Cotation du 17/08/2018 à 18h05 CAC 40 -0,08% 5 344,93
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : le CAC40 flanche avec Trump et le pétrole

Clôture Paris : le CAC40 flanche avec Trump et le pétrole
Clôture Paris : le CAC40 flanche avec Trump et le pétrole
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

La place parisienne a subi d'importants dégagements ce mercredi, lestée par la baisse du pétrole, les inquiétudes sur les relations commerciales sino-américaines et le blocage persistant de la situation italienne. A la clôture, le CAC40 concède 1,32% à 5.566 points, sa plus mauvaise performance depuis le 22 mars dernier. Les volumes ont été significatifs avec 4,6 milliards d'euros échangés sur l'indice.
S'il fallait retenir un responsable à la baisse du jour sur les marchés européens et à Wall Street, c'est bien celui de Donald Trump ! Le locataire de la Maison Blanche a affirmé hier qu'il n'était pas satisfait des récentes négociations sur le commerce bilatéral entre les Etats-Unis et la Chine, relançant les inquiétudes de guerre commerciale entre les deux pays. Donald Trump a par ailleurs laissé planer le doute sur la tenue le 12 juin du sommet avec le numéro un nord-coréen Kim Jong-un à Singapour, se disant prêt à l'annuler si les conditions n'étaient pas remplies.
En Europe, la confusion règne toujours en Italie puisque le président Sergio Mattarella n'a toujours pas pris de décision concernant la proposition faite par les chefs de file de la Ligue et du mouvement anti-système M5S de nommer Giuseppe Conte président du Conseil. Du côté du programme macroéconomique, les indices PMI flash de mai ont confirmé le ralentissement de l'activité dans la zone euro. L'euro en pâti en revenant à 1,17$. Aux Etats-Unis, les regards sont tournés vers la Fed et la publication des Minutes de la dernière réunion de la banque centrale américaine. Les investisseurs tenteront de déceler des indices quant au nombre de relèvement de taux, 3 ou 4 en 2018?

ECO

A l'image de la France, la croissance marque le pas dans le secteur privé dans la zone euro. L'Indice PMI IHS Markit sur l'Eurozone se replie ainsi de 55,1 en avril à 54,1 en mai, fléchissant ainsi pour le 4ème mois consécutif. S'il affiche son plus faible niveau depuis 18 mois, l'indice reste toutefois nettement supérieur à la barre des 50 et continue de signaler une forte croissance de l'activité du secteur privé de la zone euro. Le consensus tablait sur un indice à 55.

Outre-Atlantique, l'indice PMI Composite américain du mois de mai 2018 est ressorti à 55,7, contre 54,8 de consensus. L'indice manufacturier s'élève à 56,6, en ligne avec les attentes. L'indicateur des services s'est établi à 55,7, contre 54,6 de consensus de place. Ces indicateurs traduisent donc une accélération globale de l'activité aux États-Unis en mai.

Les ventes de logements neufs aux USA pour le mois d'avril 2018 sont ressorties au nombre de 662.000, contre un consensus de place de 677.000 et un niveau de 672.000 un mois auparavant. Notons que les ventes du mois de mars ont été révisées en forte baisse, puisqu'elles étaient auparavant estimées à 694.000 unités.

D'après le dernier rapport hebdomadaire dévoilé par le Département à l'Energie américain, les stocks commerciaux de brut, hors réserve stratégique, ont augmenté de 5,8 millions de barils lors de la semaine close au 18 mai, à 438,1 millions de barils. Le consensus tablait sur une baisse de 1,6 million de barils. Les cours du pétrole consolident ce mercredi : le Brent reflue de 0,8% à 78,92$ après avoir accroché les 80$ en début de semaine.

VALEURS EN HAUSSE

* TF1 (+0,2% à 9,98 euros) a déposé auprès de l'AMF son projet d'offre publique d'achat sur les actions du Groupe Aufeminin qu'elle ne détient pas encore. L'offre, à hauteur de 39,47 euros par titre, porte sur un maximum de 2.362.392 actions. Elle fait suite à l'acquisition par TF1, le 27 avril 2018, de 7.385.493 actions AF auprès d'Axel Springer International, par voie d'acquisition de bloc hors marché, représentant 78,07% du capital et 77,94% des droits de vote de la Société. Préalablement à l'ouverture de l'offre, l'AMF et Euronext publieront des avis annonçant la date d'ouverture et le calendrier de l'OPA.

* Iliad (+2,7% à 145,4 euros), toujours soutenu par les rumeurs de consolidation dans le secteur au lendemain de l'interview du patron de l'Arcep accordé au quotidien 'Le Monde'. Dans le même secteur, Altice s'envole de 26,4% à 3,06 euros dans d'importants. La valeur avait été victime mardi d'un ajustement technique suite à la scission des activités américaines d'Altice NV. Ce tour de passe-passe réalisé, les opérateurs semblent désormais davantage croire à un rachat de SFR. Bouygues apparaissant aux yeux des spécialistes comme le candidat le plus naturel.

