Cotation du 05/07/2022 à 18h05 CAC 40 -2,68% 5 794,96
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : le CAC 40 reste dans le rouge

Clôture Paris : le CAC 40 reste dans le rouge
Clôture Paris : le CAC 40 reste dans le rouge
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Le CAC40 est resté plombé ce jeudi, en baisse de 0,56% à 5.883 points en clôture, le petit rebond de mi-séance n'ayant pas duré très longtemps... Le climat de marché reste lourd et les investisseurs s'inquiètent toujours des conséquences de l'inflation sur la croissance économique, avec un risque de récession en ligne de mire qui se précise jour après jour... Jerome Powell, le président de la Fed, n'a lui-même pas exclu un passage par la case "récession" de l'économie US.

ECO ET DEVISES

J. Powell a expliqué par le détail que la banque centrale américaine poursuivrait la hausse des taux afin de contenir l'inflation, après la dernière hausse de trois quarts de point, la plus forte en près de trois décennies... Il a ainsi réaffirmé sans surprise l'engagement de la Fed à lutter activement contre cette inflation (8,6% aux USA selon les derniers chiffres pour le mois de mai) qui pointe au plus haut de 41 ans. Pressé par les questions des sénateurs, le patron de la Fed a admis qu'il est "possible" que la hausse des taux entraîne une récession "Ce n'est pas du tout l'effet recherché, mais c'est certainement une possibilité", a-t-il ajouté, admettant qu'un atterrissage en douceur allait être "très difficile".
Pour autant, il a assuré qu'il y avait encore "des voies pour faire tomber l'inflation à 2% sans provoquer de conséquences aussi problématiques", et s'est montré confiant concernant la résistance de l'économie américaine, alimentant les espoirs "d'atterrissage maîtrisé".
Le leader de la Fed a indiqué ce jour que l'intention de la banque était de parvenir "à un atterrissage en douceur", même si le chemin est de plus en plus difficile... Powell admet ainsi qu'avec le recul, l'inflation a été "sous-estimée".

Pendant ce temps, le climat des affaires s'assombrit progressivement en France... L'indicateur qui le synthétise, calculé par l'Insee à partir des réponses des chefs d'entreprise des principaux secteurs d'activité marchands, perd deux points en juin. À 104, il reste néanmoins au-dessus de sa moyenne de longue période (100) mais ressort un cran en-dessous le consensus (105). Cette dégradation du climat des affaires résulte notamment du recul des soldes d'opinion prospectifs dans les services et dans le commerce de détail.
La croissance du secteur privé français a fortement marqué le pas en fin de deuxième trimestre 2022, le taux d'expansion de l'activité globale s'étant replié à son plus faible niveau depuis janvier, soit pendant la vague de perturbations engendrée par l'émergence du variant Omicron. Si l'on exclut ce tassement de la croissance en début d'année, l'expansion de l'activité observée en juin est la plus faible enregistrée depuis avril 2021. L'indice Flash composite de l'activité globale s'est ainsi replié à 52,8 en juin (57,0 en mai).

La parité euro / dollar revient sur les 1,05$. Le baril de Brent se négocie sur les 111$.

VALEURS EN HAUSSE

Valneva : +19%. La société spécialisée dans les vaccins a annoncé que le Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l'Agence européenne des médicaments (EMA) avait recommandé une autorisation de mise sur le marché (AMM) en Europe du candidat vaccin inactivé à virus entier contre la Covid-19 de Valneva pour une utilisation comme primovaccination chez les adultes âgés de 18 à 55 ans. La Commission européenne (EC) examinera la recommandation du CHMP et une décision sur la demande d'AMM pour VLA2001 en Europe est attendue prochainement. Si cette autorisation était octroyée, VLA2001 serait le premier vaccin contre la Covid-19 à recevoir une autorisation de mise sur le marché de type standard en Europe.
Le CHMP a conclu par consensus après une évaluation approfondie que les données sur le vaccin étaient solides et répondaient aux critères d'efficacité, d'innocuité et de qualité de l'UE.
Une fois accordée par la Commission européenne, l'AMM serait valable dans tous les États membres de l'Union européenne, ainsi qu'en Islande, au Liechtenstein et en Norvège. L'avis du CHMP de l'EMA fait suite à une autorisation de mise sur le marché conditionnelle au Royaume-Uni, accordée en avril 2022, et à une autorisation d'utilisation d'urgence accordée aux Émirats arabes unis en mai 2022 et au Bahreïn en mars 2022.

Atos (+6%) : Selon les sources de 'BFM TV', le géant français de la Défense a le soutien de l'État français en vue d'une éventuelle reprise de l'activité de cybersécurité d'Atos. "Thales a les faveurs des pouvoirs publics. Le groupe se positionne au carrefour des ministères concernés par l'avenir d'Atos. Celui de l'Economie détient 26% de son capital et celui des Armées est son client pour sa cybersécurité, les logiciels de combat et son partenaire au sein de Naval Group pour les sous-marins ", détaille la chaîne d'informations. Si Orange et Airbus sont également intéressés par l'acquisition, "Thales est, de loin, le plus offensif pour en prendre la tête. Il lorgne depuis un an cette pépite d'Atos dans la cybersécurité".

Eurofins Scientific (+4%) : le flux acheteur sur le titre est à relier à une note de la Deutsche Bank qui a rehaussé à 'conserver' son opinion sur le dossier avec une cible maintenue à 80 euros.

Genomic : +4% avec Moncey

Dior : +3% avec Voltalia, Ose

BioMerieux : +2,5% avec L'Oreal, Ubisoft, Aubay, LVMH, DS

Virbac : +1% suivi de Essilor, Worldline, Bassac, SQLI, Colas, Ipsen

VALEURS EN BAISSE

Plastivaloire (-9,5%) s'est attaché à limiter, dans la mesure du possible, l'impact de ces facteurs exogènes. Le groupe délivre ainsi un chiffre d'affaires de 339,3 millions d'euros, en retrait de -9,1%. La rentabilité opérationnelle est fortement pénalisée par les tensions inflationnistes, qui n'ont pu être répercutées immédiatement sur les prix de vente, et le manque de chiffre d'affaires en raison du ralentissement de la production liée aux "stop & go". La marge d'EBITDA ressort à 7,1% sur le semestre. Le résultat opérationnel courant et le résultat opérationnel s'établissent respectivement à 0,2 ME (18,5 ME au 1er semestre 2020-2021) et 0,4 ME (18,6 ME au 1er semestre 2020-2021), juste au-dessus du point d'équilibre. Le résultat net s'élève à -4,6 ME, dont -6,1 ME en part du Groupe.

Air France KLM : -7% avec Elior, Prodways

Faurecia perd plus de 6% avec Gecina

CGG : -5,5% avec Société Générale et Eramet

BNP Paribas : -4,5% avec Arkema, Imerys, Michelin, Casino, Publicis, Mersen

Technip Energies : -4% avec Saint-Gobain, Rexel et Crédit Agricole

Derichebourg : -3% suivi de Séché, ALD, Alstom, Dassault Aviation, EDF, Renault

©2022

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Actualités CAC 40

Aucune actualité disponible.
Plus d'actualités