le long terme. Le management informera le marché sur le plan de mise en oeuvre de sa nouvelle orientation stratégique et fournira des indications à moyen terme le 18 mai 2021.
Le Conseil d'Administration a réaffirmé la politique de dividende du Groupe, avec une fourchette de 65 à 75% de ratio de distribution sur la base du résultat net récurrent part du Groupe. Pour 2020, le Conseil d'Administration a proposé d'établir le ratio de distribution à 75%, dans le haut de la fourchette. Cela se traduit par un dividende de 0,53 euros par action, qui sera soumis à l'approbation des actionnaires lors de l'Assemblée Générale du 20 mai.

Manitou : -3,5% avec McPhy

Le chiffre d'affaires du Groupe Lagardère (-3,5%) s'élève à 4,439 milliards d'euros en 2020, soit une évolution de -38,4% en données comparables (7,211 MdsE en 2019).
Le Résop Groupe s'établit à -155 millions d'euros (378 ME en 2019). Au second semestre, le Résop Groupe est positif de 63 ME, marquant une forte amélioration de +281 ME par rapport au 1er semestre. Cela témoigne à la fois des efforts de réduction des coûts entrepris dès le début de la crise sanitaire et de la profitabilité de Lagardère Publishing.
Le résultat avant charges financières et impôts (RACFI) s'établit à -549 ME (411 ME en 2019), incluant des éléments non récurrents/ non opérationnels pour -336 ME.
Le résultat net s'élève à -688 ME, dont -660 ME pour la part du Groupe (-15 ME en 2019). Le résultat net ajusté - part du Groupe s'affiche à -330 ME en 2020.
Le free cash-flow du Groupe hors variation de BFR s'élève à -239 ME en 2020. Il est à l'équilibre au second semestre (+3ME, en amélioration de +245 ME par rapport au premier semestre).
La variation du BFR est de -17 ME en 2020 (+34 ME à fin décembre 2019), avec un très fort redressement au second semestre à +252 ME (-269 ME au 1er semestre 2020).
L'endettement net se réduit de 315 ME au second semestre, avec une dette nette à 1,733 MdE au 31 décembre 2020, par rapport à un montant de 2,048 MdsE au 30 juin 2020.
La situation de liquidité du Groupe est solide, avec 1,637 MdE de liquidités disponibles au 31 décembre 2020, dont 687 ME de trésorerie et placements financiers et 950 ME de montant non tiré sur la ligne de crédit syndiqué).
Compte tenu du recentrage stratégique, l'équilibre du Groupe repose sur ses deux branches principales, Lagardère Publishing et Lagardère Travel Retail, pour lesquelles les effets de la crise sanitaire sont très différents.
Pour l'année 2021, l'environnement demeure incertain dans un contexte d'atténuation progressive de la pandémie de Covid-19. Le Groupe poursuit ses efforts de maîtrise des coûts sur l'intégralité du groupe.

Korian : -3% suivi de Sodexo, Airbus, Safran, Danone et Valeo

Atari : -2,5% avec Eiffage et Seb.

©2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !