Cotation du 12/04/2021 à 09h03 CAC 40 -0,14% 6 161,06
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : le CAC termine presque inchangé

Clôture Paris : le CAC termine presque inchangé
Clôture Paris : le CAC termine presque inchangé
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le CAC40 termine la journée quasiment stable ce mercredi, à -0,01% et 6.130 pts en clôture au terme d'une séance molle. L'indice phare parisien n'en demeure pas moins sur ses meilleurs niveaux depuis l'été 2007. Les indices restent soutenus par les espoirs de reprise, malgré des indicateurs PMI européens des services assez contrastés ce jour. La cote américaine est en retrait léger à mi-parcours. Le baril de brut WTI perd 1,5% à 58,4$ sur le Nymex, alors que le Brent de la mer du Nord se traite à 61,9$. L'once d'or consolide sur les 1.740$. L'indice dollar est stable face à un panier de devise, tandis que l'euro évolue en hausse de 0,1% face au billet vert. Du côté des rendements obligataires, le T-Bond américain à 10 ans s'assagit à 1,64% environ et le '30 ans' à 2,31%.

Le FMI a relevé hier soir son estimation de croissance mondiale pour 2021 à 6%, contre 5,5% il y a environ 3 mois. Le Fonds monétaire international évoque en particulier les dépenses publiques sans précédent, essentiellement aux USA où les investisseurs attendent beaucoup du nouveau plan de l'administration Biden.

L'agenda économique est plutôt fourni ce mercredi à Wall Street. D'après le rapport du jour, le déficit du commerce international de biens et services aux États-Unis pour le mois de février 2021 est ressorti à 71,1 milliards de dollars, contre un consensus de marché de 70,4 milliards et un niveau révisé à 67,8 milliards de dollars pour le mois de janvier.

Les cours du pétrole pointent en baisse après un rapport hebdomadaire sur l'évolution des stocks de brut aux Etats-Unis sans grosse surprise. D'après le Département à l'Energie, les stocks domestiques de pétrole pour la semaine close le 2 avril ont reculé de 3,5 millions de barils à 498,3 mb, contre une baisse de 2 mbj attendue par le consensus. Les réserves d'essence ont progressé de 4 mb (contre un repli de 0,6 mb anticipé par le marché), alors que les stocks de produits distillés ont augmenté de 1,5 mbj par rapport à la précédente semaine, contre une progression de 1 mb attendue.

Ailleurs dans le monde, l'indice des indicateurs avancés japonais est ressorti conforme aux attentes à 99,7%. Les indicateurs PMI européens finaux des services sont ressortis contrastés pour le mois de mars, avec un niveau de 48,1 en Espagne, contre 48,6 en Italie, 48,2 en France, 51,5 en Allemagne et 49,6 pour l'indice européen. Rappelons qu'une lecture inférieure à 50 signale une contraction de l'activité. L'indice britannique des services est ressorti plus dynamique à 56,3.

Notons que le Royaume-Uni entame au pays de Galles le déploiement du vaccin anti-coronavirus de Moderna. Les autorités sanitaires britanniques ont recommandé par ailleurs ce mercredi de réserver l'administration du vaccin d'AstraZeneca aux personnes de 30 ans et plus en raison de possibles et très rares cas de caillots sanguins dans le cerveau liés au produit.

Aux Etats-Unis, les vaccinations accélèrent, le président Joe Biden ayant annoncé que tous les adultes allaient être éligibles aux vaccins le 19 avril, plus rapidement qu'anticipé. La Maison blanche a en outre exclu les passeports vaccinaux... La Californie prévoit de lever la majeure partie des restrictions sanitaires au 15 juin, du moins si les vaccins sont en nombre suffisant et si les hospitalisations demeurent contenues.

Selon l'Université Johns Hopkins ce mecredi, le nombre des cas confirmés du nouveau coronavirus dans le monde depuis le début de l'épidémie se chiffre désormais à plus de 132 millions, dont 30,8 millions aux Etats-Unis et 13,1 millions au Brésil - qui vient d'enregistrer un nouveau record quotidien de décès. Le virus a officiellement fait 2,87 millions de morts au niveau mondial selon l'université (Reuters estime ce décompte à plus de 3 millions). Les USA déplorent plus de 556.000 victimes et le Brésil près de 337.000.

La Bourse de New York a fini en léger recul mardi, au lendemain de records pour le Dow Jones et le S&P 500, sur fond d'optimisme sur la reprise économique et la capacité à surmonter la crise sanitaire du coronavirus. Le FMI a revu mardi en hausse ses prévisions de croissance mondiale, même s'il a souligné les disparités selon les régions. Le pétrole a rebondi mardi d'environ 1%, tandis que les taux d'intérêts se sont détendus et que le dollar a reflué de 0,8% face à un panier de devises de référence. A la clôture, le Dow Jones a cédé 0,29% à 33.430 points, tandis que l'indice large S&P 500 a reculé de 0,10% à 4.070 pts, et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a fini proche de l'équilibre (-0,05%) à 13.698 pts.

Dans ses nouvelles prévisions dévoilées mardi, le FMI table désormais sur un rebond de 6% du PIB mondial en 2021, contre +5,5% il y a trois mois (après -3,3% en 2020), grâce aux mesures monétaires et budgétaires sans précédent mises en place face à la pandémie. L'amélioration est surtout à mettre au crédit des Etats-Unis, où la croissance pourrait atteindre 6,4% cette année (+1,3 point de plus que prévu en janvier), du jamais vu depuis le début des années 1980. Un dynamisme qui s'explique par l'impact du plan de relance de 1.900 milliards de dollars lancé par l'administration Biden, qui prévoit désormais un autre plan de plus de 2.200 Mds$ pour moderniser des infrastructures.

Les perspectives sont moins spectaculaires pour les autres grandes économies avancées, comme le Japon (3,3% de croissance attendue cette année), ou la zone euro, où la croissance est désormais attendue à 4,4% (contre 4,2% prévu en janvier) après -6,8% en 2020. Le FMI a en outre relevé ses prévisions de croissance en Chine à 8,4% en 2021, contre 8,1% attendu précédemment, et après +2,3% en 2020 (la Chine ayant échappé à la récession malgré la crise du Covid).

La Chine et les Etats-Unis devraient ainsi être parmi les rares pays à retrouver dès 2021 un niveau de PIB supérieur à celui qui prévalait avant la crise du coronavirus, tandis que de nombreux autres pays ne devraient pas y parvenir avant 2023, a relevé le FMI.

Valeurs en hausse

EDF (+10,5%) grimpe, dopé par des rumeurs de rachat des minoritaires par l'Etat. Alors que les négociations autour de la réforme du nucléaire français et de la réorganisation d'EDF traînent, Bercy évaluerait à environ 10 milliards d'euros le montant qu'il lui faudrait débourser pour sortir le titre de la cote, croit savoir Reuters, citant des sources syndicales. Le projet 'Hercule', négocié depuis de longues semaines avec la Commission européenne, prévoirait en effet que la société mère EDF SA soit entièrement renationalisée, alors que l'Etat détient actuellement un peu moins de 83,7% du capital. Ce montant de 10 milliards d'euros aurait été évoqué mardi par le ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance, Bruno Le Maire, lors d'une réunion avec des syndicats. Babara Pompili, la ministre de la Transition écologique, et Jean-Bernard Lévy, le PDG d'EDF, participaient également à cette réunion.

Reste que ce niveau de 10 MdsE apparaît très élevé puisque la capitalisation boursière d'EDF est actuellement d'environ 37 MdsE. Compte tenu de la participation actuelle de l'État, ces 10 MdsE suggèrent en effet un prix pour les actionnaires minoritaires de près de 20 euros par action...

Société Générale (+0,1%) / Amundi (+2,9%). Amundi est entrée en négociation exclusive avec Société Générale en vue de l'acquisition de Lyxor pour un prix en numéraire de 825 ME (soit 755 ME hors capital excédentaire. Avec cette opération, Amundi deviendrait le leader européen de la gestion des ETF, avec 142 MdE d'encours combinés, une part de marché de 14% en Europe, et un profil diversifié tant en terme de clientèle que de géographie. Cette transaction "fortement créatrice de valeur", se fait sur une valeur d'entreprise représentant un multiple P/E 2021e d'environ 10x avec les seules synergies de coûts, une relution du bénéfice net par action d'environ 7% avec les seules synergies de coûts et un Retour sur Investissement supérieur à 10% à horizon 3 ans avec les seules synergies de coûts.

SES-imagotag (+10,2%) annonce déployer sa plateforme VUSION Retail IoT Cloud et sa technologie d'étiquetage électroniques dans des centaines de magasins Walmart Canada. Dans le cadre de ce premier contrat, la technologie développée par le Groupe sera installée dans 328 points de vente. Cette solution va permettre à Walmart Canada d'optimiser l'efficacité opérationnelle de ses magasins, tout en garantissant des prix justes en rayon. Dans le même temps, la plateforme VUSION Cloud va permettre un contrôle central de tous les équipements.

Air France-KLM progresse de 5,1% et Atos de 3,7%. Delta Plus Group s'adjuge 6%.

Lacroix (+4,3%) présente son plan 2025, avec un objectif de 800 ME de chiffre d'affaires associé à une marge d'EBITDA de 9%.

Valeurs en baisse

EssilorLuxottica (-1,3%) a été débouté en appel par un tribunal néerlandais sur le dossier GrandVision, a annoncé ce dernier dans un communiqué publié mardi. La justice a ainsi confirmé un jugement en première instance, le 24 août 2020, qui avait déjà refusé la requête du groupe lunetier franco-italien. Cette fois, c'est la Cour d'appel d'Amsterdam qui a "rejeté toutes les demandes d'EssilorLuxottica d'obtenir des informations supplémentaires sur les actions prises par GrandVision pour réduire l'impact de la crise du Covid-19 sur ses activités", a indiqué GrandVision dans son communiqué. Mardi soir, GrandVision a réaffirmé l'objectif commun d'obtenir l'approbation réglementaire pour la clôture de l'opération de rachat d'EssilorLuxottica d'ici au 31 juillet 2021.

Solutions 30 (-14,2%). Les résultats de l'investigation indépendante menée par le cabinet Deloitte, avec l'appui de Didier Kling Expertise & Conseil pour la partie comptabilité n'ont pas calmé Muddy Waters. Alors que les travaux menés par les experts n'ont pas permis d'identifier "d'élément permettant de corroborer les allégations de blanchiment d'argent, en lien avec le crime organisé", le fonds activiste estime, au contraire, que les travaux des deux cabinets "contiennent des détails accablants sur Solutions 30 et sa manipulation de l'enquête". Dans une lettre ouverte adressée au patron de S30, Carson Block, le fondateur du fonds, explique "qu'ils ne font rien pour dissiper nos préoccupations concernant les liens multiples et persistants de S30 avec des individus associés au crime organisé et au blanchiment d'argent".

©2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !