Cotation du 03/08/2020 à 13h44 CAC 40 +1,31% 4 846,51
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : le CAC40 cède 0,46%

Clôture Paris : le CAC40 cède 0,46%
Clôture Paris : le CAC40 cède 0,46%
Crédit photo © Reuters
(Boursier.com) —

LA TENDANCE

A l'issue d'une séance hésitante et prudente, la bourse de Paris a reperdu 0,46% à 5.085 pts en clôture. L'intensification des tensions entre Washington et Pékin fait craindre aux investisseurs un retour de la guerre commerciale entre les deux premières puissances économiques de la planète. Les Etats-Unis ne veulent plus commercer de façon privilégiée avec Hong Kong depuis que la Chine a renforcé sa position sur la ville-Etat et Mike Pompeo, a déclaré que les Etats-Unis allaient restreindre les visas pour certains employés d'entreprises technologiques chinoises, comme Huawei, accusés de faciliter les violations des droits humains...
La cote américaine consolide aussi ce jeudi soir. Le baril de brut WTI régresse de 0,6% à environ 41$. Dans l'après-midi, la position toujours clémente de la BCE a apporté un certain soutien au marché et poussé l'euro à 1,1435/$ entre banques.

ECO ET DEVISES

Dans ce contexte, le PIB chinois supérieur aux attentes n'a été que de peu de réconfort... La Chine a cependant assuré qu'elle entendait respecter l'accord commercial 'de phase 1' signé en début d'année avec les Etats-Unis, malgré les tactiques de "harcèlement" de Washington. La porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying a invité Pompeo à se rendre en Chine et visiter la région du Xinjiang, afin de constater qu'il n'y avait pas de violations des droits de l'homme. L'administration US dénonce en effet les atteintes aux droits dont les Ouïghours, minorité musulmane du Xinjiang, sont victimes. Les USA ont ainsi annoncé des sanctions contre quatre responsables chinois, dont Chen Quanguo, secrétaire du Parti communiste dans le Xinjiang.
Rappelons que Washington et Pékin s'opposent par ailleurs sur la gestion de l'épidémie du coronavirus par la Chine, ainsi que la nouvelle loi de sécurité nationale à Hong Kong...
"Nous respectons toujours nos engagements, mais nous savons que certains aux Etats-Unis sont en train d'opprimer et de harceler la Chine" a affirmé Hua lors d'une conférence de presse. "En tant qu'Etat souverain indépendant, la Chine doit répondre aux pratiques de harcèlement menées du côté des Etats-Unis. On doit dire non, on doit donner des réponses et agir en réaction contre ces pratiques". Hua a qualifié les accusations de crimes contre les droits de l'homme à l'encontre de la minorité ouïghoure du "plus grand mensonge du siècle".

En Chine, justement, les derniers chiffres d'activité sont plutôt ressortis rassurants, avec la levée des mesures de restriction et les aides engagées par le gouvernement, l'économie chinoise a ainsi progressé au rythme de 3,2% au deuxième trimestre, alors que le consensus était de 2,5%. Au premier trimestre, le PIB chinois s'était pour mémoire écroulé de 6,8%. La production industrielle chinoise a dépassé les attentes de marché, mais l'investissement a baissé et les ventes de détail se sont affichées en retrait, suggérant une consommation limitée.

Les ventes de détail aux États-Unis pour le mois de juin 2020 sont aussi ressorties supérieures aux attentes, en progression de 7,5% en comparaison du mois antérieur contre un consensus de place de +5,2%, et après une progression de 18,2% en mai. Hors automobile, ces ventes ont grimpé de 7,3%, contre +5% de consensus et +12,1% un mois avant. Hors automobile et essence, elles se sont appréciées de 6,7%, contre +5% de consensus et +12,1% un mois plus tôt.
L'indice manufacturier régional de la Fed de Philadelphie pour le mois de juillet 2020, qui vient lui aussi d'être révélé, s'est établi à 24,1, contre 20 de consensus. Il traduit une nette expansion de l'activité sur la période.

La Banque centrale européenne a laissé de son côté ses taux inchangés et maintenu l'enveloppe de son programme d'achat d'urgence en cas de pandémie (PEPP) à 1.350 milliards d'euros. La BCE a ainsi décidé que le taux d'intérêt des opérations principales de refinancement ainsi que ceux de la facilité de prêt marginal et de la facilité de dépôt demeureront inchangés, à respectivement 0,00%, 0,25% et -0,50%. Le Conseil des gouverneurs prévoit que les taux d'intérêt directeurs de la BCE resteront à leurs niveaux actuels ou à des niveaux plus bas jusqu'à ce qu'il ait constaté que les perspectives d'inflation convergent durablement vers un niveau suffisamment proche de, mais inférieur à 2% sur son horizon de projection, et que cette convergence se reflète de manière cohérente dans la dynamique d'inflation sous-jacente.
Les achats d'actifs réalisés dans le cadre du PEPP contribuent à assouplir l'orientation générale de la politique monétaire, ce qui permet de compenser la baisse de la trajectoire prévue de l'inflation liée à la pandémie. Les achats continueront à être effectués de manière flexible dans le temps, entre les catégories d'actifs et entre les juridictions. Cela permet au conseil des gouverneurs de parer efficacement aux risques qui pèsent sur la transmission harmonieuse de la politique monétaire.

Le Conseil des gouverneurs procédera à des achats nets d'actifs dans le cadre du PEPP au moins jusqu'à la fin juin 2021 et, en tout état de cause, jusqu'à ce qu'il juge que la phase de crise du coronavirus est terminée. Le conseil des gouverneurs réinvestira les paiements du principal des titres arrivant à échéance achetés dans le cadre du PEPP au moins jusqu'à la fin de l'année 2022. En tout état de cause, la future liquidation du portefeuille du PEPP sera gérée de manière à éviter toute interférence avec l'orientation appropriée de la politique monétaire.
Quant aux achats nets réalisés dans le cadre du programme d'achat d'actifs (APP), ils se poursuivront à un rythme mensuel de 20 milliards d'euros, ainsi que les achats réalisés dans le cadre de l'enveloppe temporaire supplémentaire de 120 milliards d'euros jusqu'à la fin de l'année. Le Conseil des gouverneurs continue à s'attendre à ce que les achats effectués dans le cadre de l'APP durent aussi longtemps que nécessaire pour renforcer l'effet accommodant des taux directeurs et prennent fin peu avant qu'il ne commence à relever les taux directeurs de la BCE.

Le Conseil entend également poursuivre les réinvestissements, en totalité, des remboursements au titre du principal des titres arrivant à échéance acquis dans le cadre de l'APP pendant une période prolongée après la date à laquelle il commencera à relever les taux d'intérêt directeurs de la BCE et, en tout cas, aussi longtemps que nécessaire pour maintenir des conditions de liquidité favorables et un degré élevé de soutien monétaire.

En outre, le Conseil continuera également à fournir d'importantes liquidités par le biais de ses opérations de refinancement. En particulier, la dernière opération de la troisième série d'opérations ciblées de refinancement à plus long terme (TLTRO III) a enregistré une très forte mobilisation de fonds, soutenant les prêts bancaires aux entreprises et aux ménages.
Enfin, le Conseil des gouverneurs reste prêt à ajuster tous ses instruments, le cas échéant, pour faire en sorte que l'inflation se rapproche de son objectif de manière durable, conformément à son engagement de symétrie.

VALEURS EN HAUSSE

Sartorius Stedim Biotech grimpe de 10%. Sur la base des bonnes performances de l'entreprise au premier semestre et des prévisions de demande qui devraient rester élevées pour le reste de l'année, le groupe a une nouvelle fois rehaussé ses prévisions de croissance et de bénéfices pour l'ensemble de l'exercice 2020. La direction prévoit désormais une croissance des ventes de 26 à 30% (contre 17 à 21% auparavant) et une marge EBITDA courant d'environ 31% (contre 30% auparavant), les chiffres étant donnés à taux de change constants comme par le passé. La révision à la hausse des prévisions est en partie liée à la pandémie actuelle de coronavirus, car les produits de Sartorius Stedim Biotech sont utilisés pour la fabrication de vaccins et de médicaments antiviraux.

Solocal : +8% avec Genomic

Alstom avance de 4,5%. Le groupe ferroviaire a fait état d'un chiffre d'affaires en baisse de 27% (-25% à périmètre et taux de change constants) mais supérieur aux attentes du marché au premier trimestre de son exercice 2020-2021 tout en enregistrant 1,7 milliard d'euros de commandes, contre 1,6 MdsE sur la même période l'année précédente. La crise du Covid-19 aura probablement un impact négatif sur la performance financière de l'exercice 2020/21, et notamment sur les prises de commandes, le résultat net, le cash-flow libre et le chiffre d'affaires, même s'il est difficile aujourd'hui de déterminer avec précision l'ampleur de cet impact, a précisé Alstom, qui anticipe toutefois une reprise rapide du marché ferroviaire, soutenu par de solides fondamentaux et une demande croissante en mobilité durable.

Mauna Kea : +4% avec CGG

IPSOS : +3,5% avec Gl Events, Vicat et MdM

Inventiva (+3%) est enfin coté sur le Nasdaq Global Market comme précédemment annoncé, pour un nombre total de 7.478.261 actions ordinaires nouvelles, sous la forme d'American Depositary Shares (" ADSs "), chacune d'entre elles représentant une action ordinaire, à un prix de 14,40$ par ADS. Le montant brut total de l'Offre, avant déduction des commissions des intermédiaires financiers et frais estimés à payer par la société, est d'environ 107,7 millions de dollars U.S. (soit 94,9 millions d'euros).

Neurones : +2,5% avec Tessi, Aures, SES, Publicis, FNAC Darty, TechnipFMC et FFP

Renault progresse de 2%. Le déclin des ventes de voitures neuves ralentit quelque peu dans l'Union Européenne. Selon les données de l'Association des constructeurs automobiles européens, les immatriculations de voitures particulières neuves se sont élevées à 949.722 unités en juin, en baisse de 22,3% sur un an. Ce repli marque une amélioration par rapport à la chute de 52,3% observée en mai. Bien que les concessionnaires aient rouvert leurs portes après la levée des mesures de confinement, la demande des consommateurs ne s'est pas totalement redressée le mois dernier, souligne l'ACEA. Tous les marchés de l'Union européenne ont continué à afficher des baisses importantes en juin, la France (+1,2%) étant la seule exception à la règle. Cette dernière s'explique par les nouvelles mesures d'incitation visant à stimuler les ventes de véhicules à faibles émissions qui ont été introduites par le gouvernement français au début du mois de juin. En ce qui concerne les autres grands marchés automobiles, l'Espagne (-36,7%), l'Allemagne (-32,3%) et l'Italie (-23,1%) ont tous enregistré des baisses à deux chiffres le mois dernier. Au niveau des constructeurs, Renault (-15,7%) s'en est mieux sorti que Groupe PSA (-28,3%) le mois passé, tandis que chez les groupes étrangers, Toyota (-16,2%), Daimler (-16%) et BMW (-18,9%) ont réalisé les meilleures performances.

Vallourec : +1,5% avec SG, Amundi, LafargeHolcim, Klepierre, EDF

VALEURS EN BAISSE

Casino recule de 4,5%. Bryan Garnier a dégradé le titre à 'vendre' tout en coupant sa 'fair value' de 36 à 26 euros. Avec la réouverture des restaurants/bars/cantines, le commerce de détail alimentaire perd son statut de refuge. Conformément à sa position plus prudente concernant l'ensemble du secteur de la distribution alimentaire après le confinement, le broker pense que la prime de valorisation de 15% de Casino par rapport à ses pairs semble de plus en plus injustifiée et difficilement viable. En effet, certaines de ses principales enseignes françaises présentent un risque pour le second semestre (Monoprix et Franprix avec leur exposition à Paris et aux touristes), laissant la place à une éventuelle dégradation, tandis que le pari sur le versement d'un dividende exceptionnel fin 2022/début 2023 est trop lointain et devient de plus en plus hypothétique.

Stef : -4% avec Lumibird et Manitou

Airbus perd 3%. Morgan Stanley a abaissé son objectif de cours de 94 à 90 euros ('surpondérer')

Vilmorin : -3% avec Alten

Atos recule de 2,3%. Citigroup a pourtant remonté son objectif de cours de 68 à 78 euros.

Eramet : -2% suivi de FDJ, Atos et Air France KLM

Séché : -1,5% avec Ubisoft, Safran, Dior, Elior et Korian

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !