Cotation du 19/08/2019 à 18h05 CAC 40 +1,34% 5 371,56
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : le CAC 40 s'envole, l'espoir vient de Chine

Clôture Paris : le CAC 40 s'envole, l'espoir vient de Chine
Clôture Paris : le CAC 40 s'envole, l'espoir vient de Chine
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La cote parisienne aligne une seconde séance de rebond ce jeudi, avec des gains cette fois nettement plus copieux que la veille. L'indice phare parisien grimpe ainsi de 2,31% en clôture à 5.388 pts, profitant de quelques bonnes nouvelles provenant de Chine. Ce sursaut plutôt généreux des actions s'accompagne d'une remontée des rendements obligataires après les plus bas touchés en début de semaine en Europe.

La cote américaine, qui avait finalement sauvé l'honneur hier soir après une forte baisse durant la séance (clôtures à -0,09% sur le DJIA et +0,38% sur le Nasdaq), est orientée en nette progression ce jeudi. Le DJIA prend désormais 1% à mi-parcours, le S&P500 1,3% et le Nasdaq 1,6%.

Merci la Chine ?

Le bon geste de la Banque populaire de Chine (BPC), qui a fixé un taux pivot pour le yuan légèrement supérieur aux attentes pour éviter une baisse du yuan - qui était retombé cette semaine sous les 7 contre dollar -, ainsi que la possibilité de nouveaux échanges sur le front commercial entre USA et Chine en septembre, ont permis aux marchés de se reprendre...

Enfin, le rebond assez inattendu des exportations chinoises en juillet, malgré la guerre commerciale, rassure également. D'après les données officielles, ces exports chinois ont grimpé de plus de 3% en juillet, en rythme annuel, alors que les économistes craignaient en moyenne une baisse de 2%. En revanche, les imports chinois du mois de juillet ont reculé fortement de 5,6% avec la faiblesse de la demande domestique - recul tout de même un peu moins prononcé que prévu.

Trump en remet une couche

Donald Trump demeure quant à lui actif sur Twitter ce jour. "En tant que Président, vous pourriez penser que je serais enthousiaste à propos de notre très solide dollar. Je ne le suis pas! Le niveau élevé des taux d'intérêt de la Fed, en comparaison d'autres pays, maintient le dollar à haut niveau, ce qui rend plus difficile pour nos grands industriels tels que Caterpillar, Boeing, John Deere, nos compagnies automobiles & autres, de rester compétitifs", déplore le président américain.

"Avec des réductions de taux substantielles de la Fed (il n'y a pas d'inflation) et sans resserrement monétaire quantitatif, le dollar rendrait possible à nos compagnies de remporter de nouveau toute compétition. Nous avons les meilleures compagnies au monde, il n'y a personne qui s'en rapproche, mais malheureusement la même chose ne peut pas être dite de notre Réserve Fédérale. Ils ont eu faux à chaque étape sur leur chemin, et nous gagnons encore. Pouvez-vous imaginer ce qui se passerait s'ils avaient réellement compris?", insiste Trump.

Hier, Wall Street avait été déjà secoué par une nouvelle série de tweets de Donald Trump, taclant surtout la Fed mais aussi la Chine.

Rebond des prix du pétrole

Sur le marché des changes ce jour, l'indice dollar se stabilise à 97,3. L'euro se traite à 1,1212$ (+0,1%). Du côté des matières premières, le baril de brut WTI se redresse de 3,4% à 52,8$, récupérant après son plongeon de la veille sur un plancher de sept mois. L'Arabie saoudite désire en effet relancer les cours, et a contacté d'autres grands producteurs afin d'y parvenir. Selon Bloomberg, des membres de l'OPEP auraient été contactés afin d'étudier toutes les options.

