Cotation du 19/08/2019 à 17h23 CAC 40 +1,31% 5 369,98
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : le CAC40 en légère baisse, Sodexo corrige

Clôture Paris : le CAC40 en légère baisse, Sodexo corrige
Clôture Paris : le CAC40 en légère baisse, Sodexo corrige
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

La bourse de Paris a terminé en légère baisse ce lundi. Le CAC40 clôture en repli de 0,08% à 5.589 pts. Hormis un avertissement de Sodexo, l'actualité des entreprises est restée calme en attendant le début des publications semestrielles, à partir du 22 juillet pour les valeurs du CAC40. La cote américaine consolide aussi ce lundi en attendant le président de la Banque centrale américaine, Jerome Powell, qui s'exprimera trois fois cette semaine, mardi, mercredi et jeudi...

ECO ET DEVISES

C'est donc Jerome Powell qui tiendra la vedette cette semaine. Il interviendra mardi (à 14h45) à l'occasion des remarques d'ouverture d'une conférence à l'initiative de la Fed de Boston sur la question des 'stress tests', puis mercredi (16h) devant le Comité des services financiers de la Chambre des représentants à Washington, et enfin jeudi (16h) devant le Comité bancaire du Sénat - toujours à Washington. Les deux dernières interventions sont les plus importantes. Il s'agit en effet du témoignage semi-annuel de politique monétaire du dirigeant de la Fed.

Après les chiffres plutôt rassurants de l'emploi américain publiés en fin de semaine dernière par le gouvernement, les anticipations de baisse des taux se font un peu moins pressantes... Selon l'outil FedWatch du CME Group, la probabilité d'un assouplissement d'un quart de point (entre 2 et 2,25%, contre 2,25-2,50% à l'heure actuelle) sur le taux des fed funds le 31 juillet se situe à 94%. Au 11 décembre, date de la dernière réunion monétaire de l'année, les chances seraient de 13% pour une fourchette 2-2,25%, 40% pour une fourchette de 1,75-2%, 36% pour des taux de 1,50-1,75% et 10% pour une fourchette de 1,25-1,50%.
Concernant la Fed, une fois encore, notons que les Minutes FOMC de la dernière réunion monétaire (celle des 18 et 19 juin) seront dévoilées mercredi à 20h...

Le président américain Donald Trump maintient plus que jamais la pression sur Powell. Sur Twitter, le leader de la Maison blanche s'est étonné une fois encore de la politique menée par la Banque centrale américaine : "Un solide rapport de l'emploi, une inflation basse, et d'autres pays à travers le monde qui font tout ce qu'ils peuvent pour tirer avantage des États-Unis, sachant que notre Réserve Fédérale ne comprend rien! Ils ont relevé les taux trop tôt, trop souvent, & resserré (ndlr : la politique monétaire), alors que d'autres faisaient juste le contraire", s'insurge Trump. Le président américain estime que les marchés auraient pu encore mieux se porter et qu'une "richesse additionnelle massive" aurait pu être créée et utilisée, si la Fed s'était montrée plus souple. "Notre problème le plus difficile n'est pas nos concurrents, c'est la Réserve Fédérale!", a asséné le dirigeant américain.

Les tensions géopolitiques sont quant à elles montées d'un cran supplémentaire, l'Iran ayant annoncé dimanche son intention d'enrichir son uranium à un niveau plus élevé que le plafond établi par l'accord de 2015 sur l'encadrement des activités nucléaires. Cette attitude pourrait mener au rétablissement des sanctions contre Téhéran. Donald Trump a réagi, promettant que jamais l'Iran ne se doterait de l'arme nucléaire. Le président américain a fustigé les 'mauvaises actions' de l'Iran.
Le pétrole remonte proche des 65$ le Brent. L'euro descend sur les 1,1210/$ entre banques.

VALEURS EN HAUSSE

Recylex : +22%, suivi de Atari (+4%) et de Akwel

Wells Fargo a débuté le suivi de Celyad (+8%) à "surperformance" avec un objectif de 44 euros.

Guillemot : +3% avec Seb, Somfy et Interparfums (+2,5%)

Vallourec : +2% suivi de CGG, Edenred, Savencia, SES, SII et BIC

TechnipFMC gagne 1% avec Casino, Alstom, Coface, Haulotte, Pernod Ricard

LVMH gagne 0,5%. Un rapprochement entre LVMH et Richemont constituerait "l'ultime mouvement de consolidation dans l'industrie du luxe", créant un acteur dominant intouchable par tout concurrent, affirme Bernstein. Selon le courtier, la capitalisation boursière de l'entité combinée serait 3,5 fois supérieure à celle de Kering alors que la société disposerait de positions de leader dans la plupart des segments de marché clés.

Total : +0,5% avec Carrefour et Michelin

Neopost (+0,4%). Dans une déclaration à l'AMF, la société suisse Teleios Capital Partners LLC, agissant pour le compte de fonds dont elle assure la gestion, indique avoir franchi en hausse, le 1er juillet 2019, les seuils de 5% du capital et des droits de vote de Neopost et détenir, pour le compte desdits fonds, 1.750.857 actions Neopost représentant autant de droits de vote, soit 5,07% du capital et des droits de vote du spécialiste des solutions de communication numérique et de traitement du courrier et de systèmes logistiques. Teleios, qui talonne Marathon Asset Management dans le podium des plus gros actionnaires du groupe français, précise dans sa déclaration franchissement de seuils résulte d'une acquisition d'actions Neopost sur le marché.

VALEURS EN BAISSE

* Sodexo perd 4% à 99,90 euros. Si le numéro deux mondial de la restauration collective a confirmé ses objectifs annuels, les investisseurs préfèrent retenir le message prudent pour les trimestres à venir en raison de la perte de contrats importants. L'objectif de marge annuelle (en bas de fourchette) a également déçu. Le groupe a indiqué avoir perdu, au troisième trimestre, "plusieurs contrats de taille moyenne et un contrat important et difficile, ce qui impactera le chiffre d'affaires à partir du premier trimestre 2019-2020". Les contrats perdus concernent le secteur de la santé en Amérique du Nord - une perte qui entraînera aussi une "baisse significative du taux de fidélisation dans le segment santé" - ainsi que le segment des sports et loisirs.
Sodexo a dévoilé un chiffre d'affaires de 16,7 milliards d'euros sur les neuf premiers mois de son exercice clos le 31 août, en hausse de 7,7% en données publiées et en croissance interne de 3,5%, dont +4,2% sur le seul troisième trimestre. Pour l'ensemble de l'exercice, le management a confirmé tabler sur une croissance interne de 3%, dans le haut de la fourchette prévue de 2%-3%, et sur une marge d'exploitation d'environ 5,5%, dans le bas de la fourchette attendue de 5,5%-5,7%.

Synergie : -4% avec DBV et Cerenis

Genfit : -2,5% avec Tikehau, Oeneo, Iliad, GTT

Renault se replie de 2%. La Deutsche Bank ne voit pas de catalyseur imminent pour déclencher une remontée du titre, mais juge l'action trop bon marché pour être ignorée. De quoi justifier la recommandation 'achat' de l'analyste malgré la réduction de 35% (de 115 à 75 euros) de l'objectif de cours sur la base de dégradations des estimations de résultats et d'attentes de trésorerie nette plus faibles.

* AccorHotels recule de 1,5%, prolongeant sa séquence de consolidation amorcée la semaine dernière. En amont de la publication des résultats du premier semestre 2019, échéance prévue le 31 juillet (après bourse) dans l'agenda financier du groupe, UBS vient de mettre à jour son modèle en relevant son objectif de 50 centimes, à 43,5 euros, tout en reconduisant sa recommandation "achat". Le consensus des analystes reste très majoritairement favorable à AccorHotels avec 15 opinions positives, 5 avis neutres et aucune recommandation négative.

Safran perd 0,8%. Goldman Sachs a dégradé son avis d'"achat" à "neutre" mais relève son objectif de 137 à 143 euros.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com