Cotation du 18/01/2019 à 18h05 CAC 40 +1,70% 4 875,93
  • PX1 - FR0003500008

Clôture Paris : le CAC 40 reprend de la hauteur

Clôture Paris : le CAC 40 reprend de la hauteur
Clôture Paris : le CAC 40 reprend de la hauteur
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — LA TENDANCE

Le CAC 40 a rebondi de 1,15% ce mardi, se rapprochant à nouveau des 4.800 points, à 4.773 points en clôture. Tous les regards sont tournés vers Pekin, lieu des discussions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis qui ont débuté hier, et qui se poursuivront demain. Les derniers commentaires à ce sujet, notamment du côté américain, se veulent pour le moment optimistes... Outre-Atlantique, Wall Street s'oriente d'ailleurs actuellement vers une troisième séance consécutive de progression, également porté par le ton, plus concilient, adopté par la Fed en fin de semaine dernière.

ECO ET DEVISES

Les négociations commerciales entre la Chine et les Etats-Unis, qui se sont tenues hier et aujourd'hui à Pékin, se poursuivront demain... Un membre de la délégation américaine cité par Reuters a ainsi confirmé les rumeurs des dernières heures, affirmant que les échanges allaient continuer pour un troisième jour. Steven Winberg, Assistant secrétaire aux énergies fossiles au sein du Département US à l'énergie, a affirmé aux journalistes que les échanges ayant débuté hier s'étaient bien passés. Winberg a aussi confirmé que les deux pays allaient poursuivre leurs discussions demain, après avoir échangé tard dans la journée ce mardi à Pékin. L'éditeur en chef du 'Global Times' chinois, Hu Xijin, avait déjà fait état plus tôt sur Twitter d'une probable journée supplémentaire de tractations. Les spécialistes ont plutôt tendance à interpréter ces prolongations comme le signe que les deux parties approfondiraient des discussions sérieuses, travaillant dur afin de résoudre leur conflit des mois antérieurs... De son côté, Donald Trump a confirmé aujourd'hui le bon déroulement des pourparlers. "Les discussions avec la Chine se passent très bien!", a ainsi résumé le président américain, sans plus de précisions.

Hier, le secrétaire américain au Commerce Wilbur Ross s'était déjà montré optimiste sur CNBC, estimant qu'il y aurait "une très bonne chance" de parvenir à un accord raisonnable. Liu He, vice-premier ministre chinois et principal conseiller économique du Président Xi Jinping, est par ailleurs intervenu hier durant les négociations. Cette apparition a été perçue comme le signe d'une belle avancée dans les discussions. Liu était déjà intervenu durant un précédent volet de négociation l'an dernier à Washington. Il doit encore rencontrer le principal négociateur américain, Robert Lighthizer, plus tard ce mois.

Concernant le "shutdown" aux Etats-Une, Donald Trump a annoncé sur Twitter qu'il allait s'adresser aux Américains "à propos de la crise Humanitaire et de Sécurité Nationale" à la frontière avec le Mexique. Le discours "à la Nation" aura donc lieu ce soir, et devrait une fois de plus permettre au Président américain d'exposer ses arguments concernant le "Mur" (ou la "Barrière d'Acier"), sur lequel achoppent pour l'heure les négociations avec le Congrès... Le discours aura lieu à 21 heures ce soir (heure locale), bien après la clôture de Wall Street. Les Démocrates Nancy Pelosi et Chuck Schumer, prenant connaissance des intentions de Trump, ont demandé quant à eux un temps de parole équivalent à celui du Président sur ce sujet.

La croissance économique dans la zone euro devrait ralentir au cours des prochains mois pour s'établir à +0,3% au cours des deux premiers trimestre de l'année. Selon les dernières prévisions dévoilées conjointement par l'Institut allemand ifo, l'Institut économique suisse KOF, et l'Institut italien de la statistique istat, la demande intérieure devant être le principal moteur de la croissance, même si elle est en décélération. L'inflation globale annuelle devrait avoisiner l'objectif de 2% fixé par la BCE au dernier trimestre 2018, puis diminuer de nouveau au cours des trimestres suivants.Les risques entourant les perspectives de la zone euro sont globalement équilibrés mais orientés à la baisse. Les incertitudes liées à des facteurs politiques (Brexit), les "guerres commerciales", la vulnérabilité des marchés émergents et la volatilité des marchés financiers menacent les perspectives économiques et financières pour 2019. De plus, l'impact de la normalisation de la politique monétaire aux États-Unis sur l'économie mondiale est encore difficile à évaluer.