Rappelons que d'après le Département américain à l'énergie hier, les stocks de brut domestiques, hors réserve stratégique, ont augmenté de 2,4 millions de barils sur la semaine close le 2 août, à 438,9 millions de barils. Le consensus tablait sur un recul. Les stocks d'essence ont quant à eux progressé de 4,4 millions de barils, alors que les stocks de produits distillés ont grimpé de 1,5 million de barils.

Question de souplesse monétaire

La banque centrale de Nouvelle-Zélande a annoncé hier une baisse surprise de 50 points de base de ses taux. La banque affirme, évoquant les risques économiques, qu'elle pourrait maintenir une politique très accommodante plus longtemps que prévu... Inde et Thaïlande ont également réduit hier mercredi leurs taux pour stimuler la croissance.

Cela n'a pas échappé à Donald Trump, qui en a profité, comme de coutume, pour 'allumer' la Fed sur le réseau social Twitter. "Trois Banques Centrales de plus réduisent les taux. Notre problème n'est pas la Chine - Nous sommes plus forts que jamais, l'argent se déverse aux U.S. alors que la Chine perd des compagnies par milliers au profit d'autres pays, et que leur monnaie est assiégée - Notre problème est une Réserve Fédérale qui est trop fière pour admettre son erreur d'avoir agi trop rapidement et resserré de manière excessive sa politique (et d'admettre que j'avais raison!)", avait lancé hier le président américain.

"Ils doivent Réduire les Taux de manière plus importante et rapide, et arrêter leur resserrement quantitatif ridicule MAINTENANT. La courbe des taux affiche une marge trop large, et sans inflation! L'incompétence est une chose terrible à regarder, particulièrement quand il serait possible de s'occuper des choses 'siii' facilement", s'était déjà ému hier le leader de la Maison blanche.

La banque centrale chinoise a par ailleurs démenti hier les rumeurs d'une éventuelle réduction des taux directeurs à compter du 10 août. La Banque populaire de Chine précise que ces rumeurs sont sans fondement et a demandé une enquête policière...

Ce jeudi, c'est au tour de la banque centrale des Philippines de réduire officiellement ses taux directeurs de 25 points de base à 4,25%...

Sur le front économique outre-Atlantique ce jeudi, les inscriptions au chômage US ont décliné. D'après le Département américain au travail, les inscriptions hebdomadaires au chômage pour la semaine close le 3 août sont ressorties à 209.000, en repli de 8.000. Le consensus tablait sur un niveau de 215.000.

Du côté des entreprises, alors que la saison des trimestriels se termine outre-Atlantique, l'actualité est toujours aussi calme dans l'Hexagone. Sur le Vieux continent, on notera les publications plutôt décevantes d'Adidas et de TOD'S ainsi que le nouvel avertissement de Thyssenkrupp.

Valeurs en hausse

DBV Technologies (+10,2%) rebondit après avoir soumis auprès de la Food and Drug administration américaine une demande de licence biologique pour son traitement de l'allergie à l'arachide. Viaskin Peanut est le premier candidat-médicament issu de l'immunothérapie par voie épicutanée (EPIT). Cette plateforme expérimentale, Viaskin, brevetée par DBV, utilise la peau pour activer le système immunitaire et induire une désensibilisation aux allergènes. La réponse de l'agence est attendue d'ici 60 jours.

GTT (+4,5%) est porté par une note favorable d'analyste. Après mise à jour de ses projections bénéficiaires et de son modèle de valorisation, AlphaValue relève son opinion sur le spécialiste des systèmes de confinement utilisés pour le transport maritime et pour le stockage du Gaz Naturel Liquéfié (GNL) d'alléger à 'renforcer'. Le bureau indépendant a simultanément rehaussé son objectif de cours sur le dossier de 82,6 à 87,5 euros. Dans son argumentaire, AlphaValue met notamment en avant une amélioration de la visibilité sur le carnet de commandes et une dynamique de croissance plus soutenue que prévu, venant du chiffre d'affaires estimé pour 2020 (353 ME anticipés contre 311 ME précédemment).

Bourbon (+6,8%). A sa demande, et suite aux appels en garantie de la société chinoise ICBC Leasing représentant un montant de plus de 800 millions de dollars, le groupe parapétrolier a obtenu l'ouverture d'une procédure de redressement judiciaire visant Bourbon Corporation et Bourbon Maritime. Alors que Bourbon Maritime faisait l'objet d'une procédure de conciliation, la société a demandé l'ouverture d'une procédure de redressement judiciaire du fait de l'accélération par certains prêteurs français du remboursement de leurs créances représentant un montant de 720 millions d'euros augmenté des intérêts contractuels. La procédure de redressement judiciaire ne concerne que les sociétés holding Bourbon Corporation et Bourbon Maritime et non les sociétés opérationnelles, qui peuvent poursuivre leur fonctionnement normalement et continuer de répondre aux besoins des clients.

Air France-KLM (+3,3%) aligne une septième séance consécutive dans le vert. Une séquence qui permet à l'action d'afficher un gain de plus de 20% depuis le 31 juillet. La compagnie, qui a annoncé ce matin avoir transporté 10 millions de passagers au mois de juillet (+1,8%), est également soutenue par une note de la SocGen. La banque a en effet rehaussé de 'conserver' à 'acheter' sa recommandation sur la valeur tout en réduisant sa cible de 13 à 12,5 euros.

BNP Paribas (+2%) remonte, mettant fin à une mauvaise série de quatre séances de repli. L'actualité autour de la banque de la rue d'Antin est marquée par une note de Goldman Sachs qui reconduit son opinion 'achat' sur le dossier avec un objectif rehaussé de 66 à 67 euros. Selon le consensus Bloomberg, 17 analystes conseillent désormais d''acheter' le titre alors que 11 sont à 'conserver' et seulement 2 à 'vendre'. L'objectif moyen à douze mois et fixé à 52,75 euros.

Bic (+1,8%) se redresse. Attaqué en bourse après la publication de résultats semestriels décevants, le titre tente de se ressaisir depuis deux séances, non sans difficulté. L'actualité n'est en effet guère favorable : dans une note publiée hier après clôture, AlphaValue a abaissé d'un cran sa recommandation, d''achat' à 'renforcer', et son objectif, de 79,1 à 68,7 euros.

Total avance de 1,7% et met un terme à une série rouge de 7 séances consécutives. Ce rebond s'explique par la reprise des cours du brut. Dans le collimateur des investisseurs depuis la reprise du bras de fer commercial sino-américain, le brut léger américain WTI mais aussi le Brent de Mer du Nord se reprennent sur les marchés internationaux. Des informations en provenance de Riyad font en effet état d'initiatives de l'Arabie saoudite pour soutenir les cours de l'or noir.

Valeurs en baisse

Claranova (-2,1%) consolide après s'être adjugé plus de 40% depuis le début de l'année. Le groupe a pourtant poursuivi sa très forte croissance sur le second semestre de l'exercice 2018-2019 (janvier-juin 2019) avec un chiffre d'affaires consolidé de près de 123 millions d'euros en hausse de 71%, dont 33% de croissance organique. Cette croissance solide correspond à la volonté de Claranova "de se développer à un rythme soutenu en augmentant significativement ses investissements en marketing qui, bien qu'impactant la rentabilité de l'exercice, constituent un levier d'amélioration de sa profitabilité future", commente le groupe.

Biom'up (-7%) a annoncé l'émission d'une troisième tranche de son emprunt obligataire avec Athyrium pour un montant de 5 ME. Cette opération intervient dans le cadre de l'emprunt obligataire souscrit par Athyrium Opportunities III Acquisition LP, un fonds géré par Athyrium Capital Management, LP d'un montant total maximum de 35 ME, dont 25 ME ont été émis le 29 mars 2018 et 3 ME le 31 décembre.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com