Cotation du 17/06/2019 à 18h05 CAC 40 +0,43% 5 390,95
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : le CAC 40 s'affirme sur les 5.400 pts

Clôture Paris : le CAC 40 s'affirme sur les 5.400 pts
Clôture Paris : le CAC 40 s'affirme sur les 5.400 pts
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La place parisienne a aligné ce mardi sa troisième séance positive consécutive, poursuivant son rebond et franchissant la barre des 5.400 pts. L'actualité fournie des fusions et acquisitions, ainsi que les espoirs monétaires ou commerciaux, soutiennent donc toujours les places financières. L'indice phare parisien, le CAC 40, s'est adjugé finalement 0,48% en clôture ce mardi à 5.408 pts.

Wall Street se rapproche pour sa part un peu plus de ses sommets historiques ce mardi, puisque le S&P500 et le DJIA s'accordent 0,1% à mi-parcours.

Sur le marché des changes, l'indice dollar se stabilise à 96,7, alors que l'euro se traite actuellement à 1,1315$. Du côté des matières premières, le baril de brut WTI prend 0,6% à 53,6$, alors que le Brent de la mer du Nord avance de 0,3% à 62,5$ le baril.

La cote américaine bénéficie toujours des espoirs de baisse des taux de la Fed, les dernières statistiques américaines, en particulier celles de l'emploi, étant ressorties médiocres et accréditant donc cette thèse d'une grande souplesse monétaire. Par ailleurs, l'actualité des fusions et acquisitions est assez fournie et soutient les marchés. Hier, deux opérations de grande ampleur ont été annoncées, avec le rapprochement attendu de Raytheon et d'United Tech dans la défense, et le rachat de Tableau Software par Salesforce.com dans les logiciels...

Sur le front économique aux États-Unis ce jour, l'indice des prix à la production pour le mois de mai 2019 est ressorti comme prévu en croissance de +0,1% en comparaison du mois antérieur (+1,8% en glissement annuel). Hors alimentaire et énergie, la hausse du PPI ressort comme attendu à +0,2% par rapport au mois d'avril (+2,3% en comparaison de l'an dernier).

La Banque de France table toujours quant à elle sur une croissance de 0,3% au deuxième trimestre 2019 dans l'Hexagone. La BdF dévoilait sa seconde estimation dans le cadre de la publication de l'indice du climat des affaires de mai qui est resté stable dans l'industrie, à 99. Selon les chefs d'entreprise, l'activité serait stable en juin.

Donald Trump menace toujours la Chine d'appliquer des 'tarifs' douaniers majorés à l'ensemble des importations de produits chinois aux USA. Le président américain maintient donc la pression à l'approche du G20 d'Osaka, au Japon, programmé à la fin du mois. Trump espère pouvoir s'entretenir à cette occasion avec son homologue chinois Xi Jinping. Le sommet est prévu les 28 et 29 juin.

Devant la presse ce jour, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang, n'a pas confirmé de rencontre entre Xi et Trump. Il a d'ailleurs plutôt expliqué que la Chine, qui demeure "ouverte" à des échanges sur une base équitable, ne craignait pas la guerre commerciale. Trump prévoit, lui, de rencontrer Xi Jinping lors du sommet. "Nous avons prévu de discuter et de nous rencontrer. Je pense que des choses intéressantes se produiront", a précisé le leader de la Maison blanche devant les journalistes.

Rappelons que début mai, les Etats-Unis ont porté à 25% les droits de douane sur 200 milliards de dollars de produits importés de Chine. L'administration Trump menace d'étendre ces sanctions à 300 milliards de dollars d'importations chinoises additionnelles. La Chine a pour sa part rehaussé les taxes douanières sur 60 milliards de dollars de produits américains importés...

Le mois dernier, les USA ont accusé la Chine de faire machine arrière dans les discussions commerciales. Du fait de questions de sécurité nationale, Washington a par ailleurs placé le colosse chinois des télécoms Huawei sur liste noire... Ce dossier Huawei pourrait toutefois être réglé dans le cadre d'un éventuel accord commercial global, a précisé Trump. Dans le cas contraire, le président américain envisage toutefois clairement d'infliger ses tarifs douaniers à la totalité des importations provenant de Chine.

Valeurs en hausse

Atari (+5,1%) a conclu des partenariats de distribution exclusifs de l'Atari VCS avec Walmart.com et GameStop.com. La firme française précise d'ailleurs que la campagne de précommandes sera ouverte cette semaine aux États-Unis. "Les consoles et accessoires, incluant des éditions exclusives pour ces distributeurs, vont être disponibles en précommande pour une livraison à partir de mars 2020, étant rappelé que les VCS commandées sur Indiegogo seront disponibles en fin d'année 2019 comme prévu", détaille Atari. Et de rajouter : "Le lancement des précommandes et l'annonce des partenariats marquent la fin d'une campagne de lancement réussie. Le total des ventes a dépassé les quatre millions de dollars avec plus de 12.000 contributeurs individuels".

OSE Immunotherapeutics (+5,5%) a annoncé que l'Office américain des brevets et des marques (USPTO) avait octroyé l'accord de délivrance d'une nouvelle famille de brevets portant sur Tedopi, une combinaison de néoépitopes, pour son utilisation dans le traitement des métastases cérébrales provenant de cancers, dont le cancer du poumon non à petites cellules, chez les patients HLA-A2 positifs. Ce brevet protègera l'utilisation de Tedopi dans le traitement des métastases cérébrales jusqu'en 2034.

CGG (+5,8%) a annoncé l'attribution par Equinor à Subsurface Imaging, une activité de sa division Geoscience, d'un contrat pluriannuel pour le traitement des données sismiques de suivi permanent du réservoir Johan Sverdrup en Mer du Nord. L'équipe dédiée d'experts en traitement de CGG sera coordonnée par le centre d'imagerie d'Oslo et travaillera en collaboration dans les bureaux d'Equinor à Stavanger pour fournir à l'équipe d'actifs pétroliers de Johan Sverdrup dans les jours suivant l'acquisition de ces données, des images 4D de haute qualité. En analysant ces "instantanés" du réservoir en cours de production, les géo-scientifiques d'Equinor seront en mesure d'optimiser la gestion de sa production et la récupération des hydrocarbures.

Airbus gagne 1,9%. L'actualité de l'avionneur sera bientôt occupée par le salon aéronautique du Bourget, du 17 au 23 juin. A quelques jours du salon du Bourget, les observateurs sont quasiment unanimes. Airbus devrait profiter de l'occasion pour dévoiler son A321 XLR. Selon les analystes de Citi, l'appareil devrait permettre de transporter 4 tonnes supplémentaires de carburant, augmentant ainsi la portée de l'avion de 500-700 miles nautiques. La version rallongée de l'A321 LR devrait donc pouvoir relier l'Europe au Midwest aux Etats-Unis. Par rapport à l'A321LR, les modifications sont probablement "intentionnellement relativement mineures"...

Air France KLM (+0,7%) progresse après l'annonce d'un trafic passagers en hausse de 4,8% en mai. Compte tenu de capacités en progression de 2,6%, le coefficient d'occupation s'est amélioré de 1,8 point à 87,3% (l'augmentation des capacités est de 1,0% hors impact de 4 jours de mouvements sociaux chez Air France en mai 2018). Le nombre de passagers transportés a augmenté de 3,3% à 9,2 millions.

STMicroelectronics (+2,2%). Dans une note consacrée à l'industrie des semi-conducteurs, Liberum a réitéré sa préférence pour le groupe franco-italien pour le second semestre (achat avec un objectif de 23 euros). Le broker pense toujours que le cycle baissier actuel est en train de toucher à sa fin et qu'une nouvelle phase haussière devrait débuter au second semestre.

Total (+1,4%) a démarré la production sur le gisement de gaz à condensats de Culzean, situé sur le permis 22/25a, à 230 kilomètres d'Aberdeen au Royaume-Uni. Le champ de Culzean, dont le plateau de production est de 100.000 barils équivalent pétrole par jour (bep/j), représente 5% de la consommation de gaz au Royaume-Uni, portant à 18% la part de la demande nationale en gaz approvisionnée par Total... Par ailleurs, Total et ses partenaires ont décidé de lancer la deuxième phase du projet Mero (bloc de Libra), situé en eaux profondes à 180 kilomètres des côtes de Rio de Janeiro, dans la zone prolifique du pré-sel brésilien, sur le bassin de Santos.

Spie (+1,9%) a annoncé avoir réalisé avec succès le placement d'une émission obligataire de 600 ME à 7 ans, assortie d'un coupon de 2,625%. L'émission est destinée à refinancer la moitié du crédit senior du groupe et à étendre ainsi la maturité moyenne de sa dette.

Renault (+1,2%). La hache de guerre n'est toujours pas enterrée entre Nissan et Renault... Comme le révèle le quotidien 'Les Echos', "les deux partenaires de l'alliance se déchirent sur la composition des comités qui constitueront la nouvelle gouvernance du groupe japonais". Après l'affaire Carlos Ghosn, la fusion ratée avec Fiat Chrysler, un nouveau front s'ouvre entre les deux grands constructeurs. En attendant, le titre poursuit sa remontée en bourse. Du côté des analystes, Jefferies a confirmé son avis acheteur avec un objectif de 74 euros.

Michelin (+2,6%). Le pneumaticien organisait une journée investisseurs à Londres. L'occasion pour le groupe clermontois de réitérer ses prévisions 2019, à savoir la génération d'un cash-flow libre structurel supérieure à 1,45 milliard d'euros et une croissance des volumes en ligne avec celle du marché. Michelin indique par ailleurs être sur la bonne voie pour atteindre ses objectifs 2020.

Valeurs en baisse

Sanofi (-1,6%). Les prises de bénéfices se poursuivent après que l'action du laboratoire s'était envolée vendredi dernier à la suite de l'annonce de la prochaine arrivée de Paul Hudson, actuellement chargé de la division pharmaceutique de Novartis, à la tête du groupe.

Ubisoft (-2,3%). Alors que le salon E3 vient de débuter à Los Angeles, la firme des frères Guillemot a fait quelques annonces en direct de cet événement. Ubisoft a notamment annoncé le lancement de son service Uplay+, une offre innovante sur abonnement qui fournira l'accès à une centaine des jeux du groupe pour 14,99 euros par mois. Ce service, qui donnera accès à des nouveautés (les nouvelles sorties seront présentées trois jours à l'avance), devrait être proposé dès septembre sur PC. Ubisoft ne fournit pas pour l'heure de prévisions concernant ce service, mais juge qu'il lui permettra de faire progresser ses revenus par jeu et d'élargir sa clientèle... Notons que Midcap Partners vient pour sa part de dégrader Ubisoft d''acheter' à 'neutre' et de réduire son objectif à 80 euros.

Alstom (-0,7%) a reçu de la Landesanstalt Schienenfahrzeuge Baden-Württemberg (SFBW) une commande pour 18 trains régionaux Coradia Lint. Les trains seront construits sur le site Alstom de Salzgitter, en Basse-Saxe, et livrés au second semestre 2020. Ils entreront ensuite en service sur le réseau Zollernalbbahn, dans le sud de l'Allemagne. Le contrat s'élève à près de 80 millions d'euros. "Après la livraison de ces trains, il y aura au total 33 voitures Coradia Lint éprouvées et fiables en service à Bade-Württemberg.

Vivendi (-1,4%). Redburn a abaissé sa recommandation sur le dossier de 'neutre' à 'vendre'. Malgré cette dégradation, les analystes restent largement positifs sur le titre du groupe de médias et de divertissement. Seulement trois conseillent en effet de 'vendre' l'action sur les 30 suivant la valeur. L'objectif moyen à 12 mois est fixé à 26,95 euros.

Dontnod (-7,5%) chute ce jour... Un recul qui ne remet pas en cause la belle performance de l'action depuis le début de l'année (+21%), qui reste malgré tout en retrait par rapport à son prix d'introduction. Le studio a annoncé hier soir la signature d'un partenariat exclusif de distribution avec Epic Games sur PC ainsi que l'acquisition des droits de Twin Mirror, conformément à la stratégie présentée lors de l'introduction en Bourse : renforcer le portefeuille de propriétés intellectuelles et augmenter la rentabilité des jeux.

Genfit (-16,5%). Les investisseurs ont un peu perdu leur sang-froid suite aux résultats jugés décevants de phase 2b du seladelpar, traitement du rival américain CymaBay Therapeutics dans la NASH. CymaBay, groupe biotechnologique californien, décroche pour sa part de 45% à la mi-séance ce mardi sur les 6$ à Wall Street. Les résultats topline à 12 semaines de son étude de phase 2b dans la stéatose hépatique non alcoolique (NASH) sur le PPAR delta seladelpar n'ont visiblement pas été du goût des opérateurs, qui sanctionnent certains comparables sans grand discernement.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com