Cotation du 10/12/2019 à 18h05 CAC 40 +0,18% 5 848,03
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : le CAC 40 reprend son souffle sur les 5.900 pts

Clôture Paris : le CAC 40 reprend son souffle sur les 5.900 pts
Clôture Paris : le CAC 40 reprend son souffle sur les 5.900 pts
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La place parisienne s'est montrée un peu plus hésitante ce mercredi, le CAC 40 terminant la journée en retrait de 0,05% sur les 5.926 pts après trois séances consécutives dans le vert. L'appétit pour le risque est donc resté particulièrement limité ce jour, en cette veille de Thanksgiving, les marchés commençant à s'impatienter quelque peu à force d'entendre parler d'une conclusion "imminente" de l'accord commercial partiel sino-américain.

Sur le front économique en France, notons que la confiance des ménages dans la situation économique augmente à nouveau, après deux mois de stabilité. À 106, l'indicateur qui la synthétise, calculé par l'Insee, gagne deux points en novembre, et demeure au-dessus de sa moyenne de longue période (100). Le consensus était positionné à 103.

La cote américaine se montre incertaine sur ses sommets à mi-parcours ce mercredi, S&P500 et DJIA grappillant 0,2%, contre un gain de +0,4% sur le Nasdaq.

Sur le marché des changes, l'euro se traite à 1,1$ environ (-0,2%). L'indice dollar prend 0,2% à 98,4... Rappelons que la cote américaine sera fermée demain jeudi pour Thanksgiving et ne rouvrira vendredi que pour une demi-séance.

Dans l'actualité économique outre-Atlantique, les chiffres initiaux du PIB américain du troisième trimestre ont été revus en hausse grâce à la vigueur de la consommation. Les commandes de biens durables et les inscriptions au chômage ont également agréablement surpris. Les revenus des ménages ont en revanche stagné, tandis que l'indice des promesses de ventes de logements a décliné de manière inattendue...

D'après le rapport gouvernemental du jour ce mercredi, le PIB américain du troisième trimestre 2019 a progressé sur un rythme de +2,1% en comparaison du trimestre antérieur, contre +1,9% de consensus et +1,9% pour la précédente évaluation. Il s'agit de la seconde estimation sur trois du PIB trimestriel aux États-Unis. Les dépenses réelles de consommation pour le troisième trimestre ont grimpé sur un rythme de +2,9%, contre 2,8% de consensus et +2,9% pour l'évaluation initiale. L'indice des prix rattaché au PIB a augmenté de +1,7%, en ligne avec l'évaluation antérieure et le consensus.

Les commandes de biens durables aux USA pour le mois d'octobre 2019, qui viennent également d'être publiées, ont progressé de +0,6% par rapport au mois antérieur, contre -0,5% de consensus. Hors transport, leur hausse est également ressortie à +0,6%, contre +0,2% de consensus.

Les inscriptions hebdomadaires au chômage pour la semaine close au 23 novembre se sont établies au nombre de 213.000, contre 218.000 de consensus et 228.000 pour la lecture révisée de la semaine antérieure, soit une baisse de 15.000 par rapport à la semaine précédente.

L'indice manufacturier PMI de Chicago du mois de novembre 2019 est ressorti comme prévu déprimé à 46,3, contre 46 de consensus et 43,2 pour le mois antérieur. L'indicateur signale donc toujours une contraction de l'activité manufacturière dans la région, puisqu'il reste inférieur à la barre des 50.

D'après le rapport gouvernemental du jour, les revenus personnels des ménages américains pour le mois d'octobre 2019 sont par ailleurs ressortis stables en comparaison du mois antérieur, contre +0,3% de consensus. Les dépenses personnelles de consommation se sont quant à elles appréciées de 0,3%, en ligne avec les attentes de marché. L'indice ajusté des prix 'core PCE' a augmenté de 0,1% par rapport au mois de septembre et de 1,6% en glissement annuel.

L'indicateur des promesses de ventes de logements pour le mois d'octobre 2019 a pour sa part décroché de 1,7%, alors que le consensus était de +0,2%.

Les cours du pétrole fléchissent après l'annonce d'une hausse plus forte qu'anticipé des stocks d'or noir aux États-Unis. Le baril de brut WTI recule de 1,3% à 57,7$... D'après le Département américain à l'énergie, les stocks pétroliers domestiques pour la semaine close au 22 novembre ont progressé de 1,6 million de barils pour atteindre 452 millions de barils (hors réserve stratégique), contre un repli de 0,9 million de barils attendu par le consensus. Les stocks d'essence ont augmenté de 5,1 millions de barils, alors que les stocks de distillés ont cru de 0,7 million de barils.

Hier, Donald Trump avait soutenu les marchés en affirmant que les États-Unis étaient "dans la dernière ligne droite" de leurs négociations commerciales avec la Chine. Trump confirmait dans le même temps son soutien aux manifestants démocrates de Hong Kong. A l'occasion de la signature d'un décret à la Maison blanche, le président américain a déclaré, selon des propos rapportés notamment par Reuters : "J'ai de très bonnes relations, comme vous le savez, avec le président Xi. Nous sommes dans la dernière ligne droite en vue d'un accord très important. Je suppose que vous pourriez parler d'un des accords commerciaux les plus importants de tous les temps. Cela se passe très bien, mais en même temps, nous voulons que tout se passe bien à Hong Kong".

Rappelons que l'échéance clé est celle du 15 décembre, avec la mise en place programmée de taxes douanières supplémentaires portant sur environ 150 milliards de dollars de marchandises provenant de Chine... Les marchés sont relativement confiants dans la conclusion d'un accord commercial partiel 'de phase 1', mais il n'est pas assuré qu'il puisse être scellé avant la fin de l'année. Rien n'assure non plus que son contenu soit à la hauteur des espoirs. Il faudrait en effet que les deux superpuissances s'accordent sur une levée des tarifs douaniers antérieurs, sur des engagements en matière de protection de la propriété intellectuelle ou encore sur la question des monnaies et celle de l'ouverture de l'industrie financière chinoise...

Valeurs en hausse

PSA (+0,8%). Les représentants du personnel siégeant au comité de groupe européen de PSA ont approuvé mardi le projet de fusion entre PSA Groupe et Fiat Chrysler Automobile (FCA). Le projet de fusion a été "approuvé par une très large majorité des représentants des salariés", a indiqué à l'agence AFP Patrick Michel (FO), secrétaire du comité de groupe européen. Cependant, la CGT a rendu un avis défavorable et l'IG Metall (syndicat allemand de la métallurgie) ne s'est pas prononcé, estimant ne pas avoir assez d'informations sur le projet. Les autres organisations syndicales, soit 15 sur 17, ont donné un avis favorable au projet, a précisé Anh-Quan Nguyen (CFE-CGC), membre de ce comité, cité par l'AFP.

Pierre et Vacances gagne 4,1%. Le chiffre d'affaires annuel des activités touristiques s'élève à 1.365,1 millions d'euros, en hausse de 7,2% par rapport à l'exercice précédent. Le résultat opérationnel courant ressort à 30,9 millions d'euros, en forte croissance après 9,8 millions d'euros l'exercice précédent.

Showroomprivé a connu une nouvelle poussée d'adrénaline de 12% ce jour sans actualité notable... Bénéteau s'est également enflammé de 11,7% sur un joli sursaut technique.

EOS imaging a pris 23,6% avec le lancement de sa nouvelle génération de systèmes d'imagerie, EOSedge, en Europe, au Canada et en Australie. Ce nouveau système sera dévoilé au prochain Congrès RSNA (Société de Radiologie Nord-américaine) qui s'ouvrira le 1er décembre à Chicago.

Orange (stable) a démenti les rumeurs colportées par le journal allemand Handelsblatt, selon lesquelles Deutsche Telekom envisagerait de fusionner avec l'opérateur français. Le quotidien allemand évoquait une rencontre entre dirigeants des deux opérateurs télécoms en juillet dernier. Via un porte-parole, Orange a rapidement coupé court à toute rumeur, indiquant à 'Bloomberg' qu'aucune négociation n'avait actuellement lieu avec la firme allemande.

TF1 (+0,3%) et M6 (-1,4%) ont annoncé l'acquisition du prochain UEFA EURO 2020 qui aura lieu du 12 juin au 12 juillet 2020. Les deux groupes médias se partageront, en exclusivité en clair, les 23 meilleures affiches de la compétition dont 12 matchs de poules - dont le match d'ouverture et les matchs de l'Equipe de France -, ainsi que 5 huitièmes de finale, 3 quarts de finale, les demi-finales et la finale. 60 ans après la première édition de l'EURO, cette édition anniversaire se déroule à travers 12 villes européennes : Amsterdam, Bakou, Bilbao, Bucarest, Budapest, Copenhague, Dublin, Glasgow, Londres, Munich, Rome et Saint-Pétersbourg.

Valeurs en baisse

Total (-0,2%) Quadran, filiale à 100% de Total dédiée à la production d'électricité renouvelable en métropole et Outre-Mer, a mis en service la centrale Hélio Boulouparis 2, la plus grande centrale solaire avec stockage de l'Outre-Mer. Il s'agit de la deuxième tranche d'un parc photovoltaïque constituant le plus important programme solaire jamais réalisé en Nouvelle-Calédonie. Sa première tranche, Hélio Boulouparis 1, avait été mise en service en 2017. Dotée de plus de 58.000 panneaux solaires, l'installation photovoltaïque a une capacité installée de près de 16 mégawatts-crête (MWc), permettant de couvrir les besoins énergétiques de plus de 21.000 calédoniens.

Natixis (-0,7%) a perdu encore du terrain ce jour malgré la mise au point du groupe consécutive à la suspension d'un trader à New York. hier soir, la direction de Natixis avait réagi en publiant un communiqué dans lequel elle confirmait la suspension d'un trader de sa plateforme Amériques à New York, mais précisait qu'il s'agissait "d'une procédure purement interne" qui n'était en aucun cas liée à une perte en résultat et serait "sans conséquence aucune sur les clients ou les activités de Natixis". "Natixis tient à préciser qu'elle suit et revoit constamment les performances de ses collaborateurs grâce à des procédures internes solides, applicables à l'ensemble des salariés", précisait encore l'établissement.

AXA (-0,5%) a lancé une nouvelle phase de sa stratégie climat. AXA vise à limiter le 'potentiel de réchauffement' de ses investissements à 1,5 degrés C d'ici 2050. Pour y parvenir, le groupe double son objectif d'investissement vert pour atteindre 24 milliards d'euros d'ici 2023. AXA va aussi durcir sa politique de désinvestissement pour sortir complètement de l'industrie du charbon d'ici 2030 dans les pays de l'OCDE et l'UE, puis 2040 dans le reste du monde...

Quadient cède 0,3%. L'ex-Neopost a annoncé un chiffre d'affaires consolidé de 278 millions d'euros pour le troisième trimestre de l'exercice 2019 (clos le 31 octobre 2019), en croissance de 5,2%. Quadient s'attend désormais à une croissance organique de son chiffre d'affaires annuel 2019 supérieure à 1%, contre une légère croissance organique précédemment anticipée. Le groupe rappelle que le quatrième trimestre 2018 constitue une base de comparaison élevée. Il confirme ses perspectives d'un résultat opérationnel courant compris entre 180 et 185 millions d'euros.

Alstom (-0,3%) a été sélectionné pour assurer le renouvellement et l'automatisation du métro de Marseille pour un montant de 430 millions d'euros financés par la Métropole Aix-Marseille-Provence. Dans le cadre de ce contrat, Alstom développera, fournira et installera le système d'exploitation et les équipements du pilotage automatique des deux lignes du réseau.

Capgemini (-1,9%). Elliott monte au créneau ! Quelques jours après que Paul Hermelin eut réaffirmé que Capgemini ne relèverait pas son offre à 14 euros par titre pour le rachat d'Altran, le fonds activiste, qui détient un intérêt économique dans Altran supérieur à 10% du capital, a exprimé ses préoccupations. "Elliott partage le point de vue de la direction d'Altran sur l'attractivité d'Altran en tant qu'entité autonome et sur la création de valeur significative qu'entraînerait un rapprochement avec Capgemini. Malheureusement, Elliott estime que le prix offert aux actionnaires d'Altran est trop bas. Elliott estime que le prix de l'offre ne reflète ni la juste valeur intrinsèque d'Altran, ni une prime de contrôle appropriée".

AKKA Technologies (-7%) a bouclé son émission d'obligations convertibles hybrides à maturité perpétuelle. Le groupe a placé 175 ME après exercice en totalité de l'option d'extension de 25 ME. Les obligations, d'une valeur nominale de 100.000 euros chacune, seront émises au pair, le 4 décembre 2019, date prévue du règlement-livraison. La prime de conversion initiale des Obligations en action sera fixée à 35% au-dessus du cours de référence de l'action, soit le cours moyen pondéré en volume de l'action sur le marché réglementé d'Euronext Paris depuis l'ouverture jusqu'à la clôture du marché ce jour.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com