Le déficit commercial de la France s'est creusé d'un milliard d'euros en novembre pour atteindre 5,1 MdsE. Un niveau supérieur au déficit de 4,9 MdsE attendu par le marché. Les exportations ont reculé de 4,4% à 41,2 MdsE alors que les importations ont diminué de 1,8% à 46,3 MdsE.

La production industrielle allemande, ajustée des variations saisonnières, des effets calendaires et des prix, a fortement reculé en novembre (-1,9%) après avoir déjà diminué de 0,8% le mois précédent. En glissement annuel, la production affiche un sensible repli de 4,7%, selon les données de l'Office fédéral de la statistique. Le consensus tablait respectivement sur une hausse de 0,3% et sur une baisse limitée à 0,8%.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1445$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 49,4$ et le Brent s'affiche à 58,2$.

VALEURS EN HAUSSE

* Capgemini poursuit son rebond, en hausse de 3,8%, pour sa troisième séance consécutive de rebond.

* Airbus grimpe de 3,7%. Le groupe a fourni ce mardi une mise à jour à propos des livraisons annuelles 2018 dans l'aérien commercial. Face aux rumeurs contradictoires des derniers jours, le constructeur aéronautique confirme avoir atteint son dernier objectif de 800 livraisons d'appareils commerciaux en 2018, "sous réserve de la finalisation du processus d'audit". Les chiffres finaux audités 2018 de commandes et de livraisons dans l'aérien commercial seront publiés après la clôture des marchés demain soir, indique encore l'avionneur.

* Dans le luxe, Kering grimpe de 3,5% avec LVMH (+3,1%).

* Valeo reprend de 3,4%. Confronté à un marché difficile, l'équipementier automobile pourrait lancer un nouveau programme de réductions de coûts. Dans un entretien accordé au 'Financial Times', Jacques Aschenbroich explique que le groupe est dans une "phase budgétaire" afin de mettre en oeuvre de nouvelles économies, sans préciser l'ampleur du nouveau plan.

* Pixium Vision (+3%) a annoncé que son dispositif sous-rétinien PRIMA a atteint les objectifs de l'étude de faisabilité après 6 mois de suivi et de rééducation de patients atteints de la forme sèche de Dégénérescence Maculaire liée à l'Age (DMLA).

* Renault (+2,7%). Nissan a déclaré mardi qu'une enquête interne avait permis de mettre au jour des preuves substantielles et convaincantes de fautes commises par son ancien président Carlos Ghosn. Le constructeur automobile japonais a fait cette annonce dans la foulée de la première apparition publique de Carlos Ghosn, lequel a clamé son innocence devant le tribunal du district de Tokyo lors d'une audience qu'il avait réclamée.

* Saint-Gobain (+1,8%) a franchi une nouvelle étape dans l'accélération de la rotation de son portefeuille. Le groupe a accordé une exclusivité au fonds OpenGate Capital après avoir reçu de ce dernier une offre d'achat de son activité de carbure de silicium.

* Veolia (+1,1%) a émis avec succès 750 millions d'euros à 5 ans. Cet emprunt obligataire, de maturité janvier 2024 (soit 5 ans), porte un coupon de 0,892% et a été émis au pair. La qualité du carnet d'ordre ainsi que sa taille très conséquente (jusqu'à 2 milliards d'euros) a permis à Veolia d'atteindre une taille de 750 millions d'euros, tout en réduisant substantiellement la marge d'émission.

* Tessi (suspendu). La société Pixel Holding SAS, holding de participations industrielles actionnaire majoritaire de Tessi et dont le capital est détenu par les sociétés HLDI et HLD Europe, déposera demain, auprès de l'Autorité des marchés financiers, un projet d'offre publique d'achat simplifiée visant la totalité des actions Tessi au prix de 160 euros par action (incluant les distributions envisagées par Tessi annoncées ce jour).

VALEURS EN BAISSE

* Orange rate le rebond et perd encore 2,9% pour sa deuxième séance consécutive dans le rouge.

* Bouygues abandonne 1,9%. Le conglomérat fait les frais d'une note du Crédit Suisse qui a dégradé le dossier à 'neutre' tout en réduisant son objectif de 39 à "34 euros. L'une des principales attractions de Bouygues jusqu'à récemment était la composition de son mix d'actifs en dehors des télécoms à un moment où les perspectives du secteur des télécommunications étaient compliquées. Le broker anticipe aujourd'hui une hausse potentielle toujours limitée pour les opérateurs télécoms, alors que les activités de construction de Bouygues sont en passe de dépasser leur pic d'activité à court terme.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com