* SMCP (Sandro, Maje) est stable à 21,2 euros. La société poursuit son expansion en Chine continentale avec l'ouverture d'un 100ème magasin dans le pays. Le nouveau magasin Maje, situé à Pékin, a ouvert dans le centre commercial de Chaoyang Joy City. Depuis avril 2016, SMCP a complété son réseau de magasins physiques avec la signature d'un partenariat stratégique avec T-Mall, suivi du lancement de ses propres boutiques en ligne en septembre 2017. "Les premiers résultats sont extrêmement prometteurs et démontrent la forte attractivité des marques auprès des consommateurs chinois", souligne le groupe.

* Archos (+13,6% à 0,91 euros) rebondit après avoir chuté de près de 50% depuis ses pics annuels du mois de mars.

* Worldline (+0,5% à 49,44 euros) bénéficie d'un nouveau soutien d'analyste. William O'Neill & Co a démarré le suivi du dossier à l'achat.

* Nextstage grappille 1% à 103 euros. La société d'investissement a publié un actif Net Réévalué pour le premier trimestre 2018 à 216,6 millions d'euros au 31/03/2018, soit un ANR par action de 112,61 euros, en hausse de +4,2% sur un an et de +2% par rapport au 31/12/2017 (+8,3% sur un an après correction de l'effet dilutif de l'augmentation de capital de novembre 2017).

* Technicolor bondit de 3,9% à 1,59 euros alors que Cisco poursuit ses cessions d'actions et semble bien se rapprocher d'une sortie complète.

VALEURS EN BAISSE

* Derichebourg plonge de 17,8% à 5,96 euros, plombé par des résultats semestriels inférieurs aux attentes du marché. Le groupe a fait état hier soir d'une solide croissance sur six mois avec un chiffre d'affaires de 1,46 milliard d'euros, en hausse de 8,8%, alors que son bénéfice net s'est apprécié de 25,3% à 37,7 ME. "Derichebourg est confiant dans le fait que ses deux branches d'activité continuent de bien se porter au cours du second semestre de l'exercice", a indiqué la firme en guise de perspectives. Suite à cette annonce, Midcap Partners a confirmé son opinion 'achat' sur la valeur tout en ajustant de 11 à 9,30 euros son objectif de cours.

* Maurel et Prom (-9,7% à 5,47 euros). C'est tout le secteur pétrolier qui tangue ce mardi alors que le baril de pétrole subit quelques prises de profits après sa hausse récente.

* Euronext (-6,3% à 51,6 euros). Ce mini-séisme boursier est occasionné par la décision d'UBS de dégrader le dossier de "neutre" à "vendre", pour un objectif de 51 euros. Le broker helvétique est le seul des 15 bureaux d'analyses qui suivent l'opérateur de marché à être négatif. L'ajustement de l'opinion d'UBS intervient alors que le titre accumule une confortable avance de 10% sur six mois et que des inquiétudes se sont fait jour récemment sur les volumes de transactions dans le sillage des récents chiffres trimestriels publiés par Euronext...

* Renault (-5,4% à 86,95 euros). Le titre du constructeur automobile a creusé ses pertes après que Carlos Ghosn eut indiqué ne pas s'attendre à ce qu'une fusion entre Renault et Nissan ait lieu cette année ou l'année prochaine car le travail visant à assurer la pérennité de l'alliance au-delà de la génération actuelle de dirigeants doit aussi respecter l'identité de chaque partenaire. Prié de dire, lors du sommet "Sooner than you think" sur les technologies organisé par Bloomberg, si 2018 ou 2019 verra la naissance un Renault-Nissan fusionné et coté sur une seule place financière, le PDG de Renault-Nissan a répondu: "Non, je ne pense pas que vous allez voir cela cette année ou la prochaine".

* Sanofi (-0,2% à 66,23 euros). Invest Securities a ajusté ses estimations sur la valeur suite à la publication du premier trimestre. Ses prévisions de bpa sont réduites de 1% en 2018, -5,7% en 2019 et -5% en 2020. Le second trimestre devrait être de nouveau délicat, toujours impacté par la franchise Diabète et SEP, un effet de stockage encore en cours de Dupixent et une base de comparaison difficile pour la franchise Vaccins. Malgré cela, et l'ajustement de l'objectif de 87 à 85 euros, le courtier reste plus optimiste sur la seconde partie d'année avec l'intégration de Bioverativ et d'Ablynx, le programme de rachat d'actions, la montée en puissance de Dupixent et Praluent ainsi que l'approbation de Sotagliflozin.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com